Draft NBA

Profil NBA Draft 2022 : Bennedict Mathurin, l’athlète scoreur de Montréal

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2022 est la nouvelle date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

BENNEDICT MATHURIN

Source : Yahoosport

Date de naissance : 19 juin 2002 – Classe : Sophomore

Université : Arizona (Pac-12) – Bilan 2021/2022 : 33v/4d

Poste : Arrière

Mensurations
Taille : 201 cm – Poids : 88 kg – Envergure : 206 cm

Statistiques saison
37 matchs joués // 17,7 pts // 5,6 rebs // 2,5 asts // 1 stls // 0,3 blk
32,5 minutes joués/match // 45 % FG // 36,9 % 3pts // 76,4 % FT // 1,8 Tov // 1,8 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF

Des histoires comme celle de Bennedict Mathurin, il en existe des milliers. Toutes ne se terminent pas par des jours meilleurs. Combien de gamins promis à un avenir radieux dans le basket professionnel se sont heurtés à la violence des drames quotidiens et sociaux ? Rares sont ceux qui se hissent au plus haut-niveau. Les autres tombent dans l’oublie. Bennedict Mathurin aurait pu être de ceux là. Mais aujourd’hui, le natif de Montréal est aux portes de la NBA.

Élevé avec sa sœur Jenn et son frère Dominique par une mère seule, travailleuse mais absente, dans les quartiers modestes de Montréal, Benn Mathurin a eu le choix entre la rue et le basket. Le goût de la balle orange, c’est Jennifer qui l’a transmis à ses frères. Elle parvient même à obtenir une bourse de l’Université de NC State où elle jouera quatre saisons entre 2013 et 2017. Restés à Montréal, les deux frères s’entraînent ensemble jusqu’au 30 septembre 2014 lorsque Dominique est renversé par une voiture et décède de ses blessures. Un drame qui isole Bennedict et le pousse de plus en plus vers de mauvaises fréquentations. Grâce aux conseils de sa sœur, il parvient à être hébergé par le coach de l’équipe local, Michel Mattelus. Très stricte, ce coach essaye d’éduquer sur le terrain un jeune Bennedict arrogant mais déjà dominant. En 2018, une opportunité va changer le destin de ce garçon de Montréal. Hernan Oyola, entraîneur à la nouvelle NBA Academy de Mexico, est invité à Montréal. Il repère Mathurin et l’invite à le suivre dans son bagage. Mattelus accepte, souhaitant surtout l’eloigner de son quartier. Un contexte, un drame et une opportunité, voilà comment tout à commencer pour Bennedict Mathurin (article payant – The Atheltic).

Alors qu’il n’a que 16 ans, Mathurin débarque à Mexico dans un environnement nouveau, riche en infrastructures et très réglementé. Face à une bien plus forte adversité, Bennedict Mathurin progresse, devient un leader vocal et commence à attirer des programmes de Division I. Devant Baylor ou Waco, il accepte l’offre des Wildcats d’Arizona en janvier 2020. Son talent est révélé pour le Basketball Without Borders lors du All-Star break 2020 et obtient le statut de joueur 4 étoiles par les différentes agences de scouting. Dans une première saison tronquée par la pandémie, Mathurin tarde à prendre ses marques mais réussi finalement à montrer l’étendu de son potentiel. Depuis le banc d’abord, puis dans le 5 majeur où il inscrit 31 points (6/7 à 3pts) pour sa première titularisation contre Oregon State. Nommé dans l’équipe des meilleurs joueurs de première année de la Pac-12, Mathurin et les Wildcats ne disputent ni le tournoi de conférence, ni la March Madness en raison de l’enquête de corruption portant sur le programme.

Contre toute attente, Bennedict Mathurin retire son nom pour la Draft NBA 2021. Il profite de l’été pour jouer avec l’équipe nationale du Canada. Coupé par l’équipe olympique, il rejoint les U19 en Lettonie pour la Coupe du Monde. Après une rencontre à 30 points contre le Japon, Mathurin, Houstan, Edey et le Canada échouent en demi-finale contre l’ogre américain mais parviennent à remporter le bronze contre la Serbie. Il termine le tournoi avec 16,1 points, 4 rebonds et 1,9 passes.

Nouvelle saison, nouveau coach, nouveau statut pour le Montréalais qui décolle pour son année sophomore. Plus gros temps de jeu des Wildcats, meilleur marqueur, Mathurin guide Arizona vers la première place de la Pac-12 et le titre de champion de conférence. Il remporte le trophée de joueur de l’année dans la Pac-12, une place dans l’équipe première, et une autre dans la seconde équipe All-American de NCAA. Tête de série numéro 2 du tournoi universitaire, Arizona et Mathurin arrivent parmi les favoris à la victoire finale. Le Montréalais inscrit 30 points contre TCU au Second Round mais ne peut empêcher la défaite au tour suivant contre Houston. Aujourd’hui, Bennedict Mathurin est devenu un potentiel choix de loterie, en voici les raisons.

DESCRIPTION DU JOUEUR

Bennedict Mathurin est véritable athlète aux mensurations idéales pour la NBA. Du haut de ses 2 mètres 01, le Montréalais affiche presque 90 kilos sur la balance et possède une envergure estimée à 206 centimètres. Visuellement, il dégage une impression de longueur et surtout du vraie force physique. Cet ensemble d’atouts naturels conditionne son style de jeu et se transpose aussi bien en attaque qu’en défense. L’athlétisme impressionnant de Bennedict Mathurin se traduit par deux éléments déterminants : la verticalité et l’explosivité.

Ces qualités athlétiques constituent la base du jeu offensif de Mathurin mais il a su étoffer et diversifier ses compétences durant sa saison sophomore. L’une des raisons pour laquelle une grande partie des spécialistes place Bennedict Mathurin dans le Top 10 de la prochaine draft réside dans sa capacité à scorer. Le Montréalais est capable de marquer sur les trois niveaux et, le plus important, cette qualité semble être facilement projetable en NBA. Grâce à son explosivité et sa puissance physique, Mathurin est un redoutable scoreur off-ball. En sortie d’écran, sur back door, sur cut, l’arrière des Wildcats prend très souvent l’ascendant sur son adversaire direct grâce à un premier pas rapide et une capacité à s’élever vite et haut. Avec un gros moteur, Mathurin est toujours actif, toujours en déplacement, un véritable poison pour les défenses. Ajoutez à cela un très bon touché près du cercle et vous obtenez un arrière finisseur de belle qualité. Entre sa première et sa deuxième année, Mathurin a multiplié par 3 son nombre de tentatives près du cercle pour un taux de réussite similaire, au-dessus des 60%. Spectaculaire, le Montréalais est une machine à highlights, terriblement efficace en contre-attaque et au dunk, lui qui en a réussi 38 sur 42 cette saison.

L’une des qualités essentielle pour un scoreur, c’est le tir extérieur, surtout en NBA. Bennedict Mathurin n’a cessé de progresser dans ce domaine, rassurant et confirmant son excellente année freshman dans ce secteur. Sur un volume bien plus élevé, Mathurin a maintenu une réussite satisfaisante. Sur 3,5 tentatives par match en 2020-21, il a rentré 41,8% de ses tirs longues distances, cette année, Mathurin a pris 6,1 tirs à 3pts pour une réussite de 36,9%. Exclusivement utilisé en spot-up shooteur lors de sa première saison avec 94,7% de ses tirs à 3pts venus d’une passe, Mathurin a diversifié son jeu loin du panier en réduisant à 77,1% cette statistique. Le Montréalais reste une grosse menace sur catch and shoot et a su développer un tir en sortie de dribble, notamment après écran. La qualité principale du tir de Mathurin tient dans son élévation. Son jump est impressionnant ce qui lui permet de s’élever facilement au-dessus de ses adversaires, surtout avec un point relâchement très haut garanti par sa belle longueur de bras. Offensivement, le petit bémol à noter est la diminution de son pourcentage de réussite sur la ligne des lancers. Il passe de 84,6% à 76,4% de réussite pour une tentative de plus, rien de dramatique mais on pourrait s’attendre à davantage de lancer pour un joueur au style agressif comme lui.

Véritable scoreur à l’arsenal multiple et efficace, Bennedict Mathurin séduit aussi de nombreux scouts par son esprit de compétition. Leader vocal des Wildcats, Mathurin est un combattant, agressif, toujours actif, un repère important pour ses coéquipiers des deux côtés du terrain. Il sait prendre ses responsabilités en attaque dans les moments chauds et maintient la pression en défense. Pour sa taille, Mathurin est un très bon rebondeur. Il se bat en permanence, prend l’avantage grâce à la maîtrise de corps et, encore une fois, avec sa verticalité. En défense, Mathurin joue avec une grosse intensité, capable de défendre des postes 1 à 3, il peut même se vouer occasionnellement en protecteur de cercle grâce au combo détente/envergure, mais ce ne sera pas son rôle premier. Explosif, des mains très actives, le Montréalais peut devenir un vrai pitbull dans les moments chauds, passant devant les écrans, collant le porteur de balle au centimètre. Il devra tout de même trouver une certaine constance dans ses efforts défensifs pour être efficace sur de longues séquences.

Le choix de revenir en NCAA pour une seconde saison a été profitable à Bennedict Mathurin, validant ses acquis et développant davantage de compétences. Si nous pouvons facilement le projeter en NBA comme un two-way player capable d’évoluer sur les postes 2 ou 3, il ne faut probablement le voir comme un premier porteur de ballon. L’une des raisons pour lesquelles Mathurin ne se rend pas trop sur la ligne des lancers ou peine à créer son propre tir réside dans un handle basique, peu développer mais qui reste efficace pour son rôle. Il ne pourra pas évoluer au poste de meneur même s’il a montré des flashs à la passe, notamment dans la peinture ou en contre-attaque. Le Québécois demeure un excellent prospect de cette draft 2022 avec beaucoup de certitudes, très peu de red flag, capable d’évoluer dans différents rôles et prendre de l’importance rapidement en fonction des responsabilités qu’on lui accorde.

✔️ FORCES

  • Scoreur trois niveaux
  • Tir extérieur
  • Finisseur
  • Athlétisme
  • Verticalité/Envergure
  • Défense sur l’homme
  • Leader
  • Rebonds
  • Mentalité / Combativité

FAIBLESSES

  • Concentration
  • Régularité défensive
  • Création pour lui-même
  • Obtenir des lancers

📈 SWING SKILL

  • Développement du handle

PRÉDICTION DRAFT 2022

Début-milieu de second tour (places 8-15)

Equipes potentiellement intéressées : Indiana Pacers, New Orleans Pelicans, Sacramento Kings

Mathurin est un prospect capable de séduire des équipes du Top 10 de la prochaine draft tant ses qualités certaines constituent un package rare pour un poste 2. Avec beaucoup de meneurs draftés dans les dernières années, le Montréalais peut devenir un beau complément pour nombreux d’entre eux. Ainsi, les Pacers pourraient jeter leur dévolue que sur lui dans l’hypothèse où Brogdon et Hield seraient sur le départ. Avec Haliburton, Mathurin pourrait bénéficier d’un excellent playmaker et exploiter ses qualités de scoreur. Les Pelicans de la Nouvelle-Orléans pourraient être intéressés par Mathurin pour accompagner McCollum &co. Une ligne arrière McCollum/Mathurin/Ingram peut être très effiace si chacun trouve son rôle. Les Kings aussi seront sur le dossier Mathurin pour trouver un joueur capable d’accompagner Fox et former un backcourt explosif.

TIER DU CCS : Tier « Starter ++ »

Bennedict Mathurin a prouvé au cours de sa seconde année en NCAA qu’il est une menace offensive polyvalente capable de scorer dans de nombreuses situations. De loin comme de près, les qualités athlétiques du Montréalais sont devenus des armes léthales dans un programme au gros jeu collectif. Dès sa première année, il pourrait être utilisé comme un 3&D fiable avant de pouvoir prendre davantage de responsabilités offensives. Comme beaucoup de prospect, Mathurin devra mettre plus de sérieux dans les tâches défensives pour devenir un titulaire NBA indiscutable.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6e homme », role player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8e ou 9e, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10e ou 12e homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2022 ici !

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Jaden HardyHarrison Ingram

Tier « Starter/6e homme »

Patrick BaldwinNikola JovicBryce McGowensMoussa Diabaté

Tier « Rotation importante »

Jabari WalkerSpencer JonesDyson DanielsDereon SeabronMarJon Beauchamp

Tier « Fin de rotation »

Julian ChampagnieIsmaël KamagatéJaime Jaquez Jr

Tier « G-League/2Way »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :