Draft NFL

Draft NFL 2022 : Chris Olave (WR) le technicien

La draft, cet événement annuel qui permet aux franchises du sport américain de se renouveler. La NFL ne déroge pas à la règle et le 29 avril prochain, une nouvelle classe de joueurs sortant de l’université sera repêchée et rentrera dans la grande ligue. Entre, choix judicieux, coup du sort, déceptions, le tout saupoudré d’un soupçon de chance, cette année sera encore une fois l’apogée de l’intersaison. Le CCS se mobilise pour vous préparer au mieux à la prochaine draft avec la présentation de profils détaillés des plus gros espoirs, mais aussi des bons coups que l’on pourrait trouver plus tard dans l’événement. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NFL.

Chris Olave

Olave
  • 1m85
  • 85kg
  • 27/06/2000 – 21 ans
  • Ohio State
  • Senior
  • 3 étoiles 247 Sports – 399e joueur national – 68e WR – 47e Californie

Bilan 2021

Comme à son habitude, la faculté d’Ohio State, qui fait partie des big houses du CFB a écrasé sa conférence de la B1G. Tout en butant néanmoins sur une équipe d’Oregon et surtout de Michigan ambitieuse cette année. Ça n’a pas empêché les Buckeyes de finir dans les 6 meilleurs programmes du pays (d’après le comité). Du point de vue offensif, l’équipe de Ryan Day était orpheline de son QB, Justin Fields parti à la draft, c’était sans compter sur son successeur, C.J. Stroud qui a montré que lui aussi avait les épaules de cette institution nationale. Pour l’épauler le casting était tout aussi reluisant que l’an dernier et même mieux avec un Smith-Njigba qui a pris une place prépondérante dans cette attaque toujours épaulé par Garrett Wilson évidemment et enfin notre compère du jour. Dans tout ça Chris Olave a mangé sa part du gâteau, même si ses stats n’ont pas affolé les compteurs. Dans la catégorie « throwback« , on se souviendra de sa performance majeure contre Clemson an 2020 pour les demi-finales du CFB. Plutôt discret sur le terrain, le joueur a pu, grâce à cet événement, se montrer un peu plus sur la scène nationale et verrouillé un premier tour quasiment un an avant sa sélection.

Statistiques individuelles : 65 réceptions – 936 yards – 13 touchdowns à la réception

Ré-gu-la-ri-té. C’est le maître mot pour la carrière universitaire de Chris Olave. Dès son année Sophomore le receveur a été projeté numéro 1 et n’a jamais déçu. S’il n’a jamais connu une saison à plus de 1000 yards à la réception c’est en partie à cause de tous les talents dans la WR room des buckeyes, il faut en laisser aux copains, mais aussi parce que 2020 son année phare a été tronqué par le COVID. Reste ses 15 yards par réception en moyenne, pour chaque année, une mesure excellente pour un joueur capable de gagner de multiples manières et pas seulement dans le champ profond. En NFL, la projection est simple, attendez vous à des chiffres semblables, pendant de longues années. La valeur sûre quoi.

Forces :

Route Running

La force principale de Chris Olave c’est sa capacité de courir les tracés à la perfection. L’arbre des routes est connu sur le bout des doigts, des tracés les plus simples (go, slant, post, corner) jusqu’aux tracés plus complexes (double move, comeback, fake). Rien ne fait sortir Olave de ses routes et il se trouvera toujours là où il doit être au moment où il doit y être, et le plus souvent démarqué, son adversaire perdu par l’application extrême du WR.

Ici Chris Olave (#17 rouge) contre Rutgers, manipule son adversaire à la perfection traçant une route parfaite fake corner retour en poste. Dès que le défenseur à tourner les hanches, le jeu est fini. Touchdown.

Changements de directions

Si Chris Olave est plutôt un joueur fluide, il est aussi très explosif sur ses changements de direction. Cette faculté à accélérer sur une distance très courte couplée à sa connaissance parfaite des tracés le rend absolument injouable sur les routes curls ou comebacks, se créant des espaces béants face aux cornerbacks adverses. Son QB n’a plus qu’à délivrer les passes comme à l’entraînement.

Chris Olave (en bas de votre écran) trace un comeback à la perfection avec un jeu de jambes et un changement de direction parfait. La réception est facile est vous noterez l’espace géant qu’a créé Olave avec une route aussi simple.

Body Control

Olave fait partie de cette caste de receveurs qui ont conscience de chaque partie de leur corps. Il sait où il se trouve dans l’espace, il est capable de réussir les complétions les plus difficiles rien qu’en sachant quelles distances il lui reste par rapport aux lignes de touches, par rapport au sol et par rapport à ses adversaires. Il se positionne en connaissance de cause et dans la grande majorité des cas, réussi à attraper le ballon même de manière acrobatique s’il le faut.

Chris Olave (#2 blanc) cette année contre Penn State. Bon travail du défenseur qui ne se laisse pas dépasser sur l’extérieur, Olave ajuste alors sa position et l’attitude de son haut du corps pour réceptionner le ballon. Il est aussi conscient de son positionnement sur le terrain et fait le travail parfait pour compléter le catch en mettant un pied au sol avant de sortir. Touchdown.

Mains sures

Ce trait est le trait prioritaire pour être un bon receveur : attraper les ballons qui sont à votre portée, ne pas faire de drops et parfois même réussir des catchs improbables dans des situations compliquées . Tout ça est évidemment coché par Chris Olave.

Pas besoin de phraser un long moment sur cette action de Chris Olave (#17 rouge). Double couverture, catch contesté, le ballon ne bouge pas d’un iota dans ses mains, Touchdown.

Même action sous un autre angle, réception encore plus incroyable de ce côté.

Faiblesses :

Léger

C’est vraiment le seul point sur lequel on peut râler… Mais bon en contre-partie, le joueur est très rapide…

Puissance

En accordance avec son poids, malgré une taille honorable, Olave n’est pas le receveur le plus puissant. Face à un CB qui joue physique dès le release, Olave pourrait avoir du mal. De même ne comptez pas sur lui pour enchainer les catchs contestés sur la tête des DB. Il comble cependant ses lacunes par un footwork impeccable sur la ligne de scrimmage et par ses qualités évoquées plus tôt.

Prédiction draft 2021

Premier tour (10-24)

Une équipe qui sera intéressée : Green Bay Packers

Tout le monde s’est gaussé de la draft 2020 des Green Bay Packers. Avec un QB et un RB pris avec leurs deux premiers choix, les dirigeants se sont moqués des attentes des fans (et d’Aaron Rodgers) désespérément à la recherche de nouvelles cibles de choix. En 2021… arrêtons de remuer le couteau dans la plaie. Les Packers DOIVENT prendre un WR avec l’un de leur 2 premiers tours. Chris Olave la valeur sûre de cette draft au poste festoierait avec Rodgers, les deux sont faits pour s’entendre.

La note du CCS : Tier S

Chris Olave n’est pas le plus puissant, pas le plus grand non plus. Mais il est l’un des plus gros travailleurs de la prochaine draft. Un travail qui a porté ses fruits lors de ses années universitaires. Vous l’aurez compris, techniquement, le joueur n’a pas d’égal à son poste et à son niveau. Son profil souvent délaissé au profit de receveurs plus physiques devrait pourtant attirer l’œil de nombreux scouts. Le combine a été sûrement son juge de paix pour obtenir le précieux sésame : le premier tour, chose faite avec son 40 yards. De mon point de vue, Chris Olave devrait être regardé tout simplement comme le meilleur receveur de la prochaine draft.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :