Draft NBA

Profil NBA Draft 2022 : Max Christie, entre déception et espoir

Attendu comme un one-and-done, Max Christie a déçu à Michigan State. Assez pour l'empêcher d'être drafté au premier tour en 2022 ?

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2022 est la nouvelle date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

MAX CHRISTIE

Crédit photo : NICK KING/LANSING STATE JOURNAL

Date de naissance : 10 février 2003 – Classe : Freshman

Université : Michigan State University (Big Ten) – Bilan 2021/2022 : 23v/13d

Poste : Ailier (2-3)

Mensurations
Taille : 198 cm – Poids : 86 kg – Envergure : 205 cm

Statistiques saison
35 matchs joués // 9,3 pts // 3,5 reb // 1,5 ast // 0,5 stl // 0,5 blk
30,8 minutes jouées/match // 38,2% FG // 31,7 % 3pts // 82,4% FT // 1,5 Tov // 1,5 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF

Des parents basketteurs, une carrière décorée au lycée dans son Illinois natal, des convocations avec la Team USA, un recrutement collégial extrêmement disputé : Max Christie a tout du parcours de prospect de très-haut niveau. Parmi les freshmen les plus discutés en début de saison, Christie aura finalement connu un succès universitaire nuancé. Assez pour remettre en cause son statut de one-and-done, alors que le joueur s’est déclaré à la draft tout en gardant son éligibilité pour revenir à Michigan State. Peut-être sera-t-il inspiré du succès des sophomores Johnny Davis, Ben Mathurin et Jaden Ivey et restera une année supplémentaire à MSU, au risque d’affronter une draft qui s’annonce plus profonde. Ou bien bénéficiera-t-il d’un scénario à la Josh Primo, une promesse de choix dans la loterie, pour sauter le pas vers la NBA ?

Le contexte collectif de Michigan State n’a pas aidé à mettre en valeur les qualités de Max Christie. L’équipe de Tom Izzo enchaine en effet les saisons décevantes. Aaron Henry avait réussi en fin de saison 2020/21 à emmener de justesse l’équipe à la March Madness. Henry désormais parti pour la NBA, il laissait un vide important à la création. Difficile de dire que ce vide a été rempli : le guard play de Michigan était extrêmement faible, avec deux meneurs aux profils très offensifs et au playmaking inconstant (Tyson Walker, AJ Hoggard). Les tireurs Gabe Brown (attendu comme choix de second tour), Joey Hauser et les intérieurs Malik Hall et Marcus Bingham Jr n’étant pas non plus capable d’assumer énormément de responsabilités balle en main, Christie était un le bout d’une chaine aux nombreux maillons faibles. D’autant plus que l’attaque de Tom Izzo peine à générer des tirs à trois-points ouverts, privilégiant le jeu intermédiaire et le post-up.

Responsabilisé progressivement balle en main au cours de l’année par le très conservateur Tom Izzo, Christie n’a pas eu l’occasion sur un grand échantillon qu’il était autre chose qu’un tireur hors-ballon. C’est là qu’un retour à MSU, alors qu’aucune recrue de taille sur les postes 1-2 n’est annoncé, a du sens : Max Christie a besoin de répétitions au haut-niveau avec la balle en main.

DESCRIPTION DU JOUEUR

Max Christie est un poste 2/3 longiligne de grande taille (1m98). Extrêmement fluide dans son jeu, au risque d’avoir parfois l’air nonchalant, c’est avant tout un tireur extérieur de qualité.

Son tir à trois-points est son ticket d’entrée dans la ligue. Près de la moitié de ses tirs à Michigan étaient pris derrière la ligne à trois-points, part qui aurait pu être encore augmentée dans un système offensif plus moderne. La réussite fut en dent de scie, entrecoupant des périodes de galère et d’inefficacité (novembre, février-mars) avec une période où il est apparu en confort avec son tir : sur les mois de décembre et de janvier, il tourne à 42% de réussite à 3-points (21/50). Il y a énormément de raison de croire que Christie est un futur très bon tireur : sa mécanique est extrêmement fluide à 1m98, son pourcentage aux lancers-francs est encourageant (61/74, 82%) et il a même montré des capacités de tir en mouvement, notamment en sortie d’écran ou en transition ou il excelle à trouver ses spots.

Le reste du jeu offensif de Christie ne demande qu’à être peaufiné. Son handle encore trop fébrile l’empêche de pouvoir régulièrement créer son propre tir, tandis que son physique longiligne le limite quand il arrive au contact avec les intérieurs. Son pourcentage de réussite au panier est anormalement bas pour un joueur de sa taille (48%). Son jeu intermédiaire était son atout principal après son tir à trois-points cette année (41% de réussite sur les tirs à mi-distance). C’est le signe d’un toucher qui doit lui permettre d’améliorer sa réussite près du panier, en développant des floaters et tear drops, mais cela questionne aussi son adaptation dans une NBA qui veut éloigner ses jeunes joueurs de ce genre de tirs.

Christie a cette année laissé le jeu venir à lui, traversant parfois des périodes de plusieurs minutes sans toucher la balle. Il lui faudra, s’il revient à MSU, être plus agressif et proactif pour rassurer sur le reste de son jeu offensif. Joueur cérébral, on lui devine par séquences une belle lecture de jeu et des qualités de passe, mais celles-ci ont été trop inconstantes pour l’instant (51 passes décisives, 52 balles perdues).

Défensivement, Christie est un prospect extrêmement intéressant. Sans être un athlète particulièrement explosif, Christie est un défenseur assez impliqué pour le projeter comme un réel positif en NBA. Sur l’homme, il a montré qu’il pouvait poser empêcher des attaquants de très haut niveau de rentrer dans leur zone de confort : sa longueur a bien gêné Johnny Davis et Bryce McGowens, qui basent leur jeu sur le tir à mi-distance. Il projette ainsi comme un défenseur capable sur le poste 3 en NBA. Pour l’instant, son manque d’explosivité limite sa polyvalence. On l’a vu en difficulté face à des joueurs plus explosifs, dont le premier pas rapide bat souvent la mobilité de Christie. Jaden Ivey, véritable athlète NBA, a parfaitement exploité cette faiblesse lors de leurs confrontations.

Une saison supplémentaire au niveau supérieur permettrait à Christie de travailler sa concentration en défense loin du ballon. C’est l’apanage de beaucoup de freshmen, mais il ne pourra pas oublier ses rotations ou son joueur s’il veut rester sur le terrain au niveau supérieur. C’est d’autant plus frustrant que son profil physique, ses mains extrêmement actives loin du ballon et ses fondamentaux défensifs (notamment sur navigation d’écran) peuvent faire de lui un défenseur complet à terme. Et lui s’assurer que sa défense ne sera pas un frein à son arrivée en NBA.

✔️ FORCES

  • Potentiel tireur à trois-points
  • Taille/profil athlétique
  • Défenseur complet
  • Joueur altruiste
  • Fort potentiel de scoreur
  • Jeu sans ballon
  • Âge

FAIBLESSES

  • Création offensive
  • Finition au cercle
  • Manque d’agressivité en attaque
  • Pas spécialement un athlète explosif
  • Développement qui prendra du temps

📈 SWING SKILL

  • Capacité à créer le jeu balle en main

PRÉDICTION DRAFT 2022

Draft 2023 / Fin de premier tour/début de second tour 2022 (Places 25-40)

Equipes potentiellement intéressées : Michigan State Spartans, Utah Jazz, Oklahoma City Thunder

Max Christie rentre globalement dans le moule du potentiel joueur 3&D, joueur de complément particulièrement recherché en NBA. L’hypothèse la plus probable est qu’il retourne une année supplémentaire à MSU après avoir testé l’intérêt des équipes NBA et reçu le feedback de leurs évaluateurs.

S’il maintient son nom à la draft, il pourrait se contenter de promesses de choix à la fin du premier tour. Parmi les équipes qui pourraient être intéressées par le profil du joueur, le Jazz vient directement à l’esprit. Alors qu’il est attendu qu’ils se lancent dans une mini-reconstruction rapide avec des choix forts à venir cet été, Max Christie pourrait rentrer dans la timeline. Surtout, il apporterait après quelques mois d’ajustement une défense extérieure au point of attack dont le Jazz manque terriblement sur les postes extérieurs. Drafter Max Christie dès cette année, c’est aussi s’engager sur son développement sur le temps long. Le Thunder pourrait miser, selon la doctrine Presti de choisir le joueur au potentiel le plus élevé sur le long terme, sur Christie dans une situation de pre-draft pour le développer en interne. D’autant plus qu’il a un profil parfaitement complémentaire des autres pièces de leur young core.

TIER DU CCS : Tier 5 « Fin de rotation »

Le choix de Max Christie est un choix de promesses. Son tir à trois-points, à l’adresse inconstante cette année, justifie-t-il seul de le sélectionner au premier tour ? Une équipe qui achète le développement de son tir et croit en sa capacité à développer sa création balle en main pourrait lui promettre un choix dans le top 20. Dans le cas contraire, rendez-vous l’année prochaine pour examiner ces progrès. Une bonne année offensive à Michigan State solidifierait fortement son statut de potentiel role player de qualité en NBA, menace offensive complète et défenseur appliqué. En attendant d’en voir davantage, la projection moyenne de Max Christie se situe plutôt dans un profil de remplaçant au rôle limité.   

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarcmais hisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2022 ici !

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Jaden HardyHarrison IngramBen MathurinJohnny Davis

Tier « Starter/6e homme »

Patrick BaldwinNikola JovicBryce McGowensMoussa DiabatéCaleb Houstan

Tier « Rotation importante »

Jabari WalkerSpencer JonesDyson DanielsDereon SeabronMarJon BeauchampJean MonteroWalker KesslerJaylin WilliamsCaleb LoveChristian Braun

Tier « Fin de rotation »

Wendell Moore JrJulian ChampagnieIsmaël KamagatéJaime Jaquez JrTrayce Jackson-DavisHugo BessonChristian Koloko

Tier « G-League/2Way »

Andrew Nembhard

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :