A l'affiche Draft NFL Scouting

Draft NFL 2022 : Evan Neal (OT), La Montagne

La draft NFL 2022 se rapproche. Comme chaque année, les différentes franchises NFL vont pouvoir à tour de rôle piocher parmi les différents talents universitaires qui se présenteront. Entre le 28 et le 30 Avril prochain, dans la cité de tous les vices à Las Vegas, 250 joueurs et 32 franchises auront le bonheur de voir leur histoire basculer, pour le meilleur ou pour le pire. Car oui, la draft contient toujours son lot de surprises. Et pour appréhender au mieux tous les choix plus ou moins douteux qui seront fait ce soir-là, le CCS revient avec ses fiches personnelles sur les futures stars, les bons coups et les joueurs à suivre pour les années à venir en NFL.

Evan Neal

  • 2,06 m
  • 153 kg
  • 19/09/2000 (21 ans)
  • Junior
  • Alabama
  • 5 étoiles 247 Sports – 7ème Nationale – 1er OT – 3ème Floride

Forces

Phénomène physique

Si vous n’avez pas survolé la section sur les mensurations, vous avez pu voir qu’Evan Neal est un être humain gigantesque. Neal est très grand et porte très bien ses 150 kg, si bien qu’il n’apparait même pas en surpoids sur les photos du Combine. Ancienne recrue 5 étoiles, c’est un vrai spécimen physique qui déplace très bien cette immense carcasse.

Sur cette action, Neal est attaqué par un rush très extérieur qui teste la rapidité de son pas-chassé. Le rusher va vite et loin, et Neal, malgré son poids, réussit à le rejoindre en haut de la poche pour tenir son côté de la protection. On a vu des joueurs aussi grands et lourds que l’Offensive Tackle d’Alabama fouler les terrains NFL (Orlando Brown, Jordan Mailata). Mais jamais avec cette mobilité et cette coordination du corps.

Propreté technique

L’archétype du golgoth a tendance à être assez pataud techniquement à son entrée en NFL. Une fois de plus, l’ancien capitaine d’Alabama déroge à la règle. Neal n’est pas un produit fini, aucun prospect ne l’est. Il montre en revanche des fondamentaux très bien encrés. Joueur discipliné et constant, Evan Neal ne se jette pas, joue bas malgré sa taille, et fléchis les genoux plutôt que le buste.

Il démontre ici un pas-chassé très propre, sans faux pas, et surtout il ne s’appuie pas sur son adversaire une fois le premier punch placé. Ce punch lui permet de casser la trajectoire du pass rusher, puis Evan Neal en profite pour se replacer et garder une position avantageuse. Si Neal s’était plus appuyé sur son adversaire au contact, celui-ci aurait pu en profiter pour le déséquilibrer, mais l’Offensive Tackle ne lui laisse pas cette opportunité.

Encore une fois, il faut mettre en valeur la coordination des pieds, qui accompagnent le Pass rusher au cours de sa trajectoire. Malgré son physique, Neal ne cherche pas ici à engager une bataille de force face à Sam Williams, un pass rusher très rapide. Il joue plutôt en finesse et contrôle tranquillement le mouvement adversaire.

Bon, j’ai beaucoup parlé de mobilité et de finesse, mais ne pas oublier qu’Evan Neal est un colosse. Et un colosse techniquement très propre. Autant dire qu’il faudra beaucoup de patience pour le battre par le bullrush. Il possède la force naturelle, sait placer ses mains pour stopper son adversaire, et replacer ses pieds pour s’ancrer. La combinaison parfaite pour garder une poche intègre malgré une poussée adverse.

Polyvalent

Left Guard sur sa première année à Tuscaloosa, Right Tackle ensuite, puis enfin Left Tackle lors de sa saison junior. C’est un euphémisme de dire qu’Evan Neal a voyagé sur la ligne. Et avec, à chaque fois, le même degré d’excellence. Au CCS, on place énormément d’importance à la polyvalence sur les postes de ligne offensive. Plus qu’un bonus, c’est une vraie qualité qui permet de s’adapter aux aléas de la saison et de constamment placer les 5 meilleurs joueurs pour protéger le QB. La polyvalence, c’est l’assurance d’avoir de la constance tout au long de l’année dans les tranchées.

Run block

Beaucoup critiquent les capacités d’Evan Neal dans le jeu de course. Au CCS, on n’est pas d’accord. Les matches du Left Tackle sont remplis d’actions où on le voit déblayer le passage pour son RB. Lorsqu’il place bien ses mains et « drive » avec le bas de son corps, c’est très difficile de résister à sa puissance. Il est également très bon pour maintenir son bloc et ne pas laisser le défenseur se défaire de ses blocs.

On apprécie particulièrement le voir sur l’arrière des schémas en zone où il est excellent pour offrir des lignes de cutback. Dans ce type de situation, il peut arriver sur le flanc de ses adversaires qui l’attendent moins et cela lui donne le temps de se positionner avant de laisser parler sa domination physique naturelle.

Faiblesses

Equilibre

Le problème numéro un de Neal vient aussi de sa plus grosse qualité : il est très grand. Tellement grand que cela le force parfois à se baisser pour bloquer, perturbant ainsi son équilibre. Il sera donc vulnérable face aux défenseurs qui jouent bas et l’amènent ainsi sur un terrain où il est vulnérable. Et cela vaut autant dans le jeu de passe que dans le jeu de course, comme le montrent les deux situations suivantes :

Sur les deux actions, même si elles ne résultent pas en des défaites limpides, cela aurait été le cas en NFL. Les athlètes NFL sauront faire usage de cet avantage. Neal ne peut pas devenir plus petit, il faut donc travailler pour gommer ce défaut. A force de perfectionnement technique et tactique, le bloqueur pourra enlever ce point noir de son jeu. S’il n’y arrive cependant pas, cela empêchera sa carrière chez les pros d’être à la mesure de son talent.

Prédiction draft : Top 5

Une équipe qui sera intéressée : Houston Texans

En manque de talent, les Texans ne joueront pas grand chose en 2022. L’un de leurs objectifs principaux seront de trouver les futurs piliers de leur reconstruction et d’évaluer le potentiel réel de Davis Mills. Offrons donc à Mills une poche digne de ce nom pour travailler, avec un lineman polyvalent et suffisamment talentueux pour cocher la première condition. Le leadership naturel de Neal (capitaine à Alabama) ne sera qu’un joli bonus pour conforter un choix qui devrait apparaître comme l’évidence à Houston.

La note du CCS : Tier S

Membre du « Big 3″chez les OT cette année, Evan Neal apparaît clairement comme la solution la plus équilibrée. Savant mélange de physique hors norme, de propreté technique et d’éthique de travail, il est très difficile d’imaginer le prodige d’Alabama échouer chez les pros tant il coche de cases.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :