Site icon Café Crème Sport

A quoi ressemblait le monde du rugby en 2010 ?

Crédit : Reuters/Benoit Tessier

Le 20 mars 2010 à 23h, le XV de France s’offrait le 9e Grand Chelem de son histoire en battant les Anglais. Les Bleus auront l’occasion de mettre fin à 12 ans de disette samedi soir, face à ces mêmes Anglais. En attendant, le CCS vous propose de replonger dans les archives du monde de l’ovalie en 2010.

Si près, si loin. La planète ovale a eu bien le temps de tourner sur elle-même depuis 2010, l’année du dernier Grand Chelem français. Romain Ntamack évoluait encore avec les benjamins du Stade toulousain…

En Top 14 : Montauban relégué en Fédérale 1, des reports pour cause d’épidémie…

Et oui, en 2010 déjà, des matchs devaient être reportés pour cause d’épidémie. Dans une moindre mesure que le Covid-19 actuellement, la grippe A (appelée également virus H1N1) était venue bouleversée les calendriers. Le Top 14 nous offrait cette saison-là un remake de la finale 2009 avec un affrontement entre l’USAP de Porical et l’ASM de Morgan Parra, élu meilleur joueur du championnat à l’époque. Les Clermontois remportaient alors le premier Brennus de leur histoire, après 3 finales perdues consécutivement. En bas de tableau, le SC Albi du regretté Eric Béchu finissait lanterne rouge, avec 4 petites victoires au compteur. Distinction qui peut surprendre 12 ans plus tard, les supporters du Stade français étaient mis à l’honneur durant la nuit du rugby, en remportant le titre de meilleur public de France.

Les Clermontois avaient pris leur revanche sur l’USAP pour conjurer le sort.

L’Aviron Bayonnais terminait avant-dernier malgré les 9 essais du centre Sam Gerber, le meilleur marqueur du Top 14. Les Basques étaient finalement sauvés par la relégation de Montauban en Fédérale 1 pour des raisons financières. Pas à la fête en championnat, les voisins Biarrots se qualifiaient quant à eux pour la finale de H-Cup mais devaient s’incliner face au Stade toulousain de Guy Novès. 2010 c’est aussi les premières déclarations chocs de Mourad Boudjellal, président du RCT, qui annonçait vouloir remporter le Brennus. Il faut dire qu’avec Jonny Wilkinson et Sonny-Bill Williams, les joueurs de la rade étaient passés proche de se qualifier en finale. Ils avaient été éliminés en demie par Clermont, après prolongations, au terme d’un match complètement fou.

En Pro D2 : au revoir Lannemezan, bonjour Saint-Etienne

En Pro D2, le SU Agen montait directement en Top 14, accompagné du Stade rochelais vainqueur du LOU en finale d’accession. La saison 2009/2010 de Pro D2 était surtout marquée par la présence des Bigourdans de Lannemezan. Et si le CAL faisait l’ascenseur, cette saison reste encore historique pour le club. En 2010, le Club athlétique de Saint-Étienne faisait aussi parler de lui. Le CASE accédait à la Pro D2, après avoir éliminé Bourg-en-Bresse en demi-finale aller-retour de Fédérale 1, en battant notamment un record d’affluence à cet échelon en jouant à Geoffroy Guichard.

Les derbies entre Saint-Etienne et Lyon étaient moins passionnants au rugby.

Si Lannemezan parvenait à remporter 3 rencontres en 2009/2010, les Stéphanois terminaient l’exercice suivant avec une seule victoire au compteur. Les coéquipiers d’Alexandre Péclier s’étaient imposés au Parc des Sports et de l’Amitié à Narbonne en septembre 2010.

Du côté des Bleus

En 2010, Jean-Baptiste Elissalde annonçait la fin de sa carrière. Il rechaussait finalement les crampons la saison suivante pour palier les absences de David Skrela et Jean-Marc Doussain (il ne disputait qu’une minute de jeu sur l’ensemble de la saison). En ce qui concernait le XV de France, la charnière Parra/Trinh-Duc portait les Bleus vers le 9e Grand Chelem de son histoire. Les jeunes Alexis Palisson et Marc Andreu impressionnaient sur les ailes. Bastareaud devenait la nouvelle attraction, tandis que Sébastien Chabal était élu sportif préféré des Français devant Sébastien Loeb et Thierry Henry, selon un sondage réalisé pour L’Equipe Magazine.

Les Anglais avaient failli gâcher la fête en 2010.

Dans la foulée de ce Grand Chelem, les protégés de Marc Lièvremont connaissaient une tournée de juin et surtout un Tournoi 2011 compliqués. Sébastien Chabal et Yannick Jauzion notamment, en faisaient les frais et n’étaient pas sélectionnés pour la Coupe du monde qui suivait.

Dans l’hémisphère sud

Contrairement à ce qu’il se passe ces dernières années. L’heure n’était pas à la domination néo-zélandaise en 2010, en Super 14. Les Crusaders se qualifiaient difficilement en demi-finale juste derrière les Waratahs. Les Sud-Africains des Bulls, tenants du titre, faisaient le doublé en s’imposant 25-17 face à leurs compatriotes des Stormers. Une mauvaise nouvelle en revanche, était venue plonger les Sud-Africains dans la peine, en janvier 2010. L’ancien flanker des Springboks Ruben Kruger décédait d’un cancer au cerveau. Les démons commençaient déjà à planer au dessus des têtes des champions du monde de 1995.

Du côté des All-Blacks, Jonah Lomu, toujours malade, mettait un terme définitif à sa carrière après un passage express mais remarqué à dans la cité phocéenne. Le club de Marseille Vitrolles, présidé par un certain Claude Atcher, ne parvenait pas à monter en Pro D2, malgré l’utilisation de Lomu aux postes de trois-quarts centre ou numéro 8. Chez les filles, les Black Ferns continuaient de dominer outrageusement. En Angleterre, les Néo-Zélandaises remportaient une 4e Coupe du monde consécutive.

Crédit vidéo : La Provence

En revenant rapidement sur les faits rugbystiques marquants de l’année 2010, le temps où les Français remportaient le Tournoi des 6 nations parait bien loin. La bande de Fabien Galthié aura l’occasion de conjurer le sort face au XV de la rose. Rendez-vous samedi soir à 21 heures.

Quitter la version mobile