Draft NBA

Profil NBA Draft 2022 : Blake Wesley, diamant (très) brut

Blake Wesley est un joueur brut parmi les joueurs bruts. Les équipes qui verront en lui un potentiel créateur de son propre tir et pour les autres au poste 1, avec sa taille et son envergure et à seulement 19 ans, pourraient très bien le sélectionner dès les dernières places de la loterie.

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Alors que la March Madness réserve, comme à son habitude, son lot de surprise, la draft NBA 2022 sera la prochaine date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

Blake Wesley

Crédits : Rick Osentoski-USA TODAY Sports via NBA.com

Date de naissance : 16 mars 2003 – Classe : Freshman

Université : Notre Dame Fighting Irish (ACC) – Bilan 2021/2022 : 25v/5d

Poste : Combo guard (1-2)

Mensurations
Taille : 194 cm – Poids : 85kg – Envergure : 206 cm

Statistiques saison
35 matchs joués // 14,4pts // 3,7 reb // 2,4 ast // 1,3 stl // 0,1 blk
29,3 minutes jouées/match // 40,4% FG // 30,3% 3pts // 65,7% FT // 2,2 Tov // 1,9 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF

Blake Wesley nait dans l’Indiana d’un père basketteur (quatrième meilleur marqueur de l’histoire du programme de Ball State, dans l’Indiana) et d’une mère impliquée dans la politique locale. Avec une sœur également joueuse de basket, dans une université de leur état natal, le choix de Blake Wesley pour l’université semblait tout tracé.

D’autant plus que la situation sanitaire a heurté la jeune carrière de Blake Wesley. Sans les habituels camps nationaux où les meilleurs lycéens de leur Etat se rencontrent devant les recruteurs universitaires, Blake Wesley est resté dans un relatif anonymat à l’échelle nationale. 120ème recrue de sa classe selon ESPN, bien loin des standards attendus pour quelqu’un qui sera selon toute vraisemblance un one-and-done, et un recrutement finalement assez peu compétitif : Maryland, Kansas State et Louisville rejoignent Notre Dame dans la bataille, en vain. Wesley décide bien rester dans son état d’origine, ne serait-ce que pour pouvoir jouer devant sa famille et son grand-père, qui aurait dû rejoindre les Fighting Irish sans une erreur administrative à son inscription.

Le freshman arrive donc finalement par la petite porte à Notre Dame, et est initialement le back-up de Prentiss Hubb, meneur titulaire de l’équipe, sélectionné dans la troisième équipe All-ACC quelques mois plus tôt. Performant dès le début de saison, Blake Wesley intègre dès le 7ème match de la saison le cinq de départ. D’abord à la place de Prentiss Hubb, puis à ses côtés pour former un backcourt complémentaire, tous deux capables d’initier l’attaque, Blake Wesley était le leader d’une attaque efficace : 23ème meilleure attaque du pays, des tireurs (Goodwin, Laszewski) parfaitement trouvés (13ème meilleure équipe à 3 points), Wesley et Hubb ont fait fonctionner une machine bien huilée.

Après la meilleure saison du programme (2ème place en ACC) depuis 2015, Wesley est logiquement récompensé individuellement : membre du deuxième meilleur cinq de sa conférence, et sélection dans la meilleure équipe all-freshman. Wesley s’envole vers la NBA, où son profil brut et ses promesses font de lui un joueur clivant.

DESCRIPTION DU JOUEUR

Blake Wesley est un combo-guard athlétique d’1m94. S’il a plutôt la taille d’un meneur (le draft combine et ses mesures nuancent l’idée de Wesley comme un « grand meneur »), ses qualités athlétiques et son utilisation à Notre Dame laissent à penser qu’il est capable d’également assumer un rôle de second arrière. C’est avant tout un guard au profil offensif, même s’il a montré quelques promesses défensives. Surtout, à 19 ans, c’est un joueur pour l’instant globalement assez brut, qui nécessitera un développement et un perfectionnement sur la durée.

Le premier intérêt de drafter Blake Wesley, c’est de parier sur un joueur capable de créer son propre tir. Athlète explosif, au handle fluide vers sa droite, Wesley est un joueur qui crée de la séparation avec son défenseur et force des décalages dans la défense. Comme sur l’ensemble de son profil, Wesley semble avoir les outils pour exceller, mais échoue par des limitations techniques, tactiques et parfois mentales. Ici, c’est pour l’instant sa finition au cercle qui est une limitation importante. S’il arrive à passer, surtout sur sa main droite, son défenseur grâce à son dribble, sa longueur et son explosivité, il peine à finir au-dessus de la plupart des défenseurs intérieurs. En résulte un pourcentage de réussite au cercle vraiment décevant : 51% sur 160 tentatives.

Parce qu’il n’est pour l’instant pas un finisseur intérieur compétent sur demi-terrain (sauf les quelques dunks lorsqu’il exploite un énorme décalage dans la défense), Wesley a développé un tir à mi-distance en pull-up qu’il utilise beaucoup. Comme le reste de son jeu, ses tirs sont fluides, agréables à voir, mais sont généralement des tirs peu efficaces. Wesley ne dément pas ce constat, puisqu’il convertissait 37% de ces tirs. Assez pour générer des points en NCAA, mais pas suffisant pour qu’une équipe NBA lui fasse confiance pour les prendre au niveau supérieur.

Wesley devra donc trouver d’autres moyens de contribuer offensivement. Son tir à trois-points est un chantier en travail. Pour l’instant encore trop inconstant, ni sa mécanique, ni son pourcentage aux lancer-francs n’indiquent que les 30% de réussite en NCAA sont une anomalie statistique. Loin d’être un tireur catastrophique, c’est toutefois une arme qu’il devra développer pour s’imposer en NBA. S’il n’est pas capable d’améliorer son pourcentage au panier, ni de développer son tir à trois-points, Wesley souffrira dans la compétition acharnée pour les places dans les backcourts de la ligue.

Peut-être que ce n’est pas au scoring que Blake Wesley devra exceller en NBA. S’il ambitionne de s’affirmer comme un meneur de jeu, Wesley devra compter sur sa capacité à faire jouer les autres et à distribuer la balle. Il a montré à Notre Dame, sur situations de pick and roll, qu’il était capable de bien lire les rotations défensives. On l’a vu servir parfaitement ses tireurs à trois-points quand leur défenseur venait aider sur la coupe du poseur d’écran, faisant de lui un des tout meilleurs passeurs du pays sur pick and roll.

Ces passes sont prometteuses, mais on aurait aimé voir Wesley traduire ses qualités de passe dans d’autres situations. Pour l’instant, il excelle sur des situations où le jeu est ralenti, comme des situations de pick and roll où ses big men n’étaient pas les plus rapides pour couper au panier. Mais sur le reste du jeu, notamment sur situation de drive au panier, le jeu semble parfois aller trop vite pour lui, résultant en un nombre important de pertes de balle et de décisions moyennes. Il a progressé au fil de l’année, mais s’il peut appliquer la même lecture de jeu sur le reste des situations offensives que sur situations d’écran, on parle ici d’un excellent créateur pour les autres, capable de créer le décalage initial et de l’exploiter par la passe. C’est dans ce rôle-là que Wesley a le plus de chance de maximiser son potentiel offensif.

Défensivement, Wesley a montré du très bon (hors-ballon) et du moins bon (sur l’homme) à Notre Dame. Il peine trop pour l’instant à naviguer les écrans et à défendre face au contact physique pour le projeter comme un défenseur positif au point of attack. Sa longueur, son envergure et sa taille, combinées à un travail de renforcement musculaire et un travail techniques sur les appuis avec un coaching staff NBA, laissent à penser qu’il peut largement progresser dans ce domaine. Pour l’instant, son meilleur rôle défensif en NBA est celui d’un défenseur loin du ballon, où sa lecture des passes lui ont permis d’empiler les interceptions et lui ont permis de courir en transition offensivement. Comme pour le reste de son jeu, il est pour l’instant inconstant dans l’analyse et l’effort défensifs. Wesley est un joueur aux outils physiques et techniques intéressants, encore loin d’avoir maximisé son potentiel.

✔️ FORCES

  • Handle, création de séparation.
  • Age.
  • Passeur compétent après pick and roll.
  • Fluidité du tir en pull-up à mi-distance : potentiel de tireur en pull-up après le pick.
  • Envergure et longueur

FAIBLESSES

  • Finition au cercle.
  • Main gauche.
  • Prise de décision
  • Tir extérieur inconstant

📈 SWING SKILL

  • Compréhension du jeu et lecture des aides

PRÉDICTION DRAFT 2022

Milieu-fin de premier tour (places 18-28)

Equipes potentiellement intéressées : Atlanta Hawks, San Antonio Spurs, Minnesota Timberwolves.

Dans une draft dépourvue d’un grand nombre d’arrières au premier tour, Wesley pourrait attirer des franchises voulant drafter au fit. Washington, qui sélectionnera en 10ème et dont le manque de meneur est connu, pourrait surprendre si Wesley brille dans le processus pré-draft.

Plus réalistiquement, Wesley devrait devenir une option intéressante à partir de la fin de loterie. Atlanta et Minnesota pourraient vouloir renforcer immédiatement leur effectif après leur défaite en playoffs. S’ils décident de faire un pari sur l’avenir sur un poste où il manque de profondeur, Wesley est leur homme. Il pourrait se développer derrière Trae Young et Delon Wright aux Hawks, tandis que sa longueur et sa capacité de défense loin du ballon seraient intéressantes dans le système défensif de Chris Finch à Minnesota.

Dans une toute autre philosophie, les Spurs ont montré qu’ils étaient prêts à prendre des risques le soir de la draft. Doté des 20ème et 25ème choix, ils pourraient choisir Wesley pour ajouter un joueur au potentiel important, tout en ayant des alternatives établies sur les postes 1-2 dans l’hypothèse très crédible où le projet Wesley ne fonctionne pas.

TIERS DU CCS : Tiers « Starter/6ème homme »

Blake Wesley est un joueur brut parmi les joueurs bruts. Les équipes qui verront en lui un potentiel créateur de son propre tir et pour les autres au poste 1, avec sa taille et son envergure et à seulement 19 ans, pourraient très bien le sélectionner dès les dernières places de la loterie. Les observateurs plus réservés trouveront également de quoi demander ce qui fait de Wesley un joueur sélectionnable au premier tour. Scoreur inefficace, défenseur inconstant et gestionnaire perfectible, Wesley admet énormément de réserves. Ses capacités athlétiques seront-elles suffisantes pour créer de la séparation en NBA ? Ses difficultés face aux défenseurs athlétiques de Duke (3 sur 15 au tir) laissent planer le doute. Wesley demeure un joueur aux outils NBA et au potentiel important. S’il est bien développé, il peut réellement s’affirmer comme un arrière titulaire en NBA, troisième option offensive d’une équipe ambitieuse.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tiers « potentiel All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 2 : Tiers « Starter ++ », le joueur peut très bien devenir la deuxième ou la troisième option de sa franchise.
Groupe 3 : Tiers « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tiers « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tiers « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tiers « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives.

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2021 ici !

Tier « Potentiel All-Star »

Tier « Starter ++ »

Tari Eason – Jaden HardyHarrison IngramBen MathurinJohnny DavisTyty WashingtonAJ GriffinJaden Ivey

Tier « Starter/6ème homme »

Keegan MurrayPatrick BaldwinNikola JovicBryce McGowensMoussa DiabatéCaleb HoustanOchai AgbajiKennedy ChandlerKendall BrownJD Davison

Tier « Rotation importante »

Jabari WalkerSpencer JonesDyson DanielsDereon SeabronMarJon BeauchampJean MonteroWalker KesslerJaylin WilliamsCaleb LoveChristian Braun

Tier « Fin de rotation »

Wendell Moore JrJulian ChampagnieIsmaël KamagatéJaime Jaquez JrTrayce Jackson-DavisHugo BessonChristian KolokoMax ChristieJustin LewisEJ Liddell

Tier « G-League/2Way »

Andrew Nembhard

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :