Draft NFL NFL Scouting Sport US

Draft NFL 2022 : le meilleur du reste du Front Seven

La draft NFL 2022 se rapproche. Comme chaque année, les différentes franchises NFL vont pouvoir à tour de rôle piocher parmi les différents talents universitaires qui se présenteront. Entre le 28 et le 30 Avril prochain, dans la cité de tous les vices à Las Vegas, 250 joueurs et 32 franchises auront le bonheur de voir leur histoire basculer, pour le meilleur ou pour le pire. Car oui, la draft contient toujours son lot de surprises. Et pour appréhender au mieux tous les choix plus ou moins douteux qui seront fait ce soir-là, le CCS revient avec ses fiches personnelles sur les futures stars, les bons coups et les joueurs à suivre pour les années à venir en NFL.

Boye Mafe (EDGE)

  • 1,93 m
  • 116 kg
  • 23 ans
  • Minnesota
  • RS Senior
  • 3 étoiles 247sports

Boye Mafe est le plus gros riser du processus pré-draft. Le pass rusher du Minnesota était passé sous les radars durant la saison universitaire. Pourtant lorsque l’on s’attarde sur ses matchs, on pouvait déjà voir le potentiel de l’homme. C’est définitivement le Senior Bowl, ses 1v1 et ses matchs d’entraînement qui ont propulsé Mafe sur le devant de la scène une bonne fois pour toute. Le combine a assuré aussi le côté athlétique attendu chez Boye, avec des mensurations et des mesures de vitesse, d’explosivité et d’agilité bien au-dessus de la moyenne.

Le point fort : profil physique

Il semblerait que Boye Mafe ait été coulé dans un moule de OLB 34/Stand up pass rusher. Son profil physique est parfait pour la position : assez grand sans l’être trop pour conserver une belle explosivité, assez lourd sans l’être trop pour un rapport puissance/vitesse impeccable et des bras longs pour tenir en respect les OT adverses. Mais réduire Mafe a seulement une boule de muscle bien proportionnée ne serait pas lui faire honneur. Le joueur a aussi montré de belles prouesses techniques avec des swim move mais aussi des chop déjà bien perfectionnés.

Boye Mafe (#34 bordeaux)

Le point faible : la constance

Boye Mafe sait répéter les efforts sur la durée d’un match, il faut maintenant que ces efforts ne soient plus vaincs et se cristallisent en un impact fort sur la totalité de la rencontre. C’est le défi qui attend l’équipe qui repêchera Mafe, lui apprendre à jouer intelligemment et toujours rechercher un équilibre dans la performance.

Prédiction draft : fin de premier tour à début de second (20-42)

La note du CCS : Tiers A


Arnold Ebiketie (EDGE)

  • 1,91 m
  • 116 kg
  • 23 ans
  • Penn State
  • RS Senior
  • 3 étoiles 247sports

Arnold Ebiketie a connu une progression constante depuis son arrivée sur les bancs de la faculté. D’abord du côté de Temple, dans une université moins côté sur le plan sportif puis ensuite à Penn State, énorme succursale de la B1G. Dans un cas comme dans l’autre Ebiketie a performé dans un rôle d’OLB 34 exclusivement pass rusher. Sa vitesse et son explosivité lui ont permis de battre une multitude d’OT. C’est d’ailleurs lui le joueur le mieux noté en terme de Pass Rush win rate avec la seule marque dépassant les 30%.

Le point fort : explosivité

Encore une fois, dur de résumer un joueur par un seul caractère. Dans le cas d’Arnold Ebiketie, ce qui choque le plus en regardant ses films de match, c’est bien son explosivité. En pur speed rusher le nittany lions est injouable. Sa sortie post-snap depuis sa position en deux points est souvent létale et si son temps de réaction est parfois un peu long, il rattrape toujours cela grâce à ce burst caractéristique.

Arnold Ebiketie (#17 bleu)

Le point faible : désengager les blocks

Une fois Ebiketie pris dans la nasse des OL adverses, il n’en sort plus. Impossible pour lui de se détacher des grosses mains de ses vis-à-vis. Si ce défaut est moins notable dans la chasse du QB, qu’il compense par sa vitesse, dans le jeu de course cela devient une vraie tare. Trop souvent, Arnold devient un facteur nul dans le secteur et ça, ça ne pardonnera pas en NFL.

Prédiction draft : fin de premier tour à début de second (20-50)

La note du CCS : Tiers B


Nakobe Dean (LB)

  • 1,83 m
  • 102 kg
  • 13/12/2000 – 21 ans
  • Georgia
  • Junior
  • 5 étoiles 247sports – 19e joueur national – 2e ILB – 1e Mississippi – 402e all time

Atypique, c’est le terme qui définit parfaitement Nakobe Dean. Le joueur ne répond clairement pas aux standards physiques de la NFL moderne. Quand certains s’esclaffaient devant les mensurations de JOK l’an dernier, ils ont bien du rire à gorge déployée devant celles de Dean cette année. Pourtant, dans la défense historique de Georgia, Nakobe Dean même en étant le plus petit de ce Front 7 n’a pas du tout été le moins en vue. Le linebacker est un véritable missile à tête chercheuse, capable d’attendre patiemment son heure et de fondre en un battement de cil sur sa proie pour l’exploser en plein vol, à la course, comme à la passe.

Le point fort : complet

Il n’y a absolument rien à jeter dans le jeu de Nakobe Dean. Le bulldog est excellent sur tous les fronts. En défense de course, il a la vitesse nécessaire pour aller plaquer n’importe quel RB, son temps de réaction est bon, son agilité du même acabit et son explosivité dans les petits périmètres est sans doute la meilleure de la classe. Contre la passe, aucun problème pour Dean pour couvrir les RB adverse et les zones dans le flat, il pourra aussi être une arme fabuleuse sur blitz où sa vitesse sonique dans les trous fera frémir les QB NFL.

Le point faible : WILL

Malheureusement le profil physique de Dean ne lui permet aujourd’hui que d’espérer une seule chose en NFL : jouer en WILL. Le WILL est le Linebacker extérieur côté faible (Weakside Linebacker) dans un schéma en 43. Cette catégorisation faite par la majorité des équipes NFL fait largement baisser sa valeur réelle.

Prédiction draft : moitié de premier tour à début de second (15-42)

La note du CCS : Tiers S


DeMarvin Leal (DT)

  • 1,93 m
  • 132 kg
  • 01/07/2000 – 21 ans
  • Texas A&M
  • Junior
  • 5 étoiles 247sports – 16e joueur national – 2e DT – 2e Texas – 339e all time

DeMarvin Leal est le parfait antagoniste de Boye Mafe. Annoncé comme un premier tour assuré avant le processus pré-draft, il n’a cessé de chuter pour beaucoup d’analystes. La faute à un combine jugé trop faible et à un gabarit qui le met définitivement en porte-à-faux, un profil de tweener. Pourtant sur ses morceaux de matchs, Leal a su impacté positivement les résultats de son équipe avec une technique qui palie aisément une lacune physique. Que ce soit en DT ou en DE le joueur a fait souffrir ses adversaires pendant l’entièreté des rencontres.

Le point fort : agilité et technique

DeMarvin Leal est un excellent technicien. Il place bien ses mains sur ses adversaires et arrive à manœuvrer à sa guise face à son opposant. A partir de là il peut manipuler comme bon lui semble son adversaire avec toutes sortes de mouvements, jab, chop mais aussi des counter moves comme le swim ou le rip. Ce n’est pas tout puisque le joueur possède l’agilité nécessaire pour stresser les OT sur l’extérieur, il sait se baisser et contourner les angles avec un angle bas ce qui le rend difficilement défendable sur l’extérieur de la ligne.

Le point faible : Quel poste ?

Le problème c’est que DeMarvin Leal a un skillset qui répond aux attentes d’un EDGE rusher mais sera très probablement contraint à l’intérieur de ligne où ses vidéos sont moins impressionnantes. Le déficit de puissance pure notamment pourrait lui jouer des tours. Néanmoins sa transformation de vitesse en puissance est excellente, encore une fois grâce à son centre de gravité bas et le placement de ses mains et devrait donc lui offrir une porte de sortie à exploiter en NFL.

Prédiction draft : fin de premier tour à début de second (20-50)

La note du CCS : Tiers A+


Travis Jones (NT)

  • 1,98 m
  • 150 kg
  • 21 ans
  • UConn
  • Junior
  • 3 étoiles 247sports

Il nous manquait un de ces beaux bébés qui pullulent cette année. Travis Jones fait partie de cette caste de montagne humaine qui se dresse sur les lignes défensives. Le joueur est capable de vous ancrer une défense en 34, seul, en plein axe du centre adverse. Il est aussi capable de supporter des double et des triple teams. Et il reste toujours performant sur la défense de course dans beaucoup de situations. Ce qui change avec le joueur du Connecticut c’est sa faculté à aussi gagner sur le pass rush par la puissance et la technique, une denrée rare.

Le point fort : run stop

Avec un physique pareil, Travis Jones sait défendre la course à la perfection. Il faut dire qu’il posséde aussi l’attirail technique du parfait défenseur au sol. Son équilibre est très stable malgré sa grande taille, quasi personne n’arrive à la déstabiliser. Ses mains sont puissantes et bien placées, elles lui permettent de toujours tenir à distance les OL mais aussi de les enfoncer vers leur QB et RB. Et enfin, il comprend parfaitement tous les schémas offensifs et défensifs des jeux de courses et arrivent à les analyser efficacement sur le terrain.

Le point faible : explosivité (et encore…)

Que l’on soit clair, l’explosivité de Jones pour son gabarit est suffisante mais elle ne vous fera jamais sauter au plafond. Contre la passe donc, Jones se « cantonne » à collapser la poche de protection du mieux qu’il peut (souvent bien) ou à directement engager avec un mouvement de contre type swim ou club. Jones a déjà réussi une transformation physique impressionnante à son arrivée à l’université, passant de 30% de masse graisseuse à 13%, difficile de demander plus au joueur pour gagner en burst.

Prédiction draft : second tour (30-60)

La note du CCS : Tiers A


Travon Walker

Travon Walker (#44 blanc) force et faiblesse résumés en un jeu

Dieu que le profil de Travon Walker est clivant. Premier pick de la draft annoncé pour certains, même pas premier tour pour d’autres… Walker ne laisse personne indifférent. Bien sûr tout le monde s’accorde sur ses forces majeures évidentes mais c’est bien sur les inconnues que le joueur propose que les avis sont plus tranchés. Et c’est il semblerait un peu la même chose chez les GM NFL qui se demandent tous qu’elle est la valeur exacte actuelle et la projection de Walker dans la ligue. Dans une classe sans grande superstar adoubée sur un poste avec de la valeur, Travon Walker pourrait bien marcher en premier sur l’estrade à Las Vegas lors du premier jour de la draft.

Le point fort : T-1000

Travon Walker est un cyborg. Des scientifiques l’ont construit de toute pièce pour être le prospect aux mensurations parfaites et aux capacités athlétiques incommensurables. Ou alors est ce tout simplement le grand petit frère de Myles Garrett ? Bref, Walker est un monstre avec des bras tentaculaires, une stature très imposante et des muscles dessinés. Rajoutez à cela qu’il court à une vitesse sonique, dans le 99e percentile de tous les DE scouts depuis 1987, et que l’agilité et l’explosivité son du même acabit… Et vous obtenez le prospect parfait (physiquement).

Le point faible : la production

Travon Walker a une production très faible dans une défense pourtant historique de Georgia. Comment un tel monstre athlétique n’arrive-t-il pas à engendrer des statistiques à partir de son talent ? Une première réponse et évidemment que le DE des Bulldogs a avant tout servi un collectif, et c’est vrai. Walker est assez intelligent pour comprendre son rôle et libérer de l’espace à ses coéquipiers qui pouvait faire les plays. Cependant, la vérité est aussi de l’autre côté du spectre. Si un tel gabarit n’était pas utilisé par Kirby Smart c’est bien à cause de lacunes techniques réelles ! Personne n’oserait pas envoyer Walker sur la tête du QB adverse s’il le pouvait. De plus, voulait vous simplement prendre un DE créateur d’espace et non playmaker avec un pick n°1 ? Bien sûr, Travon a les capacités pour se développer en vrai menace permanente avec son physique qui ne s’apprend pas. Mais aujourd’hui, cela reste encore un énorme pari.

Prédiction draft : Top 10

La note du CCS : Tiers S

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :