Basket Draft NBA

Profil NBA Draft 2022 : Walker Kessler, contre tout attente

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2022 est la nouvelle date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

Walker Kessler

Crédit Photo : West Hawai Today

Date de naissance : 26 juillet 2001 – Classe : Sophomore

Université : Auburn Tigers (SEC) – Bilan 2021/2022 : 28/6d

Poste : Pivot

Mensurations
Taille : 216 cm – Poids : 111 kg – Envergure : 226 cm

Statistiques saison
32 matchs joués // 11,6 pts // 8,2 rebs // 0,9 asts // 1.1 stls // 4,6 blk
25,9 minutes joués/match // 61% FG // 19,1 % 3pts // 60,7 % FT // 1,1 Tov // 2,6 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF

Walker Kessler est un pur produit du sud des Etats-Unis. Il grandit en Géorgie dans un climat propice au développement d’un basketteur de haut-niveau. Son père, Chad Kessler, a joué quatre ans pour les Bulldogs avant d’être sélectionné à la draft 1987. Son oncle Alec Kessler, auréolé d’un titre national avec ces mêmes Bulldogs en 1990, est le deuxième meilleur scoreur du programme. Record que n’a pas réussi à surpasser le frère de Walker, Houston, qui y a lui aussi évolué pendant 4 ans .

Le basket coule donc dans la famille Kessler, et Walker a fait honneur à l’héritage familial. All-American et sélectionné au Nike Hoop Summit, il est nommé meilleur joueur de Géorgie en 2020. Ultradominant physiquement et montrant même un potentiel de tir extérieur, le jeune homme de déjà 2m13 attire les convoitises universitaires : Duke, Gonzaga, Cal, Auburn et Michigan tentent de le recruter.

C’est finalement l’Université de Caroline du Nord (UNC) qui récupère le grand pivot. Malgré son statut de recrue cinq étoiles, Kessler peine à s’imposer dans la rotation de Hubert Davis au cours d’une année collectivement compliquée pour UNC. Relégué sur la touche derrière le trio d’intérieurs Armando Bacot-Day’Ron Sharpe-Garrison Brooks, il se contente de 9 minutes par match et peu de responsabilités offensives.

C’est donc assez logiquement qu’à l’été 2020, Kessler entame un nouveau processus de recrutement. Duke, Gonzaga et Cal sont toujours prêts à l’accueillir, tandis que Kentucky rentre dans la danse, mais il choisira de se rapprocher de sa famille, et rejoint donc Auburn.

Sous Coach Pearl, Kessler retrouve une liberté offensive qui lui permet d’exprimer son potentiel. Associé dans la raquette au freshman et futur top-5 de draft Jabari Smith, Kessler retrouve sa production statistique de lycée, martyrisant les arrières adverses avec des contres ravageurs. Il enregistre à Auburn l’une des toutes meilleures saisons statistiques au contre de l’histoire du championnat universitaire, et sûrement la meilleure dans une conférence de high-major.

Elu meilleur défenseur de l’année, Kessler emmène Auburn à la March Madness avec une des cinq meilleures défenses du pays. Ils tomberont face à la surprise Miami (FL), dans un match où il ne joue que treize minutes, n’inscrit pas de panier et montre toutes ses limites face à une équipe athlétique et au jeu rapide. Malgré cette déconvenue, Walker Kessler a le vent en poupe. Une sélection à la draft lui tendant les bras, il décide de terminer sa carrière universitaire et se présenter à la draft 2022.

DESCRIPTION DU JOUEUR

Walker Kessler est un pivot qui profite de sa grande taille pour exceller dans deux domaines : la protection du cercle en défense, et la finition près du panier en attaque.

Son attrait premier, celui qui lui ouvre les portes de la NBA, est son excellence défensive près du cercle. Son nombre de contres par match, 4.6 en 32 minutes, est un indicateur assez clair de son apport défensif. Combinant longueur (envergure), un timing du contre qui n’est égalé que par Chet Holmgren, et intelligence des rotations, Kessler est une barrière difficilement franchissable au moment de finir au cercle. D’autant que ces chiffres ne prennent ni en compte les tirs contestés, ni les tirs qu’il a dissuadé l’attaque prendre par sa seule présence près du cercle. Dans une NBA qui cherche à limiter les tirs à haut pourcentage, son profil de protecteur de cercle de très haut niveau est un réel atout. Il devra, pour maintenir le même niveau d’excellence, mieux encaisser le contact au niveau du buste et maintenir sa verticalité.

Maximiser le potentiel défensif de Kessler passera pas l’utilisation du drop en défense sur situation d’écran porteur de balle. Déjà utilisé ainsi par Bruce Pearl à Auburn, Kessler peut alors mettre en valeur ses qualités principales et limiter l’exploitation par l’adversaire de ses défauts, notamment une explosivité latérale moyenne. Kessler possède tout de même une mobilité intéressante pour son poids et sa taille. S’il n’a pas montré de capacité à switcher de manière régulière sur des arrières NBA, il n’est pas de ces défenseurs qui seront systématiquement ciblés, les rendant inutilisables. Au contraire, il a montré en NCAA une réelle capacité à tenir lors de mismatchs sur les ailiers physiques de la SEC, et à contester le tir par derrière lorsqu’il est pris de vitesse.

Si la mobilité latérale aperçue par moment en NCAA se confirme au niveau supérieur, Kessler pourrait être utilisé dans des systèmes de défense sur écran plus ambitieux. Cette polyvalence défensive devrait être, avec le développement de son tir extérieur, l’élément déterminant pour la poursuite de sa carrière et ses opportunités de rôles en NBA.

Moins percutant du côté offensif du terrain, Kessler n’en demeure pas moins un attaquant au potentiel intriguant. Utilisé dans un rôle de finisseur en bout de chaine à Auburn, Kessler a surtout mis en valeur ses qualités de finition près du cercle (78% de réussite au cercle!), démontrant un toucher de balle intéressant. Son rôle offensif devrait se limiter à des finitions rapides sur drop-off, après un pick-and-roll ou sur rebond offensif.

La réelle interrogation offensive pour Walker Kessler repose sur son tir extérieur. Celui qui avait brillé en high-school pour ses capacités à finir à la fois au cercle et au périmètre peine à confirmer les promesses au tir extérieur. Le développement de son tir extérieur n’est pas une condition si ne qua none à sa réussite en NBA, mais il demeure un outil précieux pour un joueur qui manque d’explosivité pour finir fort au cercle face aux protecteurs de cercle adverses. Le développement, a minima, d’un jeu intermédiaire (tirs à trois-mètres, floaters…) augmenterait considérablement son plafond offensif. La hausse des pourcentages aux lancers-francs (de 53% à 60%) et la confiance que Kessler semble avoir en son tir peuvent être des raisons d’espérer un développement suffisant pour être une menace sur pick and pop.

✔️ FORCES

  • Rôle défensif transposable en NBA
  • Scoreur intérieur
  • Timing de contre
  • Taille et envergure
  • Mobilité fonctionnelle pour son poids
  • Dissuasion défensive
  • Rebonds défensifs

FAIBLESSES

  • Tendance à tomber dans le foul trouble
  • Adaptation à la vitesse de jeu NBA ?
  • Création offensive
  • Adresse dans le jeu intermédiaire
  • Rôle offensif limité
  • Adresse aux lancers-francs

📈 SWING SKILL

  • Développement d’un tir extérieur en catch and shoot

PRÉDICTION DRAFT 2022

Fin de premier tour (places 20-30)

Equipes potentiellement intéressées : New York Knicks, Milwaukee Bucks, Brooklyn Nets

Dans une draft qui regorge de protecteurs de cercle (Duren, Holmgren, Kamagate, Koloko, Mark Williams), Kessler devrait tomber au-delà de la vingtième place, voire davantage si les scouts NBA donnent une importance particulière à son dernier match universitaire face à Miami. Une équipe en recherche d’assurance de protection de cercle en sortie de banc à la draft plutôt qu’à la free agency pourrait jeter son dévolu sur l’ancien Tiger. Si une équipe croit en son tir extérieur, certains optimistes peuvent même l’imaginer dans les places de l’immédiat post-lottery.

Dans l’hypothèse où Tom Thibodeau serait conservé aux Knicks, Kessler pourrait dès sa première saison apporter dans le système de drop de New-York, et potentiellement libérer les espaces dans la raquette pour RJ Barrett. Même logique pour les Bucks, qui ont développé le système de défense en drop le plus efficace de la ligue autour de Brook Lopez et de leurs longs défenseurs. Le frontcourt vieillissant des Nets n’offrant que peu d’assurance en défense, Kessler pourrait palier ce besoin, tout en s’assurant un rôle de finisseur aux côtés des créateurs de Brooklyn.

TIER DU CCS : Tier 4 : Rotation importante

Walker Kessler aura un rôle en NBA. Son sens du contre ne lui garantira pas des lignes statistiques aussi impressionnantes en NBA qu’en NCAA, mais sa menace défensive changera les attaques adverses. Sa capacité à s’insérer dans des systèmes défensifs polyvalents, grâce à sa mobilité, déterminera son rôle et ses minutes à termes. Le développement d’un tir extérieur serait un bonus bienvenu dans une NBA qui cherche toujours ce profil double de protecteur de cercle et de « stretch-five ». Walker Kessler n’est peut-être pas cette licorne, il n’en est pas moins un joueur qui s’insérera dans un effectif NBA.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6e homme », role player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8e ou 9e, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10e ou 12e homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2022 ici !

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Jaden HardyHarrison IngramBen Mathurin

Tier « Starter/6e homme »

Patrick BaldwinNikola JovicBryce McGowensMoussa Diabaté

Tier « Rotation importante »

Jabari WalkerSpencer JonesDyson DanielsDereon SeabronMarJon Beauchamp

Tier « Fin de rotation »

Julian ChampagnieIsmaël KamagatéJaime Jaquez Jr

Tier « G-League/2Way »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :