Draft NBA

Profil NBA Draft 2022 : Julian Champagnie, le shooteur New-Yorkais

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Alors que la March Madness réserve, comme à son habitude, son lot de surprise, la draft NBA 2022 sera la prochaine date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

JULIAN CHAMPAGNIE

bustingbrackets.com

Date de naissance : 29 juin 2001 – Classe : Junior

Université : St John’s (NY) Red Storm – Bilan 2021/2022 : 17v/15d

Poste : Ailier/Ailier-Fort

Mensurations
Taille : 202 cm – Poids : 100 kg – Envergure : 208 cm

Statistiques saison
31 matchs joués // 19,2pts // 6,6rebs // 2,0 asts // 2 stls // 1,1 blk
34,2 minutes jouées/match // 41,4% FG // 33,7% 3pts // 78,1% FT // 1,5 Tov // 1,5 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
Pur produit New-Yorkais, Julian Champagnie est né à Staten Island et a grandi à Brooklyn. Frère jumeau de Justin, leurs parcours sont indissociables. En effet, les deux garçons font leurs armes à la Bishop Loughlin Memorial High School puis choisissent tous deux de jouer pour les Red Storm de St John’s (NY). Ce choix s’explique par la situation géographique du programme mais également par le contexte familial dans lequel les deux joueurs ont baigné plus jeunes. Leur père, Ranford Champagnie, gagna un titre national de football pour St John’s en 1996.

Considéré comme une recrue trois étoiles à la sortie du lycée, Julian a refusé des offres de Seton Hall, Uconn, Creighton ou encore Villanova.

Ayant inscrit son nom à la Draft 2021, Julian Champagnie fait le choix de repartir pour une saison avec les Red Storm alors que Justin tente de franchir le pas vers la grande ligue. Non drafté, ce dernier parvient tout-de-même à décrocher un two-way contract avec les Toronto Raptors.


DESCRIPTION DU JOUEUR
Pour sa troisième année du côté de St John’s (NY), Julian Champagnie, poste 3/4 de métier, est utilisé en tant qu’arme offensive principale. Porteur de balle, il la partage généralement avec Posh Alexander pour mener à bien les attaques de son équipe. Si le collectif des Red Storm est plutôt faible, Champagnie s’est affirmé comme un bon shooteur capable de dégainer de partout sur le terrain. 88% de ses tirs de loin surviennent après une passe pour une réussite de 33.7%. Si le pourcentage est famélique, la réussite sur la ligne des lancers-francs peut laisser présager d’une certaine fiabilité du tir. En effet, l’ailier tourne à 81.5% de réussite sur l’ensemble de ses trois saisons NCAA.

En dehors du tir extérieur, Champagnie peut être considéré comme average au niveau de la finition. Il éprouve des difficultés à finir près du cercle (moins de 60% de réussite) et ses lacunes athlétiques l’empêchent de faire des différence en un contre un.

Physiquement, le new-yorkais est puissant du haut du corps. Assez fluide et agile balle en main, il est cependant très lent. Cette lenteur est probablement le plus gros red flag sur la carte de visite du joueur de St John’s. Il a des difficultés à exister latéralement et les switchs défensifs peuvent lui poser des problèmes. C’est d’ailleurs défensivement que des questions subsistent. Pourtant, avec quasiment sept rebonds, deux interceptions et plus d’un contre de moyenne, l’ailier semble avoir des atouts à faire valoir dans ce domaine. Il est pour le moment meilleur off-ball mais s’il parvient à contenir un vis-à-vis en face à face direct, il pourrait être utile à une équipe des deux côtés du terrain.

Le gros point positif, c’est que Julian Champagnie est très bon face aux grosses écuries. Il a réalisé ses meilleures performances face au top 50 NCAA et cela démontre donc d’une belle capacité à élever son niveau de jeu.

L’évolution du joueur de St John’s va clairement déterminer son avenir en NBA. Sera-t-il capable de défendre efficacement sur l’homme ? Trouvera-t-il un rôle qui lui permettent de mettre ses qualités en avant ?

✔️ FORCES

  • Tir en Catch & Shoot
  • QI défensif
  • Réussite aux lancers-francs

FAIBLESSES

  • Manque de vitesse
  • Défense sur l’homme
  • Finition près du cercle

📈 SWING SKILL

  • Capacité à tenir son vis-à-vis en un contre un défensivement

PRÉDICTION DRAFT 2022

Début de second tour (places 40-50)

Equipes potentiellement intéressées : Boston Celtics, Golden State Warriors, Denver Nuggets, Brooklyn Nets

Si le type de profil que représente Julian Champagnie est difficile à projeter dans un collectif, il demeure néanmoins plausible de voir certaines formations se pencher sur son cas. Les Boston Celtics manquent cruellement de shoot extérieur et avoir un ailier capable de s’écarter et de sanctionner longue distance pourrait être intéressant. Du côté des Warriors, Champagnie apporterait ce jeu au large dans la plus pure tradition des hommes de Steve Kerr. Le collectif défensif étant, quant à lui, déjà bien huilé, cela ne pourrait qu’aider le joueur de St John’s a trouver ses marques. Enfin, Denver souffre de l’absence longue durée de Michael Porter Jr. Dans un rôle moindre, Champagnie pourrait se placer dans les corners et bénéficier du point de fixation, d’ancrage et surtout de la qualité de passe de Nikola Jokic pour sanctionner en Catch & Shoot. Enfin, les Nets peuvent s’avérer être une option envisageable de par la jeunesse new-yorkaise du jeune prospect.

TIER DU CCS : Tier « Fin de rotation »

Julian Champagnie pourrait voir le sort réservé à son frère Justin, en 2021, se reproduire sur lui. En effet, il peut tout-à-fait être drafté en fin de second tour comme n’obtenir qu’un two-way post Draft. L’essentiel pour le joueur de St John’s sera de continuer à se développer et en particulier défensivement afin qu’une équipe puisse lui faire confiance. Par la suite, seules ses prestations sur le terrain lui permettront de perdurer dans la ligue ou de prendre un autre chemin. Une chose est sûre, son rôle devrait être limité en NBA et il devrait faire partie des fins de rotations.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2022 ici !

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Jaden HardyHarrison Ingram

Tier « Starter/6ème homme »

Nikola JovicBryce McGowens

Tier « Rotation importante »

Jabari WalkerSpencer JonesDyson DanielsDereon SeabronMarJon Beauchamp

Tier « Fin de rotation »

Tier « G-League/2Way »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :