Autres championnats

Adebayo Akinfenwa, une Bête de carrière

Clap de fin pour une icône du football anglais. Adebayo Akinfenwa tire sa révérence à 40 ans juste après la défaite de Wycombe Wanderers en barrage contre Sunderland. Après 20 années dans le football, celui que l’on surnomme « La Bête » pour son physique hors du commun va manquer aux divisions inférieures d’Angleterre.

Une carrière atypique

Le 10 mai 1982, à Islington, un quartier de Londres, un homme qui marquera l’histoire du football d’une manière presque insolite voit le jour. Cette personne se nomme Saheed Adebayo Akinfenwa. En Angleterre, son deuxième prénom et son nom de famille resteront dans les mémoires. En grandissant, le gamin londonien se prend alors d’affection pour le meilleur club anglais des années 70 et 80 : Liverpool. Sa première idole n’est autre que le légendaire John Barnes. Il évolue en jeune du côté de Watford. Pourtant, ses premiers pas dans le monde professionnel se réaliseront très loin à l’Est, au FK Atlantas en Lituanie.

« J’étais assis en train de regarder le match et j’ai demandé au capitaine ce que « ziga,ziga » signifiait, il m’a répondu nonchalamment que ce n’était rien, ils chantent juste en utilisant le n-word. La seconde mi-temps arrive et ils ont recommencé, donc j’ai signalé à l’entraîneur que je sortais. Quand je suis sorti, il y a eu un rugissement massif. »

Adebayo Akinfenwa sur son passage en Lituanie à propos des chants racistes qu’il a subi pour Sky Sport

Sa présence aussi loin de sa maison est alors due à un jeu de piston. De manière assez insolite, il jouera 5 matchs de Coupe UEFA. Adebayo Akinfenwa y remporte aussi la Coupe de Lituanie en 2001. Ce trophée restera son seul palmarès de club jusqu’à la fin de sa carrière. Dès l’année 2002, après des insultes racistes, il retourne dans son pays d’origine avant de repartir de suite vers les Pays de Galle. Il démarre de manière tonitruante avec 6 buts en 8 matchs avant que le club ne fasse faillite et soit obligé de le vendre. Ce départ marque le début d’une carrière aux nombreux clubs.

Adebayo Akinfenwa qui salue les supporters de Wycombe Wanderers. (Crédit : Goal)

Entre 2003 et 2004, il enchaîne les piges et intègre l’effectif de 4 clubs différents (Boston United, Leyton Orient, Rushden & Diamons, Doncaster Rovers). Il pose ensuite ses valises pour une saison complète avec Torquay United, où il inscrira 14 buts sur l’exercice. Après des passages à Swansea, Milwall, Northampton, Gillingham et Wimbledon, il intègre Wycombe Wanderers en 2016. Ce passage restera la plus longue expérience de sa vie. Il reste ainsi 6 ans et joue plus de 200 matchs pour 55 réalisations avec le club anglais. « Bayo » accèdera aussi à l’EFL Championship en 2018 où il terminera dans l’équipe de l’année de l’EFL League One. Il marquera au total 227 buts dans sa carrière en plus de 720 rencontres.

Un physique phénoménale

Un joueur avec une carrière comme celle-ci ne devrait naturellement pas avoir de notoriété à l’international. Il n’a ainsi jamais joué au-dessus de la Championship et n’a pas des statistiques marquantes pour un attaquant. Toutefois, un attribut majeur joue en sa faveur : son physique. En effet, le joueur anglais mesure 185 centimètres pour plus de 110 kilogrammes. Le plus impressionnant à travers ses chiffres, ce sont qu’il s’agit majoritairement de muscles. Adebayo Akinfenwa est taillé comme un bodybuilder. Il s’agit de l’un des footballeurs les plus impressionnant physiquement au monde.

« J’ai parlé à Adebayo Akinfenwa et je lui ai dis qu’on jouait avec un certain style aujourd’hui, et si on est en train de gagner, il ne rentrerait peut-être pas et il a dit, « coach, tant que l’on gagne, c’est tout ce qui est important pour moi » »

Gareth Ainsworth à propos de son joueur et de sa mentalité

Comment a-t-il donc pu devenir professionnel et marquer autant de but dans sa carrière ? Cette question peut être légitime, étant donné qu’un corps comme celui de « La Bête » comme on le surnomme n’aide pas à l’agilité. Le foot se joue avec le pied, mais surtout dans la tête. Adebayo Akinfenwa a compris et sait utiliser ses avantages physiques pour lui tout en se sacrifiant parfois pour l’équipe. Jeu de tête, protection de ballon, solide sur ses appuis, The Beast demeure alors comme un joueur difficile à affronter. Sa corpulence devient donc un frein et un réel atout non négligeable.

Compilation de l’année 2020 d’Adebayo Akinfenwa, retrouvant toute sa panoplie d’attaquant. (Crédit : LUTYHD)

Toutefois, même si Adebayo Akinfenwa reste un adepte de la protection de ballon avant un tir, il sait aussi jouer au football. L’attaquant anglais n’est pas une brute qui pousse chaque adversaire pour marquer un but. Il sait aussi être excellent dos au but. Il contrôle, distribue et propose une solution dans l’axe. Malgré une pointe de vitesse assez réduite, son expérience lui a valu une qualité de placement intéressante pour les milieux et les ailiers. Toutes ses qualités restent tout de même difficiles à associer avec son manque de vitesse, de mobilité et de vivacité. Gareth Ainsworth a tout de même su l’utiliser à très bon escient entre 2016 et son dernier match, face à Sunderland. 

Un homme apprécié

Parmi les fans de football, Adebayo Akinenwa a réussi à en conquérir une partie, alors que ceux-ci ne l’ont jamais vu jouer au football. Ces adorateurs sont alors les joueurs du jeu vidéo de football FIFA. En effet, l’attaquant anglais détient depuis plusieurs années le record du joueur le plus « fort » physiquement du jeu. Sa statistique « force » notée à 98 dépasse n’importe quel joueur de tous les championnats compris. Il dépasse notamment d’autres compères comme Sergej Milinkovic Savic, Romelu Lukaku ou encore Virgil Van Dijk. Cette note extraordinaire a donc indirectement apporté de la sympathie envers « La Bête » de la part des « gamers » invétérés.

Adebayo Akinfenwa sur Instagram après son dernier match de football #TheBeast

Plus qu’un joueur de football, Adebayo Akinfenwa reste un homme très apprécié des fans de football, surtout Anglais. Son autodérision et sa véritable passion pour le ballon rond sont alors deux raisons importantes. Il suffit de le suivre sur les réseaux, on pourrait presque croire qu’il s’agit d’un bodybuilder sans les publications liées aux performances de son club. Surtout, il ajoute souvent le hashtag #TheBeast, la preuve qu’il aime aussi ce surnom. De plus, il n’a jamais été impliqué dans quelque chose de négatif, il s’agit simplement d’un joueur de football, passionné et passionnant. Typiquement le genre de personne qui fait l’unanimité. 

« Une légende du football anglais »

Pep Guardiola en conférence de presse après avoir affronté Adebayo Akinfenwa

Si Pep Guardiola le dit… Toutefois, placer Adebayo Akinfenwa au rang de légende du football anglais alors que de nombreux attaquants sont passés par là entre temps reste complexe. Malgré tout, l’homme de 40 ans tire sa révérence en tant que véritable icône, voire mythe des divisions inférieures. La Bête va manquer au football mais il restera dans les mémoires.

À lire aussi : la renaissance de Wigan

Crédit image haut de page : Eurosport

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :