A l'affiche Ligue 1

Ligue 1 : quel vainqueur dans la ruée vers la C1 ?

Comme bien souvent ses dernières années, nous connaissons d’ores et déjà le vainqueur de la Ligue 1. Le PSG, sacré au soir de la 34ème journée, a imprimé un rythme que ses concurrents n’ont pu suivre. Au contraire de la lutte pour le titre, la course pour les deux premières places qualificatives pour la C1 fait rage. Cinq clubs peuvent encore prétendre à la qualification en cette fin de saison : Marseille, Rennes, Monaco, Nice et Strasbourg. Quels clubs décrocheront les deux timbales ? Le suspense est encore entier avant ce passionnant sprint final.

Marseille, favori et européen par nature (2ème avec 65 points)

L’OM a beaucoup à gagner en cette fin de saison. Mais aussi beaucoup à perdre. En effet, les Olympiens sont deuxièmes du classement, en bonne posture pour la qualification en C1, et en demi-finale de la Ligue Europa Conférence. Cependant, leur forme actuelle laisse perplexe les supporters olympiens. En coupe d’Europe, les Marseillais ont vécu un véritable calvaire défensif à l’aller à Rotterdam, encaissant 3 buts. Heureusement, leurs chances sont intactes grâce aux réalisations de Dieng et Gerson, mais que ce fût dur. En championnat, ils viennent de griller leur premier joker face à l’Olympique Lyonnais (0-3) et ne comptent plus que 3 points d’avance sur leurs poursuivants, Rennes et Monaco.

Pape Gueye et Antony Gautier, en plein débat durant OM-OL (Crédits : Nicolas TUCAT / AFP)
Pape Gueye et Antony Gautier, en plein débat durant OM-OL (Crédits : Nicolas TUCAT / AFP)

La prestation des Phocéens face aux Lyonnais n’est pas forcément inquiétante. Dans le jeu, les Marseillais n’ont pas été inférieurs à des Lyonnais froids et réalistes. Cependant, ils ont paru fatigués et ont manqué de rythme pour amener le danger dans la surface adverse. Depuis le 3 avril, l’OM a joué 9 matchs en 28 jours, soit un match tous les 3 jours quasiment. Avec un effectif quantitativement limité, il est logique que les Marseillais essuient des coups de mou. La clé de leur fin de saison sera de limiter l’impact de la fatigue individuelle sur les performances de l’équipe. La tâche ne sera pas aisée face à des équipes qui ont, toutes, quelque chose à jouer : Lorient se bat pour son maintien, tandis que Rennes et Strasbourg veulent aussi aller chercher la C1. Tout reste à faire pour les Marseillais, qui restent les favoris pour accrocher le précieux strapontin.

Saliba et Guendouzi font partie des joueurs les plus utilisés en Europe cette saison (Crédits : Icon Sports) C1
Saliba et Guendouzi font partie des joueurs les plus utilisés en Europe cette saison (Crédits : Icon Sports)

Le calendrier de l’Olympique de Marseille :
J36 : Se déplace à Lorient (16ème)
J37 : Se déplace à Rennes (3ème)
J38 : Reçoit Strasbourg (6ème)

Rennes, dans une logique de constante progression (3ème avec 62 points)

Le Stade Rennais a tout du club pouvant s’imposer petit à petit comme un habitué de la scène européenne les mardi et mercredi soir. Les Bretons se présentent comme de véritables candidats au podium depuis leur qualification en C1 en 2019/2020. Cette saison, les Rouge et Noir ne sont jamais tombés en dessous de la 6ème place depuis la 10ème journée. Une impressionnante régularité de la troupe de Bruno Génésio qui ne fait rire plus personne dans l’élite. Emmenés par un Martin Terrier en feu avec 21 buts inscrits, Rennes peut exploser son plafond de verre en championnat et faire tomber quelques records, d’un autre temps pour certains. Les Rennais sont, de loin, la deuxième meilleure attaque du championnat avec 77 buts inscrits, juste derrière le PSG et sa pléiade de stars (79 unités), et s’avancent sûrs de leur force avant ce dernier sprint final en championnat.

Martin Terrier est le fer de lance de l'attaque rennaise avec 21 buts inscrits, son record personnel (Crédits : Icon Sport)
Martin Terrier est le fer de lance de l’attaque rennaise avec 21 buts inscrits, son record personnel (Crédits : Icon Sport)

Leurs deux dernières prestations face à Lorient (5-0) et Saint-Etienne (2-0) ont impressionné. Cependant, ces deux éclatantes victoires ont été acquises face à des équipes bien plus faibles, loin au classement. Face à leurs concurrents directes pour la C1, le bilan est plus mitigé, surtout en deuxième partie de saison. En effet, ils n’ont pris qu’un point, face à Nice (1-1), sur la phase retour, concédant des défaites face à Monaco (2-3), Paris (1-0) et Strasbourg (2-1). Dans cette optique, les Bretons devront véritablement élever leur niveau de jeu à Marseille, dans un match qui pourrait être décisif pour les deux équipes. Attention également aux Nantais et aux Lillois qui auront à cœur de bien finir leur saison. De plus, Rennes voyage difficilement et n’est que la 7ème équipe du championnat à l’extérieur. Le défi est de taille mais une qualification en C1 est l’objectif du club.

La défaite face à Monaco (2-3) pourrait bien compter en fin de saison.

Le calendrier du Stade Rennais :
J36 : Se déplace à Nantes (9ème)
J37 : Reçoit Marseille (2ème)
J38 : Se déplace à Lille (10ème)

Monaco, une fin de saison en boulet de canon (4ème avec 62 points)

Rien n’arrête plus l’AS Monaco. Depuis leur élimination en Europa League face à Braga, les Monégasques n’ont plus connu la défaite. Mieux, ils restent sur une impressionnante série de 7 victoires consécutives, dont une démonstration face au PSG (3-0) et des succès face à des concurrents directs tels que Rennes (2-3) et Nice (1-0). De ses débuts mitigés, la bande à Philippe Clément a bien évolué : le technicien suisse a enfin su trouver la bonne recette pour créer ce collectif si efficace et si compact dans les rendez-vous nationaux. Devant, le trio Volland-Ben Yedder et Golovin se trouve à merveille, tandis que Vanderson et Diop offrent deux alternatives crédibles dans le 4-2-3-1 monégasque. Défensivement aussi, l’AS Monaco a retrouvé une solide assise et n’a encaissé que 5 buts lors des 7 derniers matchs. Les performances du quatuor Aguilar-Disasi-Badiashile-Henrique et de la tête de gondole Tchouaméni n’y sont pas étrangères.

Le 4-2-3-1 mis en place par Philippe Clément lors de la victoire face à Nice (1-0)
Le 4-2-3-1 mis en place par Philippe Clément lors de la victoire face à Nice (1-0)

Neuvièmes au soir de la 26ème journée, les pensionnaires de Louis II connaissent, depuis, une progression constante au classement jusqu’à atteindre cette 4ème place à égalité de points avec Rennes. Finalement, c’est peut-être eux qui ont le moins à perdre car personne ne les attendait à cette place il y a un mois de cela. Eliminés prématurément en Europa League (8èmes de finale), ils ont pu se concentrer pleinement sur le championnat. Si la plupart des joueurs de cette équipe sont jeunes, ils sont entourés par des joueurs d’expériences qui savent gérer ces sprints finaux au couteau (Ben Yedder, Fabregas, Volland, …). Des prétendants à la C1, ils n’ont pas le calendrier le plus facile, mais pas le plus difficile non plus. Et leur arme numéro 1 pour attraper l’une des 2 places restantes du podium sera leur force collective sans équivalent.

Volland et Ben Yedder font profiter de leur expérience aux jeunes pousses monégasques pour la C1 (Crédits : Jean François Ottonello)
Volland et Ben Yedder font profiter de leur expérience aux jeunes pousses monégasques (Crédits : Jean François Ottonello)

Le calendrier de l’AS Monaco :
J36 : Se déplace à Lille (10ème)
J37 : Reçoit Brest (11ème)
J38 : Se déplace à Lens (8ème)

Nice, l’outsider en perte de vitesse (5ème avec 60 points)

Difficile de pronostiquer les résultats des Niçois durant cette saison 2021/2022. Ultra séduisants et prometteurs en début de saison, ils ont su conquérir tous les observateurs. Mais une fois l’idylle passée, ce fût plus compliquée. Branchés sur courant alternatif depuis le début de la deuxième partie de saison, ils sont capables du meilleur, comme face au PSG (victoire 1-0), comme du pire, face au RC Lens par exemple (défaite 3-0 dans un match chaotique). Les Aiglons, longtemps au coude à coude avec les Marseillais pour le gain de la 2ème place, ont lâché du terrain sur ces derniers et se battent désormais pour sécuriser leur place en Europe, quelle que soit la coupe. Après la défaite face aux Marseillais lors de la 29ème journée, les Niçois n’ont pris que 4 points en 4 matchs, mais ont surtout lâché des points face à leurs concurrents directs, Rennes et Monaco.

Les Niçois, emmenés par Amine Gouiri, ont pris un coup sur la tête face à l'OM au Vélodrome, dans la course à la C1 (2-1) (Crédits : Sylvain Thomas / AFP)
Les Niçois, emmenés par Amine Gouiri, ont pris un coup sur la tête face à l’OM au Vélodrome (2-1) (Crédits : Sylvain Thomas / AFP)

La triste 10ème place des Niçois au classement de la phase retour illustre bien cette méforme en 2022. Christophe Galtier et les siens ronronnent lorsque la pente s’élève face à ses concurrents directs : seulement 2 points pris sur 12 face à ces équipes depuis janvier. Heureusement pour eux, le menu de fin de saison s’annonce plus doux du côté de la Côte d’Azur. Sur le papier en tout cas. Attention aux Verts qui se battent pour le maintien et du champion sortant lillois qui veut bien finir. Il n’est jamais simple non plus de terminer sa saison à Delaune, avec une équipe rémoise qui proposera du jeu. L’OGC Nice a encore une belle carte à jouer, mais il n’aura pas le droit à l’erreur car ses poursuivants sont à l’affût du moindre faux pas. Avec une finale de Coupe de France à jouer, la fin de saison peut être belle.

« Nous restons dans la course au podium, c’est notre objectif »

Christophe Galtier au soir de la victoire miraculeuse face à Troyes, dans le temps additionnel (1-0).

Le calendrier de l’OGC Nice :
J36 : Reçoit Saint-Etienne (18ème)
J37 : Reçoit Lille (10ème)
J38 : Se déplace à Reims (12ème)

Strasbourg, le novice (6ème avec 57 points)

Strasbourg est indéniablement le moins expérimenté des prétendants à la qualification en C1. Une seule apparition en Coupe des Clubs Champions qui date de 1980 et quelques passages en Coupe UEFA jonchent l’histoire clairsemée du Racing Club de Strasbourg en Europe. Plutôt habitués à jouer le milieu de tableau, voire le maintien, les Alsaciens se mêlent à la course à l’Europe cette année. Ce n’est pas si étonnant lorsque l’on suit la progression des Bleu et Blanc sur les dernières saisons. Après avoir connu un dépôt de bilan en 2011 et un passage en CFA 2, le Racing a gravi les échelons un par un, jusqu’à une remontée en Ligue 1 en 2017, une victoire en Coupe de la Ligue et une participation aux phases qualificatives de la Ligue Europa. Cette saison, Julien Stéphan fait des miracles avec son 5-3-2 et les Alsaciens proposent un jeu séduisant et offensif.

La dernière équipe de Strasbourg en Coupe des Clubs Champions (C1), avec Domenech et Duguépéroux dans ses rangs, tombera face à l'Ajax en quarts de finale en 1980 (Crédits : INA)
La dernière équipe de Strasbourg en Coupe des Clubs Champions, avec Domenech et Duguépéroux dans ses rangs, tombera face à l’Ajax en quarts de finale en 1980 (Crédits : INA)

Les Strasbourgeois abordent cette fin de saison avec légèreté. Après tout, ce n’est que du bonus pour eux qui ne visaient pas la Coupe d’Europe. Cependant, il est « difficile de remanger du pâté lorsqu’on est habitué au caviar » comme dirait Dimitri Liénard, symbole de cette équipe « surprise ». Les Alsaciens sont bien décidés à ne pas tout gâcher et à s’offrir une finale face à l’OM au Vélodrome, en tombée de rideau du championnat. Avant cela, 2 matchs face à des équipes à priori plus faibles à gérer. Si le Racing ne piétine pas, qui sait jusqu’où il pourrait aller ? Nul doute que la Meinau ferait un théâtre parfait pour de grands soirs de Coupe d’Europe en octobre prochain, que ce soit en C1 ou en C3.

Le calendrier du Racing Club de Strasbourg :
J36 : Se déplace à Brest (11ème)
J37 : Reçoit Clermont (17ème)
J38 : Se déplace à Marseille (2ème)

Notre pronostic

Sans trop se mouiller, nous pouvons parier sur une fin de saison dantesque entre ces 5 équipes. Marseille part favori dans cette course à la C1 mais n’aura pas le droit à l’erreur. Ils n’ont plus que 3 points d’avance sur leurs poursuivants et jouent encore face à deux de leurs concurrents directs. Derrière les Marseillais, Monaco arrive à toute vitesse et pourrait coiffer au poteau les Rennais dans cette course effrénée. De plus, les pensionnaires du Rocher bénéficient d’un calendrier plus favorable que les Bretons qui doivent encore se rendre au Vélodrome. S’ils veulent voir la C1, les Rennais devront élever leur niveau de jeu et avoir les reins solides. Enfin, nous voyons Strasbourg et Nice se disputer la 5ème place. Avec un avantage côté alsacien pour la dynamique positive, malgré un calendrier plus compliqué pour eux.

Notre classement final CCS :
2. Marseille
3. Monaco
4. Rennes
5. Strasbourg
6. Nice

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :