A l'affiche Draft NFL NFL Sport US

NFL Draft 2022 : Kyle Hamilton (S), l’incontournable

La draft NFL 2022 se rapproche. Comme chaque année, les différentes franchises NFL vont pouvoir à tour de rôle piocher parmi les différents talents universitaires qui se présenteront. Entre le 28 et le 30 Avril prochain, dans la cité de tous les vices à Las Vegas, 250 joueurs et 32 franchises auront le bonheur de voir leur histoire basculer, pour le meilleur ou pour le pire. Car oui, la draft contient toujours son lot de surprises. Et pour appréhender au mieux tous les choix plus ou moins douteux qui seront fait ce soir-là, le CCS revient avec ses fiches personnelles sur les futures stars, les bons coups et les joueurs à suivre pour les années à venir en NFL.

Kyle Hamilton

Kyle Hamilton
  • 1,95m
  • 100 kg
  • 16 mars 2001
  • Notre Dame
  • Junior
  • 4 étoiles selon Rivals – 103ème National – 8ème S – 10ème de l’état de Géorgie

Contexte 2021

Saison étrange pour les Fighting Irish. Avec 11 victoires, le bilan comptable semble excellent sur l’exercice 2021. Restent malheureusement ces deux défaites dans les deux matches les plus importants. Face à Cincinnati tout d’abord, dans un match aux ramifications fortes sur le classement des playoffs. Face à Oklahoma State ensuite, lors d’un Fiesta Bowl où Notre Dame menait 28-14 à la mi-temps… Suite au départ de Brian Kelly et à la promotion en interne de Marcus Freeman, le programme indépendant tourne donc la page. C’est la fin d’une longue période de son histoire et le début une nouvelle ère à partir de 2022.

34 plaquages, 3 INT, 4 Passes Défendues (7 matches)

La saison de Kyle Hamilton s’est vue raccourcie par une blessure au genou, mais cela ne l’a pas empêché de se constituer une jolie ligne de stats et de se faire remarquer. Son match inaugurale face à Florida State, notamment, ponctué par 2 interceptions magnifiques. Sa saison écourtée ne l’a pas empêché d’être notamment nommé Midseason All American à son poste, et nul doute que les récompenses auraient pu pleuvoir si le jeune Safety avait profité d’un exercice complet.

Forces

Envergure rare

On scrutera les mesures précises au Combine, mais en réalité, ce sera juste par curiosité. Parce qu’en réalité, on n’a pas besoin d’un mètre pour savoir qu’Hamilton est long et grand. Et pour sa position, anormalement grand même. Mesuré à 6’4 par Notre Dame, l’impression visuelle sur le terrain est bien celle d’une pieuvre capable de fermer toute fenêtre de tir à l’aide de ses immenses tentacules.

Sur cette action, la capacité d’anticipation d’Hamilton lui permet de réagir à temps au lancer extérieur du QB. Mais c’est surtout grâce à la longueur de ses bras que le Safety peut dévier une passe qui semblait hors d’atteinte. En temps normal, cette action est une passe de 5 yards avec potentiellement 1 ou 2 yards après réception. Un bon résultat aurait été un plaquage instantanné après réception, et la défense aurait dû s’en contenter. Sauf si on a un alien qui couvre cette zone…

Pour la position de Safety, il peut paraître étrange de s’intéresser à l’envergure, mais il faut prendre en compte que c’est une position qui demande de jouer constamment dans l’espace. Quelque soit l’action, avoir une telle allonge est un immense atout pour dévier des passes ou plaquer.

Polyvalence dans les alignements

La NFL moderne a commencé son processus de bannissement des termes « Free Safety » et « Strong Safety ». Le 21ème siècle marque, en NFL, la fin des postes stéréotypés et des rôles rigides. Et plus que toute autre position, le poste de Safety doit pouvoir assumer de plus en plus de responsabilités. Outre son rôle de générale de la secondary, un Safety moderne doit pouvoir être multiple dans ses assignations et efficace dans plusieurs domaines.

Les deux (et même bientôt trois) Safeties constituent l’élément principale d’imprévisibilité et sont une clé de voute tactique pour le coordinateur défensif. Pouvoir couvrir un TE, un slot receiver ou un RB en homme à homme, couvrir une zone courte ou profonde du terrain, blitzer ou jouer le robber… Le Safety moderne incarne la flexibilité par excellence.

Lorsqu’un joueur est plus grand qu’un LB mais a la mobilité pour être gérer la profondeur seul en Cover 1, c’est la marque d’une polyvalence rare. Si on est tatillons, on peut regretter le manque d’expérience en blitz d’Hamilton, qui a vraiment été spécialisé dans la couverture à Notre Dame. Qu’à cela ne tienne, un talent capable de neutraliser les meilleurs atout d’une offense, quels qu’ils soient, ça se drafte haut.

Capacités athlétiques et champs d’action

Si on aime demander aux Safeties d’être polyvalents et malléables, tous ne sont pour autant pas égaux. Ce qui permet à Hamilton de tutoyer les sommets, notamment, c’est son profil athlétique tout d’abord. Jouer Safety, c’est avant tout une histoire de couvrir du terrain. Chaque Safety possède des capacités de couvertures différentes, ce qu’on regroupe sous le terme de « Range » (« portée » en français, mais c’est moins classe).

La marque d’un excellent prospect au poste de Safety, c’est de posséder un grand Range. Le St Graal étant de pouvoir être laissé seul à gérer le fond du terrain (schéma Cover 3 ou Cover 1, donc). Il y a quelques années, cette seule faculté avait permis à Malik Hooker d’être drafté dans le top 15 de sa cuvée. C’est également ce qui a permis à des joueurs comme Jessie Bates ou Earl Thomas de se faire un nom dans l’élite. Et l’impact qu’ont eu ces joueurs témoignent de l’importance d’un Safety avec un champs d’action élargi. Il s’agit aussi d’un profil rare, qui ne se présente pas chaque année. Hamilton fait partie de cette caste (tout en faisant 15 cm de plus que les autres, on le rappelle).

L’action ci-dessus est l’une des plus folles de cette saison et témoigne du joueur qu’est Kyle Hamilton. C’est le genre d’action qui entérine un statut de top 5 de la draft pour un prospect. Voyant le QB partir en scramble, il sent que l’action va se dérouler sur le côté droit du terrain et dérive de sa position. Au moment où la passe arrive à destination, le S est déjà là pour l’interception. Cette capacité à couvrir autant de distance pendant le laps de temps si court de la passe, est déterminant dans l’évaluation de la position. C’est ce qui rend le Defensive Back de Notre Dame si impressionnant.

QI Football

On pourrait se contenter d’un freak athlétique de 1,95m capable de couvrir aussi bien les TE que les slot receiver en homme à homme puis de couvrir la profondeur à un niveau élite. Kyle Hamilton propose toujours plus. Et notamment un sens inné pour la position. Pour faire claire, ce n’est pas un athlète qui s’est retrouvé au poste de Safety (mes amitiés à Obi Melifonwu), c’est un Safety qui s’avère être ultra-athlétique.

La preuve en quelques actions :

Sur l’action ci-dessus, l’attaque de Purdue exécute un fake screen : faire penser à un screen pour en réalité demander au WR de lancer une passe en profondeur. Ce genre d’action compte retourner l’agressivité des défenseurs contre eux, mais au fond du terrain, Hamilton lit très bien les intentions de l’attaque et reste discipliné dans sa position. Le WR ne peut pas lancer et concède un TFL.

Autre trick play, même résultat pour Purdue. Cette fois, les Boilermakers tentent un jet sweep en 4th & 1. Hamilton, positionné plus proche de la ligne de scrimmage, réagit rapidement et trouve un angle impeccable instantanément. En résulte un précieux plaquage pour perte qui provoque un turnover on downs.

Faiblesses

Blessure et durabilité

On serait bien embarrassés de trouver à redire sur le jeu du jeune Safety de Notre Dame. Sur le terrain, Hamilton n’a plus rien à prouver pour augmenter sa valeur. A Indianapolis, en revanche, il devra montrer que la blessure au genou qui l’en a tenu éloigné depuis fin Novembre est complètement remise. Sa saison s’est terminée prématurément et la blessure n’est pas considérée compromettante à l’avenir, mais comme il est d’usage pour les joueurs athlétiques, elle sera scrutée minutieusement.

Prédiction Draft : Top 5

Une équipe qui sera intéressée : Detroit Lions

Un peu tôt pour un Safety? Probablement. Mais la défense des Lions possède des bases intéressantes qui ne demandent qu’à être mieux entourées. Le coordinateur défensif Aaron Glenn a très bien travaillé pour sa première saison et propose un schéma dynamique et adaptatif. Introduire Kyle Hamilton dans la secondary de Detroit donnerait un joueur élite et un leader à un groupe pas avare en athlètes. Les Lions pourraient être frileux à choisir un nouveau DB dans le top 3 après les mauvais débuts de Jeff Okudah. Mais Hamilton est une rareté dans cette classe.

La note du CCS : Tier S

N’ayons pas peur des mots, Kyle Hamilton est le meilleur joueur de cette draft. C’est un consensus au CCS, le Safety est même dans une stratosphère différente des autres, et seule sa position joue contre lui. Si les équipes NFL prennent peur de la valeur du poste de Safety et si sa récente blessure inquiète, il pourrait glisser hors du top 5. Dans une classe faible comme celle de 2022, cependant, il serait inconcevable de voir un talent si transcendant sortir du top 10.

Retrouvez aussi nos autres Scouting Reports :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :