A l'affiche Foot Ligue Europa Conference

Celtic – Bodø /Glimt, entre histoire et modernité

Environ 1000 ans après la fin de l’ère Vikings sur les Îles Britanniques, les Norvégiens du Bodø/Glimt ont réussi où leurs prédécesseurs ont échoué : s’imposer en Écosse contre le Celtic. Ces deux clubs aux histoires opposées connaîtront le dénouement de leur rencontre ce soir, jeudi 24 février 2022.

Bodø /Glimt, enfin au sommet

En Norvège, le club historique, le plus titré et le plus grand est le Rosenborg FK. Le club de Trondheim remporte ainsi 26 championnat, 12 coupes, 4 Supercoupe et 1 Coupe de la Ligue. Si Molde a su maintenir la concurrence durant les années 2010, un autre club démarre en trombe la décennie actuelle : le FK Bodø/Glimt. L’équipe en jaune et noir se place au sommet du pays Scandinave en 2020. Il réitère cet exploit en novembre dernier. Ces deux titres de champions lui permettent alors d’accéder aux tours préliminaires de la Ligue des Champions.

Les joueurs du Bodø/Glimt célébrant un but en Conférence League. (Crédit : Infos Sport)

Bodø/Glimt voit le jour en 1916, en tant que Fotballklubben Glimt. Toutefois, le club de la ville de Bodø ne parvient pas à devenir un grand de Norvège. Avec seulement 2 Coupes de Norvège dans son histoire, il reste un club de milieu de tableau qui alterne entre la 1ère et la 2ème division. En 2017, les Norvégiens remontent en Eliteserien. Ils y restent jusqu’à aujourd’hui après une période d’ascenseur entre les deux premières ligues. Ils affrontent donc ce soir, jeudi 24 février 2022, le Celtic au Aspmyra Stadion pour le barrage retour d’Europa Conference League.

« L’équipe est habituée à attaquer, mais là, elle devait savoir défendre pour se qualifier. Ce genre de moments, en Coupe d’Europe, vous rend plus cynique. »

Bjørn Mannsverk, préparateur mental du Bodo/Glimt lors d’une interview pour SOFOOT

Un homme apparaît comme le visage de cette ascension : Kjetil Knutsen. L’entraîneur de 53 ans arrive alors en janvier 2018. Après la remontée en 2017, le club laisse les clés au Norvégien inexpérimenté au haut niveau. Après une première saison difficile, il se rattrape en 2019 en terminant vice-champion de Norvège. Puis, bien sûr, double vainqueur de l’Eliteserien. Sa volonté est de de jouer vers l’avant, à travers un 4-3-3 assez offensif qui fonctionne. La saison 2020 reste d’ailleurs la plus impressionnante. Le Bodø/Glimt inscrit 103 buts en seulement 30 matchs.

Celtic, un géant endormi

Dans le football, le Celtic Glasgow est un véritable monument. Le club écossais existe ainsi depuis la fin du XIXème siècle. Sa rivalité avec les Glasgow Rangers figure parmi les plus célèbres et suivies de l’histoire du football. Il faut dire que les deux clubs cumulent 106 championnats, 73 Coupes d’Ecosse et 47 Coupes de la Ligue. L’équipe vêtue de vert et de blanc est un grand parmi les grands chez les compatriotes d’Andrew Robertson. En Europe aussi, le Celtic garde une certaine renommée, notamment grâce au Celtic Park et ses supporters mythiques, reconnus à travers tout le continent.

« Nous ne voulons pas vivre avec l’histoire, être comparés aux légendes du passé. Nous devons créer de nouvelles légendes. »

Jock Stein, l’un des plus grands entraîneurs de l’histoire du Celtic

En effet, The Bhoys remportent une Coupe d’Europe des Clubs Champions, l’ancêtre de la Ligue des Champions, en 1967. Toutefois, depuis, plus aucun trophée européen n’entre dans la vitrine du Celtic. Ils accèdent seulement en finale de la C1 en 1970 et de la C3 en 2003. La Scottish Prem étant un championnat considéré comme « mineur », il est difficile d’attirer les grands joueurs, malgré le prestige du club. Les verts et blancs doivent chaque année recruter intelligemment, avec le risque de perdre leurs meilleurs éléments. La compétitivité dans les différentes Coupes d’Europe reste alors très compliquée.

Reo Hatate et les joueurs du Celtic, de nouveau leaders du championnat écossais. (Crédit : The Japan Times)

Le Celtic Glasgow est donc un géant d’Europe encore endormi, prêt à attendre de nouveau son heure avec patience. Sa politique de recrutement demeure encore très intéressante (Jota, Hatate ou plus anciennement Van Dijk), ce qui leur a valu de retrouver le titre de champion après l’avoir perdu la saison dernière au profit des Rangers. Les hommes d’Ange Postecoglou chercheront ainsi à profiter de cette Europa Conference League pour glaner un nouveau titre européen. La première étape se passe donc en Norvège, avec le match retour de la soirée contre le Bodø/Glimt, qui souhaite aussi remporter son premier trophée européen.

Avantage norvégien

L’expérience des compétitions européennes et le palmarès ne permettent pas la victoire assurée. Le match aller entre le Celtic Glasgow et le Bodø/Glimt le prouve encore une fois. Les Norvégiens ont pris une bonne avance avant la rencontre retour face à un Celtic presque impuissant. Les attaques dévastatrices des hommes de Kjetil Knutsen leur permettent de remporter le match aller 3 buts à 1. Même si la règle du but à l’extérieur a disparu et que les Écossais ont encore toutes leurs chances, le Bodø/Glimt reste le grand favori pour accéder aux huitièmes de finale de l’Europa Conference League.

Battle de hip-hop lors du match aller entre le Celtic et le Bodø/Glimt. (Crédit : Head Topics)

« Nous sommes ici, avoir une bonne séance d’entraînement avec les garçons, les préparer pour un match difficile demain, est beaucoup plus important pour moi. »

Ange Postecoglou, l’entraîneur du Celtic avant le match retour

Cette double confrontation s’apparenterait presque au combat de David contre Goliath. Le géant Celtic, l’un des favoris de la compétition sur le papier, avec Leicester ou encore l’AS Roma, face à l’outsider, celui que personne n’attend, le Bodø/Glimt. Toutefois, la victoire 6 buts à 1 en phase de poule des Norvégiens a tout de même instauré un minimum de reconnaissance, jusqu’alors inconnus du grand public. La victoire au légendaire Celtic Park permettra à de nombreux fans de football de placer le club de Bodø/Glimt sur une carte. Un seul club norvégien avait donc réussi cette prouesse : le Rosenborg FK.

La première manche a donc été remportée par l’outsider. La seconde se jouera dans le « petit » Aspmyra Stadion de la ville de Bodø. Une motivation en plus pour ce club qui souhaite créer la grosse surprise de la première édition de la Conférence League.

Source image mise en avant : Italian Football

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :