A l'affiche

Ligue des Champions africaine, pourquoi il faut s’y intéresser ?

Hier, le vendredi 15 avril 2022, l’ES Setif rencontrait l’Espérence Tunis en ouverture des quarts de finale de la Ligue des Champions africaine. Comme chaque année, la médiatisation reste faible voire inexistante en France sur cette compétition. Pourtant, elle reste l’une des plus grandes au monde, retour sur plusieurs raisons de s’y intéresser plus en profondeur.

Parce que c’est une compétition historique

En 1964, la Coupe des Clubs Champions africaine voit le jour. Seulement 8 ans après la version européenne, la Confédération Africaine de Football créé sa propre compétition continentale. Le nombre de participant pour cette première édition reste faible. Les clubs ne représentent alors pas seulement un pays, mais une région. L’Afrique de l’Ouest compte alors 2 écuries : le Stade Malien du Mali et les Real Republicans du Ghana. Les vainqueurs Camerounais de l’Oryx Douala défendent l’Afrique Centrale. L’équipe éthiopienne du Cotton Factory Club correspond à l’Afrique du Nord, du Centre et l’Afrique du Sud.

Le TP Mazembe, 5 fois vainqueur de la Ligue des Champions africaine lors de leur dernier sacre en 2015. (Source : L’Équipe)

Suite à cette première édition de la Ligue des Champions africaine, la compétition se déroule tous les ans. Des clubs s’imposent alors comme des habitués et des pionniers année après année. Les pays d’Afrique Centrale et de l’Ouest s’emparent rapidement de la CAF Champions League. Un club se démarque donc, le TP Mazembe. Les Congolais remportent la compétition deux fois dans les années 60 et comptent aujourd’hui 5 trophées à leur actif.  Depuis la fin du XXème siècle, les pays d’Afrique du Nord se sont toutefois accaparés la compétition. Le club égyptien d’Al-Ahly est désigné vainqueur à 10 reprises, un record.

Les Sundowns se sont stabilisés et sont dans le top 8 régulièrement depuis quelques temps, sinon le reste ne vaut rien.

Lotfi Wada à propos des clubs ne venant pas d’Afrique du Nord

Par ailleurs, l’Égypte domine totalement les tableaux de statistiques, à l’image de la CAN. Ils comptent 2 clubs dans le top 3 des plus titrés : Al-Ahly donc, mais aussi Zamalek, qui comptent 5 victoires, soit autant que le TP Mazembe. De plus, le joueur le plus capé est Hossam Ashour, joueur égyptien titré à 5 reprises, le meilleur buteur est Mohamed Aboutrkia, auteur de 32 buts. Toutefois, les acteurs égyptiens ne sont pas les seuls présents, des clubs comme l’Espérence Tunis, le Raja et le Wydad Casablanca restent des figurent majeurs historique de cette Ligue des Champions africaine.

Parce que c’est la Ligue des Champions

Une compétition continentale qui porte le nom de « Ligue des Champions » ne peut qu’être attirante. La CAF Champions League ne déroge pas à la règle. Au final, il s’agit donc de la même compétition qui fait rêver les mardis et mercredis soirs. Celle qui créé des scénarios d’anthologie, comme le but de Rodrygo contre Chelsea mardi dernier, ou alors le SL Benfica qui revient à 3 buts à 3 à Anfield mercredi. La différence ? Le nom des équipes, les joueurs, même si le niveau reste inférieur à la Ligue des Champions UEFA, les clubs africains n’ont pas à rougir pour tout le reste. Comme en Europe, cette compétition apporte donc une attente et un stress à chaque match à enjeu. Forcément, la « hype » s’intensifie à l’approche de la rencontre suivante, surtout pour les supporters des équipes concernées.

Les supporters « Ultras » du Wydad Casablanca venus supporter leur équipe. (Crédit : H24 Info)

Au-delà des aspects strictement économiques et financiers, le football africain n’a, en ce qui concerne l’engouement populaire et la passion immodérée pour le beau jeu, rien à envier à ces championnats.

Paul Le Guen dans le livre Géoéconomie de Francis Pierrepont

Puis ce sont surtout les meilleures équipes du continent qui se rencontrent, donc le spectacle est forcément au rendez-vous. De plus, si beaucoup s’étonnaient et adoraient la victoire du Sheriff Tiraspol contre le Real Madrid en phase de poule de la Ligue des Champions européenne, la CAF Champions League réserve aussi son lot de surprises. La simple présence du Pétro Atletico le prouve. Ils ont réussi à sortir du groupe devant le club égyptien légendaire du Zamalek, même si Lotfi Wada, journalisme marocain explique que c’est le Zamalek qui a causé sa propre élimination. Il ajoute d’ailleurs qu’une victoire finale des Angolais deviendrait alors « l’exploit du siècle ». Les matchs européens l’ont encore montré cette semaine, favoris ne veut pas dire vainqueur assuré.

Pour le vrai suspense

Al-Ahly, le tenant du titre et recordman de Ligue des Champions africaine veut garder son trophée. Après leur deux sacres consécutifs, les Égyptiens tenteront de battre un nouveau record, celui de remporter 3 fois de suite la CAF Champions League. Ils comptent évidemment parmi les grands favoris de cette édition 2021/2022. Les hommes de Pitso Mosimane affrontent un autre grand club africain : le Raja Casablanca. L’équipe d’Al-Ahly est alors considérée comme la meilleure du continent et ce match face aux Marocains ne peut qu’être spectaculaire et rempli de talents.

Al Ahly soulevant la Ligue des Champions africaine lors de l’édition 2020/2021. (Crédit : Top Mercato)

Lotfi Wada, spécialiste du football africain coche 4 écuries pour la victoire finale. En effet, « Al Ahly, le Wydad Casablanca, l’Espérence Tunis et les Mamelodi Sundowns sont les favoris ». De manière assez insolite, aucune de ces 4 équipes ne s’affronte lors de ces quarts de finale. Il ajoute : « Les demies-finale ne sont pas sûr mais il est clair que les 4 cités sont largement favoris. » Ils représentent aussi 9 victoires en Ligue des Champions africaine depuis 2011. Si les prédictions de Lotfi Wada se réalisent, le dernier carré de cette édition 2021/2022 risque alors d’être mémorable.

Le tableau complet des quarts de finale aller de la Ligue des Champions africaine. (Crédit : Eurosport)

Toutefois, rien n’est joué pour ces quarts de finale de la Ligue des Champions africaine. En dehors du Petro Atletico, probablement éliminé par les Sundowns, les 3 autres équipes gardent donc toutes leurs chance. Le Raja Casablanca, vainqueur en 1989, 1997 et 1999 et l’ES Sétif, le club algérien qui a remporté ses trophées continentaux en 1988 et 2014 restent d’excellents outsiders. La dernière équipe représentée est le CR Belouizdad, l’écurie algérienne n’a jamais soulevé la coupe de la CAF Champions League mais a déjà tenu tête à l’un des favoris en phase de poule : l’Espérance Tunis.

Le meilleur moyen de frimer devant ses proches lors d’une discussion sur le football reste les compétitions les moins médiatisées. Quelle meilleure solution donc de repérer un joueur de cette Ligue des Champions africaine dexpliquer qu’un club de Ligue 1 devrait se pencher dessus ? Rendez-vous dès ce soir pour la fin de ces quarts de finale de cette CAF Champions League 2021/2022.

Crédit image mise en avant : Tunis Webdo

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :