Site icon Café Crème Sport

Profil NBA Draft 2022 : Jaden Hardy, Venom ou Eddie Brock ? Quelle version du joueur en NBA ?

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Avant une March Madness qui devrait, comme à son habitude, réserver son lot de surprise, la draft NBA 2022 sera la prochaine date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

JADEN HARDY

source : nbabigboard.com

Date de naissance : 5 juillet 2002 – Classe : /

Université : G-League Ignite Team – Bilan 2021/2022 : 18v/12d

Poste : Combo Guard

Mensurations
Taille : 193 cm – Poids : 89 kg – Envergure : 208 cm

Statistiques saison
25 matchs joués // 19,5 pts // 4,4 rebs // 3,6 asts // 1,3 stls // 0,2 blk
32,6 minutes jouées/match // 37,4% FG // 30,3% 3pts // 79,4% FT // 3,4 Tov // 2,4 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
Recrue consensus 5 étoiles en sortie de lycée, Jaden Hardy était convoité par les meilleures facs du pays (comme Kentucky ou UCLA par exemple). Après avoir dominé au lycée, finissant notamment son année junior en 30,4pts/9,1rbds/8,4asts, il rafle de nombreuses distinctions, dont les plus prestigieuses du pays comme les sélections au McDonald’s All-American Game, Jordan Brand Classic et au Nike Hoop Summit (sortes de All-Star Game du lycée). Puis, il décide de ne pas passer par la case « université » mais d’aller directement en G-League en intégrant l’Ignite Team de l’antichambre de la NBA. Famille de sportif, notamment dans le basket car son grand frère, Amauri, a fait 3 ans à la fac de UNLV et une pige à Oregon avant de rejoindre Jaden en G-League cette saison. Attendu comme l’un des top prospects de cette cuvée, très souvent top 5 de la plupart des Big Board en début de saison, Jaden Hardy a beaucoup déçu cette année. Mais avant de s’attarder sur les défauts, voyons ce qui (a) fait de Hardy un prospect 5 étoiles.

DESCRIPTION DU JOUEUR
Dès les premiers minutes de visionnages, on aperçoit tout de suite le côté physique et scoreur de Jaden Hardy. Il a un bon premier pas et est suffisamment étoffé physiquement pour se frayer un chemin vers le cercle sur les drives qu’il affectionne tout particulièrement. Sa capacité à se créer son shoot est bien supérieure à la moyenne, grâce notamment à un excellent handle et à une qualité de pull up très intéressante. Chose rare sur ce genre d’arrière scoreur, on note une faculté à accepter de faire tourner le ballon, à ne pas le monopoliser et ne pas vouloir constamment être le centre de l’attaque. Ses qualités de création pour les autres sont encore moyennes mais il y a de vrais flashs, notamment sur Pick&Roll et Drive&Kick où il a la lucidité d’utiliser le fait de mettre du danger dans la raquette pour libérer à ses coéquipiers sur les ailes (3,6 asts/match). Venons en au tir qui est un vrai sujet sur Jaden Hardy. Les pourcentages ne sont pas très bons (30,3% à 3pts notamment) mais la mécanique l’est, c’est un joueur qui shootait convenablement dans les catégories jeunes même si ça manquait d’efficience et on peut s’attendre à ce qu’il soit un meilleur shooteur que ce que ses pourcentages montrent actuellement.

On va désormais attaquer les défauts et il y a du pain sur la planche à ce niveau là. La défense est médiocre pour ne pas dire cataclysmique. Il est en retard dès qu’il a le moindre écran à contourner et il peut parfois faire preuve de suffisance/désintérêt. Peu de choses positives à tirer de ce côté du terrain. De l’autre côté, on a un joueur moins athlétique que ce qu’on pourrait penser à première vue. Il est très physique mais peu vertical ce qui lui fait défaut parfois pour finir près du cercle. Enfin on notera sa propension assez alarmante à perdre des ballons. Plus souvent sur des passes hasardeuses que sur son dribble, Jaden Hardy perd un camion de ballon (3,4 turnovers/match) et ses pertes de balle, à elles seules, représentent pas moins de 29% des pertes de balles totales de l’équipe. Enfin, si on a pu souligner sa capacité à savoir se mettre en retrait et ne pas vouloir nécessairement tout contrôler, Jaden Hardy a une fâcheuse tendance à devenir inutile lorsqu’il n’a pas la balle en main. Peu de coupes, peu de mouvement offball. Il devra proposer plus de jeu sans ballon à l’étage supérieur car rien n’indique qu’il sera un porteur de balle primaire en NBA.

✔️ FORCES

FAIBLESSES

📈 SWING SKILL

PRÉDICTION DRAFT 2022

Fin de lottery (places 8-14)

Equipes potentiellement intéressées : Washington Wizards, Portland Trailblazers

Les Wizards et leur stratégie de construction d’effectif est suspendu à la décision de Bradley Beal. Partira? Partira pas? Pour l’instant la situation est assez floue mais quoiqu’il en soit, les Wizards ont accumulé pas mal de talent sur le secteur intérieur (Avdija, Hachimura, Kispert, Kuzma, Gafford, Porzingis) et l’arrivée d’un peu de talent et de fraicheur sur les lignes arrières ne seraient pas de trop, encore plus si Bradley Beal venait à quitter la capitale américaine. Chez les Blazers, même combat. A la différence près que Damian Lillard est encore sous contrat. Mais les rumeurs de demande de transfert n’ont jamais cessé et si pour l’instant, le meneur a toujours plaidé une fidélité sans faille à sa franchise de toujours, on sait que l’appel de la gloire (et des finales NBA) peut très vite faire changer d’avis. Drafter un talent offensif comme Hardy sur les postes 1-2 peut être intéressant, notamment sur le long terme où la doublette Simons-Hardy pourrait faire suer plus d’une défense NBA.

TIER DU CCS : Tier « Starter ++ »

Jaden Hardy est peut-être moins fort que ce qu’on pouvait penser avant sa draft, sa saison très moyenne au shoot n’aidant pas sa projection en NBA. Toutefois, il reste un arrière avec un instinct de scoreur capable de se créer son shoot aisément et qui n’a peur d’aucun tir. Dans une draft assez homogène en dehors du top 5, il ne serait pas étonnant de voir Hardy chuter, et s’il retrouve enfin son shoot, de se révéler être un petit steal à la draft, notamment s’il sort de la lottery.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2022 ici !

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Tier « Starter/6ème homme »

Tier « Rotation importante »

Tier « Fin de rotation »

Tier « G-League/2Way »

Quitter la version mobile