Draft NBA

Profil NBA Draft 2022 : Tari Eason, bien plus qu’un sixième homme ?

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2022 est la nouvelle date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

TARI EASON

Date de naissance : 10 mai 2001 – Classe : Sophomore

Université : LSU Tigers (SEC) – Bilan 2021/2022 : 22v/11d

Poste : Ailier fort

Mensurations
Taille : 203 cm – Poids : 97 kg – Envergure : >210 cm

Statistiques saison
33 matchs (4 départs) // 16,9 pts // 6,6 rebs // 1 ast // 1,9 stl // 1,1 blk
24,4 minutes jouées/match // 52,1 FG% // 35,9 3pts% // 80,3 FT% // 2,2 Tov // 2,8 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF

Du caractère, du travail et une compétitivité à toutes épreuves, voilà quelques mots qui peuvent nous permettre d’introduire notre prospect du jour : Tari Eason. Ce prospect aurait peut-être dû bénéficier davantage d’attention au lycée mais il a souffert de plusieurs manques d’opportunités notamment dans l’école de Garfield, située à Seattle.

Sous les ordres de Brandon Roy, Tari Eason ne dispute que très peu de rencontres lors de ses deux premières années. La raison invoquée par l’ex-NBA All Star est simple, justifiée et justifiable : trop de talents dans cette équipe qui domine le basket lycéen dans l’Etat de Washington. Jaylen Nowell, J’Raan Brooks, PJ Fuller, Daejon Davis ont tous obtenu des bourses en Division I alors que MarJon Beauchamp et Jamon Kemp se sont engagés dans des écoles préparatoires. Bref, vous l’aurez compris, pas simple de trouver une place pour Tari Eason. Frustrant pour ce jeune joueur qui voit son temps de jeu réduit à une poignée de secondes alors que son équipe termine deuxième en 2017 et remporte le championnat d’état en 2018.

Sans entrer dans le fait divers (vous pouvez lire ici quelques informations sur le sujet), des incidents personnels conduisent Brandon Roy à prendre une année sabbatique pour la saison 2018-2019. Moment choisi par Tari Eason pour quitter Garfield et rejoindre la high school de Federal Way, toujours dans l’état de Washington. Cette fois-ci, Eason joue et joue même bien aux côtés d’un des meilleurs prospects de l’état, Jaden McDaniels. Eason termine la saison meilleur rebondeur de son championnat avec plus de 11 rebonds par match et tourne à 17,8 points en moyenne. Pour la saison 2019-20, Garfield enregistre deux retours : celui du coach Brandon Roy et celui de… Tari Eason ! Les soucis de temps de jeu sont loin derrière les deux hommes et Roy reconnaît même qu’Eason est le joueur vedette de l’équipe pour la saison à venir. Une magnifique saison où Eaton tourne en 23 points, 8 rebonds, 4 interceptions par match, récompensé par le titre de joueur de l’année de l’état de Washington. Il sort également une prestation majuscule en finale du championnat contre l’école de Paolo Banchero, O’Dea, avec 21 points et 14 rebonds.

Oscillant entre le statut de recrue trois et quatre étoiles, Tari Eason ne reçoit pas autant d’offres qu’espéré. Aux dépends des programmes du Colorado et d’USC, Eason s’engage avec les Bearcats de Cincinnati. Commence alors les galères avec les entraîneurs. Pour sa saison freshman, Eason sort du banc dans un exercice tronqué par la pandémie. Un peu plus de 19 minutes par rencontre, 7,3 points, 5,9 rebonds, des statistiques honorables pour une première saison qui vaut à Eason les honneurs de la première équipe des joueurs de premières années de l’ACC. Mais après avoir échoué en finale du tournoi de conférence contre Houston, 6 joueurs de l’équipe demandent leurs transferts dont Tari Eason. En cause, les agissements du coach John Brannen. Après une enquête, il est licencié.

Malgré le combat mené par, Wes Miller, le nouvel entraîneur de Cincinnati pour le ramener, Tari Eason s’engage avec Louisiana State University, LSU pour les intimes. Une fois encore, la saison est chaotique pour les Tigers. Les meilleurs scoreurs de l’équipe, Cam Thomas et Javonte Smart sont partis, et le controversé coach, Will Wade est licencié à la veille de la March Madness. Dans ce marasme, Tari Eason apparaît comme un rayon de soleil dans la saison de LSU. Des résultats sur le courant alternatif, mais Eason s’épanoui en sortie de banc. Il cumule notamment quatre matchs à plus de 20 points et 10 rebonds. Dans son sillage, LSU obtient une place à la March Madness après avoir atteint les demi-finales de la SEC. Tête de série n°6, les Tigers se font sortir par Iowa State, tête de série n°11. En fin de saison, il est nommé 6ème homme de l’année de l’SEC et dans la première équipe de cette conférence.  Vous l’aurez constaté, Tari Eason n’a pas eu un parcours facile. Pourtant, saison après saison, il a réussi à s’adapter, à dépasser les contraintes pour se faire un nom parmi les prospects du pays. Alors que peut-il apporter sur un terrain NBA ?

DESCRIPTION DU JOUEUR

Tari Eason est un monstre athlétique. Ses mensurations sont idéales : 2 mètres 03 pour 97 kilos, ajoutez à cela une envergure dépassant les 210 centimètres et vous obtenez un ailier long, puissant, rapide et bondissant. Ce niveau élite d’athlétisme le rend facilement projetable en NBA et surtout malléable à souhait pour les entraîneurs. Véloce aussi bien horizontalement que verticalement, Tari Eason est capable de peser des deux côtés du terrain. Bien évidemment cette combinaison athlétisme/longueur/rapidité conditionne son jeu.

Sa détente verticale et sa longueur font de Tari Eason un danger aérien, capable de finir avec force au-dessus du cercle. Formidable dunkeur à une main, Eason a converti 97,9% (47/48) de ses dunks cette saison. Une amélioration significative par rapport à la saison dernière où il n’avait concrétisé que 17 de ses 22 tentatives. L’ailier des Tigers est une réelle menace en transition avec ou sans ballon. Ses déplacements rapides dans l’axe panier/panier lui permettent d’être souvent disponible pour terminer les actions dans les airs. Tari Eason est également capable de driver et traverser rapidement le terrain avec ses grandes foulées sur les phases de transition. Très actif dans la peinture, il fait preuve d’une véritable détermination pour obtenir des secondes chances. Cette saison, Eason a capté 2,3 rebonds offensifs, pour un ORB% de 10,5%. Avec des mains toujours prêtes, son corps massif et son jump font de Tari Eason est prospect dominant au niveau NCAA qui peut légitimement devenir un bon catch-and-finish au niveau supérieur.

Les qualités athlétiques de Tari Eason et cette mentalité de guerrier qui le caractérise se transposent dans un domaine où il est le plus attractif pour les franchises NBA : la défense. Le package physique d’Eason font de lui un défenseur capable de tenir plusieurs positions. Ses statistiques brutes au cours de ses deux saisons en NCAA sont tout simplement impressionnantes : 1,6 interceptions, 1,2 contres. Pour une projection de 40 minutes, on passe à 3,2 interceptions et 1,8 contres cette saison. Avec LSU, il termine au deuxième rang de la SEC au STL% avec 4,5% et au quatrième rang au BLK% avec 6,2%. Sa longueur lui permet de contester les tirs extérieurs avec une grande simplicité. Les déplacements latéraux d’Eason sont rapides, la couverture des attaques vers le cercle est bonne. Il parvient à suivre les porteurs de balle, le corps toujours face à l’attaquant, bon jeu de jambes, et à les enfermer avant contrer le tir en bout de drive. Eason se distingue également dans la défense des closeouts où sa vitesse et sa longueur sont redoutables. Toujours actif, il peut être projeter comme un défenseur au-dessus de la moyenne sur les situations d’isolation. Eason fait d’ailleurs gros efforts sur la défense des step-backs. Il possède de très bons instincts pour les aides ou la protection de cercle en tant que deuxième rideau. Gros combattant, gros hustle, belle détermination, la puissance de ses mains est impressionnante pour récupérer le ballon dans les bras d’un adversaire. La défense de Tari Eason peut être l’un des atouts qui le feront grimper à la draft.

Avec un profil défensif comme nous venons de le décrire, vous pouvez vous attendre à voir de grosses failles de l’autre côté du terrain. Et bien, ce n’est pas certains. Pour sa taille et son athlétisme qui pourraient le ranger dans la catégorie unidimensionnelle des rim-runner, Tari Eason étonne par un handle correct et une capacité à créer pour lui-même. Déjà en transition, il a montré de belles compétences dans les drives, notamment en allant chercher le contact avec le haut du corps. Il sait utiliser son épaule gauche pour prendre l’avantage, mais attention : l’une des lacunes de son jeu on-ball tient probablement dans sa grande dépendance à sa main dominante, la droite. Eason est un joueur physique qui se procure de nombreux lancers grâce à cet impact balle en main.

Si la saison dernière, il était utilisé quasi exclusivement off-ball à Cincinnati, cette saison, Eason a pris les choses en mains. Avec les Bearcats, il a obtenu en moyenne 2 lancers par rencontre, avec LSU, 5,7 tentatives par rencontre pour un taux de conversion de 80,3% ! Impressionnant. Sur cette saison, Eason affiche un free throw rate de 51,5%. Le joueur de LSU ne termine que en puissance ? Non, il a aussi montré une certaine habileté à terminer en finesse avec un joli touché (toujours main droite). Sur ses drives, Eason a montré qu’il pouvait jouer physique mais également changer de rythme en maîtrisant notamment les décélérations. Eason parvient à scorer facilement après contact, dans le trafic, tout en ayant plusieurs autres cordes à son arc. Sa progression dans l’auto-création est fulgurante entre ses deux années, preuve aussi de son utilisation off-ball avec Cincinnati. L’année dernière, 71,2% de ses paniers près du cercle venaient d’une passe pour une réussite moyenne de 58,4%. Cette saison, seulement 44,5% de tirs sous le cercle viennent d’une passe pour un taux de conversion de 64,3% !

De l’athlétisme, de la défense polyvalente et de la finition… Tari Eason a du talent mais il n’est pas parfait. Certains secteurs sont en développement, d’autres vont devoir être travaillés. Commençons par le tir extérieur : en voie d’acquisition. Avec Cincinnati, seulement 1,3 tentative par rencontre pour un taux de réussite anecdotique de 24,1%. Sur ses 29 tentatives au total, plus de 85% proviennent d’une passe directe. Cette saison, Eason est proche de 36% de réussite avec toujours environ 85% provenant d’une passe. Le volume reste faible, mais progresse, avec 2,3 tentatives par match. Ce pourcentage de réussite alléchant n’est pas très révélateur. La mécanique de tir est instable, change souvent, la prise du tir est désaxée, le bras part de bas, les pieds sont incohérents. Il hésite à prendre ses tirs extérieurs et surtout besoin de beaucoup d’espace sur catch-and-shoot. Eason n’a pas non plus développer de pull-up ou de tir mi-distance pour le moment. Dans la zone des 15 feets (environ 4,5m), il manque cruellement de touché.

Au-delà du tir, certaines zones de son jeu doivent absolument être développé dont notamment son jeu main faible, main gauche donc. Eason est l’un des prospects les plus dominant main droite mais il n’utilise presque jamais son autre main et lorsqu’il le fait, c’est souvent difficile. Face à Auburn notamment, la défense a anticipé ce défaut, le forçant à driver main gauche, il termine à 5/12 au tir… Autre secteur important à développer : prendre soin du ballon. Tari Eason a semblé ne pas avoir confiance dans ses passes, retardant sa prise de décision et créant des pertes de balles évitable. Avec 2,2 turnovers par saison, Eason doit être plus incisif pour partir dans des drives qu’il maîtrise et évidemment, cela va de paire avec une amélioration de son handle main gauche.

Malgré ces défauts, on peut se permettre d’acheter le potentiel de ce prospect et notamment sa capacité à essayer de gommer ces lacunes par du travail. Réputé comme un gagnant, très travailleur, il y a de grandes chances que le joueur de LSU cible ces domaines au cours des prochains étés pour devenir un meilleur basketteur.

✔️ FORCES

  • Athlétisme
  • Longueur
  • Puissance physique
  • Défenseur polyvalent
  • Sur l’homme, collectif, sur isolation
  • Menace aérienne
  • Finition main droite
  • Drives main droite
  • Rebonds
  • Lancers
  • Energie
  • Détermination

FAIBLESSES

  • Main gauche
  • Pertes de balle
  • Tir extérieur
  • Mécanique de tir

 📈 SWING SKILL

  • Mécanique de tir

PRÉDICTION DRAFT 2022

Milieu de premier tour (places 15-25)

Equipes potentiellement intéressées : Houston Rockets, Minnesota Timberwolves, San Antonio Spurs

Ses qualités athlétiques et sa défense polyvalente vont intéressées de nombreuses équipes le soir de la draft. Les Rockets pourraient choisir Tari Eason pour ses raisons mais aussi pour apporter davantage de physique dans la raquette et une grosse qualité défensive. Aux côtés d’un Alperen Sengun, Eason pourrait vraiment s’épanouir. Les Wolves semblent être une destination idéale pour lui. De la défense au poste 4, de l’agressivité, de la puissance, tout pour coller avec l’effectif et il rejoindrait en prime son ancien partenaire de high school, Jaden McDaniels. Perfect. Dans la même idée, les Spurs pourraient choisir Eason mais il est probable que San Antonio utilise son choix pour un pivot.

TIER DU CCS : Tier « Starter ++»

Dans l’immédiat, Tari Eason peut apporter son excellente défense polyvalente et ses qualités de finisseur physique. Un beau plancher pour ce prospect qui légitimement avoir davantage d’ambitions. Développer un tir extérieur constant, chose qu’il est en train d’acquérir, pourrait le propulser dans un rôle de 3&D très efficace. Par la suite, l’utilisation de sa main gauche sera l’un des facteurs qui conditionnera son plafond et son potentiel. Déjà très fort sur les drives main droite, il faut voir ce que ça donne en NBA.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tier « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2021 ici !

Tier « Superstar »

Tier « All-Star »

Tier « Starter ++ »

Jaden HardyHarrison IngramBen MathurinJohnny Davis

Tier « Starter/6ème homme »

Patrick BaldwinNikola JovicBryce McGowensMoussa DiabatéCaleb HoustanOchai AgbajiKennedy Chandler

Tier « Rotation importante »

Jabari WalkerSpencer JonesDyson DanielsDereon SeabronMarJon BeauchampJean MonteroWalker KesslerJaylin WilliamsCaleb LoveChristian Braun

Tier « Fin de rotation »

Wendell Moore JrJulian ChampagnieIsmaël KamagatéJaime Jaquez JrTrayce Jackson-DavisHugo BessonChristian KolokoMax Christie

Tier « G-League/2Way »

Andrew Nembhard

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :