Basket Draft NBA

Profil NBA Draft 2022 : Nikola Jovic, la nouvelle pépite serbe au nom trompeur

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Alors que la March Madness réserve, comme à son habitude, son lot de surprise, la draft NBA 2022 sera la prochaine date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

NIKOLA JOVIC

Source : ABA League

Date de naissance : 9 juin 2003 – Classe : International

Equipe: KK Mega Mozzart Belgrade – Bilan 2021/2022 : 8v/14d

Poste : Ailier

Mensurations
Taille : 208 cm – Poids : 93 kg – Envergure : 210 cm

Statistiques saison
23 matchs joués // 11,3 pts // 4.3 rebs // 3.2 ast // 0.6 stls // 0,5 blk
26.6 minutes jouées/match // 41,8% FG // 34,7% 3pts // 77.6% FT // 2,6 Tov // 2,6 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
Les mots Nikola Jovic et NBA sont liés depuis longtemps. Le prodige serbe, fils de joueur professionnel, illumine depuis 2019 les catégories jeunes de son talent : d’abord avec son équipe nationale lors des compétitions internationales à échelle réduite, Covid-19 oblige, puis avec son club du Mega Belgrade avec lequel il brille au tournoi ANGT, qui rassemble les équipes des meilleurs centres de formation d’Europe. Après avoir emmené son équipe en finale, il termine MVP de l’édition 2021 avec des moyennes ahurissantes de 29 points, 10 rebonds, 4.5 passes et presque 2 contres et 2 interceptions.

Il confirme son statut de grand espoir international lors du FIBA U19. Si la Serbie tombe face aux Français en demie-finale, Jovic intègre le très prestigieux meilleur cinq du tournoi, aux côtés, excusez du peu, de : Chet Holmgren et Victor Wembenyama, deux candidats aux 1st pick 2022 et 2023, Jaden Ivey et Zach Edey.

Jovic évolue cette année dans la relevée ligue ABA avec le Mega Belgrade, véritable incubateur à talents qui est pensé avant tout comme une plateforme de formation (Nikola Jokic, Vasilije Micic (MVP Euroleague), Boban Marjanovic, Filip Petrusev (drafté par les Sixers), Goga Bitadze, Ivika Zubac, TLC…y sont tous passés). Jovic a commencé ce que constitue sa première saison professionnelle entière comme sixième homme, avant de progressivement gagner en responsabilités et en temps de jeu. Dans une équipe qui privilégie surtout un axe 1-5 fort avec son meneur américain Scoochie Smith et le duo intérieur Matkovic-Simanic, Nikola Jovic doit souvent ramasser les miettes sur jeu placé et briller hors ballon aux postes 3 et 4. Beaucoup de finition d’actions, notamment en catch and shoot, mais un nombre croissant de possessions balle en main à mesure que la saison évolue : il peut alors montrer tout son potentiel de créateur.

DESCRIPTION DU JOUEUR

Ailier de grande taille (6-10, 2m08), Nikola Jovic présente toutes les caractéristiques du forward offensif dont raffolent les franchises NBA. Long, capable à la fois de tirer de loin et de poser la balle au sol pour créer, le potentiel offensif de Nikola Jovic s’intègre parfaitement dans une NBA à la création de plus en plus repartie sur les 5 postes de jeu.

Ce qui fera le succès, ou non, de Nikola Jovic à son arrivée en NBA sera son adresse extérieure. Il tourne cette saison à 34% de réussite à trois-points, avec 4.9 tentatives par match. La mécanique sur catch and shoot est fluide, de même pour les lancers-francs (77% de réussite), et on imagine aisément Jovic devenir un bon tireur à trois-points en NBA. D’autant plus que cette saison est la première où Jovic repose son jeu sur le tir à trois-points, après des passages en catégorie jeunes où il profitait surtout de sa taille pour briller à l’intérieur. La marge de progression semble donc d’autant plus grande.

La transcription de son bon tir extérieur est une condition évidente de son succès en NBA, mais c’est surtout ses qualités de playmaking qui pourraient faire passer Jovic dans une autre dimension. Malgré sa grande taille, Jovic a grandi avec la balle dans les mains, créant pour lui-même et pour les autres. Cela donne aujourd’hui un joueur avec une très bonne vision de jeu, une belle qualité de passe et des instincts de manipulation de la défense. Pour l’instant, cette qualité est visible avant tout sur transition, où il est capable de participer au rebond défensif puis d’orchestrer la contre-attaque.

Sur jeu placé, on aurait aimé voir Jovic encore davantage sur pick and roll, tant il a montré une capacité à naviguer des écrans très développée pour un joueur de son âge et de sa taille. Il montre déjà sa capacité à lire le défenseur du poseur d’écran, mettre son propre défenseur dans son dos, et trouver son roll man. Les répétitions, s’il les a en NBA, devraient lui permettre de mieux lire les 3 autres défenseurs et exploiter les rotations, ce qu’il ne fait pas encore à très haut-niveau. Cela s’explique notamment par sa conduite de balle encore trop aléatoire, qui ne lui permet que très peu de créer des différences sur drive.

Comme pour beaucoup de prospects européens, la vraie interrogation pour Jovic repose sur son manque de qualités athlétiques. Son défaut d’explosivité, à la fois sur le premier pas que sur le saut, limite pour l’instant fortement son plafond offensif et défensif. Parce qu’il ne s’est pas encore ajusté aux qualités physiques des intérieurs professionnels, il est pour l’instant, malgré sa taille, un piètre finisseur au cercle, d’autant plus qu’il ne provoque que très peu de fautes sur tir (2.4 LFs par match).

C’est surtout pour la projection en défense que le manque d’explosivité verticale et de vitesse latérale posent un problème. Son centre de gravité semble être haut et son footwork défensif très améliorable, le mettant pour l’instant en difficulté face des arrières rapides. Face à des second units NBA, on l’imagine toutefois pouvoir défendre sur des ailiers à faible implication offensive (des joueurs de catch and shoot), où il peut faire briller ses instincts de vision de jeu pour défendre hors-ballon et participer au rebond défensif grâce à sa taille. Dans une NBA où les postes 4 sont des postes 3, Jovic pourra trouver des profils sur lesquels défendre. Mais il est pour l’instant difficile de le projeter comme un défenseur mieux que moyen sur des ailiers créateurs, et un maillon faible défensif sur les autres postes NBA.

Des questions demeurent sur sa mentalité et son investissement, surtout du côté défensif. Les inquiétudes sur son investissement défensif étaient déjà présentes en catégorie jeunes, elles ne se sont pas dissipées dans le marasme collectif du Mega cette année. Quand il est impliqué, Jovic reste un attaquant très agressif, au risque de tirer excessivement, et un défenseur intense : le drafter dans une équipe en début de reconstruction pourrait exacerber ces défauts en NBA.

✔️ FORCES

  • Taille et envergure
  • Tir extérieur sur catch&shoot
  • Potentiel de création sur pick and roll
  • Vision de jeu
  • Activité au rebond défensif

FAIBLESSES

  • Sélection de tir
  • Explosivité verticale
  • Défense extérieure
  • Régularité
  • Moteur/intensité sur 40 minutes

📈 SWING SKILL

  • Handle
  • Capacité à utiliser ses longs segments pour finir au cercle

PRÉDICTION DRAFT 2022

Milieu de premier tour – hors lottery (places 16 – 24)

Equipes potentiellement intéressées : Memphis Grizzlies, Indiana Pacers, San Antonio Spurs, Oklahoma City Thunder.

Une équipe qui drafterait Nikola Jovic pour un apport offensif immédiat en sortie de banc devra s’assurer d’être équipée défensivement, notamment en protection de cercle. Memphis et Indiana, qui devraient drafter autour de la vingtième place, pourrait bien voir en Jovic un bon complément à leurs young cores.

OKC et San Antonio ont souvent misé sur des prospects européens, alors pourquoi pas sur le meilleur de cette cuvée ? Les Spurs ont déjà la protection de cercle nécessaire pour entourer Jovic et pourrait renforcer leurs ailes après de nombreuses sélections de postes 2/3. Du côté de l’Oklahoma, sans pression immédiate de résultat et avec une ligne arrière déjà bouchée de joueurs à développer et des postes d’ailiers bien peu inspirants, Jovic semble être un pari peu risqué au-delà du vingtième choix.

TIER DU CCS : Tier 3 : « Starter/6ème homme»

S’il confirme les flashs à la passe et tire au-dessus de la moyenne NBA, Jovic a tout d’un excellent « connecteur » et facilitateur de jeu. Dans ce cas-là, on peut l’imaginer jouer un vrai rôle à termes dans une équipe qui va loin en playoff, en complément de deux initiateurs offensifs.

Dans le pire des cas, c’est-à-dire si les promesses au tir ne se confirment pas et que son manque de création de séparation l’empêche de faire la différence face à des athlètes NBA et le force à des tirs contestés, on parle d’un joueur qui pourrait avoir bien du mal à rester sur le terrain, à moins d’un développement défensif extraordinaire.

L’acclimatation à la NBA pour un Européen qui aura à peine 19 ans à sa draft demandera une patience certaine pour l’équipe qui le draftera, les « échecs » Pokusevksi, Hayes et Maledon l’ont montré.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2022 ici !

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Jaden Hardy

Tier « Starter/6ème homme »

Nikola Jovic

Tier « Rotation importante »

Jabari Walker

Spencer Jones

Tier « Fin de rotation »

Tier « G-League/2Way »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :