Draft LNH Hockey

LNH – Carnet des Recrues n°13 : Caufield progresse, Denver remporte le Frozen Four !

Année après année, le repêchage et l’arrivée de nouvelles recrues dans la LNH sont des attractions qui animent les débats des analystes et des partisans. Entre course au trophée Calder ou apprentissage dans les clubs écoles, ces jeunes joueurs tentent de se démarquer pour s’établir dans la grande Ligue et devenir les nouveaux visages de leur franchise. Le CCS vous propose ainsi son carnet des recrues qui vous permettra, tout au long de l’année, de suivre et de découvrir les jeunes pousses de la Ligue Nationale mais ceux aussi qui font leurs classes dans les autres ligues américaines ou européennes.

Dans le but de mettre en valeur les joueurs qui se démarquent dans la LNH ainsi que vous faire découvrir ceux qui brillent dans les ligues parallèles, ce carnet des recrues est découpé en plusieurs sections. Dans un premier temps, nous vous délivrons notre Top 5 des recrues actuellement en action dans la Ligue, auquel nous ajouterons quelques mentions honorables. Exceptionnellement, le Carnet des Recrues reste en LNH cette semaine mais votre rubrique « Sous la loupe » revient très vite, dès la prochaine édition !

Retrouvez les épisodes précédents ici :
Carnet des Recrues n°1 // Carnet des Recrues n°2
Carnet des Recrues n°3 // Carnet des Recrues n°4
Carnet des Recrues n°5 // Carnet des Recrues n°6
Carnet des Recrues n°7 // Carnet des Recrues n°8
Carnet des Recrues n°9 // Carnet des Recrues n°10
Carnet des Recrues n°11 // Carnet des Recrues n°12

🏆 Le Top des Recrues LNH 🏆

Pour cette treizième édition du Carnet des Recrues, le CCS vous propose le classement des cinq meilleurs recrues sur le début de saison en LNH en prenant en compte la dynamique en cours. Un classement qui prend en compte les performances sur l’ensemble de la saison tout en priorisant la dernière période étudiée, c’est-à-dire du 27 mars au 11 avril 2022 inclus.

Dans tous les cas, la majorité des recrues que nous verrons aujourd’hui ont disputé près de 70 rencontres. Les critères mis en avant sont simples : régularité, bilan collectif, impact sur le jeu et statistiques individuelles.

1️⃣ Moritz Seider (Défenseur, Detroit Red Wings) ⏹️ =

Crédit: News FR-24

Statistiques sur la période étudiée : du 27 mars au 11 avril 2022 [LNH]
Classement précédent : 1️⃣

Nombre de rencontres : 7 / Temps de jeu moyen : 23:24

0 But / 3 Passes / 3 Points

Bilan : 2 victoires / 3 défaites / 2 défaites en prolongation

Statistiques sur la saison : 72 matchs, 5 buts / 40 passes / 45 pts / TDG : 23:09- Bilan : 28-34-10

Dans la continuité de la séquence étudiée dans notre précédent Carnet des Recrues, Mo Seider baisse en régime de production en cette fin de saison, comme son équipe. Un inflexion notable, seulement 6 points sur 19 matchs depuis le 1er mars. Mais, nous cessons de le répéter, l’impact du jeune défenseur des Red Wings va bien au-delà des chiffres. A égalité ou sur unité spéciale, Moritz Seider s’affirme à chaque rencontre comme le défenseur n°1 de Detroit pour aujourd’hui et pour demain. Sur notre séquence d’étude, il inscrit 2 points sur jeu de puissance. Seider cumule désormais 19 points dans ces situations, la meilleure marque chez les recrues.

Dans son dossier, plusieurs éléments font tâches. Seider termine trois rencontres avec une évaluation de -2 ou -3. Face aux Pens en course pour les Séries, c’est plutôt logique. Mais contre des équipes comme Ottawa ou Columbus, cette statistique interroge. Baisse physique en fin de saison ? Peut-être. Seider est le joueur le plus utilisé par les Wings depuis le début de la saison avec un temps de glace moyen de 23:09, plus d’une minute de plus que le second de l’équipe, Filip Hronek (22:04). Autre interrogation sur notre dernière période d’étude : la réussite au tir. Seider termine à 0% en 7 rencontres, un 0/23. Avec 3,28 tirs par rencontre sur notre période, il faut tout de même souligner la volonté d’apporter du danger de la part de Seider. Surtout, l’Allemand continue de dominer physiquement et défensivement la ligne bleue, ajoutant 15 tirs bloqués et 19 mises en échec en 7 rencontres. Malgré une baisse de régime, Seider demeure notre favori pour le Calder.

2️⃣ Trevor Zegras (Centre, Anaheim Ducks) 🔼 +1

Crédit: Steph Chambers/Getty Images

Statistiques sur la période étudiée : du 27 mars au 11 avril 2022 [LNH]
Classement précédent : 2️⃣

Nombre de rencontres : 7 / Temps de jeu moyen : 20:27

4 Buts / 3 Passes / 7 Points

Bilan : 2 victoires / 4 défaites / 1 défaites en prolongation

Statistiques sur la saison : 67 matchs, 20 buts / 34 passes / 54 points / TDG : 17:59
Bilan : 29-33-12

Trevor Zegras repasse devant Lucas Raymond sur notre séquence d’étude en raison une belle production les rencontres analysées, il est d’ailleurs le meilleur pointeur chez les recrues sur cette période. Avec 4 buts sur les 7 derniers matchs, Zegras atteint le plateau des 20 buts cette saison et revient sur le podium des meilleurs buteurs chez les recrues. Depuis le départ de Rakell et la fin des ambitions de séries pour les Ducks, Zegras voit son temps de jeu augmenter sans cesse. Plus de 20 minutes sur notre période, lui qui tourne à presque 18 minutes sur la saison. C’est toujours intéressant de constater qu’une recrue peut proportionnellement augmenter sa production lorsqu’il acquiert davantage de responsabilités.

Certes le bilan collectif des Ducks n’est pas glorieux mais Zegras continue de dévoiler son talent. Il a inscrit au moins un point dans 6 des 7 rencontres qui composent notre période d’étude. Deux points contre Dallas, deux buts contre Philadelphie et deux rencontres à 100% au tir. Vraiment une belle séquence pour l’Américain. Une rencontre a particulièrement marqué la période de Zegras, celle contre Arizona. Nous apprécions l’audace de Zegras et nous l’avons vu réalisé un second but dit « Michigan » cette saison. Magnifique, contournant son coéquipier Sonny Milano, encore plus difficile que le premier. L’altercation en fin de rencontre entre Troy Terry et Jay Beagle a fait autant réagir que le but de Zegras. Les déclarations d’après match aussi. Les tors sont partagés dans cette histoire et nous invitons à lire cet excellent article de The Hockey Writters sur le sujet (en anglais). Sans transition, Zegras s’affirme comme un véritable prétendant au Calder s’il poursuit sur ce rythme.

3️⃣ Lucas Raymond (Ailier, Detroit Red Wings) 🔽 -1

Crédit: Tim Jarrold, In Play Magazine

Statistiques sur la période étudiée : du 27 mars au 11 avril 2022 [LNH]
Classement précédent :
3️⃣

Nombre de rencontres : 7 / Temps de jeu moyen : 17:52

2 Buts / 4 Passes / 6 Points

Bilan : 2 victoires / 3 défaites / 2 défaites en prolongation

Statistiques sur la saison : 72 matchs, 22 buts / 32 passes / 54 points / TDG : 18:13
Bilan : 28-34-10

Une petite place perdue pour l’ailier suédois des Red Wings, non pas en raison de ses propres performances mais plutôt à cause de celles de son concurrent direct, Trevor Zegras. Avec 2 nouveaux buts, Raymond s’installe seul sur la deuxième place des meilleurs buteurs chez les recrues. Surtout, en ajoutant 6 points sur notre période, il dépasse la barre symbolique des 50 points pour sa saison recrue. Il est seulement la 13ème recrue de l’histoire des Red Wings a atteindre ce plateau. Seider est probablement en route pour le rejoindre.

Tout comme son coéquipier, Raymond a connu de mauvaises rencontres, contre les mêmes adversaires. Une évaluation de -3 contre Pittsburgh, de -2 contre Ottawa et de nouveau -2 contre Columbus. En revanche, l’ailier suédois continue d’engranger des points, terminant avec au moins un point dans 5 des 7 rencontres. Avec le retour de Vrana depuis quelques semaines, son temps de jeu a un tout petit peu diminué, mais Raymond continue d’enchaîner les points et c’est tout aussi rassurant. Raymond a inscrit ses deux buts contre les Sens mais n’a pu empêcher la défaite des siens. Désormais, les objectifs de Raymond et Seider sont individuels. Chercher le Calder pour le défenseur et chercher la première place des pointeurs pour l’attaquant. Quelle belle jeunesse à Détroit !

4️⃣ Cole Caufield (Ailier, Montréal) 🔼 +1

Eric Bolte – USA Today

Statistiques sur la période étudiée : du 27 mars au 11 avril 2022 [LNH]
Classement précédent :
5️⃣

Nombre de rencontres : 8 / Temps de jeu moyen : 18:07

4 Buts / 2 Passes / 6 Points

Bilan : 2 victoires / 5 défaites / 1 défaites en prolongation

Statistiques sur la saison : 58 matchs, 18 buts / 20 passes / 38 pts / TDG : 16:27- Bilan : 20-42-11

Caufield revient dans la partie ! Alors certes, le placer dans la course au Calder serait peut-être aventureux au regard de la constance des recrues des Wings par exemple, mais on ne peut ignorer le second souffle de l’ailier du CH. Comme nous l’expliquions dans notre précédente édition du Carnet des Recrues, l’arrivée de Martin St-Louis à Montréal a redonné à Caufield le visage du jeune joueur plein de promesses aperçu la saison dernière. Désormais, Cole Caufield pointe au 8ème rang des pointeurs chez les recrues avec un total proche des 40 points. Sur le mois de mars, il a tout simplement inscrit 15 points, dont 7 buts, en 15 rencontres. Logiquement, il a remporté le titre de Recrue du Mois.

Sur notre période d’étude, Caufield a réalisé une séquence de 4 matchs consécutifs avec un but et a inscrit au moins un point dans 5 des 8 rencontres analysées. Tranchant, vif, précis dans ses tirs, Caufield est redevenu cet attaquant capable de marquer de plusieurs positions et dans différentes situations grâce à une haute intensité et un coup d’œil très prometteur. Evidemment, le bilan de collectif du CH se passe de commentaires. Mais voir Caufield, Pitlick et Suzuki s’éclater sous St-Louis, c’est de très bonnes augures pour l’avenir montréalais.

5️⃣ Michael Bunting (Ailier, Toronto Maple Leafs) 🔽 -1

Crédit: Zone Coverage

Statistiques sur la période étudiée : du 27 mars au 11 avril 2022 [LNH]
Classement précédent : 4️⃣

Nombre de rencontres : 8 / Temps de jeu moyen : 15:04

0 Buts / 7 Passes / 7 Points

Bilan : 7 victoires / 0 défaites / 1 défaite en prolongation

Statistiques sur la saison : 72 matchs, 20 buts / 37 passes / 57 pts / TDG : 15:38- Bilan : 47-19-1

Quelle série incroyable des Leafs ! Sept victoire en huit rencontres pour Toronto qui souhaite réellement arriver en Séries avec de la confiance, chose qui manque aux Leafs depuis plusieurs saisons. Nous verrons bien si cette stratégie s’avère payante mais vaut mieux mettre toutes les chances de son côté. Michael Bunting continue sa surprenante saison de recrue avec 7 points sur ses 8 rencontres, dont deux rencontres à 2 assistances. Toujours solide le garçon.

Alors le voir perdre une place peut étonner certains mais nous avons privilégier la dynamique et voulu faire écho au trophée du mois accordé à Caufield. Soulignons également que Bunting, excellent buteur cette saison, premier chez les recrues, n’a pas fait trembler les filets en LNH depuis 14 rencontres. Nous l’avons déjà évoqué ici, Bunting dispose d’un contexte d’équipe bien plus avantageux que ses concurrents. Mais il demeure un ailier de qualité qui parvient à exister aux côtés de Matthews et Marner. Actuellement, Bunting cumule 57 points, soit le 9ème plus haut total pour une recrue des Leafs. Il n’est qu’à 5 points du podium et il dépasserait ainsi Marner et Nylander qui avaient totaliser 61 points chacun en 2016-17. Bunting reste encore à 12 points de Matthews, mais la barre n’est pas si lointaine.

Légende : 🔢 Place au classement / ⏹️ Même classement / 🔼 Progression / 🔽 Baisse /
Entrée au classement

Mentions honorables

👁️ Anton Lundell (Attaquant, Florida Panthers)
Statistiques sur la période étudiée : du 27 mars au 11 avril 2022 [LNH]
Matchs joués : 5 / Temps de glace : 14:09 / 2 buts, 1 passe, 3 points / Bilan : 5-0-0
Statistiques saison :
Matchs joués : 57 / Temps de glace : 15:57 / 16 buts, 25 passes, 41 points / Bilan : 51-15-6
Classement précédent : Hors classement

Anton Lundell mérite amplement d’être mentionné. Et ce, depuis le début de l’année. Quel dommage de ne pas avoir assisté à une saison complète du Finlandais. Plusieurs blessures l’ont écarté de la glace mais à titre comparatif, il a joué un match de moins que Caufield et possède 3 points de plus que lui, dans une équipe prétendante au titre. Revenu de blessure, Lundell a inscrit trois points en 5 rencontres pour porter son total à 41, soit le 4ème plus haut total pour une recrue des Panthers. Le record est détenu par Jesse Belanger qui avait inscrit 50 points en 70 matchs, c’était en 1993-94. Sincèrement, on espère que Lundell dépasse cette marque.

👁️ Rem Pitlick (Attaquant, Montréal Canadiens)
Statistiques sur la période étudiée : du 27 mars au 11 avril 2022 [LNH]
Matchs joués : 8 / Temps de glace : 19:13 / 1 but, 3 passes, 4 points / Bilan : 2-5-1
Statistiques saison :
Matchs joués : 57 / Temps de glace : 14:45 / 13 buts, 20 passes, 33 points / Bilan : 20-42-11
Classement précédent : Hors classement

Arrivé du Minnesota, la recrue Rem Pitlick semble être l’une carte majeure de l’organisation de Martin St-Louis. Environ 9 minutes de temps de glace avec le Wild, 17:29 depuis son arrivée chez les Habs. Pitlick, choix de 3ème ronde en 2016, 25 ans, a amassé 22 points en 37 rencontres depuis qu’il est à Montréal. Important dans la finition, Pitlick affiche un taux de réussite au tir de 17% avec le CH. Un joueur qui semble s’épanouir, comme de nombreux jeunes, sous les ordres de Martin St-Louis.

👁️ Peyton Krebs (Attaquant, Buffalo Sabres)
Statistiques sur la période étudiée : du 27 mars au 11 avril 2022 [LNH]
Matchs joués : 9 / Temps de glace : 13:46 / 1 but, 4 passes, 5 points / Bilan : 3-4-2
Statistiques saison :
Matchs joués : 49 / Temps de glace: 14:43 / 7 buts, 12 passes, 19 points / Bilan : 26-37-11
Classement précédent : Hors classement

Lors de l’échange de Jack Eichel, nous avions souligné le potentiel de Peyton Krebs déjà entrevu à Vegas. L’attaquant de Buffalo désormais confirme qu’il possède un certains talent de fabricant de jeu dans une équipe très jeune. Avec 5 points sur les 9 dernières rencontres, on peut imaginer le voir prendre davantage de responsabilités sur la fin de saison et surtout pour l’année prochaine. Krebs est un très bon joueur de hockey, et il faudra le surveiller dans cette plaisante équipe de Buffalo.

🇺🇸 Sous la loupe | Frozen Four 🇺🇸

C’est la semaine dernière que la saison universitaire aux États-Unis prenait fin avec le célèbre Frozen Four. C’est également lors de cette même semaine que les honneurs individuels ont été distribués. L’occasion de vous présenter quelques joueurs qui ont fait parler d’eux ces derniers jours et qui ont brillé sur l’ensemble de la saison.

🕵️ Dryden McKay (Gardien, Minnesota State)

Crédit : Twitter – NCAA Ice Hockey
Statistiques sur la saison :

Nombre de rencontres: 43 / Temps de jeu moyen: N/A

Moyenne de buts alloués: 1.31 / Pourcentage d’arrêts: 0.931

Bilan : 38 victoires / 5 défaites

Malheureux perdant lors de la grande finale, on ne pouvait néanmoins commencer par un autre jouer que Dryden McKay, le récipiendaire du trophée Hobey Baker. Premier gardien depuis Ryan Miller (2001) a être élu meilleur joueur de la saison, McKay a survolé la saison avec pas moins de 38 victoires sur 43 matchs joués. Sa moyenne de but allouées de 1.31 est également époustouflante. Certes, il regrettera sans doute ses 3 buts encaissés lors de la troisième période de la grande finale face à Denver, mais il reste l’une des principales raisons expliquant la présence de Minnesota State à ce stade de la compétition. Pour preuve, son blanchissage face à Notre Drame lors des 1/4 de finale des séries, puis son seul but encaissé en demi finale face à Minnesota.

Succédant ainsi à Cole Caufield et à d’autres noms reluisants, Dryden McKay devrait maintenant susciter bien de l’intérêt auprès des franchises de la LNH. Jamais repêché, il devient ainsi à 24 ans un prospect intéressant pour des équipes en recherche de renouveau devant les filets. Un dossier très intéressant à suivre dans les prochaines semaines.

🕵️ Mike Benning (Défenseur, Denver)

Crédit : denverpionneers.com
Statistiques sur la saison :

Nombre de rencontres: 41 / Temps de jeu moyen : N/A

15 Buts / 23 Passes / 38 Points

Bilan : 31 victoires / 10 défaites

Bien qu’il s’agisse d’un défenseur, Mike Benning a sans aucun doute était l’un des joueurs les plus clutchs lors de ce Frozen Four. En demi finale face à Michigan, il a en effet récolté deux mentions d’assistances dans la victoire 3 à 2 de Denver, dont une sur le but de la victoire en prolongation. Il a ensuite récolté deux points de plus lors de la finale incluant surtout le but de la victoire. À l’image des Pionneers, Benning n’est peut être pas le joueur le plus flashy mais ses prestations des derniers jours ne sont que le reflet de son excellente saison. Avec ses 38 points en 41 matchs, il termine la saison au 2ème rang des pointeurs chez les défenseurs, à un point seulement du premier (Luke Hughes).

Pour sa deuxième saison universitaire, Mike Benning a ainsi montré une progression intéressante qui devrait faire plaisir aux Florida Panthers. Ces derniers l’avaient en effet repêché en 4ème ronde (#95) en 2020. Possédant un petit gabarit (1m75 pour 80 kg), on peut s’attendre à ce que Benning continue son développement avant d’intégrer un jour la puissance que sont les Panthers actuellement.

🕵️Ben Meyers (Attaquant, Minnesota)

Crédit : gophersports.com
Statistiques sur la saison :

Nombre de rencontres: 34 / Temps de jeu moyen : N/A

17 Buts / 24 Passes / 41 Points

Bilan : 26 victoires / 13 défaites

Sèchement battus 5 buts à 1 en demi finale face à Minnesota State, nul ne doute que cette fin de saison est une déception pour Minnesota et leur capitaine, Ben Meyers. Auteur d’un excellent début de séries éliminatoires avec 4 points (1 but, 3 passes) en deux parties, Meyers n’a cependant pas su trouver la faille face à leurs rivaux géographiques. Mais au delà de la déception collective, le natif du Minnesota sort d’une saison tout simplement incroyable : finaliste du trophée Hobey Baker, joueur de l’année de la conférence Big Ten (pour rappel, Michigan fait partie de la Big Ten) et une participation aux JO de Pékin avec les USA. Difficile de demander mieux pour un joueur de 23 ans qui peut espérer maintenant un saut chez les professionnels.

Incroyable mais vrai, Ben Meyers n’a d’ailleurs jamais été repêché. Il s’affiche donc actuellement comme une proie extrêmement convoitée par plusieurs équipes LNH. Certains avancent même qu’il s’agit actuellement de l’un des meilleurs joueurs non repêchés disponibles sur le marché. Parmi les prétendants, le Wild du Minnesota aurait une longueur d’avance, profitant de sa proximité géographique avec le jeune. Quoiqu’il en soit, il s’agirait d’une destination de choix pour Meyers.

🕵️ Bobby Brink (Attaquant, Denver)

Crédit : denverpionneers.com
Statistiques sur la saison :

Nombre de rencontres: 41 / Temps de jeu moyen : N/A

14 Buts / 43 Passes / 57 Points

Bilan : 31 victoires / 10 défaites

Si le tableau de chasse de Meyers semblait alléchant, Bobby Brink n’a pas vraiment grand chose à lui envier. Il sort en effet d’une saison tout simplement sensationnelle sur le plan collectif et individuel. Il suffit de regarder son CV de cette saison : champion national avec Denver, meilleur pointeur et passeur de la NCAA, finaliste du Hobey Baker et meilleur joueur de la conférence NCHC. Moteur offensif de Denver tout au long de la saison, il aura su se démarquer lors de la demi-finale avec sa passe décisive pour Carter Savoie, pour envoyer les siens en finale.

Choix de 2ème ronde (#34) en 2019 des Flyers de Philadelphie, Bobby Brink s’affiche clairement comme l’une figure du futur de la franchise de Pennsylvanie. Ses habilités offensives s’encreront parfaitement dans un projet de reconstruction qui semble de plus en plus inévitable pour les Flyers.

Nous vous donnons rendez-vous dans deux semaines pour le prochain numéro de ce carnet des recrues. Vous y découvrirez alors la suite du classement des jeunes qui se sont démarqués dans la LNH ainsi que ceux qui ont fait les manchettes dans les autres ligues partout ailleurs.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :