Basket Draft NBA

Profil NBA Draft 2022 : Spencer Jones, l’homme de l’ombre

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Avant une March Madness qui devrait, comme à son habitude, réserver son lot de surprise, la draft NBA 2022 sera la prochaine date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

SPENCER JONES

Date de naissance : 14 juin 2001 – Classe : Junior

Université : Stanford Cardinal – Bilan 2021/2022 : 16v/16d

Poste : Ailier

Mensurations
Taille : 201 cm – Poids : 102 kg – Envergure : 213 cm

Statistiques saison
31 matchs joués // 12 pts // 4,5 rebs // 1,1 ast // 0,9 stls // 0,6 blk
26,6 minutes jouées/match // 47,4% FG // 37,6% 3pts // 75% FT // 1,5 Tov // 2,6 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
Né à Roeland Park, Spencer Jones a fait ses gammes à la Bishop Miege High School dans le Kansas. Considéré comme une recrue trois étoiles, il est classé comme le 231ème meilleur joueur du pays de la classe 2019 par le média 247sports.

Si Bishop Miege (meilleur programme de l’État) remporte le titre de champion deux années consécutivement, le rôle de Jones est très limité. Il prend donc la décision d’aller s’aguerrir chez les KC Spurs. De retour à Bishop Miege en 2017, son rôle prend de l’ampleur et ses performances s’en ressentent. Néanmoins, c’est son coéquipier Jeremiah Robinson-Earl, aujourd’hui en NBA, chez le Thunder d’Oklahoma City qui attire les regards. Ce n’est qu’à son départ pour l’IMG Academy lors de son année Senior que Spencer Jones parvient véritablement à briller. Il ne réussit toutefois pas à mener son équipe au championnat d’État.

Les recruteurs NCAA, eux, ne s’intéresse pas à l’ailier. Il doit une nouvelle fois passé par une courte pige du côté de KC Run GMC pour qu’enfin plusieurs programmes lui fassent de l’œil. Il décide finalement de s’engager avec Stanford. Très vite, il s’impose comme un titulaire en puissance chez les Cardinals.

DESCRIPTION DU JOUEUR
Spencer Jones est l’archétype même du joueur de l’ombre capable de rendre de fiers services à quelque équipe que ce soit dans la ligue. Pas un leader de terrain, il va permettre à ses coéquipiers de briller grâce à une application rare. En effet, le joueur de Stanford n’a pas besoin du cuir pour exister. Utilisé principalement comme un shooteur en catch & shoot, il est une menace extérieure pour les défenses adverses. Ses pourcentages à trois points sont bons (37.6% pour plus de 5 tentatives par rencontre) et la mécanique de tir est intéressante. L’ailier lâche très vite le ballon et sa longueur de bras lui donne un avantage sur son vis-à-vis. La plupart de ses tirs surviennent après une passe (91.9%). Cela s’explique par un handle très moyen et une certaine difficulté à se créer de l’espace.

Spencer Jones est aussi capable de finir près du cercle. Avec plus de 65% de réussite dans cette zone du terrain, il est considéré comme efficace et offre parfois même des secondes chances à son équipe grâce à sa capacité à prendre des rebonds offensifs. Son physique solide lui permet de bien résister au contact et son envergure est également un plus pour finir efficacement.

Défensivement, l’ailier est un véritable poison. Il est l’un des tous meilleurs défenseurs de cette cuvée. Il a la faculté de défendre sur l’homme mais aussi de défendre off-ball en étant toujours aussi performant. Ses longs segments lui permettent de voler des ballons ou à minima de gêner l’adversaire. Son gabarit, quant à lui, lui permet de rarement être pris à défaut. Sa lecture de jeu est bonne et sa capacité à se déplacer en fonction des mouvements de ses partenaires l’est tout autant. Il pourra donc switcher sur une grande partie des joueurs auxquels il sera confronté et pourra défendre sur quatre voire cinq positions en NBA.

Spencer Jones a donc un rôle déjà bien défini en NCAA et il ne changera pas dans la grande ligue. Il est un 3&D moderne et peut-être même l’un des tous meilleurs de cette Draft. Son manque d’athlétisme et de maniement de ballon est compensé par une intelligence de jeu et par de gros efforts des deux côtés du terrain. Son profil devrait donc intéresser de nombreuses franchises.

✔️ FORCES

  • Envergure
  • Shoot extérieur
  • Défense de tous types
  • Rôle déjà établi

FAIBLESSES

  • Handle
  • Athlétisme
  • Création d’espace avec son défenseur

📈 SWING SKILL

  • Régularité au tir

PRÉDICTION DRAFT 2022

Début/Milieu second tour (places 35 -45)

Equipes potentiellement intéressées : Atlanta Hawks, Milwaukee Bucks, Utah jazz

Si une équipe a besoin de défense sur les ailes, c’est bien Atlanta. En effet, Danilo Galinari, Kevin Huerter et consorts sont des joueurs talentueux offensivement mais qui peinent de l’autre côté du terrain. L’arrivée d’un profil de 3&D leur serait donc bénéfique et son utilisation pourrait être multiple. A Milwaukee, l’intérêt serait autre. Spencer Jones pourrait permettre à Giannis de ne pas devoir être toujours l’option défensive numéro une et d’ainsi garder de l’énergie pour les actions offensives. Enfin, le Jazz ne parvient pas à passer le step supérieur et ajouter un 3&D moderne capable, à terme, de remplacer Royce O’Neale serait une idée qui fait sens.

TIER DU CCS : Tier « Rotation importante »

Spencer Jones a déjà un rôle prédestiné pour la NBA. Ces 3&D, toujours si précieux, sont une valeur sûre et nul doute qu’il intéressera bon nombre de franchises. Son impact sur un match sera forcément positif et il n’aura aucune difficulté à trouver sa place dans une rotation. Ne lui demandez pas de briller ou de coller 30 points tous les soirs, ce n’est pas son rôle. En revanche, pour aller faire déjouer le meilleur attaquant adverse ou pour rentrer ses shoots extérieurs, il sera bel et bien présent.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2022 ici !

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Jaden Hardy

Tier « Starter/6ème homme »

Tier « Rotation importante »

Tier « Fin de rotation »

Tier « G-League/2Way »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :