Hockey LNH Sport US

LNH – Les Golden Knights, l’autopsie d’une saison ratée

C’est probablement le gros coup de tonnerre de cette fin de saison, les Golden Knights ne disputeront pas les séries. Depuis l’expansion en 2017, la franchise de Las Vegas a toujours su atteindre les matchs à élimination. Une première inhabituelle dont le management doit tirer les leçons. Si l’équipe n’a pas été épargné par les blessures, certains choix posent question. Un premier tournant dans l’histoire de cette jeune équipe. Retour sur une saison pas forcément comme les autres pour les fans des Golden Knights. 

Des choix d’effectif contestés du management des Golden Knights 

 Les Golden Knights ont montré depuis leur arrivée dans la ligue que l’objectif est d’être compétitif peu importe les moyens pour y arriver. Ils n’hésitent pas à sacrifier des tours de repêchages pour attirer des gros noms mais aussi à se positionner sur certains agents libres à l’image d’Alex Pietrangelo, signé en 2020 pour 7 ans et 61,6 millions de dollars. Lors de la dernière intersaison, le management n’a pas dérogé à la tradition. Il faut dire que la franchise est tombée de haut lors des séries malgré un statut de favoris. Après avoir écarté le Wild et l’Avalanche, ils sont tombés face au Canadien de Montréal sur le papier plus faible que leurs deux précédents adversaires. Une élimination au pied des finales de la LNH qui a probablement motivé la direction à revoir l’effectif. 

Le premier gros mouvement réalisé est probablement le plus gros coup de tonnerre de l’intersaison. De nombreuses rumeurs ont fait part d’un départ du vainqueur du trophée Vézina, Marc-André Fleury. Plusieurs éléments expliquent ce choix. Tout d’abord, le salaire du gardien canadien est conséquent avec 7 millions de dollars. Même s’il entrait dans sa dernière année, les Golden Knights ont déjà signé un long contrat en 2020 avec Robin Lehner. Une prolongation jusqu’en 2025 à 5 millions de dollars par an. Avec 12 millions consacrés aux gardiens, le management a cherché à libérer de la place dans ce domaine pour faire de la place et ainsi renforcer d’autres secteurs. Par ailleurs, le gardien canadien réalise une très bonne saison avec des statistiques très impressionnantes de 92,8% de sauvetages, 1,98 but alloué en moyenne par match ainsi que 6 blanchissages. Probablement sa meilleure saison dans la ligue. Il a profité des absences de Lehner pour se mettre en avant. 

Lors des séries, il a été logiquement choisi gardien numéro 1. Il a été dans la continuité même s’il affiche des statiques un peu moins conséquentes avec 91,8% de sauvetages et 2,04 buts alloués en moyenne par match ainsi qu’un seul blanchissage. C’est surtout sa série contre le Canadien de Montréal qui a dû jouer dans l’esprit du management. Il affiche une fiche d’une victoire pour 3 défaites ainsi qu’un pourcentage de 90,4% de sauvetages. Comparé à Robin Lehner qui a su se montrer à la hauteur avec 93,3% de sauvetages pour 1 victoire et 1 défaite. Cette baisse de régime est tombée au pire moment pour Fleury. Enfin, le gardien canadien est plus sur la fin de sa carrière que Lehner. Sortant de sa meilleure saison, de nombreuses franchises se sont montrées intéressées pour avoir un leader dans le vestiaire. Il est parti alors aux Hawks en échange d’un prospect. 

La contrepartie et le timing ont probablement posé question. Ce départ met fin aussi au premier cycle des Golden Knights. Fleury a été l’un des premiers joueurs de cette franchise lors de l’expansion. Aujourd’hui seuls William Karlsson, Jonathan Marchessault, William Carrier, Shea Theodore, Brayden McNabb, Reilly Smith et Zach Whitecloud sont les rescapés de la première année des Golden Knights. Fleury était tout de même le symbole de cette nouvelle franchise et la tête d’affiche. Son départ a probablement touché le vestiaire et les fans. 

Marc-André Fleury, le départ marquant de l’intersaison ( PC )

D’autres changements ont probablement joué dans la dynamique de cette équipe. Le premier est le départ de Ryan Reaves. Même s’il n’a pas été l’un des attaquants les plus productifs avec seulement 5 points dont 1 but en 37 matchs, il reste un joueur particulièrement craint sur la glace. Toujours là quand il faut défendre ses coéquipiers, il n’hésite pas à jouer physique avec plus de 141 mises en échec. C’est aussi un des vétérans de cette équipe et présent depuis la première saison. Un départ important au sein du groupe.

Pour compenser ces départs, Evgeni Dadonov a été récupéré en échange de Nick Holden et d’un troisième tour des repêchages 2022. Un joueur permettant d’apporter de la profondeur même si sa saison à Ottawa a été décevante. Il a été précieux sur la saison avec les nombreuses absences mais ce qui a probablement été le mouvement le plus incompréhensible est l’arrivée de Jack Eichel en échange d’Alex Tuch, Peyton Krebs et un premier et deuxième tour des repêchages conditionnels. Si l’attaquant américain a impressionné chez les Sabres, il a été en difficulté sur le plan physique lors de ses deux dernières saisons. Encore une fois, le management sacrifie un joueur de la première heure pour une star mais dont l’incertitude règne autour de son état de santé.

Par ailleurs, il n’a pas été présent tout de suite après son arrivée. Il a dû attendre d’être à 100% pour faire ses débuts au sein des Golden Knights. De plus, c’est un nouveau salaire conséquent qui arrive à Las Vegas. Déjà en grande difficulté sur ce plan avec une masse salariale largement usée par des gros salaires, Jack Eichel arrive avec 5 années restantes sur son contrat ainsi que 10 millions de dollars par an. Si le joueur est l’un des meilleurs lorsqu’il est en pleine forme, l’incertitude régnant autour de son état de santé a longtemps fait hésiter les autres franchises. Un risque que les Golden Knights ont accepté de prendre mais qui a peut-être condamné leurs espoirs de séries cette saison.

Les mouvements ont parfois été incohérents mais l’équipe a toujours un effectif intéressant sur le papier. Une grande partie du groupe de la dernière saison est encore là. L’autre problème a été l’infirmerie qui n’a jamais été vraiment vide. 

Des absences trop conséquentes dans l’effectif des Golden Knights 

Les Golden Knights ont l’un des effectifs les plus importants de la ligue. Ils ont normalement les capacités de pouvoir se passer de quelques joueurs avec leur profondeur sur les différentes lignes. Il faut néanmoins reconnaître que les absences se sont éternisées en particulier chez les cadres. Ainsi Mark Stone, le capitaine de cette équipe n’a disputé que 37 rencontres. Il n’est revenu qu’à la mi-avril après avoir manqué une grande partie de l’année 2022 en ne disputant que 18 matchs depuis le 1er janvier. Il a semblé gêné physiquement et il a eu du mal à avoir un impact à son retour avec seulement 2 points inscrits dans ce mois d’avril. Trop peu pour celui qui a dominé l’année dernière avec ses 61 points dont 21 buts. Cette saison, il doit se contenter de 30 unités dont 9 buts, son plus faible total depuis sa deuxième saison dans la ligue. 

Le capitaine Mark Stone a terriblement manqué à cette équipe durant la saison ( Getty )

Outre le capitaine, Max Pacioretty a aussi manqué de nombreuses rencontres. Il n’a disputé que 39 rencontres pour 37 points dont 19 buts. Il a été absent à plusieurs reprises sur des périodes plus ou moins longues comme au mois de janvier ou encore au mois de mars. Une nouvelle fois cette absence pèse lourd puisque l’attaquant américain a été le deuxième meilleur pointeur la saison passée avec 51 points dont 24 buts. Pour continuer dans les attaquants dont l’absence a été préjudiciable pour la franchise de Las Vegas, il faut citer Reilly Smith. L’attaquant a réalisé des bonnes performances avec 38 points dont 16 buts en 56 matchs. Malheureusement une blessure à quelques jours de la date limite des échanges a bousculé les plans de la franchise. Annoncé dans des rumeurs d’échanges, cette blessure est venue contrarier les plans du management et il n’a pas rejoué de la saison depuis. En fin de contrat, il a peut-être connu ses derniers moments sous la tunique des Golden Knights à Philadelphie le 8 mars. Un joueur précieux sur tous les trios et toujours présents pour apporter une certaine production offensive. Si sa blessure a permis aux Golden Knights de le placer sur la liste des blessés et ainsi éviter le dépassement du cap, il leur a manqué dans cette dernière ligne droite pour se qualifier. 

Sur la ligne bleue, Alec Martinez a lui aussi manqué avec seulement 26 matchs disputés dont 8 points et 68 tirs bloqués. C’est un formidable défenseur expérimenté qui sait parfaitement se placer pour empêcher les tirs adverses d’atteindre son gardien. Son apport défensif n’a pas été remplacé et les duos ont été en difficultés tout au long de la saison. C’est Ben Hutton et Nicolas Hague qui ont évolué au côté d’Alex Pietrangelo avec plus ou moins de réussite. Défensivement le Duo Hague/ Pietrangelo affiche 2,83XGA/60, le pire total pour un duo dans cette équipe ayant joué au moins 200 minutes ensemble. Après la blessure d’Hague, c’est Hutton qui a évolué avec l’ancien défenseur des Blues avec un peu plus de réussite puisqu’ils affichent 2,44XGA/60. Finalement, le défenseur qui a su tirer son épingle du jeune n’est autre que Zach Whitecloud. Le jeune défenseur a principalement évolué au côté de Theodore cette saison pour 19 points inscrits mais surtout 115 tirs bloqués ainsi que 98 mises en échec.  Seuls Brayden McNabb et Alex Pietrangelo font mieux. Une bonne nouvelle pour la franchise qui a eu raison de le prolonger en début de saison pour 6 ans et 16,5 millions de dollars. 

Enfin le dernier grand absent dans cette saison a été Robin Lehner. Le gardien suédois a été une nouvelle fois touchée par les blessures et n’a disputé que 44 matchs. Il a été suppléé par Laurent Brossoit dont les performances ont été moyennes avec 89,5% de sauvetages et 2,90 buts alloués en moyenne mais aussi Logan Thompson qui a problème été le meilleur cette année avec 91,4% d’arrêts et 2,68 buts alloués. Des statistiques pas forcément impressionnantes justifiant les problèmes défensifs de l’équipe. Ces blessures et les contre-performances des gardiens remplaçants ont probablement un peu plus réveillé les détracteurs de la franchise pour le départ de Fleury. Il est certain que l’absence de Lehner aurait pu être compensée par le gardien canadien. Il reste néanmoins difficile de critiquer le choix de la franchise alors que le gardien suédois avait habitué à réaliser des performances constantes depuis plusieurs saisons, se classant parmi les meilleurs de la ligue. 

Une solidité perdue et le besoin de redéfinir le projet

Les Golden Knights ont semblé plus fragiles cette saison. L’année dernière, ils ont affiché des statistiques  impressionnantes en faisant l’une des équipes les plus redoutées de la ligue. Quatrième meilleure attaque et meilleure défense de la ligue lors de cette saison raccourcie, les choses ont bien changé cette année. Seulement douzième attaque de la ligue et surtout quinzième défense, la franchise de Las Vegas a été trop faible dans ce secteur pour espérer atteindre les séries. Les blessures et les départs expliquent principalement cette baisse de régime. Avec l’absence de ses deux meilleurs pointeurs la saison passée, il est clair que les Golden Knights ne pouvaient pas espérer reproduire les mêmes performances dans ce secteur. Jonathan Marchessault et Chandler Stephenson ont bien essayé de limiter les dégâts avec respectivement 66 et 64 points à leur actif mais c’est trop peu dans cette LNH. En l’absence d’un pointeur capable d’inscrire 80 points, la franchise s’est retrouvée dans une mauvaise posture. Derrière ses deux attaquants, ce sont deux défenseurs qui réalisent les meilleures performances avec Shea Théodore avec 52 points et Alex Pietrangelo avec 44 unités à son compteur. S’ils sont dans leurs standards habituels, ils ne peuvent pas à eux seuls compenser l’absence de production offensive. 

S’il faut trouver des contre-performances, il faut regarder du côté de William Karlsson et Evgeni Dadonov qui n’ont pas forcément prendre la relève pour compenser les absences. Si leurs statistiques ne sont pas à première vue mauvaises avec 35 points dont 12 buts inscrits pour l’attaquant suédois et 43 points dont 20 buts pour le russe, ils n’ont pas su aller plus haut. L’ancien attaquant des Panthers n’est plus aussi chirurgicale qu’il l’était en Floride. Son passage à Ottawa n’a pas été rassurant mais dans une franchise comme Las Vegas, il aurait dû pouvoir trouver une équipe pour retrouver son niveau. Il n’est qu’à 11,3% d’efficacité devant les filets, lui qui a eu l’habitude de tourner autour des 14/15% chez les Panthers.

Sur le plan défensif, c’est probablement les absences répétées de certains joueurs qui ont fait plonger cette défense. Il ne faut pas oublier l’impact de Mark Stone défensivement pour soutenir ses défenseurs. La protection devant la cage a été moins conséquente que les saisons précédentes, laissant les attaquants tirer plus de fois. Ainsi cette saison, les Golden Knights ont concédé en moyenne 29,8 tirs par match contre à peine 27,2 l’année dernière. Une différence importante alors que les attaquants de LNH sont de plus en plus efficaces devant les filets. Il faut aussi noter les performances de Robin Lehner en deçà des attentes après le départ de Fleury. Attendu pour être le mur de cette franchise, il affiche des statistiques loin de ses standards habituels avec 90,7% de sauvetages, 2,83 buts alloués en moyenne par match et 1 seul blanchissage. Sur la saison, c’est seulement 3 blanchissages qui ont été réalisés par les gardiens de la franchise du Nevada. A titre de comparaison Fleury en a réalisé 6 à lui seul la saison passée. 

Les Golden Knights ont aussi perdu leur force à domicile. Cinquième meilleure franchise la saison passée, ils ne sont que quinzième cette année avec un bilan de 22/15/4. Des résultats qui n’ont pas été compensé par des bonnes performances à l’extérieur. L’équipe n’est que la seizième meilleure équipe lorsqu’il s’agît de voyager avec un bilan de 21/16/4. C’est probablement ce qui a joué dans la lutte avec les Kings. La franchise californienne s’est mieux déplacée avec un bilan de 23 victoires 11 défaites et 6 revers en prolongations. La saison dernière, les Golden Knights ont remporté 19 rencontres sur les 28 disputés à l’extérieur, faisant d’eux la quatrième meilleure franchise dans ce secteur. 

Enfin ce qui peut être inquiétant pour cette franchise, c’est sa difficulté à tenir la distance face aux Kings sur cette fin de saison. Alors que les blessés sont revenus les uns après les autres, l’équipe affiche néanmoins un bilan très décevant sur ce mois d’avril. Sur les 12 rencontres disputées, les Golden Knights ne se sont imposés qu’à 5 reprises. Pire sur les sept derniers matchs, ce n’est que deux victoires. Pourtant, les rencontres ont été à leur porté comme les Sharks, les Devils ou encore les Hawks. Un paradoxe alors qu’ils ont réussi à écraser les Flames à Calgary 6 à 1 et les Capitals 4 à 3 après prolongation. Les trois derniers revers lors des tirs au but ont mis fin aux espoirs de qualification. Une équipe prétendante aux séries ne peut pas avoir un tel bilan et une aussi grosse inconstance dans la dernière ligne droite. 

Cette saison n’a pas tourné dans leur sens et de nombreuses choses sont à revoir. Déjà l’équipe doit régler les problèmes de masse salariale. Avec 10 millions au-dessus du cap, le management doit trouver des solutions. Il est probable que Reilly Smith ne puisse pas être conservé et quitte la franchise libre. Il faut voir si les Golden Knights vont essayer de se séparer d’Evgeni Dadonov. L’attaquant russe a déjà été échangé lors de la date limite des échanges mais une clause signée lors de son arrivée à Ottawa empêchait son échange dans 10 franchises dont les Ducks. Une épine dans le pied du management qui comptait libérer de la place pour réactiver ses joueurs blessés. Après cet échange avorté, il est probable de voir la direction tenter une nouvelle fois de s’en séparer. Au niveau des prolongations, ils ont pris les devants avec les renouvellements de Brayden McNabb et Ben Hutton en cours de saison pour 3 ans et 8,55 millions de dollars pour le premier et pour deux ans et 1,7 million de dollars pour le second. 

Jack Eichel est très attendu la saison prochaine ( Jeff Bottari/NHLI via Getty Images )

Pour le reste rien n’est moins sur. Laurent Brossoit a encore une année sur son contrat à 2,325 millions de dollars. Sa saison a été décevante et il est difficile de savoir si le management aura envie de le conserver. Il en est de même pour Brett Howden et Nicolas Hague dont les contrats arrivent à leur terme en fin de saison. Nolan Patrick, récupéré lors de l’intersaison, a lui aussi connu une saison compliquée enchainant les blessures. Loin des attentes placées en lui chez les Flyers, il doit essayer de se débarrasser des blessures pour prétendre à une place dans cette rotation. Enfin, il reste les dossiers Nicolas Roy et Mattias Janmark qui sont précieux sur les deux derniers trios mais le manque de place dans la masse salariale pourrait forcer leur départ. 

Pour le reste, rien ne devrait bouger. Le management espère que ses leaders reviennent en pleine forme la saison passée avec un Jack Eichel acclimatée à la franchise. Il est certain que l’équipe sera revancharde après cette désillusion. 

Les Golden Knights ont connu le premier gros échec de leur histoire. Jamais ils n’ont vécu les séries depuis leur canapé. Dans une franchise où le sportif est important pour fidéliser les fans, cet échec est un premier tournant. Il faut voir comment le management réagit à celui-ci. Le plus important dans ces moments est de garder la tête froide et de ne pas faire des mouvements insensés. Est-ce que le management aura appris de ses erreurs de la dernière intersaison ou compte-t-il une nouvelle fois enflammer le marché de la LNH ? Rien n’est moins sûr d’autant que Las Vegas est connu pour être la ville des excès. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :