Hockey Hockey International

Mondial élite (H) : Finale – Mission accomplie pour la Finlande

Dernier jour du championnat du monde masculin, le titre mondial est en jeu. La Finlande et le Canada s’affrontent pour la troisième fois d’affilée. Alors que la Tchéquie et les USA se disputent la troisième place du podium.

Tous les regards du hockey international étaient braqués sur Tampere et la Nokia Arena, pour l’épilogue des mondiaux élite. En lever de rideau, la Tchéquie affronte les USA pour la médaille de bronze, avant le « main event », la finale entre la Finlande et le Canada.

🥉 Match pour la médaille de bronze 🥉

🇨🇿 Tchéquie 8 – 4 USA 🇺🇸

Source image : ANDREA CARDIN / HHOF-IIHF IMAGES

La longue attente est enfin terminée. Avec ses 6 buts comptés en troisième période pour remporter la « petite finale » 8-4 alors qu’elle tirait de l’arrière contre les USA, la Tchéquie remporte la médaille de bronze. Sa première médaille depuis 2012, autant dire une éternité.

Pour les américains, la pilule est dure à avaler. Malgré leur défensive décimée par le Covid, les problèmes familiaux et les blessures (ils ont joué avec seulement 4 défenseurs), ils avaient pourtant réussi à prendre un avantage certain quand après le premier tiers, ils étaient devant 3-1 (Doublé de Karson Kuhlman et un but d’Adam Gaudette contre un but de Jiri Cernoch). L’entraineur finlandais de la Tchéquie, Kari Jalonen, est même contraint de changer son gardien Karel Vejmelka qui a encaissé 3 buts sur seulement 8 tirs ! Son substitut Marek Langhamer sera plus solide, encaissant un seul but sur 16 tirs. Il est, par ailleurs, élu joueur tchèque du match.
En deuxième période, Jiri Smejkal réduit l’avance des joueurs de la bannière étoilée à un seul but (3-2). Cependant, personne ne pouvait prévoir le scénario fou de la troisième période.
En troisième, la Tchéquie lâche les chevaux. David Pasternak compte 3 buts, David Kampf compte un doublé et Roman Cervenka ira de son petit but pour atomiser les espoirs américains. Pourtant le gardien américain Jeremy Swayman a fait un match solide, stoppant 25 tirs sur 33. La réduction du score par le jeune franco-américain Thomas Bordeleau est purement anecdotique (8-4).
A la sirène finale, la Narodnytym laisse éclater sa joie. Désormais l’objectif est de regarder plus haut et pourquoi pas viser la finale en 2023. Pour les américains, par contre, cette défaite peut être une bonne leçon pour enfin retrouver un titre mondial qui les fuit depuis 1933 !

🥇Finale 🥈

🇫🇮 Finlande 4 – 3 (OT) Canada 🇨🇦

Source photo : ANDREA CARDIN / HHOF-IIHF IMAGES

On l’a souvent dit et répété, la Finlande était en mission : Devenir la deuxième équipe de l’histoire, après la Suède en 2006, à enchainer l’or olympique et le titre mondial dans la même saison. Comme l’année dernière, cette finale ira au bout du suspense.

La stratégie du Canada était simple : Balancer le palet et aller lutter dans les coins. Pourtant dans la première période, comme souvent en finale, les deux équipes s’observent et aucune n’arrive à prendre l’avantage. Solides, Jussi Olkinuora et Chris Driedger ne laissent rien passer.
La deuxième période n’est vieille que de 4 minutes quand Max Friberg est envoyé en prison pour avoir accroché. La supériorité numérique canadienne bouge bien le palet, Matthew Barzal trouve Dylan Cozens qui ouvre la marque sur un tir de réception (1-0 Canada). Plus tard dans la période, les finlandais obtiennent également une supériorité numérique, mais Driedger repousse les tentatives finnoises. A la fin de la deuxième période, le Canada mène par la plus petite des marges.
Après 40 minutes, d’un jeu fermé et défensif, personne ne pouvait se douter du feu d’artifice offensif qui va avoir lieu en troisième période. D’entrée, le Canada prend trois pénalités d’affilées. La Finlande en profite grandement. Mikael Granlund compte un doublé en seulement 1 minute 44 secondes ! Son premier but vient d’un tir rapide sur le côté gauche lors d’une double supériorité numérique et son deuxième, du côté droit, à 5 contre 4. Les problèmes s’accumulent pour le Canada, car Driedger se blesse en essayant de repousser le premier but de Granlund. Il est contraint de laisser sa place à Matt Tomkins (qui n’a pas joué une seconde du tournoi). Pris a froid, Tomkins cède sur le deuxième but de Granlund (2-1 Finlande).
A moins de 6 minutes de la fin du match, Joel Armia compte le troisième but des Suomis sur un tir du poignet qui transperce la défensive canadienne (3-1 Finlande). On se dit que la messe est dite, et que la Finlande va remporter le titre mondial. Mais cette équipe canadienne est tenace et ne lâche pas si facilement. Tout d’abord, Zach Whitecloud réduit le score à 2 minutes 12 secondes de la fin du match (3-2 Finlande). Lors de la mise en jeu suivante, remportée par le Canada, Tomkins va au banc pour laisser un attaquant entrer. Bonne tactique de Claude Julien, car Max Comtois égalise (3-3), jetant un froid au public finlandais. A la sirène finale, les deux équipes sont dos-à-dos. Cette finale s’en va en prolongation.
La prolongation 3v3 débute, et chaque équipe n’ose pas trop se découvrir, de peur de se prendre un contre assassin. A 5 minutes 36, Thomas Chabot prend une pénalité pour accrocher, c’est le tournant du match car 1 minute 16 plus tard, Sakari Manninen marque sur un tir de réception qui trompe Tomkins, envoyant la Leijonat et toute une nation au paradis.

Source photo : ANDREA CARDIN / HHOF-IIHF IMAGES – Le MVP du tournoi : Jussi Olkinuora (#45

Cette victoire marque la poursuite de la période la plus réussie de l’histoire du hockey Finlandais, qui a maintenant remporté l’or ou l’argent dans les quatre derniers événements majeurs (l’or aux Mondiaux 2019, l’argent en 2021, l’or aux Jeux olympiques il y a trois mois, et maintenant l’or aux Mondiaux 2022). Il est également à noter que le gardien Jussi Olkinuora (élu MVP du tournoi 2022), Marko Anttila et Atte Ohtamaa ont fait partie des quatre équipes mentionnées.

Source photo : ANDREA CARDIN / HHOF-IIHF IMAGES – Valtteri Filpulla avec M. Luc Tardif (Président de l’IIHF)

A noter également que Valtteri Filpulla devient le 30ème membre (et le premier joueur finlandais) à entrer dans le club des vainqueurs de la triple couronne (Coupe Stanley, or Olympique et Champion du monde).

Source image : Instagram @IIHFHockey

C’est ainsi que se referme l’édition 2022 des championnats du monde. Félicitations à la Finlande pour son doublé historique. Le Canada mérite également un grand bravo pour sa combativité tout au long du tournoi. Rendez-vous en 2023 à Tampere et à Riga.
(Crédit photo couverture : ANDREA CARDIN / HHOF-IIHF IMAGES)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :