Site icon Café Crème Sport

Profil NBA Draft 2022 : Ochai Agbaji, arrivé à maturité ?

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2022 est la nouvelle date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

OCHAI AGBAJI

source : dknation.draftkings.com

Date de naissance : 20 avril 2000 – Classe : Senior

Université : Kansas Jayhawks (Big 12) – Bilan 2021/2022 : 34v/6d

Poste : Arrière / Ailier

Mensurations
Taille : 196 cm – Poids : 95 kg – Envergure : 208 cm

Statistiques saison
39 matchs joués // 18,8 pts // 5,1 reb // 1,6 ast // 0,9 stl // 0,6 blk
35,1 minutes jouées/match // 47,5% FG // 40,7% 3pts // 74,3% FT // 2,1 Tov // 1,7 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
Ochai Agbaji est un joueur sénior, donc sur sa 4e année, qui était à deux doigts de se présenter à la draft NBA 2021. On lui avait d’ailleurs dédié un scouting report que nous vous invitons à lire si ce n’est pas déjà fait (ici) pour que vous puissiez avoir l’historique de notre analyse sur ce joueur très intéressant. Penchons nous désormais sur ce qui a changé pour Ochai sur cette nouvelle saison. Après avoir retirer son nom in extremis de la draft NBA 2021, Ochai déclare vouloir finir sa progression et son cursus au sein de son université de Kansas. Et bien lui en a pris puisqu’avec le départ de Marcus Garrett et l’absence pour une partie du début de saison de Jalen Wilson, il se retrouve propulsé naturel leader de cette équipe des Jayhawks qui ne cachent clairement pas leurs ambitions de prétendant au titre. Et malgré l’arrivé du soliste Remy Martin, ancien meneur d’Arizona State, Ochai dirige cette équipe d’une main de maître. Leader vocal et statistique, il semble avoir passé un cap dans son jeu. De plus, c’est une véritable armada qui entour le sénior. Wilson, Martin, McCormack, Braun.. Bon nombre de ses coéquipiers sont des joueurs universitaires référencés. Et c’est avec cette équipe bien organisée et huilée qu’Ochai Agbaji va remporté le titre NCAA lors d’une finale très serrée face à UNC (victoire de Kansas 72-69). Après avoir été champion universitaire, Agbaji rêve désormais, non pas d’un simple premier tour de draft, mais pourquoi pas d’un lottery pick.

DESCRIPTION DU JOUEUR
On avait laissé un jeune bosseur avec pleins de promesses mais encore brut sur de nombreux aspects de son jeu. C’est un produit quasiment fini et bien fini que nous avons retrouvé cette saison. La progression au tir extérieur est validée et confirmée, en atteste son quasi 41% à 3pts sur 6,5 tentatives/match ! Ce qui l’amène à une moyenne sur ses 4 saisons en NCAA de 37,3% à 3pts sur 5,5 tentatives/match (soit plus de 670 tirs primés). Les progrès aux lancers francs viennent également appuyé ce point. En effet, Ochai Agbaji tournait cette saison à 74% aux LFs sur presque 4 tentatives. Un progrès significatif pour un joueur qui n’a jamais dépassé les 70% lors de ses trois premières saisons.
Son jeu offball est toujours aussi bon et intéressant même s’il est légèrement réduit cette saison. Il fini très bien proche du panier, il n’est pas rare de le voir monter au dunk grâce à d’excellentes qualités athlétiques et il a fait un progrès assez notable sur sa finition dans la raquette (73% sur ce type de tir, excellent pourcentage pour un ailier). Mais cette saison, on a surtout vu Agbaji avec le ballon en main. En effet, nouveauté dans le jeu de l’américano-nigérien, le ball handling. Il a été amené à beaucoup plus porter la gonfle et être beaucoup plus impliqué dans le jeu offensif de son équipe, comme le montre son taux d’usage (26% cette saison contre 21% la saison dernière). Ce qui a poussé Ochai à montré des flashs plutôt intéressants sur son passing game même si cela reste en cours de développement.
Une chose cependant qui n’a pas changé chez le swingman de Kansas, c’est sa défense. Malgré une légère baisse notable de concentration sur sa défense loin du ballon, il reste un défenseur élite de par sa solidité, sa mobilité et sa polyvalence. Capable de défendre de 3 à 4 postes (4 postes en NCAA plutôt 2 ou 3 en NBA) il a la mobilité pour contenir les guards et la solidité physique et athlétique pour défendre sur des ailiers plus massifs.
Au-delà de l’aspect purement basket, Ochai Agbaji semble avoir la tête bien faite et être un gros travailleur. C’est ce qu’il ressort de ses interviews, notamment celle de l’intersaison 2021 où on sent un joueur ambitieux avec la tête sur les épaules et prêt à mettre le travail nécessaire pour arriver à ses fins. Son état d’esprit de bosseur se ressent d’ailleurs dans ses statistiques lui qui a amélioré la plupart de ses statistiques d’années en années, et ce avec un temps de jeu relativement similaire (seulement 2 minutes de temps de jeu en plus par match entre son année Sophomore et son année Sénior).

Malgrè tout ses progrès, Ochai Agbaji ne semble pas être un futur top 10 de draft et ne paraît pas être une future star en NBA. Pourquoi ? Car il ne sera sûrement pas un initiateur offensif en NBA. Si quelques flashs ont été visibles en NCAA, son handle et son jeu de passe seront trop limités pour la Grande Ligue. Il ne dribble que d’une main et sa création pour lui-même est, au mieux, très moyenne. Même s’il parvient parfois à se créer de l’espace pour un tir à mi-distance grâce à son physique, la finition n’est pas au rendez-vous, en atteste son médiocre 28,6% au tir à mi-distance.
Agbaji a déjà 22 ans, il aura 23 ans au cours de sa saison rookie en NBA ce qui limite de facto son potentiel. Et si son niveau planché est un des plus élevé de la ligue, son niveau plafond et sa marge de progression restante reste assez limités ce qui risque automatiquement de le faire descendre en fin de lottery voir fin de top 20.

✔️ FORCES

FAIBLESSES

PRÉDICTION DRAFT 2021

Milieu premier tour (places 12-20)

Equipes potentiellement intéressées : Cleveland Cavaliers, Atlanta Hawks, Chicago Bulls

Les Cavaliers sortent d’une très bonne saison. Si de prime abord, il leur faudrait rajouter encore du talent car ils ne devraient pas précipiter leur reconstruction, la draft d’un joueur NBA Ready comme Agbaji est très tentante. En effet, le poste d’ailier est LE point faible de la construction des Cavs jusqu’à présent. Et dans une draft aussi homogène qu’énigmatique en sortie de top 10 et après avoir vu des « vétérans » comme Duarte ou Bane avoir un impact immédiatement après leur draft, il ne serait pas improbable de voir une équipe sélectionner un joueur au plafond limité mais au niveau plancher très intéressant. Dans ce cas, Agbaji fait figure de choix idéal et Cleveland de fit parfait.
Atlanta a, contrairement aux Cavs, déçu cette saison. Se sont-ils vu trop beau trop vite après leur finale de conférence de l’an passé ? Possible. Toujours est-il qu’avec leur nombreux joueurs sous contrats avec de gros salaires (Young, Bogdanovic, Capela, Collins, Gallinari…), les Hawks vont devoir être inventif pour se renforcer. Et passer par la draft en ajoutant un joueur NBA ready comme Agbaji pour améliorer les ailes pourraient être une première solution pour les faucons.
Pour Chicago, l’idée est un peu la même que les Hawks. Une sortie un peu prématuré en Playoffs par rapport aux attentes de début/mi saison et un poste d’ailier à renforcer avec une flexibilité financière limitée. Là encore, la draft d’Ochai Agbaji prendrait beaucoup de sens.

NOTE DU CCS : Tier « Starter / 6ème homme »

Agbaji a clairement montré les progrès attendu pour sa dernière saison à la fac. Il semble être prêt et ses qualités basket couplées à son mental de travailleur semble faire de lui une recrue de choix pour une équipe souhaitant avoir un joueur d’impact immédiat. Suffisant pour être drafter en lottery? Difficile à dire tant cette zone de draft semble être réservé aux joueurs à fort potentiel. Toujours est-il qu’il aura probablement un rôle de 3&D en NBA très rapidement. Et c’est déjà une belle assurance.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarcmais hisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2022 ici !

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Jaden HardyHarrison IngramBen MathurinJohnny Davis

Tier « Starter/6e homme »

Patrick BaldwinNikola JovicBryce McGowensMoussa DiabatéCaleb Houstan

Tier « Rotation importante »

Jabari WalkerSpencer JonesDyson DanielsDereon SeabronMarJon BeauchampJean MonteroWalker KesslerJaylin WilliamsCaleb LoveChristian Braun

Tier « Fin de rotation »

Wendell Moore JrJulian ChampagnieIsmaël KamagatéJaime Jaquez JrTrayce Jackson-DavisHugo BessonChristian KolokoMax Christie

Tier « G-League/2Way »

Andrew Nembhard

Quitter la version mobile