Auto / Moto

Preview F1 2022 N°2 – Alfa Romeo, l’année du renouveau ?

Les Formules 1 sont de retour pour le plus grand bonheur de ses téléspectateurs. Le 18 mars prochain, la nouvelle saison du championnat du monde de Formule 1, sur le circuit international de Sakhir à Bahreïn. Pour mieux vous préparer au retour en piste, le CCS a décidé de publier une série d’articles portant sur les 10 écuries qui composent la grille cette saison. Au programme du jour, l’écurie Alfa Romeo.

Le Bilan de 2021

La saison 2021 d’Alfa Romeo n’a pas été à la hauteur en termes de résultats. Alors qu’elle semblait supérieure à Williams, elle n’a inscrit que 13 points en 22 courses, soit 10 de moins que les anglais. Malgré quelques bonnes performances en qualifications, Antonio Giovinazzi n’a su les convertir en points. L’italien compte seulement 3 points au compteur malgré 4 Q3 cette saison. Quant à son coéquipier Kimi Raikkonen, 2021 semble avoir été l’année de trop en F1. Surclassé en qualifications, il a tout de même majoritairement devancé son coéquipier en course. Il marque la majorité des points de son écurie cette saison.

L’ère hybride a été plus que compliquée pour Sauber-Alfa Romeo. L’écurie n’a cessé de vagabonder entre la 8e et 10e place depuis 2014. Comme un symbole, ses deux monoplaces abandonnent lors du dernier Grand-Prix d’Abu Dhabi en décembre dernier.

Saison décevante pour Alfa Romeo en 2021 (photo: Kimi Raikkonen, crédit: Wikipedia Commons)

La préparation mouvementée de la saison 2022

La saison 2022 marque donc un tournant pour Alfa Romeo. Pourtant, difficile de dire qu’elle aborde cette saison dans les meilleures conditions. Si certains points peuvent rassurer ses fans, d’autres en revanche peuvent nourrir des inquiétudes.

Parlons d’abord des points négatifs. La présence d’Alfa Romeo en F1 la saison prochaine n’était pas garantie il y a quelques mois encore. Des inquiétudes subsistaient encore quant à la stratégie de Stellantis, propriétaire d’Alfa Romeo, vis-à- vis de sa présence en F1. Cependant, le groupe a annoncé la prolongation de l’accord liant la firme italienne à Sauber en juillet dernier. Malgré cela, il a longtemps été question d’un rachat par Andretti Autosport. Rachat qui a finalement capoté alors qu’un accord était proche selon diverses sources. Nul doute que tout cela combiné à des résultats décevants a sans doute affecté le moral des troupes.

Les motifs d’espoir pour Alfa Romeo

Heureusement pour Alfa Roméo, des signaux positifs existent. Premièrement, le Team directeur de l’écurie Fred Vasseur a avoué qu’ils préparent la voiture de 2022 depuis le début de la saison 2021. L’écurie en a fait les frais pour 2021 mais pourrait en tirer les bénéfices pour 2022. Les ingénieurs d’Alfa Romeo auront eu plus de temps pour trouver des brèches dans la réglementation 2022 par rapport aux autres équipes. De plus, malgré de mauvais résultats, c’est l’une des équipes qui a le plus progressé en 2020 en termes de performances, grâce aux évolutions du moteur Ferrari. Du coté financier, le plafond budgétaire favorise les petites équipes comme Alfa Romeo. D’autant plus qu’en 2022 avec l’arrivée de nouveaux sponsors, l’écurie aura un budget très proche de ce plafond.

Concernant la relation Ferrari-Alfa Romeo en 2022, des changements vont intervenir. Ecurie cliente de Ferrari, Alfa Romeo bénéficie du même moteur que Ferrari et Haas. En 2022, ils bénéficieront aussi des améliorations apportées par Ferrari. Cependant cette année, l’écurie suisse a décidé de développer elle-même sa propre boîte de vitesses et ses suspensions arrière. Auparavant, ces pièces primordiales dans une F1 étaient développées et fournies par Ferrari. Il n’y a cependant aucune garantie que ce choix stratégique fait par Alfa soit le bon.

Valtteri Bottas

Après de nombreuses années chez la meilleure écurie du plateau, Valtteri Bottas risque de se retrouver dans une écurie de milieu voire de fin de tableau. Une position qu’il n’a connu que lors de sa première saison en F1 chez Williams en 2013. Avec un contrat longue durée, Alfa Romeo lui donne la confiance qu’il a longtemps cherché chez Mercedes, en vain. Il est le pilote n°1 de l’écurie pour 2022.

Souvent dans l’ombre de son coéquipier septuple champion du monde, son passage chez Mercedes a selon lui « un goût d’échec ». La saison passée, bien qu’il n’ait remporté qu’un seul Grand-Prix, il a permis à Mercedes d’obtenir un 8e championnat constructeur de suite. Expérience acquise chez Mercedes. Alfa Romeo compte bien bénéficier de l’expérience qu’il a accumulée au sein de la meilleure écurie du monde pendant 5 ans. Sur la piste, voir Bottas derrière Guanyu Zhou serait pire qu’une humiliation pour le finlandais, tant la tâche semble simple.

Guanyu Zhou

Seul rookie pour la saison 2022, Guanyu Zhou arrive en F1 en ayant beaucoup de choses à prouver. Son recrutement est probablement basé sur des considérations financières et commerciales plus que sportives. Premier pilote chinois de l’histoire de la F1, il devrait mettre un peu plus en lumière la discipline en Chine. Troisième de F2 l’an dernier, il a souffert de la comparaison avec Oscar Piastri, le dernier champion de F2. Pour beaucoup, l’australien aurait mérité sa place en F1, plus que Zhou.

En étant le seul rookie cette saison, Guanyu Zhou n’aura pas trop de pression. De plus, personne n’attend de lui qu’il gagne le duel avec son coéquipier. Avec ses 4 victoires en 2021 à l’échelon inférieur, il a montré qu’il avait du talent. La question est désormais de savoir s’il peut faire face aux meilleurs la saison prochaine ou non. Son passif ne plaide pas en sa faveur, d’autant plus que nombre de pilotes talentueux se sont cassé les dents en arrivant en F1. A lui de nous surprendre et de montrer qu’il n’est pas là que pour de mauvaises raisons.

Les attentes de la rédac’

Pour chaque écurie, les membres de la rédaction sports mécaniques du CCS ont livré leurs attentes face à cette nouvelle saison 2022 pleine d’interrogations et de révolutions. Pour ce qui est d’Alfa Romeo, l’optimisme n’est pas de mise pour la saison prochaine.

Eliott : Le leadership doit venir de Bottas, il doit tirer l’écurie vers le haut, que celle-ci regarde vers le haut du classement et non vers le fond de grille. 

Cyprien : Bottas en leader fera quelques exploits, mais la voiture et l’équipe ne semblent pas armés pour rivaliser avec le bas du midfield. Zhou en difficulté pour sa première saison.

Guillaume P : Bottas fait des miracles en qualifs et parvient à ramener quelques points dans la dernière force du plateau.

Thomas : Profiter de l’expérience de Bottas pour développer la voiture, se place régulièrement en Q2

Guillaume H : L’écurie a tout fait pour être la potentielle surprise de cette saison. Malheureusement, difficile d’imaginer avant les essais de Barcelone et de Bahrein comment l’équipe peut lutter régulièrement pour des places dans les points.

Maxime : Une saison très difficile pour Alfa Roméo qui va surement offrir quelques coups d’éclat par Bottas. Mais le manque global de performance de la monoplace ne permettrait pas de faire beaucoup plus…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :