Hockey Hockey International JO Hiver 2022

J.O Pékin | Hockey féminin : Résumé Jour 2

Chaque jour du tournoi, on décerne les bons et les mauvais points. Vous pouvez également retrouver les dernières infos de Pékin. Afin de tout savoir du tournoi féminin.

Pour info, la Chine n’autorise pas la double-nationalité donc les joueuses internationales ont été rebaptisées par un nom et prénom chinois, nous mettons leurs noms de naissance entre parenthèses.

🚨 Dernières infos 🚨

Coup dur pour les USA. L’attaquante Brianna Decker, gravement blessée à la jambe, hier lors du match face à la Finlande, va manquer la suite du tournoi. Decker est une véritable leader tant morale que dans le jeu des Etats-Unis. A l’heure où nous publions cet article, Les USA n’ont pas encore choisi activer une joueuse issue de la « taxi-squad« .

Mélodie Daoust, également sortie sur blessure hier face à la Suisse, sera évaluée sur sa capacité à continuer le tournoi. Le Canada attend les résultats des examens pour savoir si ils vont activer ou pas une joueuse de la « taxi-squad ».

Pasi Mustonen, l’entraineur-chef de la Finlande quitte Pékin pour rentrer au pays. Selon les médias finnois, les raisons de son départ sont d’ordres familiales. Il est également évoqué des raisons de santé. Il sera remplacé par son adjoint Jusso Toivola.

Plusieurs hockeyeuses ont l’honneur d’être porte-drapeaux lors de la cérémonie d’ouverture. Ainsi Marie-Philip Poulin (Canada), Emma Nordin (Suède) et Alena Mills (Tchéquie) ont eus l’immense privilège de défiler à la tête de leurs délégations dans le « Nid d’oiseau »(Stade Olympique de Pékin).

📰 Résumé de la journée 📰

🇩🇰 Danemark 1 vs. 3 🇨🇳 Chine / Groupe B /

Source photo : IIHF.com – Le sourire des Chinoises

Cette rencontre entre dans l’histoire du hockey féminin. Premièrement c’est le premier match olympique dans l’histoire du hockey danois. Deuxièmement c’est la première victoire de la Chine depuis le 22 Février 2010 et une victoire 3-1 en match de classement pour la septième place contre la Slovaquie !
La rencontre débute bien pour les chinoises, qui mettent un rythme d’enfer. Obtenant même une supériorité numérique. Les Danoises plient mais ne rompent pas. A la 8ème minute, Malene Frandsen profite d’un rebond laissé par la gardienne chinoise Jiaying Zhou (Kimberly Newell) pour ouvrir le compteur danois. Ce but, la fait entrer dans l’histoire du hockey danois. Loin d’être assommées par ce but, les chinoises développent leur jeu et obtiennent de belles opportunités, mais la jeune gardienne de 20 ans, Cassandra Repstock-Romme veille au grain. En deuxième période, les « Lady dragons » trouvent enfin la faille. La vétéran de 2010, Baiwei Yu lance depuis la bleue, et voit son tir dévié par Li Qiqi (Leah Lum) et tromper la gardienne danoise. Egalisation de la Chine.
Le tournant du match vient à 50 secondes de la fin du match. Ni Lin (Rachel Llanes) profite de la glissade de la capitaine danoise, Josefine Jakobsen, pour récupérer le palet et battre Repstock-Romme grâce à une belle feinte pour donner l’avantage aux Lady dragons. Suite à ce but, le coach danois n’a plus le choix, il sort Repstock-Romme, peine perdue car Li Qiqi profite de la cage vide pour compter son second but de la rencontre. Bonheur absolu pour la Chine qui remporte une belle victoire dans la perspective des quarts et énorme frustration pour des Danoises qui ont pourtant montré de belles choses.


🇷🇺 ROC 5 vs. 2 🇨🇭 Suisse / Groupe A /

Source image : IIHF.com – La joie des Russes

Durement touché par le Covid, c’est une équipe affaiblie du Comité Olympique Russe qui débute son tournoi. Face à une équipe de Suisse qui a des choses à se faire pardonner après la fessée reçue la veille face au Canada.
Dans un match important pour obtenir une bonne place en quart, le ROC et la Suisse se rendent coup pour coup. La première banderille de cette rencontre vient d’Ekaterina Dobrodeyeva qui profite d’une petite erreur de placement de la gardienne Andrea Brändli pour mettre un véritable coup de canon en haut de la zone du gardien. Ouverture du score pour les Russes. Piquée au vif, la Suisse égalise en supériorité numérique, à 2 minutes 44 de la fin de la première période, grâce à Lara Stalder qui profite du léger écran devant la gardienne Russe Maria Sorokina. Espoir de courte durée puisque 13 secondes plus tard, l’équipe Russe reprend l’avantage grâce à un tir de Polina Bolgareva qui dévie légèrement sur la jambe de Nicole Vallerio, juste assez pour tromper la vigilance de Brändli. En seconde période, les Russes ne lachent pas la pression, Alexandra Vafina n’arrive pas a convertir un 3 contre 1 pourtant tout fait. La réaction Suisse arrive lors d’un supériorité russe, Alina Müller reçoit une magnifique passe de la part de Noemi Rhyner et s’en va battre Sorokina de près. La Suisse se bat bien, mais va encore céder quand Anna Shibanova envoie un boulet de canon depuis la ligne bleue. Ce but encaissé est un tournant psychologique pour les Suissesses, qui vont encaisser un quatrième but par l’intermédiaire de Polina Bolgareva qui glisse le palet entre les jambières de la malheureuse Andrea Brändli.
Bolgarova va compléter son coup du chapeau quand elle prend une superbe passe de Vafina pour battre Brändli encore une fois entre les jambes. La messe est dite pour la Suisse, qui aura une grosse frayeur quand Alina Müller est frappée durement à la tête par Nina Pirogova. Mais heureusement pour les helvètes, Müller revient au jeu. Mais le score ne change pas. Les Russes exultent et pour la Suisse la migraine continue.

💪 La perf’ du jour 💪

Source photo : IIHF.com – Polina Bolgareva

Marquer un tour du chapeau pour son premier match en sélection, ça n’arrive pas souvent. Désormais la Russe Polina Bolgareva fait partie de ce club très select. Avec ses 3 buts aujourd’hui face à la Suisse, la joueuse du Comité Olympique Russe à largement laissé son empreinte sur la rencontre. Elle prend la tête du classement des meilleures buteuses de ce tournoi.

🔥 L’image du jour🔥

Source image : IIHF.com – le magnifique équipement de la gardienne chinoise

Les équipements de gardiens sont souvent aussi jolis qu’utiles (normal quand on prend des tirs dépassant en moyenne les 100-120 km/h.). Mais il faut reconnaitre que l’équipement de la gardienne chinoise Zhou Jiaying (Kimberly Newell) est une véritable œuvre d’art. Le symbole du dragon (animal sacré, symbole de bonheur, d’abondance, et de sagesse dans la mythologie chinoise) se trouve sur toutes les parties de l’équipement. Une originalité qui tranche avec les équipements plus « traditionnelles » des autres nations.

⭐ La joueuse étoile du jour ⭐

Source image : IIHF.com – Ni Lin (à gauche), notre joueuse étoile du jour

Notre joueuse étoile du jour est Ni Lin (Rachel Llanes). Certes sa coéquipière Lin Qiqi (Leah Lum) a compté deux buts, mais l’unique but compté par Ni Lin est un but historique pour le hockey féminin chinois. En effet, ce but permet à l’équipe nationale chinoise de mener un match olympique pour la première fois depuis 2010. Mais surtout de pousser l’entraineur suédois du Danemark, Peter Elander, à tenter un coup de poker et sortir sa gardienne Cassandra Repstock-Romme. Pari perdu puisque Ni Lin compte son deuxième but de la rencontre en cage vide, entérinant ainsi la victoire historique de la Chine.

😞 La déception du jour 😞

Source image : IIHF.com – La déception des Suissesses

Ca se complique pour la Suisse. Deuxième défaite en deux jours, de plus face à un adversaire direct pour une bonne position en quarts. Certes la très lourde défaite subie hier face au Canada peut en faire sourire certains, mais c’est, dans le fond, logique, au vu de l’écart de niveau entre le Canada et bon nombre de ses adversaires.
Autant, la défaite d’aujourd’hui fait mal. Il va de soi que les Suissesses sont sans doute émoussées physiquement, après avoir passé une heure à subir les vagues canadiennes. Mais face à une équipe Russe amoindrie par le Covid, les Suissesses se devaient d’en profiter. Malheureusement pour elles, il n’en a été rien. Oui, elles ont fait jeu égal. Oui c’est l’équipe la plus jeune du tournoi (seulement 22.74 ans de moyenne). Cependant, il va falloir réussir à scorer, surtout qu’avec des joueuses exceptionnelles telles qu’Alina Müller, Lara Stalder, Dominique Rüegg et Phoebe Stanz, il y a du répondant.
Alors beaucoup seraient tentés de pointer du doigt la cible facile : la gardienne. Alors oui, Andrea Brändli a fait quelques petites erreurs de placement, mais elle se démène sans cesse pour gommer les errements défensifs, donc l’effort doit être collectif.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :