Rugby

Tournoi des VI nations : Les jeunes joueurs à suivre dans le XV du chardon

Le tournoi des VI nations n’a jamais semblé autant resserré entre les différentes équipes. Bien difficile celui qui peut prédire le classement final au soir du 19 mars après le Crunch. Si cette édition est aussi indécise, c’est en raison des générations proposées par les sélectionneurs. Le continent européen n’a peut-être jamais eu autant de joueurs aussi talentueux en même temps. Il suffit de regarder les listes dévoilées pour voir la jeunesse au pouvoir dans certains effectifs. La rédaction vous propose un petit tour des joueurs à suivre cette année. Aujourd’hui, les jeunes écossais annoncés pour ramener le XV du chardon vers les sommets. 

Kyle Rowe, l’ailier surprise des London Irish

L’écossais expatrié au London Irish est un véritable danger dans l’une des équipes les plus joueuses du pays. Arrivé l’été dernier après seulement un match professionnel joué avec Édimbourg, il a largement contribué au bon début de saison de l’équipe de Brentford. Il a profité de la blessure de Ben Loader pour trouver une place de titulaire sur l’autre aile d’OHC. Il est un parfait finisseur mais aussi un joueur capable d’apporter du danger à la moindre accélération. Il n’est donc pas étonnant de le voir se fondre parfaitement dans le jeu pratiqué de l’équipe anglaise. 

Contrairement à d’autres joueurs, Rowe s’est révélé sur le tard. Déjà âgé de 24 ans, il n’a qu’une saison et demie dans le monde professionnel à XV. Il a monté tous les échelons au sein des différentes équipes de jeunes. Il a évolué aussi à sept ce qui lui a permis de progresser dans de nombreux domaines et devenir ainsi un ailier plus polyvalent que ce soit en attaque pour prendre de vitesse les défenseurs mais aussi défensivement en étant agressif sur son vis-à-vis. Le match qui lui a probablement permis d’avoir un nouveau statut est celui contre les Saracens où il parvient à inscrire 3 essais cruciaux dans une folle remontée des London Irish réduit à 14. Ils arrachent le match nul après avoir été menés 8 à 34. Il est l’artisan de ce retour à égalité contre l’une des meilleures équipes du pays. 

( skysports.com )

Cette saison, il impressionne avec cinq essais en championnat et un en Challenge Cup pour ses débuts dans cette compétition contre son ancienne équipe d’Édimbourg. Même s’il est loin des 13 franchissements de son coéquipier OHC, Kyle Rowe n’est pas en reste avec 6 unités. Il faut ajouter à cela 27 défenseurs battus. Il n’est donc pas étonnant de le voir retenu par Townsend pour préparer le tournoi. Même si le XV du chardon n’est pas en manque d’ailier avec des joueurs installés depuis l’année dernière, son côté dynamique peut lui ouvrir les portes du groupe de 23. Le changement d’air en descendant vers le sud de l’île semble lui avoir fait du bien et cette première convocation lui permet d’avoir plus d’expérience. Il est un joueur à surveiller dans les prochains mois pour l’Écosse s’il continue dans ce sens. 

Rufus McLean, le jeune espoir de Glasgow

Il est l’autre ailier qui fait parler de lui en ce début de saison du côté de Glasgow. Il faut dire que Rufus McLean a vu l’année 2021 comme un tournant dans sa carrière. Il est plus jeune que Rowe et a déjà montré un énorme potentiel. Né à Boston, il est retourné avec sa famille en Écosse, leur pays d’origine. Il s’est rapidement intéressé au monde du rugby, grandissant au sein des différentes écoles du pays. Il montre rapidement sa maturité et sa capacité à pouvoir accélérer pour faire la différence. 

Dans ses jeunes années, il a été placé au poste de numéro 15 par ses entraîneurs. Considéré comme un joueur technique, il utilise ses talents pour se montrer dangereux à la relance grâce à sa vitesse. Dans un rugby moderne où les ailiers sont toujours plus rapides, Rufus McLean est l’emblème de ce style de jeu. Ses crochets sont impressionnants où il parvient à prendre le dessus sur son vis-à-vis. Repéré rapidement dans les différentes catégories jeunes de l’Écosse où il participe au tournoi des – 20 ans en 2019 et 2020 puis signe durant l’été un contrat avec les Warriors de Glasgow. Il fait ses débuts au début de l’année 2021 en tant que titulaire lors du derby contre Édimbourg. Il montre rapidement sa facilité technique. Après ce match, une nouvelle chance lui est donnée contre l’Ulster.

Après deux bonnes performances, il ne quitte plus le XV de départ de l’équipe écossaise. Il inscrit son premier essai contre le Leinster au match suivant. Sur la saison entière, il inscrit 3 essais et fait même ses débuts en Challenge Cup contre les futurs champions Montpelliérains. Il marque les esprits lors du match contre les Dragons où il part de ses 22 mètres à la suite d’une touche hasardeuse. Il réussit à éviter les plaquages. Grâce à sa vitesse et ses crochets, il file vers l’en but pour inscrire l’essai de l’année du côté des Warriors. 

( Craig Watson – http://www.craigwatson.co.uk. )

Une première demi-saison prometteuse. Il est alors attendu pour confirmer cette année d’autant que de nombreux observateurs parlent de lui pour une sélection à l’automne. Titulaire sur l’aile, il se montre toujours précieux pour apporter le danger grâce à sa vitesse. Avec 10 franchissements et 404 mètres parcourus ballon en main, il fait partie des meilleurs dans ces deux catégories. Cette année, il a aussi progressé en défense avec 85 % plaquages réussis contre 76% la saison passée. Une marge de progression dans ce domaine nécessaire face à des ailiers toujours plus techniques et rapides. Pas forcément l’ailier le plus productif en terme d’essais, il sait tout de même marquer lorsque son équipe en a besoin comme le week-end dernier contre le Connacht où il inscrit 2 essais. 

Il s’impose comme une option pour Gregor Townsend qui a le choix parmi tous les ailiers de la région. Duhan van der Merwe et Darcy Graham sont les favoris tandis que Rowe et McLean sont encore jeunes et n’ont pas beaucoup d’expérience pour entrer immédiatement dans le tournoi des VI nations. Il a tout de même fait ses débuts lors des matchs d’automne en disputant le premier match contre les Tonga. Il est devenu le premier joueur né dans les années 2000 à enfiler un maillot du XV du chardon. Il inscrit deux essais pour fêter sa première sélection. Il est ensuite titularisé contre l’Afrique du Sud à la surprise générale. Une performance en demi-teinte où il aura eu du mal à tenir défensivement même si offensivement il a tenté de faire avancer son équipe par ses courses. 

Cette titularisation contre les champions du monde en titre montre la confiance de Townsend en son joueur. Il peut être une alternative sur le banc pour rentrer en fin de match et profiter des espaces laissés par les défenses empruntées physiquement. Quoi qu’il arrive, Rufus McLean est l’avenir du XV du chardon. 

Ewan Ashman, le talon moderne écossais

Le talonneur écossais expatrié en Angleterre est l’une des pièces maitresses de cette équipe. Il faut dire qu’il impressionne depuis son plus jeune âge. Malgré un physique impressionnant, il possède une vivacité et une agilité lui permettant de faire partie de cette nouvelle génération d’avants capables d’évoluer dans tous les registres. Il fait penser à Sheehan du côté irlandais avec sa faculté d’accélérer en bout de ligne et de pouvoir résister à des arrières rapides. 

Né au Canada, il évolue dans les différentes catégories jeunes avec le XV du Chardon. Il participe au tournoi des VI nations des moins de 20 ans en 2019 mais aussi à la coupe du monde durant l’été où il inscrit 7 essais. Une performance impressionnante pour un talonneur mais qui montre déjà son importance dans le jeu. Avec sa puissance, il n’a pas peur du contact, son vis-à-vis se retrouvant souvent en grande difficulté pour l’arrêter. Il n’est pas rare de se retrouver au sol après une charge de sa part. Il faut dire qu’Ewan Ashman est à bonne école dans ce domaine puisqu’il fait ses premiers pas dans le monde professionnel à Manchester chez les Sharks. Il fait ses débuts lors de la reprise de la saison après la pandémie après un nouveau tournoi des moins de 20 où il impressionne par sa puissance et sa vitesse.  

L’année suivante, il continue de grimper dans la hiérarchie en se contentant de matchs en tant que remplaçant. Il entre en jeu pour continuer à martyriser les défenses adverses déjà épuisées par la puissance développée par les Sharks. Polyvalent, il est aussi un joueur précieux en défense. Il ne subit pas l’impact ce qui permet de maintenir sa défense à niveau. Pour montrer l’importance qu’il a aux yeux des Sharks, ces derniers ont dans un premier temps envoyé Ashman en prêt du côté des Warriors pour avoir du temps de jeu. Néanmoins les blessures de Tommy Taylor et Curtis Langdon ont forcé Alex Sanderson à revoir ses plans. Après quelques jours d’entraînements avec l’équipe écossaise, l’équipe de Sale met fin au prêt pour le titulariser dans l’alignement. Depuis, il marche sur l’eau s’imposant comme une pièce maitresse devant. 

( R. Cheyne/Reuters )

Il a eu l’occasion de participer aux matchs de l’Écosse cet automne en affrontant l’Australie et l’Afrique du Sud. Il a marqué les esprits grâce à son essai en bout de ligne contre les Wallabies. Un essai d’arrière où il parvient, grâce à son agilité, à aplatir le ballon sans mettre le pied en touche. Un essai qui a fait le tour du monde. Il permet à son équipe nationale de l’emporter et montre un peu plus sa capacité à s’inscrire dans ce XV du chardon. Une sélection en difficulté en première ligne chez les piliers mais qui possède de nombreux candidats au poste de talonneur. Entre George Turner, Stuart McInally ou encore Fraser Brown, il doit faire face à une concurrence accrue. Même s’il n’a pas été retenu pour la première rencontre contre le XV de la rose, il n’est pas possible que Townsend ne tente pas de le lancer durant ce tournoi. 

Depuis ses deux premières sélections, il semble avoir franchi un nouveau palier. Si l’Écosse subit trop chez ses avants, Gregor Townsend sait qu’il peut compter sur Ashman pour apporter du sang neuf. 

Sione Tuipulotu, le centre puissant venu du sud

Il revient de loin après plusieurs saisons au sein du Super Rugby puis dans le championnat japonais. À la suite de son arrivée cette année à Glasgow, il semble avoir trouvé l’équipe parfaite pour s’exprimer. Il faut dire qu’il n’a jamais eu la chance de pouvoir montrer son talent chez les Rebels de Melbourne. Il a rarement été titulaire, ne jouant que des bouts de match au sein d’une équipe en grande difficulté. Il s’est ensuite envolé au Japon pour évoluer avec les Shizuoka Blue Revs. Deux saisons loin des projecteurs avant de découvrir un nouveau continent avec Glasgow. 

Il arrive pour prendre une place de titulaire pour venir au sein d’une équipe jeune avec l’ambition de retrouver les sommets de l’URC. Rapidement, il s’épanouit dans un jeu offensif où il est le détonateur des lignes arrière. Il est souvent à l’initiative des avancées écossaises pour accélérer le jeu. Il est capable d’évoluer sur les deux postes de centre même s’il est plus à l’aise en second centre. À l’image de ceux venant de l’hémisphère sud, il allie la puissance et la vitesse pour casser la ligne défensive. Il est aussi technique avec des crochets permettant de prendre à défaut ses vis-à-vis. Une fois lancé, il est difficile à arrêter. 

( Getty Images )

Cette année, il est probable que peu de centres peuvent  se prévaloir de telles performances. En 9 matchs au sein de l’équipe de Glasgow, il a déjà inscrit 4 essais, le cinquième plus gros total en URC. Il faut ajouter à cela 7 franchissements, 8 offload et 309 mètres parcourus ballon en main. Des statistiques impressionnantes montrant la capacité du joueur à s’immiscer au sein d’un groupe pour le rendre encore meilleur. Il est l’un des joueurs qui tentent le plus avec 81 courses déjà réalisées en ce début de saison. Dès qu’il a le ballon, il cherche les espaces au sein de la défense pour permettre à son équipe d’avancer. Puissant, il permet de monopoliser parfois 2/3 à défenseurs et ainsi créer des espaces pour ses arrières si le ballon sort vite. Défensivement, il est aussi bon et il ne recule pas à l’impact. Il peut permettre de couvrir son ouvreur Ross Thompson lors d’offensives adverses. 

Malgré une seule année en Écosse, il a fait partie de l’équipe durant la tournée d’automne jouant un match en tant que titulaire contre les Tonga. Grâce à une grand-mère venant de Glasgow, il a été éligible pour jouer sous les couleurs écossaises. Le poste de centre est fourni avec Chris Harris, Sam Johnson mais aussi Redpath. Des joueurs aux qualités différentes mais Tuipulotu est le seul à être dans ce registre alliant défense et puissance. Gregor Townsend semble l’avoir compris puisqu’il a décidé de le mettre sur le banc pour le match contre l’Angleterre samedi. Il aura l’occasion de rentrer en cours de match pour casser une défense probablement déjà entamée physiquement. 

Rory Darge, la pépite écossaise en troisième ligne

Il est la nouvelle pépite du rugby écossais en troisième ligne. Dans une équipe des Warriors propulsée par sa nouvelle génération, il crève l’écran dans le pack de Glasgow. Polyvalent que ce soit offensivement ou défensivement, il donne le meilleur de soi-même pour mener son équipe. Malgré son jeune âge, il fait preuve d’une maturité impressionnante pour apparaître comme un leader chez les avants. Il aime avoir le ballon en main pour faire avancer son équipe et casser la ligne défensive. Troisième ligne technique, il peut permettre à son équipe d’accélérer grâce à ses nombreux offload. 

Il est monté rapidement au sein du rugby écossais pour se positionner comme l’un des futurs talents à ce poste au sein du XV du chardon. Pourtant, cette saison est sa première entière dans le monde professionnel. Auparavant, il a eu une première expérience lors du tournoi des VI des -20 ans en 2020. Lors de la compétition, le capitaine a évolué au poste de numéro 8.  Un moyen pour lui de pouvoir être encore plus polyvalent. Il fait ses débuts la même année avec Édimbourg dans un match contre le Leinster. Sa seule opportunité au sein de l’équipe de la capitale avant de partir pour Glasgow et disputer la Rainbow Cup. Il y dispute la majorité des matchs dont 3 en tant que titulaire. Il montre rapidement ses qualités de défenseurs. Une première opportunité qui lui ouvre les portes d’une place de titulaire la saison suivante. 

( Craig Williamson/SNS Group via Getty Images )

Il a commencé l’année sur les mêmes bases en tant que titulaire d’une équipe à gros potentiel avec sa jeunesse dorée. Sur 12 matchs disputés, il les a tous entamés en tant que titulaire au poste de numéro 7. Il découvre les joies de la Champions Cup où il montre un beau visage sans être impressionné par l’enjeu. Au sein de l’URC, il ne donne pas l’impression d’être dans sa première année. Sur les 8 matchs disputés, il est déjà à 6 franchissements, 251 mètres parcourus ballon en main et 7 offload. Par ces statistiques, Rory Darge montre son talent offensif pour casser la ligne défensive mais aussi accélérer le jeu. Une fois lancé, il est difficile à arrêter. Il faut parfois deux ou trois joueurs pour l’arrêter. Il peut aussi marquer des essais avec son premier contre Trévise. Défensivement, il manque très peu de plaquages, atteignant les 94% de réussite et 8 ballons gagnés sur des grattages. Enfin, il n’a concédé qu’une pénalité cette année, montrant sa propreté dans les ruck. 

Alors quel avenir pour lui au sein du XV du chardon ? Ses performances sont sans commune mesure cette année. Son problème est probablement d’avoir face à lui Hamish Watson, le meilleur joueur du tournoi l’année dernière et l’un des meilleurs Flanker du monde. Pour son coéquipier Jack Dempsey, Rory Darge lui fait penser à Michael Hooper:  » Avant de venir ici, j’ai joué à peu près tous les matchs à côté de Michael Hooper et c’est la première chose qui ressort – en ce qui concerne le moment où vous avez un sept comme ça qui peut simplement courir toute la journée – pour 85 ou 90 minutes si besoin  » ( Jack Dempsey ). Des louanges à l’égard du jeune joueur qui sont mérités au vu de ses performances. Il est certain que Gregor Townsend voit en lui le futur de son équipe. Dès cette année, il peut avoir l’occasion de faire quelques feuilles de match et découvrir le tournoi en rentrant en jeu.

Pour découvrir les autres épisodes des jeunes à découvrir dans ce tournoi :

L’Irlande

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :