A l'affiche Ligue 1 Ligue Europa

Tetê, la bonne pioche de l’OL

“Je pensais que c’était impossible pour Lyon d’avoir un joueur avec les qualités de Tetê”. Peter Bosz ne pouvait espérer mieux. Alors que le secteur offensif lyonnais est plus que jamais à la peine (septième attaque du championnat), le recrutement du Brésilien arrive à point nommé. Percutant et pas spécialement embêté avec le ballon, il offre une option supplémentaire au coach néerlandais. Suffisant pour sauver la fin de saison ?

De Grêmio au Shakhtar

De nombreuses analogies peuvent être dressées entre le parcours de Tetê et celui de Douglas Costa. Formé à Grêmio, il avait lui aussi rejoint le Shakhtar pour une première expérience sur le Vieux Continent. Avec néanmoins une différence majeure : Tetê n’a jamais revêtu le maillot de l’équipe première du club brésilien. Alors qu’il évoluait avec la réserve, Donetsk fait le pari de débourser quinze millions d’euros pour s’attacher ses services. Le natif d’Alvorada, près de Porto Alegre, débarque alors en terre plus ou moins connue. Avec onze Brésiliens en 2019, la formation ukrainienne a des allures de Seleçao. De quoi faciliter grandement l’adaptation du prodige de Grêmio. Tetê prend rapidement ses marques, et laisse entrevoir un potentiel plus qu’intéressant. Arrivé en cours de saison, il inscrit quatre buts et délivre deux caviars en dix petites rencontres. Des espoirs qu’ils ne tardent pas à confirmer les mois suivants.

Face au Real Madrid le 21 octobre 2020, Tetê démontre toute ses qualités techniques (Images : Real Madrid)
Ici, il ne panique pas, résiste au retour de Marcelo et garde la lucidité suffisante pour délivrer un caviar à Solomon.
Solomon ne tremble pas et termine l’action.

Au Shakhtar, Tetê découvre également la coupe d’Europe et la Ligue des Champions. L’occasion est trop belle pour le Brésilien de briller et de se révéler aux yeux de l’Europe. Et il ne s’y trompe pas. Un soir d’octobre 2020, du haut de ses 20 ans, il porte le club ukrainien à la victoire sur la pelouse du Real Madrid (3-2). Après un premier but, il délivre une superbe talonnade pour Manor Solomon qui ne se fait pas prier pour terminer l’action.

Un profil qui manquait à l’OL

Victime collatérale de la folie du Kremlin, le football ukrainien s’est lui aussi arrêté. Au-delà des terribles conséquences humaines et morales, la déception sportive peut être grande pour Tetê. Avec dix buts et deux passes décisives en 29 rencontres, il réalise alors sa meilleure saison statistique. Des chiffres qui ont naturellement attiré les prétendants lors de l’annonce des mesures permettant le recrutement de joueurs évoluant en Ukraine. Et c’est finalement l’Olympique Lyonnais qui l’a attiré dans ses filets.
Un profil dont le club du Rhône avait cruellement besoin. Percutant, rapide et particulièrement intéressant en un contre un, ce gaucher évoluant à droite vient compléter une armada offensive déjà fournie en qualité. Romain Faivre, qui occupe habituellement l’aile droite du 4-2-3-1 lyonnais, a tendance à mettre ses capacités techniques en valeur en rentrant dans l’entrejeu. Tetê peut apporter davantage de percussion, de vitesse et de provocation par le dribble au collectif que l’ancien Brestois.

À travers cette heatmap représentant ses matchs d’Europa League avec l’OL, on voit l’appétence de Faivre à rentrer dans l’entrejeu pour apporter des solutions (Image : Sofascore).
On peut voir ici l’affection que porte Tetê pour le jeu près de la ligne de touche, n’hésitant pas à provoquer par le dribble (heatmap Ligue des Champions 2020-2021)
Shaqiri avait lui aussi tendance à repiquer dans l’axe (heatmap Ligue 1 2021-2022)

Pour pallier le départ de Memphis à Barcelone, l’OL avait misé sur Xherdan Shaqiri. Mais là encore le profil ne collait pas. Bien qu’à l’aise techniquement, le Suisse n’avait pas les qualités de percussion ou de vitesse que le club lyonnais recherchait. Un mariage qui n’a pas fait long feu, mais qui était plus ou moins voué à l’échec avant même le commencement. Tetê, quant à lui, semble cocher une bonne partie des cases du poste recherché par Peter Bosz et son staff.

Deux entrées fracassantes

Débarqué le 31 mars 2022 à Lyon, Tetê n’a pas eu besoin de temps d’adaptation. Un premier but pour sauver les Lyonnais d’une nouvelle désillusion contre Angers, suivi d’une entrée décisive face à West Ham couronnée d’une passe décisive pour Ndombele, ont permis au nouveau venu de se mettre les supporters dans la poche.
Une acclimatation qui semble réussie, bien aidée par la présence de compatriotes dans l’effectif et le staff. Alors que le Shakhtar lui offrait un environnement favorable avec pléthore de Brésiliens, le club lyonnais n’est pas en reste. Vingt-et-unième ressortissant du pays sud-américain à porter les couleurs de l’OL, Tetê a déjà évolué sous la houlette de Claudio Caçapa avec les -15 ans du Brésil. Un élément qui a dû peser dans la balance lors des négociations. Son arrivée devrait également profiter à Lucas Paquetá. Vraisemblablement affecté par les départs de Juninho puis Guimaraes, l’homme fort de l’Olympique Lyonnais en première partie de saison marque le pas depuis janvier. Du recrutement de l’enfant de Porto Alegre devrait naître une certaine complicité entre les deux Brésiliens, hors mais surtout sur le terrain.

« Je ne lui ai pas dit qu’il allait marquer. Je lui ai dit de rentrer et de mettre le feu, d’essayer de jouer le un contre un« 

Claudio Caçapa, à propos de l’entrée en jeu de Tetê face à Angers.

Une première dans le onze compliquée à Strasbourg

Passé ces deux premières fulgurances, Peter Bosz décide de faire appel à lui dès le coup d’envoi face à Strasbourg. Une première dans le onze lyonnais, largement remanié en vue du match retour face aux Hammers. Plein d’envie, il peine cependant à se mettre en évidence en début de partie. Le Brésilien nous donne tout de même l’occasion d’apprécier toute sa palette technique lorsqu’il sert Léo Dubois (7’), entouré de trois Strasbourgeois. Tetê tente de se mettre en avant, et multiplie les appels – contre appels pour proposer des solutions. En vain. Pas forcément servi dans les meilleures conditions, il pâtit des mauvaises sorties de balles lyonnaises. Il est contraint, la plupart du temps, de rentrer à l’intérieur du jeu ou de repasser par l’arrière. Un sublime petit pont sur Bellegarde avant de lancer Dembélé (19’), laisse cependant apparaître des qualités de dribbles et d’élimination évidentes.

Bien qu’ayant vécu un après-midi difficile en Alsace, Tetê a su se mettre en évidence sur une ou deux actions (Vidéo : Canal +)

Un rendement offensif en demi-teinte, qui n’est pas compensé par une grande contribution défensive. Malgré deux retours intéressants (34’, 45’), le 3-5-2 strasbourgeois a posé beaucoup de problèmes au côté droit lyonnais. Le manque de complicité technique et tactique apparent avec Léo Dubois a largement profité à Dimitri Liénard. Avec neuf centres au total, il est celui qui s’est mis le plus en évidence dans le domaine. L’Alsacien aurait même pu doubler la mise en début de seconde période. Laissé complètement seul, il loupe sa reprise dans la surface et maintient les Lyonnais en vie. Une défaillance défensive bien utilisée par le Racing : 42% des offensives sont passées par le côté gauche des hommes de Julien Stéphan.
En difficulté, Tetê est sorti à la 62’ par Bosz. Une première dans la peau d’un titulaire compliquée pour le Brésilien. Très peu trouvé (29 ballons touchés), il n’a pas réussi à se mettre en position de frappe une seule fois. L’ancien de Grêmio a toutefois laissé entrevoir de belles qualités techniques sur quelques fulgurances.

Une prestation largement explicable compte tenu du contexte de son arrivée, mais surtout de la situation de l’Olympique Lyonnais. Avec quarante minutes dans les jambes sur les deux derniers mois, Tetê est bien loin d’être en pleine possession de ses moyens. Ses facultés de percussion ont été d’autant plus visibles lors de ses entrées en jeu, face à des adversaires déjà fatigués. Mais il faudra encore un peu de temps pour apprécier le jeu du Brésilien durant 90 minutes.

Si quelques supporters lyonnais espéraient attirer David Neres, il n’est pas certain que ces derniers aient beaucoup perdu au change. Pétri de talent, Tetê offre une nouvelle option offensive au club du Rhône. Il faudra cependant s’armer de patience, et ne pas compter sur son unique présence pour redresser la barre d’un bateau qui tangue depuis trop longtemps.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :