Hockey Hockey International JO Hiver 2022

J.O Pékin | Hockey féminin : Présentation finale

C’est un combat de titans. LA plus grande rivalité du hockey féminin entre deux équipes qui se connaissent par cœur, qui se respectent, mais qui, une fois sur la glace, se détestent. Pour la 6ème fois depuis 1998, la finale du tournoi olympique va voir s’affronter le Canada et les USA.

🥇 Finale du tournoi olympique🥈

🇨🇦 Canada vs. USA 🇺🇸

Source : PETR DAVID JOSEK, ASSOCIATED PRESS

Lors de leur premier affrontement, le 8 février dernier. Les deux équipes sont invaincues. Le Canada, en mode machine à scorer, vient de marquer 29 buts sur 167 tirs lors de ses 3 premiers matchs (12-1 contre la Suisse, 11-1 contre la Finlande et 6-1 contre le Comité Olympique Russe). Les USA n’ont pas été trop inquiétées. 3 victoires, sur des scores certes moins flamboyants que leurs rivales, mais larges quand même (5-2 contre la Finlande, 5-0 contre le ROC et 8-0 contre la Suisse).
Tous les regards sont dirigés vers le Wukesong Sports Centre pour se faire une idée réelle du potentiel des deux nations.

Durant la partie, les USA surdominent le Canada au nombre de tirs (53 contre 27) et pourtant, c’est le Canada qui remporte cette première manche. Pour les Américaines, la raison de cette défaite est facile à trouver : Une inefficacité criante. Oui, Ann-Renée Desbiens, la gardienne canadienne, a eu de la chance, notamment quand le palet, après avoir frappé le poteau, lui tape dans le dos pour finalement passer juste à coté du but, oui elle a bloqué les tirs (51 pour être précis, un record pour un.e gardien.ne Canadien.ne), elle termine la rencontre avec 96,2% d’arrêts !
Mais ce n’est pas possible pour une escouade offensive parmi les plus talentueuses de l’histoire du hockey féminin, d’être incapables de mettre le palet au fond des filets. Surtout que le Canada a une fâcheuse tendance à être souvent pénalisé (6 pénalités contre seulement 1 aux USA). Et pourtant rien n’a semblé fonctionner pour les Américaines. Le Canada s’est montré intraitable en attaque, scorant 4 buts sur Maddie Rooney.

Fiche : match de poule

Canada : Brianne Jenner (Sarah Fillier, Marie-Philip Poulin), Brianne Jenner (Sarah Nurse), Jamie Lee Rattray (Natalie Spooner, Micah Zandee-Hart), Marie-Philip Poulin

USA : Dani Cameranesi (Kelley Pannek, Cayla Barnes), Alex Carpenter (Amanda Kessel, Megan Keller)

🗝️ Les clefs du match :

Source : IIHF.com

🇨🇦 Canada

Le Canada est en mission, celle de reprendre la médaille d’or perdue il y a 4 ans à PyeongChang. Pour ce faire, les joueuses ne vont pas refaire la même erreur qu’en 2018, où les canadiennes ont sans doute pêché par excès de confiance. Depuis le début du tournoi, on sent que cette équipe est concentrée sur le même objectif : Remonter sur le toit de l’Olympe. Rarement mis en difficulté, l’escouade canadienne semble taillée pour remplir leur mission. Leur attaque est phénoménale, leur défense est intraitable (malgré le nombre de tirs subi contre les USA). Toutefois les joueuses de Troy Ryan vont compter sur les exploits de leur gardienne Ann-Renée Desbiens. Avec sa nature calme, posée, et diablement efficace, Desbiens va devoir utiliser chaque once de son talent pour bloquer l’armada américaine.
Autre point important pour les canadiennes : éviter la prison ! Au moment d’écrire cette présentation, le Canada est l’équipe la plus punie du tournoi : 32 pénalités (soit 64 minutes) en seulement 6 matchs ! C’est une moyenne de 5,3 pénalités par match, c’est beaucoup trop. Surtout face à des scoreuses comme Hilary Knight, Alex Carpenter ou encore Kendall Coyne Schofield

☑️ Continuer la production offensive
☑️ Ne pas prendre de pénalités
☑️ Être plus efficace défensivement pour éviter de prendre plus de 50 tirs

🇺🇸 USA

Les américaines vont devoir enfin briser la tendance du « dominer mais ne pas scorer ». Cette tendance qui date de la première rencontre dans ce tournoi contre le Canada, a continué face aux Tchèques et la Finlande. Il va falloir améliorer la production offensive qui est actuellement la 5ème du tournoi.
Défensivement, il va falloir réussir à enrayer le rouleau compresseur canadien. Le danger c’est qu’en face, toutes les joueuses sont capables de scorer, donc il va falloir être pragmatique et efficace.
Devant une équipe qui a tendance à prendre des pénalités, il va falloir en profiter. Le powerplay US est le quatrième du tournoi, c’est bien, mais le PK des canadiennes est la deuxième du tournoi, donc il va falloir capitaliser sur les équipes spéciales.

☑️ Améliorer l’efficacité offensive
☑️ Profiter des avantages numériques
☑️ Enrayer l’attaque de feu du Canada

Source : Twitter @tsn_sports

🔮 Notre pronostic : Le Canada

Le Canada va effacer la défaite d’il y a 4 ans. Leur sentiment de vengeance va leur servir dans une rencontre serrée (comme souvent entre ces deux équipes). De leur coté, les américaines vont encore avoir les possibilités, mais leur talon d’Achille, l’inefficacité offensive va se faire sentir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :