Site icon Café Crème Sport

Draft NFL 2022 : Le meilleur du reste des armes offensives

La draft NFL 2022 se rapproche. Comme chaque année, les différentes franchises NFL vont pouvoir à tour de rôle piocher parmi les différents talents universitaires qui se présenteront. Entre le 28 et le 30 Avril prochain, dans la cité de tous les vices à Las Vegas, 250 joueurs et 32 franchises auront le bonheur de voir leur histoire basculer, pour le meilleur ou pour le pire. Car oui, la draft contient toujours son lot de surprises. Et pour appréhender au mieux tous les choix plus ou moins douteux qui seront fait ce soir-là, le CCS revient avec ses fiches personnelles sur les futures stars, les bons coups et les joueurs à suivre pour les années à venir en NFL.

Kenneth Walker III (RB)

Petit mais tanké, Kenneth Walker ressemble à un de ces running backs à l’ancienne. Un coureur qui aura pour meilleurs amis ses OL qui pourront lui ouvrir le moindre petit intervalle dans lequel il s’engouffrera. Bien sûr derrière vous retrouvez l’explosivité et la vitesse d’un pure runner, mélange détonnant mais obligatoire. Walker était arrivé à Michigan State sur la pointe des pieds au début de l’année, en provenance de Wake Forest, où ses deux premières saisons avaient été fructueuses sans être excellentes. Mais cette année, il aura porté le programme des Spartans sur ses épaules à lui tout seul.

Le point fort : la vision

Comme explicité un peu plus haut, Kenneth Walker est un pur coureur. Il a les capacités physiques pour cela mais il a surtout développé d’excellentes capacités techniques dans le domaine. Le joueur est patient derrière sa ligne, la tête haute il déchiffre la défense et les trous ouverts par ses coéquipiers pour choisir le meilleur et avancer le plus possible sur chaque action. Un profil de coureur à l’ancienne entre les Tackles. Mais cette année Walker a aussi montré qu’il pouvait être efficace sur des zones extérieures.

Kenneth Walker (#9 vert)

Le point faible : le jeu de passe

Walker est un RB capable d’attraper des ballons et capable de protéger son QB mais pas de manière assez constante. Si le ballon n’est pas sur lui, il ne fera pas le play. Il peut aussi avoir des absences et des problèmes de lectures pour se charger d’un blitz. C’est pour toutes ces raisons que dans le début de sa carrière Kenneth Walker sera utilisé seulement comme un RB sur les premiers downs des drives.

Prédiction draft : second tour (33-64)

La note du CCS : Tiers A


Breece Hall (RB)

Il se pourrait bien que Breece Hall soit le RB1 sur beaucoup de board des équipes NFL. Le joueur coche presque toutes les cases recherchées chez un prospect au poste. Le profil physique d’abord, les qualités au sol comme dans les airs ensuite et bien sûr la production. Le petit plus c’est que Hall a encore de la durabilité à revendre avec une charge de travail importante mais sur 3 ans de carrière universitaire. Iowa State va pleurer le départ de son RB star auteur de 50 touchdowns en 3 ans chez les Cyclones.

Le point fort : patience

Breece Hall est un coureur patient et appliqué. Il attend calmement la meilleure opportunité pour s’engager dans une course. Il peut être considéré comme un one cut très efficace avec une vitesse longue létale derrière. Un style de jeu qui marche à la perfection dans du zone run extérieur bien souvent, demandez à San Francisco.

Le point faible : protéger le ballon

Moyen dans le domaine lors de ses deux premières saisons, la protection du ballon est devenue un problème cette année pour Breece Hall. Avec son profil longiligne et peut-être moins tanké que certains, Hall protège son corps avant le plus important dans ce sport la conservation de la balle. Un problème de fumble que n’apprécieront pas les équipes NFL.

Prédiction draft : fin de second tour à troisième tour (48-80)

La note du CCS : Tiers B


Rachaad White (RB)

Vous n’entendrez pas beaucoup parler de Rachaad White avant cette draft, pourtant il y a beaucoup à apprécier chez le coureur d’Arizona State. Sa vision, sa patience, son style de course si particulier vous fera sans nul doute chavirer et puis il faut rajouter à cela l’efficacité ! White est l’un des seuls (le seul ?) skill player à être sorti du lot dans une attaque d’ASU moribonde. Son parcours aussi est notable, avec deux années en Junior College pour toucher le rêve de découvrir l’université et bientôt la NFL.

Le point fort : les pieds légers

Rachaad White a beaucoup de positif dans son jeu, sa vitesse longue, ses appuis courts malgré des jambes élancées mais le plus appréciable reste sa foulée si légère. Quand on le regarde courir, la seule impression qui se dégage est celle d’un homme qui marche sur les nuages et qui devient vite difficile à stopper. Une impression renforcée par son explosivité naturelle pourtant en contradiction avec son gabarit plutôt grand et très longiligne.

Le point faible : la protection de passe

Quand il faut protéger son QB White devient tout simplement un facteur nul. Il ne sert à rien, mais heureusement il peut compenser par des mains plutôt solides qui le rendent dangereux à la réception ! Un moindre mal.

Prédiction draft : troisième ou quatrième tour

La note du CCS : Tiers A


Skyy Moore (WR)

Dans une petite fac à Western Michigan, Skyy Moore a occupé le rôle de slot à la perfection produisant dès sa saison freshman 802 yards et 3 touchdowns dans une attaque RPO centrée autour du bon QB Kaleb Eleby. Sa deuxième année est anecdotique pour cause de COVID mais la troisième est celle de la consécration personnelle pour le duo QB-WR. Moore poste 1292 yards et 10 touchdowns. Son profil électrique bien que hors des normes NFL suscite l’intérêt en vue de la draft grâce à cette prolifique saison.

Le point fort : agilité et explosivité

Skyy Moore est un joueur très tonique sur les appuis. Il est capable de déposer n’importe quel défenseur en un contre un dans un espace ouvert ballon entre les mains. Mais ce n’est pas tout, Moore se sert de cette explosivité pour courir des tracés à angles parfaitement. La séparation qu’il crée simplement en changeant de direction est souvent mortelle notamment sur des tracés intérieurs comme les slants.

Le point faible : le profil

Malheureusement Skyy Moore remplit les cases NFL du slot « classique ». Trop petit pour jouer sur l’extérieur… pas assez bon techniquement pour se défaire d’un corner physique en press… ceux sont des adages vus et revus en NFL que l’on entendra à nouveau pour Moore qui a pourtant mieux à offrir (regardez au dessus). Et son profil est secondaire pour beaucoup d’équipe, secondaire et moins rare qu’un « grand gars avec des balls skills » malheureusemnt.

Prédiction draft : second tour (30-60)

La note du CCS : Tiers A


Christian Watson (WR)

Peu en vue dans une attaque résolument tournée vers la course du côté de North Dakota State University, Christian Watson a explosé aux yeux du monde lors du processus pré-draft (Senior Bowl, Combine, Pro-Day). Le joueur a presque tout pour devenir une arme numéro 1 en NFL mais a longtemps été boudé dans sa carrière. Ce qui lui a permis de poser ses valises au deuxième échelon universitaire, une franche réussite maintenant que l’on voit où cela l’a mené.

Le point fort : le profil physique et athlétique

C’est simple, Christian Watson est plus grand que Drake London, il va plus vite que Treylon Burks et il est plus puissant que Garrett Wilson ou Chris Olave. La somme des outils physiques qu’il propose est unique dans cette année de draft 2022. Des traits inhérents au joueur, quelque chose qui ne s’apprend pas et qui a beaucoup de valeur aux yeux des scouts NFL.

Le point faible : les drops

C’est là que le bât blesse. Christian Watson échappe (beaucoup) trop de ballons. 12.6% en carrière universitaire, de quoi le placer tout en haut de la liste des receveurs. Le problème c’est que le rôle numéro 1 d’un WR c’est de rattraper les ballons. Une tare qui pour sûre l’empêche de s’asseoir à la table du Top 5 de cette draft. Maintenant reste aux équipes à évaluer si ce problème est dû à de la concentration, à un niveau du QB trop faible ou si vraiment c’est ancré chez Christian Watson.

Prédiciton draft : second tour (33-50)

La note du CCS : Tiers B

Quitter la version mobile