Draft NFL Scouting

Draft NFL 2022 : Treylon Burks (WR), tank habile

La draft NFL 2022 se rapproche. Comme chaque année, les différentes franchises NFL vont pouvoir à tour de rôle piocher parmi les différents talents universitaires qui se présenteront. Entre le 28 et le 30 Avril prochain, dans la cité de tous les vices à Las Vegas, 250 joueurs et 32 franchises auront le bonheur de voir leur histoire basculer, pour le meilleur ou pour le pire. Car oui, la draft contient toujours son lot de surprises. Et pour appréhender au mieux tous les choix plus ou moins douteux qui seront fait ce soir-là, le CCS revient avec ses fiches personnelles sur les futures stars, les bons coups et les joueurs à suivre pour les années à venir en NFL.

Treylon Burks

  • 1m91
  • 102kg
  • 23/03/2000 – 22 ans
  • Arkansas
  • Junior
  • 4 étoiles 247 Sports – 103e national – 16e WR – 1er Arkansas

Contexte 2021

Arkansas présente un bilan solide avec 9 victoires et 4 défaites au cours de la saison 2021. Si pour certaines universités ces chiffres sont en dessous des attentes en début de saison, ils sont au contraire plus que suffisants pour les razorbacks. Peu ou prou d’autres facultés peuvent se targuer d’avoir pu rivaliser avec les terribles équipes de la SEC West. Certes Georgia et Alabama étaient impossibles à détrôner, mais cette dernière a tout de même douté. C’est notamment l’attaque d’Arkansas qui s’est montré à son avantage dans la majorité des matchs de l’équipe avec en star locale, le receveur Treylon Burks.

66 réceptions – 1104 yards – 11 touchdowns

Treylon Burks n’a pas le temps, jamais. Il a commencé sa carrière universitaire en grappillant du temps de jeu sur le terrain pour devenir rapidement une pièce inamovible. Alors certes, au début, peu de ballons lui arrivaient, le coach préférant appeler des jeux pour ses compères plus vieux et rodés. Pourtant, déjà, il se montrait décisif et tranchant à chaque fois que le ballon lui arrivait dans les mains. Sa progression a ensuite était constante pour qu’il s’établisse en 3ème année, comme l’arme offensive numéro 1 de son équipe. Et les épaules de Burks étaient bien assez larges pour se rôle qu’il a exécuté d’une main de maître.

Forces

Profil athlétique

Burks est grand, fort, rapide (et plutôt beau gosse mais chacun aura son avis sur la question). Les dieux du football en se penchant sur son berceau n’ont, en tout cas, pas été avares au moment de définir les traits physiques de Treylon. Du haut de son 1m90, il fait partie de la catégorie des grands receveurs. Ses 100+kg lui confèrent une puissance difficilement trouvable au poste et enfin le bulldozer combine cela avec des pointes de vitesse à plus de 36km/h. Un T-1000 moderne en soit.

Vitesse

Il faut tout de même revenir sur la vitesse de Treylon Burks qui est son atout principal numéro 1 dans son arsenal. Grâce à cette célérité, Burks est un joueur dangereux dans le fond du terrain. Mais ce n’est pas tout, il devient aussi un danger permanent proche de la ligne de scrimmage, où le moindre petit espace devient une porte de salut en une fraction de seconde. Impossible de laisser Burks sans surveillance une seconde.

Treylon Burks (#16 rouge)

Mains fiables

Généralement, les profils athlétiques, rapides et puissants comme celui de Burks présentent des défauts au niveau de la constance au moment du catch. Il n’en est rien pour Treylon qui est un WR avec des mains sûres. Une arme supplémentaire sur des réceptions plus ou moins lointaines mais contestés qui se transforment en 70/30 pour le WR au lieu d’un 50/50 habituel. On notera que son body control et sa concentration sur chaque jeu lui offre encore plus de prédispositions pour ce genre de plays.

Treylon Burks (#16 blanc)

Running Back

Soyons clairs et concis, Treylon Burks pourrait être un running back. Si ses mains n’étaient pas aussi bonnes, cela serait sûrement son poste, mais heureusement pour lui il peut coupler ces qualités. Et le résultat est… détonnant, surtout pour ses adversaires qui explosent souvent devant son passage. La qualité de vision, ses attitudes ballon en main et son profil physique lui offre des aptitudes après réceptions qui seront demandées au moment de la draft. Arkansas ne s’y trompe pas puisque l’an dernier les coachs n’ont pas hésité à user de motions ou de screens pour donner rapidement le ballon à Burks et s’appuyer sur son playmaking.

Faiblesses

Route Running

Dieu que le travail technique est encore immense avec Burks. Hormis les tracés profonds verticaux (Go, Post, Corner…) rien n’est maitrisé. Ne demandez pas à Burks de courir une route avec un cut bien précis non plus, vous obtiendrez à coup sûr un joli arc de cercle mais rien de tranchant la plupart du temps. Néanmoins, tout cela reste coachable et ne présentera pas un red flag pour n’importe qu’elle équipe que ce soit.

Release

Dans la même veine que les routes, Burks n’a pas un panel de release développé. La faute à ses forces, surexploitées par ses coachs. En effet, Burks a souvent était mis en mouvement avant le snap et/ou depuis le slot. Le résultat : pas ou peu de releases conventionnels que l’on devra beaucoup plus retrouver en NFL. Encore une fois, rien qui ne peut pas être travaillé.

Haut potentiel de Bust ?

Malheureusement pour Burks, son profil ressemble à s’y méprendre avec beaucoup de profils de draft passés qui n’ont pas réussi à exporter leur skillset en NFL. Généralement, ce problème n’est pas inhérent au joueur mais plutôt à l’équipe qui le récupère. Est-elle capable de bien le coacher ? De lui proposer un environnement concordant avec ses besoins ? D’améliorer ce qu’il sait déjà faire tout en développant de nouveaux aspects dans son jeu ? Beaucoup de questions auxquelles il est impossible pour nous d’avoir les réponses aujourd’hui.

Prédiction draft : Premier tour (10-32)

Une équipe qui sera intéressée : Philadelphia Eagles

Encore un WR au premier tour pour les Eagles ? Avec deux premiers tours de draft cette année, la franchise de Pennsylvanie peut bien se permettre de prendre une option sur une nouvelle arme offensive. Je parle bien ici d’arme offensive qui pourra servir à la passe mais aussi à la course, style de jeu développé par Nick Siriani au cours de l’année passée. Treylon Burks apporte au corps de WR des Eagles une nouvelle menace complémentaire du technicien et rapide Smith et de la menace profonde mais décevante Reagor. Un landing spot sans pression particulière pour Burks et avec un besoin de production non-immédiat qui pourra permettre au joueur d’éclore en douceur.

La note du CCS : Tier A

Burks peut être présenté comme un profil high risk-high reward pourtant en y creusant plus profondément, son skillset est si particulier qu’il est impossible de tirer des hypothèses probables sur son devenir dans la grande ligue. Il sera impossible de « mal utiliser » le joueur, même dès sa première année puisqu’un dépassement de fonction est possible en le rabattant sur un rôle de coureur. Pour synthétiser, Burks a les atouts physiques, le talent naturel de ses mains aussi, il ne lui reste plus qu’à travailler sa technique pour pouvoir faire partie du haut du panier des receveurs NFL, chose qui dépendra indéniablement de sa soif d’apprendre et de l’équipe qui le draftera. Réponse le 28 Avril ?

Au même poste :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :