Draft LNH Hockey

LNH – Carnet des Recrues n°10 : Seider étincelant, Bunting impressionnant !

Année après année, le repêchage et l’arrivée de nouvelles recrues dans la LNH sont des attractions qui animent les débats des analystes et des partisans. Entre course au trophée Calder ou apprentissage dans les clubs écoles, ces jeunes joueurs tentent de se démarquer pour s’établir dans la grande Ligue et devenir les nouveaux visages de leur franchise. Le CCS vous propose ainsi son carnet des recrues qui vous permettra, tout au long de l’année, de suivre et de découvrir les jeunes pousses de la Ligue Nationale mais ceux aussi qui font leurs classes dans les autres ligues américaines ou européennes.

Dans le but de mettre en valeur les joueurs qui se démarquent dans la LNH ainsi que vous faire découvrir ceux qui brillent dans les ligues parallèles, ce carnet des recrues est découpé en plusieurs sections. Dans un premier temps, nous vous délivrons notre Top 5 des recrues actuellement en action dans la Ligue, auquel nous ajouterons quelques mentions honorables. Ensuite, nous passerons sous la loupe des joueurs, déjà repêchés, évoluant ailleurs en Amérique du Nord (AHL, CHL, NCAA) et en Europe. De Montréal à Anaheim, de la LHJMQ à la KHL, nous scruterons pour vous les futures stars de demain.

Retrouvez les épisodes précédents ici :
Carnet des Recrues n°1 // Carnet des Recrues n°2
Carnet des Recrues n°3 // Carnet des Recrues n°4
Carnet des Recrues n°5 // Carnet des Recrues n°6
Carnet des Recrues n°7 // Carnet des Recrues n°8
Carnet des Recrues n°9

🏆 Le Top des Recrues LNH 🏆

Pour cette dixième édition du Carnet des Recrues, le CCS vous propose le classement des cinq meilleurs recrues sur le début de saison en LNH en prenant en compte la dynamique en cours. Un classement qui prend en compte les performances sur l’ensemble de la saison tout en priorisant la dernière période étudiée, c’est-à-dire du 13 au 26 février 2022 inclus.

Dans tous les cas, la majorité des recrues que nous verrons aujourd’hui ont disputé plus de 50 rencontres. Les critères mis en avant sont simples : régularité, bilan collectif, impact sur le jeu et statistiques individuelles.

1️⃣ Moritz Seider (Défenseur, Detroit Red Wings) ⏹️ =

Crédit: News FR-24

Statistiques sur la période étudiée : du 13 au 26 février 2022 [LNH]
Classement précédent : 1️⃣

Nombre de rencontres : 4 / Temps de jeu moyen : 25:43

0 But / 7 Passes / 7 Points

Bilan : 1 victoire / 3 défaites / 0 défaite en prolongation

Statistiques sur la saison : 53 matchs, 5 buts / 34 passes / 39 pts / TDG : 22:55- Bilan : 23-24-6

Mortiz Seider continue sa course vers le trophée de la meilleure recrue de l’année en LNH. Le défenseur allemand sort une énorme série sur notre période d’étude avec 7 assistances en 4 rencontres. Si le bilan collectif de 3 défaites sur 4 parties est très maigre pour les Wings, Seider poursuit son chemin personnel de grand qualité. Ce chemin personnel se traduit collectivement dans le cas de Mo Seider, dont l’impact sur le niveau de Détroit est remarquable. Plus que jamais, « Seids » est le grand favoris pour le Calder.

Moritz Seider a inscrit au moins un point dans chacune des rencontres de notre période étudiée. Un activité qui porte sa série de match à au moins un point à 6 rencontres. Avec 2 passes décisives contre le Wild, contre les Avs et contre les Leafs, Seider matérialise statistiquement son apport offensif sur la glace. Mais lors de ces trois rencontres, les Red Wings ont perdu à chaque fois, encaissant un nombre hallucinant de 22 buts. Seider, à qui l’on demande beaucoup des deux côtés de la glace, ne peut pas être tenu pour seul responsable. D’ailleurs, sur cette séquence de 4 rencontres, l’Allemand affiche un ratio +/- de seulement -1. Convenable. Surtout que Seider a réalisé 3 mises en échec et bloqué 10 tirs durant ces 4 rencontres. Ajoutons à cela que le défenseur allemand a inscrit ses 13 et 14ème point en PP, ce qui le place largement en tête des pointeurs en avantage numérique chez les recrues. Bon dans tous les secteurs, influent de chaque côté de la glace, Seider a déjà tout d’un grand.

2️⃣ Trevor Zegras (Centre, Anaheim Ducks) ⏹️ =

Crédit: Steph Chambers/Getty Images

Statistiques sur la période étudiée : du 13 au 26 février 2022 [LNH]
Classement précédent :
2️⃣

Nombre de rencontres : 5 / Temps de jeu moyen : 17:09

1 But / 5 Passes / 6 Points

Bilan : 2 victoires / 3 défaites / 0 défaite en prolongation

Statistiques sur la saison : 48 matchs, 13 buts / 26 passes / 39 points / TDG : 17:19
Bilan : 25-20-9

Deux semaines sans un geste spectaculaire et on n’en oublierai presque l’existence de Trevor Zegras. Pourtant l’attaquant des Ducks poursuit lui aussi son chemin en tant que candidat crédible au titre de meilleure recrue de l’année en LNH. Anaheim s’en sort bien durant cette période de 5 rencontres pour eux avec 2 victoires et 3 défaites. Rien de glorieux, mais les Ducks ont probablement abandonné leurs rêves de séries éliminatoires avec le retour des Oilers et les bonnes performances des Kings. Néanmoins, Zegras continue son impressionnant parcours avec 6 points amassés en 5 rencontres.

Pour notre période d’étude, les Ducks et Zegras ont commencé par trois déplacements importants dont les deux premiers contre des puissances de la Conférence Ouest : les Flames et les Oilers. Face à Calgary, Anaheim n’a rien pu faire, défait 2 à 6. Même constat contre Edmonton, lourde défaite 3 à 7. C’est contre les Oilers que Trevor Zegras a amassé 1 but et 1 passe, mais n’a pas pu empêcher la défaite des siens. Pour la dernière partie à l’extérieur, Zegras a réalisé une très belle performance pour faire gagner les Ducks contre les Canucks de Vancouver. Une belle victoire 7 à 4 où l’attaquant américain à tout simplement délivré 3 assistances. De retour à la maison, contre les Sharks, Zegras ajoute une nouvelle passe décisive à sa collection. Surtout, il inscrit le premier but en tir de fusillade, déjà décisif dans cette séance dominée 2 à 0 par Anaheim. Malheureusement pour les Ducks, il ne peut pas éviter la défaite d’Anaheim contre les rivaux de Los Angeles. Trevor Zegras poursuit sa belle aventure avec les Ducks malgré une baisse des résultats collectifs qui devrait lui coûter le titre de recrue de l’année à termes. Il demeure un talent très prometteur, à suivre sur la fin de saison.

3️⃣ Lucas Raymond (Ailier, Detroit Red Wings) 🔼+1

Crédit: Tim Jarrold, In Play Magazine

Statistiques sur la période étudiée : du 13 au 26 février 2022 [LNH]
Classement précédent : 4️⃣

Nombre de rencontres : 4 / Temps de jeu moyen : 19:59

3 Buts / 1 Passe / 4 Points

Bilan : 1 victoire / 3 défaites / 0 défaite en prolongation

Statistiques sur la saison : 53 matchs, 15 buts / 27 passes / 42 points / TDG : 18:10
Bilan : 23-24-6

Nous parlons peut-être moins de lui depuis son incroyable début de saison et surtout l’émergence de Zegras et Seider, mais Lucas Raymond continue son impressionnante saison recrue. Sur notre période d’étude correspondant à 4 rencontres pour les Wings, l’ailier suédois a inscrit 3 buts importants et délivré une passe. Raymond cumule déjà à 42 points en 53 matchs et domine les recrues avec cette statistique. Il reste un candidat sérieux au Calder mais si un Red Wings doit obtenir ce trophée, il reviendra probablement à son coéquipier Seider.

Ne revenons pas en détail sur les rencontres des Wings, mais il faut tout de même souligner que Detroit a affronté de très grosses écuries de la LNH durant cette période d’étude. Alors oui, il y a eu trois défaites, contre le Wild, les Avs et les Leafs. Trois équipes qui prétendent à la victoire finale, du moins dans leurs projets respectifs. La seule victoire intervient contre les Rangers, une équipe bien séduisante cette saison. Contre le Wild, Lucas Raymond inscrit son 13ème but de la saison mais ne peut éviter la défaite des siens. Muet contre New-York et Colorado, Raymond participe au festival offensif contre les Leafs. Dans une rencontre hallucinante se soldant par une victoire 10 buts à 7 de Toronto, Lucas Raymond inscrit 3 points, dont 2 buts. Sur cette période, il faut regarder l’adresse du jeune suédois. Il tournait jusque là à 11,7% de réussite au tir. Sur ces 4 rencontres, Raymond est passé à 25% avec un notamment un 100% contre les Leafs. Bien sûr, cette dernière donnée nous fait relativiser cette augmentation, mais elle est toujours bonne à prendre en compte. Tranquillement, Raymond poursuit son parcours avec un certain talent. Il devra encore se montrer décisif dans les prochaines rencontres avec notamment des matchs contre les Canes, les Bolts et les Panthers.

4️⃣ Anton Lundell (Centre, Florida Panthers) 🔽1

Crédit: AP News

Statistiques sur la période étudiée : du 13 au 26 février 2022 [LNH]
Classement précédent : 3️⃣

Nombre de rencontres : 6 / Temps de jeu moyen : 15:48

2 Buts / 2 Passes / 4 Points

Bilan : 3 victoires / 3 défaites / 0 défaite en prolongation

Statistiques sur la saison : 49 matchs, 12 buts / 24 passes / 36 pts / TDG : 16:21- Bilan : 35-13-5

Anton Lundell suit les fluctuations de son équipe, mais reste un espoir fantastique des Panthers de la Floride. Tranquillement, le Finlandais monte dans les classements statistiques, dans la formation de Florida et naturellement dans la course au Calder. La recrue du mois de janvier a inscrit 4 points, dont 2 buts en 6 rencontres pour un bilan collectif mitigé : 3 victoires pour débuter et 3 défaites pour finir. Florida pointe toujours en tête de la Division Atlantique, mais Tampa Bay frappe à la porte.

Dans le choc contre les Canes de la Caroline, Anton Lundell est resté muet mais a été encore une fois très précieux dans la victoire 3 buts à 2 des siens. Avec 62,5% de mise au jeu remporté, Lundell consolide son statut d’attaquant bidirectionnel à l’avenir très prometteur. Face à une nouvelle grosse écurie, le Wild de Minnesota, le Finlandais distribue 2 assistances dans une large victoire 6 buts à 2. Encore une fois, il domine dans les cercles avec 7 mises au jeu remportées sur 9. Face aux Blackhawks, Lundell inscrit son 11ème but de la saison dans une victoire 5 à 2. Après trois victoires, les Panthers redescendent sur terre avec trois défaites de rang contre des adversaires pourtant à leur portée. C’est probablement contre Columbus que Lundell réalise peut-être son pire match de la saison avec une évaluation de -3 et deux minutes de pénalité. Heureusement, il se rattrape contre Edmonton puisque c’est lui qui donne l’égalité à son équipe en inscrivant son 12ème but de la saison. Malheureusement, il ne peut rien faire pour éviter la défaite à la Floride. Lundell alterne le chaud et le froid sur cette séquence, comme son équipe, mais rien de très inquiétant que ce soit pour lui ou pour sa franchise. Il faut simplement trouver une certaine stabilité pour relancer l’impressionnante machine des Panthers.

5️⃣ Michael Bunting (Ailier, Toronto) Entrée au classement

Crédit: Zone Coverage

Statistiques sur la période étudiée : du 13 au 26 février 2022 [LNH]
Classement précédent :
Mentions honorables

Nombre de rencontres : 7 / Temps de jeu moyen : 16:16

4 Buts / 6 Passes / 10 Points

Bilan : 4 victoires / 2 défaites / 1 défaite en prolongation

Statistiques sur la saison : 52 matchs, 18 buts / 22 passes / 40 points / TDG : 15:25
Bilan : 34-144

Voilà de nombreuses semaines que Michael Bunting demeure dans notre rubrique « mentions honorables ». Cette-fois ci, impossible de l’exclure de notre Top 5 des Recrues de la LNH. D’abord, il y a le bilan collectif des Leafs sur notre période d’étude : 4 victoires en 7 rencontres et une remontée sur la tête du classement dans la Division Atlantique. Et puis le bilan individuel de Bunting : 10 points amassés en 7 rencontres, dont 4 buts. Impressionnant pour cette recrue originale de 26 ans.

Notre période d’analyse commence par deux victoires pour les Leafs qui battent Seattle et Pittsburgh. Michael Bunting n’y est pas étranger avec 2 buts et 1 passe sur ces deux rencontres. La suite ? Deux défaites, une contre St-Louis et l’autre contre les rivaux de Montréal. Bunting n’a pas inscrit le moindre point, coïncidence ? Probablement pas. Heureusement, l’ailier canadien se réveille contre Columbus mais ne peut empêcher la défaite de Toronto en temps additionnel malgré un nouveau match à 1 buts/1 passe. Aucun point, mais une victoire importante contre le Wild pour les Leafs et Bunting. Et puis vient cette rencontre hors norme entre Toronto et Detroit se soldant sur le score fleuve de 10 buts à 7 pour les Leafs. Une rencontre qui booste les statistiques de nos recrues. Bunting a été bluffant, inscrivant pas moins de 6 points, dont 1 but. Cette performance lui permet de s’installer sur la deuxième place des meilleurs pointeurs chez les recrues avec 40 points amassés en 52 rencontres. Avec seulement une moyenne de 15:25 de temps de glace, son rapport d’efficacité est vraiment impressionnant et pourrait être un facteur X dans la réussite des Leafs en séries.

Légende : 🔢 Place au classement / ⏹️ Même classement / 🔼 Progression / 🔽 Baisse /
Entrée au classement

Mentions honorables

👁️ Tanner Jeannot (Attaquant, Nashville Predators)
Statistiques sur la période étudiée : du 13 au 26 février 2022 [LNH]
Matchs joués : 4 / Temps de glace : 17:08 / 4 buts, 0 passe, 4 points / Bilan : 2-3-0
Statistiques saison :
Matchs joués : 53 / Temps de glace : 15:41 / 18 buts, 14 passes, 32 points / Bilan : 30-19-4
Classement précédent : Mentions honorables

Décidemment, les semaines se suivent et ses ressemblent pour Tanner Jeannot. On le répète, Jeannot est un joueur paradoxale. D’un côté, il s’est révélé comme un véritable buteur cette saison, bidirectionnel, très efficace. De l’autre, c’est un bagarreur qui peu perdre le fil de la rencontre. Mais c’est dans son ADN et il semblerait que ça le boost pour les autres matchs. Encore une fois, c’est le cas sur notre séquence : 4 buts en 4 matchs, dont un match contre Florida à 2 buts et une rencontre à 0 but et 5 nouvelles minutes de pénalité. Jeannot reste cependant un excellent espoir, qui pointe au premier rang des buteurs chez les recrues avec 18 buts, à égalité avec Michael Bunting.

👁️ Matt Boldy (Attaquant, Minnesota Wild)
Statistiques sur la période étudiée : du 13 au 26 février 2022 [LNH]
Matchs joués : 7 / Temps de glace : 17:03 / 4 buts, 4 passes, 8 points / Bilan : 2-5-0
Statistiques saison :
Matchs joués : 19 / Temps de glace : 16:28 / 8 buts, 10 passes, 18 points / Bilan : 31-16-3
Classement précédent : 5ème place

Voilà la victime de l’énorme performance de Michael Bunting lors de sa dernière sortie. Bon, le jeune Matt Boldy a lui aussi réussi une performance majuscule durant notre période d’étude avec un match incroyable à 3 buts et 1 passe. Hallucinant. Mais une chose joue aussi contre le cas Boldy cette semaine, c’est le bilan collectif du Wild qui a perdu 5 de ses 7 derniers matchs. Rien d’alarmant pour la franchise et pour le joueur mais attention à bien se reprendre pour ne pas laisser s’échapper les Blues et les Avs. Boldy demeure un talent rare, mature et vraiment impressionnant. On met une pièce pour son retour dans notre Top 5 dans deux semaines.

👁️ Cole Caufield (Ailier, Montreal Canadien)
Statistiques sur la période étudiée : du 13 au 26 février 2022 [LNH]
Matchs joués : 6 / Temps de glace : 18:52 / 4 buts, 4 passes, 8 points / Bilan : 5-1-0
Statistiques saison :
Matchs joués : 38 / Temps de glace: 15:16 / 7 buts, 11 passes, 18 points / Bilan : 13-33-7
Classement précédent : Hors classement

Mais qui voilà ?! Notre favoris pour le trophée Calder 2022 sort enfin du marasme de Montréal. Cole Caufield semble être ravi du changement d’entraîneur en chef du côté du CH. Du moins, on s’aperçoit rapidement que Martin St-Louis fait confiance au jeune Caufield et ça porte ses fruits. Le jeune ailier a tout simplement inscrit 4 buts et 4 points en 6 rencontres, dans une série en court de 5 victoires consécutives. Homme fort, en fin de chaîne offensif, Caufield s’éclate avec St-Louis et c’est pour notre plus grand plaisir ! Continue comme ça gamin !

Sorties du Carnet des Recrues

XXX

🥇 Sous la loupe | Jeux Olympiques 🥇

Exceptionnellement, nous allons mettre aujourd’hui l’emphase sur les prospects qui se sont illustrés lors des Jeux Olympiques de Pékin. Qu’ils soient Américains, Russes ou encore Danois, ils ont eu tous eu l’opportunité de se montrer aux yeux du monde et de donner raison aux franchises LNH qui les ont repêchés. Voici donc ces joueurs dont les noms risquent tôt ou tard de se faire entendre dans les patinoires de la grande Ligue.

🕵️ Kent Johnson (Attaquant, Canada)

Crédit : Rob Schumacher – USA TODAY Sports
Statistiques aux Jeux Olympiques de Pékin :

Nombre de rencontres: 5 / Temps de jeu moyen : 13:33

1 Buts / 4 Passes / 5 Points

Bilan : 3 victoires / 2 défaites

Initialement sélectionné par Équipe Canada comme joueur de réserve, Kent Johnson s’est finalement imposé comme l’une des principales armes offensives de son équipe. Au côté des vétérans Eric O’dell et Ben Street, Johnson a parfaitement assumé son rôle et a démontré à nouveau sa dangerosité en zone offensive. Si bien que la troisième ligne qu’ils formaient a été la plus prolifique de leur formation. L’absence de Ben Street face à la Suède, et l’impact sur l’efficacité de ce trio, est surement l’une des raisons de la défaite 2-0 du Canada en quarts de finale.

Déjà redoutable avec son équipe de Michigan, Johnson a maintenant prouvé qu’il était capable d’apporter son jeu à un niveau plus élevé que la NCAA. De quoi ravir les Blue Jackets qui l’ont repêché l’an passé à la 5ème position. Avec une telle prestation dans un tournoi majeur, on peut penser que Johnson est de plus en plus près d’évoluer dans la grande Ligue, ou au moins dans la AHL, dès la saison prochaine.

🕵️ Sean Farrell (Ailier, États-Unis)

Crédit : olympics.com
Statistiques aux Jeux Olympiques de Pékin :

Nombre de rencontres: 5 / Temps de jeu moyen : 13:31

3 Buts / 3 Passes / 6 Points

Bilan : 3 victoires / 1 défaite

Sans être la « vedette » de l’équipe américaine, Sean Farrell a terminé meilleur pointeur de son équipe et 5ème meilleur du tournoi. Sa moyenne de 1.5 points par match fait même de lui le meilleur à ce chapitre. Ceci étant dit, il est judicieux de préciser que cinq de ses six points ont été récoltés face à la Chine. Une performance à prendre avec des pincettes donc, bien qu’un match de 5 points (3 buts, 2 passes) en tournoi olympique reste une belle prestation. D’autant que Farrell n’a pas été énormément utilisé lors de ce match (11:40). Même constat face au Canada où il a récolté une passe (12:34 de temps de jeu). Malheureusement, il n’a pas su trouver la faille lors des matchs suivants, même contre la Slovaquie alors qu’il a bénéficié d’un temps de plus conséquent (20:23).

Au delà des chiffres, sa présence au tournoi nous a surtout permis de découvrir ce choix de 4ème ronde (#124) en 2020 des Canadiens de Montréal. Prolifique joueur en USHL en 20/21 (101 points en 53 matchs), il évolue cet année pour la prestigieuse université d’Harvard. Si sa nationalité et son « petit » physique pourrait faire penser à Cole Caufield, Sean Farrell se démarque surtout par ses qualités de passeurs et de playmaker. Sa participation aux JO devrait être très bénéfique pour son développement, en attendant de le voir débarquer à Montréal dans les prochaines années.

🕵️Arseni Gritsyuk (Centre, Comité Olympique Russe)

Crédit : Mario Hommes – DeFodi Images
Statistiques aux Jeux Olympiques de Pékin :

Nombre de rencontres: 6 / Temps de jeu moyen : 11:39

1 But / 2 Passes / 3 Points

Bilan : 4 victoires / 2 défaites

Contrairement à Farrell, Arseni Gritsyuk n’a pas brillé statistiquement mais a su être décisif dans des moments importants. Son unique but a été inscrit face à la Tchéquie, en phase de groupe, pour égaliser le score à 4-4 alors que la Russie était menée 4-1. Ceci ne les a pas empêché de perdre en prolongation mais il s’agissait d’un but important considérant le scénario du match. Avec deux passes sur les trois buts inscrits face au Danemark, il a également été un acteur clé lors des quarts de finale. Mais c’est surtout en demi-finale face à la Suède que Gritsyuk a été le plus précieux. Lors de la séance de tirs au but, c’est lui qui a inscrit le but victorieux synonyme de finale pour les Russes. Plus jeune joueur de son équipe à 20 ans, il a ainsi démontré une belle aptitude à être décisif.

Difficile de prédire l’avenir mais cette histoire n’est pas sans rappeler celle de Kirill Kaprizov, que l’on avait découvert lors des JO de 2018. Certes, Kaprizov avait été dominant sur l’ensemble du tournoi, mais il était également un jeune joueur russe « peu connu » car n’évoluant pas encore en Amérique du Nord. Gritsyuk évolue pour le moment avec l’Avangard d’Omsk en KHL et on peut imaginer qu’il continuera d’y jouer pendant quelques saisons. Repêché seulement en 5ème ronde (#129) par les Devils en 2019, il est néanmoins devenu un espoir intéressant à connaitre et à suivre.

🕵️ Ivan Fedotov (Gardien, Comité Olympique Russe)

Crédit : Yuri Kuzmin
Statistiques aux Jeux Olympiques de Pékin :

Nombre de rencontres: 6 / Temps de jeu moyen: N/A

Moyenne de buts alloués: 1.61 / Pourcentage d’arrêts: 0.943

Bilan : 4 victoires / 2 défaites

En début de tournoi, certains joueurs avaient une carte à jouer en vue d’obtenir un potentiel ticket pour la LNH. Le gardien russe, Ivan Fedotov, était l’un d’entre eux. Repéché en 7ème ronde (#188) en 2015 par les Flyers, il évolue depuis trois en KHL et n’a encore jamais mis les pieds en glace nord-américaine. Sa prestation durant le tournoi pourrait ainsi lui permettre d’obtenir sa chance la saison prochaine. Outre ses bonnes statistiques, incluant deux blanchissages, il a été solide devant ses cages afin de palier au déficit d’une offensive russe que l’on pensait plus incisive. Bien que pas infaillible, il a également tenu le coup en tir de barrage face à la Suède pour mener les siens à la Finale. On peut aisément penser qu’il a été l’un des meilleurs si ce n’est le meilleur Russe durant le tournoi.

Considérant ces performances, celles en KHL et la maturité du joueur qui a maintenant 25 ans, on peut penser que les dirigeants de Philadelphie voudront le voir à l’œuvre dès l’an prochain. Le contexte semble d’autant plus favorable alors que Carter Hart connait une nouvelle saison difficile en Pennsylvanie. Avec ses 2m02 pour 92 kg, Ivan Fedotov présente également des mensurations de plus en plus à la mode chez les gardiens de but.

🕵️ Drew Commesso (Gardien, États-Unis)

Crédit : insidetherink.com
Statistiques aux Jeux Olympiques de Pékin :

Nombre de rencontres: 2 / Temps de jeu moyen: N/A

Moyenne de buts alloués: 1.00 / Pourcentage d’arrêts: 0.964

Bilan : 2 victoires / 0 défaite

Bien que certains espéraient voir Drew Commesso être le gardien n°1 pour les États-Unis, il a finalement était devancé par Strauss Mann, du moins pour les matchs importants. Commesso a en effet obtenu 2 départs sur les 4 matchs des USA mais contre les adversaires jugés plus « faibles » (Chine et Allemagne). Il a néanmoins parfaitement assumé son rôle et a fait le travail en remportant ses deux matchs, dont un blanchissage contre la Chine. À seulement 19 ans, il a ainsi acquis une riche expérience pour son développement. Expérience qu’il aura à cœur de mettre en profit cet été lors de la reprise des Championnats du Monde Junior. Il était en effet le gardien partant pour la formation américaine junior en décembre dernier, avant l’annulation de la compétition.

Tout comme plusieurs joueurs américains, les JO nous ont permis de voir évoluer Drew Commesso. Repêché en 2ème ronde (#46) en 2020 par Chicago, il s’affiche comme l’avenir de la franchise au poste de gardien. Mais il reste encore difficile de dire quand il en fera ses grands débuts en LNH. Pour le moment, il réalise sa deuxième saison en NCAA, avec l’université de Boston, et sa première à titre de partant.

🕵️ Frederik Dichow (Gardien, Danemark)

Crédit : nhl.com
Statistiques aux Jeux Olympiques de Pékin :

Nombre de rencontres: 1 / Temps de jeu moyen: N/A

Moyenne de buts alloués: 1.03 / Pourcentage d’arrêts: 0.969

Bilan : 0 victoires / 1 défaite

Difficile de passer sous silence la très belle prestation du Danemark qui a su se hisser jusqu’au quarts de finale. Bien que son rôle fut limité, le gardien Frederik Dichow est également à mettre en avant. Dans un match que les Danois considéraient probablement difficile à remporter, Dichow a eu la lourde tâche d’affronter l’équipe Russe. Finalement, le jeune Danois de 20 ans a bien failli jouer un tour aux Russes alors qu’il n’a encaissé qu’un seul but dans la défaite (2-0). Au total, il aura stoppé 30 tirs des 31 dirigés vers lui, dans un match qui était sans doute le plus important de sa jeune carrière. Un nom à retenir donc en vue des prochaines compétitions internationales.

Frederik Dichow a été repêché, en 2019, par les Canadiens de Montréal en 5ème ronde (#138). Le chemin vers la LNH semble encore bien loin mais il sera un nom intéressant à suivre dans les années à venir. Afin de mieux connaitre ce jeune gardien, nous vous invitons à écouter son interview avec Stéphane Leroux dans le podcast « Sur la glace ».

Nous vous donnons rendez-vous dans deux semaines pour le prochain numéro de ce carnet des recrues. Vous y découvrirez alors la suite du classement des jeunes qui se sont démarqués dans la LNH ainsi que ceux qui ont fait les manchettes dans les autres ligues partout ailleurs.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :