A l'affiche Hockey LNH

LNH – Les clés de la Série : Panthers vs Capitals, la guerre des étoiles

Les Séries de la Ligue Nationale débutent le 02 mai avec des rencontres aussi alléchantes qu’imprévisibles ! La rédaction hockey du Café Crème Sport vous propose un regard complet sur les clés de chaque série de la première ronde. Dynamiques en cours, joueurs déterminants, secteurs décisifs… À travers huit articles, le CCS vous offre une analyse détaillée des points clés des rencontres du premier tour des Playoffs 2022 de la LNH. Aujourd’hui, direction la Conférence Est avec l’affrontement entre les Panthers de la Floride, premier de la division Atlantique et les Capitals de Washington, seconde équipe repêchée à l’Est.

Que s’est-il passé en saison régulière ?

🔴Florida Panthers🔵

▶️ 58 victoires / 18 défaites / 6 défaites après prolongation – 1er division Atlantique

Quelle folle saison pour la Floride ! Les félins abordent ces séries éliminatoires avec le Trophée des Présidents (équipe ayant remporté la saison régulière) en poche. Ce titre est loin d’être volé tant ils ont dominé cette saison. Pourtant, cela n’a pas été de tout repos pour la bande à Barkov. Effectivement, ils ont dû faire face à la démission de leur entraîneur-chef Joël Quenneville suite à son rôle joué onze ans plus tôt dans le scandale sexuel entourant les Blackhawks de Chicago. Aussi, ils ont perdu leur défenseur étoile Aaron Ekblad, touché au combat. Mais tout au long de l’année, les floridiens ont montré qu’un collectif s’était réellement bâti du côté de Sunrise. La profondeur de cette équipe incarnée par le rookie Anton Lundell ou l’ancien Lightning Carter Verhaeghe a été impressionnante. Bien sûr, il faut également mentionner les stars Aleksander Barkov et surtout Jonathan Huberdeau qui ont brillé de milles feux.

Capitaine Barkov félicité par la pépite Lundell et le vétéran Gudas ; Getty Images

Andrew Brunette, alors propulsé entraîneur-chef a dû gérer un tandem de gardiens constitué du jeune Spencer Knight et du vétéran Sergei Bobrovsky. Cette alternance a été plutôt bien appréhendé mais les performances n’ont pas forcément été au rendez-vous. De plus, fort de la domination précoce dans la saison, le front office a décidé d’y aller all-in à la date limite des transactions. En effet, deux vétérans de qualité ont posé leur valise du côté de Sunrise. Claude Giroux tout d’abord qui est venu apporté tout son talent notamment en supériorité numérique à une équipe déjà dominante (24,1% pour une 7ème place dans la ligue). Puis Ben Chiarot et son « papier sablé », de la robustesse et de l’expérience en plus ce qui n’est jamais de trop en séries éliminatoires. La Floride arrive donc gonflée à bloc.

🔴Washington Capitals🦅

▶️ 44 victoires / 26 défaites / 12 défaites en prolongation – 2 Wild Card Conf. Est

Depuis leur titre en 2018, il est difficile de compter le nombre de fois où les observateurs ont enterré les Capitals. Souvent qualifiée de « vieillissante », cette équipe fait clairement de la résistance et s’est une nouvelle fois qualifiée pour le bal printanier. Cette année, les menaçants Flyers et les young guns des Devils devaient se charger d’envoyer les Caps d’Ovechkin dans les livres d’histoire. Encore raté… Ce n’est clairement pas la plus belle saison de ce groupe à Washington mais ils sont là, prêts à en découdre quand ça compte. L’équipe s’est  notamment appuyée sur un duo Ovechkin-Carlson qui comme à son habitude a clairement fait le travail.

Les deux leaders des Caps en image ; Getty Images

Le russe Evgeny Kuznetsov est également à mentionner. Il est revenu à son meilleur niveau après des temps assez compliqués du fait de sa suspension liée à un contrôle anti-dopage manqué. Plus tard dans la saison, les retours conjugués du suédois Nicklas Backstrom et d’Anthony Mantha l’ancien des Red Wings de Détroit, sont une bénédiction pour un groupe qui paraissait néanmoins parfois à la limite. Le gardien Vitek Vanecek a réalisé une belle saison en alternance avec un Ilya Samsonov plus hésitant. Le bilan est plus qu’honorable pour cette équipe qui s’invite à la fête dans un rôle quelque peu différent de ce qu’elle a pu connaître.

🗝️ Les joueurs clés

🔴🔵 Jonathan Huberdeau

Statistiques : 30 buts / 85 passes /115 points

Il fait partie des sensations de cette saison de NHL. Depuis son arrivée dans le circuit Bettman, Huberdeau a toujours été un très bon joueur de hockey mais rien de comparable avec ce qu’il a réalisé cette année. Il a tout simplement été stratosphérique, pulvérisant notamment le record de passes pour un ailier sur une seule campagne. Ce record était détenu par Joé Juneau et ses 70 passes avec les Bruins de Boston lors de la saison 1992-1993.

Le sourrire de Jonathan Huberdeau, une image familière cette saison ; PC

L’attaquant québécois de 28 ans n’est peut-être pas aussi complet que son capitaine Aleksander Barkov mais avec les années, il est devenu l’un des meilleurs attaquants de la Ligue nationale de hockey. Huberdeau n’a alors connu que de brefs passages en séries éliminatoires avec ses Panthers mais il a bien paru à chaque fois. Cette saison il a l’occasion de passer un cap en portant sa franchise le plus loin possible.

🔴🔵 Claude Giroux

Statistiques (avec les Panthers) : 3 buts / 20 passes / 23 points

En voilà un qui est passé par toutes les émotions cette saison. La légende des Flyers de Philadelphie a surnagé dans le marasme de Philly auquel peu d’observateurs s’attendaient. Il a même joué son 1000ème match avec la franchise et a été honoré comme il se doit. Arrivant à la fin de son contrat cet été, une question s’est posée pour le front office des Flyers qui a finalement accepté de libérer son capitaine. Tout ça en espérant que ce dernier puisse gagner une Coupe Stanley sous d’autres cieux. Depuis son arrivée en Floride, Giroux tourne au-dessus du point par match et s’est parfaitement intégré dans une attaque déjà létale. Il est clair que son rôle a changé, il n’est plus le seul attaquant vedette mais cela n’a pas l’air de le déranger outre mesure. L’ontarien a la responsabilité d’amener tout son talent et son expérience à un groupe de félins encore jeune. Il était un des gros poissons de la date limite, la Floride a alors fait un gros coup en lui mettant le grappin dessus. Reste à savoir si cet investissement va s’avérer payant en séries.

Claude Giroux dans son nouvel uniforme, toujours spécial ; Getty Images

🔴🦅 Nicklas Backstrom

Tous les fans des Caps espèrent revoir cette image dans cette série ; USA TODAY Sports

Statistiques : 6 buts / 25 passes / 31 points

Saison galère pour le scandinave qui n’aura jouer qu’un peu plus de la moitié des matchs de son équipe durant la saison régulière. Embêté par des problèmes de hanche qu’il avait déjà soigné en 2015, le vétéran a tout de même inscrit 31 points. Un total non-négligeable. Grand artisan du titre de 2018, Backstrom pourrait consistuer le facteur X pour les Caps dans une série qui va demander beaucoup de consistance. Il possède un rôle prépondérant dans cette équipe dans la mesure où il peut être l’un des fournisseurs d’Aleksandr Ovechkin et chacun sait que quand ce dernier est alimenté, la situation se corse rapidement pour le gardien adverse.

🗝️ Les secteurs clés

🔄 La gestion des gardiens

Rien d’original mais il est question ici de deux équipes où la hiérarchie devant le filet n’est pas claire. Pourtant, l’exemple des Golden Knights de Vegas l’an dernier aurait pu alerter tout ce beau monde sur l’importance de faire confiance à un numéro 1. À Washington, le coach Laviolette lui même a affirmé que ses Capitals s’amenaient en séries sans réel gardien partant après qu’Ilya Samsonov soit sorti du match contre les Islanders mardi dernier. Côté Panthers, que va faire Andrew Brunette ? L’état major floridien aurait pris la décision de débuter les séries avec Bobrovsky mais le mois d’avril du gardien russe a de quoi faire réfléchir. En début de mois, il a connu une période atroce quand en trois départs, il a été retiré deux fois et a alloué un total de 13 buts. Spencer Knight a alors pris la relève d’une manière plus convaincante. Bobrovsky est par la suite revenu mais ne jouit pas d’une confiance absolue. Des deux côtés, la gestion des gardiens est un débat prenant qui va forcément jouer un rôle durant cette série, en bien … ou en mal.

Samsonov ou Vanecek ? ; USA TODAY Sports

🔄 La force de frappe

Cette série ne semble pas être faite pour les mordus de hockey défensif. Sans trop s’avancer, il est possible d’affirmer qu’il y aura des buts. À ce petit jeu-là, les Panthers ont habitué les observateurs à des festivals offensifs cette saison. Ils s’en sont souvent bien sorti en dominant leurs adversaires dans une guerre des buts mais ce modèle est-il viable en séries ? Il est légitime de se demander si la défense des Panthers pourra se mettre au niveau si la brigade des Caps canalise l’attaque des félins. Ou pire, si la force de frappe de Washington prend le dessus durant cette série, il y a tout de même une attaque assez folle dans la capitale américaine qui a tendance à être oubliée. L’adaptation des Panthers au jeu des séries sera un point crucial de cet affrontement.

L’attaque des Capitals sait jouer au hockey, il n’y a pas à dire.

🔄 La faculté des Caps à demeurer à 5 contre 5

Oui les Panthers ont été une équipe dominante cette saison dans la ligue nationale. Oui ce groupe mérite son Trophée des Présidents. Néanmoins, les statistiques avancées nous indiquent qu’il y a certaines fissures dans des fondations importantes pour du hockey de séries. En terme d’expected goals subis à 5 contre 5 (considérant la qualité des tirs), les Panthers se situent dans le ventre mou de la ligue, à la quinzième position. Aussi, l’équipe a accordé le douzième plus grand total d’occasions à haut danger à 5 contre 5 ce qui en fait quasiment la plus mauvaise équipe à l’Est dans ce domaine, seuls les Rangers font pire. De plus, les gardiens n’arrivent pas à solidifier la bâtisse dans ces moments là, présentant seulement le dix-huitième bilan pour le pourcentage d’arrêts, toujours à 5 contre 5.

Knight et Bobrovsky, pas au top du top ; Getty Images

La mission apparait relativement claire pour les Caps. S’ils veulent exister dans cette série, il faudra éviter le banc des pénalités au maximum. Dès lors, les Panthers présentent des statistiques d’équipe « prenable » lorsque tous les patineurs sont sur la glace. C’est lorsqu’ils ont l’avantage numérique que cela se corse réellement. Si Aleksandr Ovechkin et sa bande parviennent à demeurer disciplinés, ils auront une occasion de faire douter les félins et pourquoi pas de venir les mettre en difficulté. Plus facile à dire qu’à faire…

🔮Prédictions des rédacteurs🔮

Le mot de l’auteur : 4-1 Panthers

Les Panthers s’amènent en favoris pour cette série et il ne devrait pas y avoir de surprise dans quelques jours. L’attaque de feu floridienne devrait être trop forte pour la défensive de Washington. Malgré certaines interrogations, les floridiens de cette saison semblent capable d’élever leur niveau de jeu en séries. En face, les Caps ne donnent pas toutes les garanties pour faire trébucher cette armada en plus de ne pas pouvoir compter sur un gardien dominant. Les Capitals devraient tout de même aller chercher une victoire, à l’orgueil pour cette équipe contenant de grands champions.

⚜️ Jerem : Victoire Panthers, 4-1👑Benjamin : Victoire Panthers, 4-1
✈️ Nico : Victoire Panthers, 4-2⚜️ Phil : Victoire Panthers, 4-0
🐧 Hakim : Victoire Panthers, 4-1

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :