A l'affiche

Receveurs universels : la reconstruction d’Hollywood Brown à Arizona

Dans une intersaison qui restera gravé dans la mémoire collective, le marché des receveurs notamment s’est emballé. Alors que la valeur du Quarterback ne cesse de s’envoler, les équipes ont décidé de valoriser leur meilleurs amis de l’autre côté de la passe. Plus particulièrement, 4 équipes ont été cherché des joueurs reconnus via des échanges suivis d’une prolongation de contrat. A l’aide de statistiques avancées fournies par Pro Football Focus et Next Gen Stats ainsi que d’analyse vidéo, le CCS revient sur les nouvelles associations qui seront particulièrement scrutées lors de la saison 2022.

Le duo Kyler – Hollywood à Arizona

Hollywood

Une nouvelle maison dans le slot ?

Lorsqu’on évoque Marquise « Hollywood » Brown, on pense à un receveur miniature et très rapide, taillé pour les tracés verticaux depuis le slot. Si l’expérience peut être tentée par moments, Brown ne devrait pas être trop déployé à l’extérieur : sa taille et son explosivité moyenne sur les premiers appuis le rendent vulnérable à la presse et il aura du mal à exister entre un grand Cornerback et la ligne de touche. Ainsi lorsqu’on cherche à observer où il gagne, on obtient souvent des graphiques comme celui-ci :

Routes d'Hollywood Brown vs KC

Pourtant, en s’intéressant à la répartition de ses snaps, Hollywood n’a joué à l’intérieur que sur 26% de ses actions alors que la majorité de ses actions clés y vient. En s’intéressant au succès face à la couverture homme à homme, Brown émarge en 138ème position à 0.98 Yards/Tracé (Y/RR). Un score extrêmement faible pour un joueur de son calibre qui peut s’expliquer en partie par son rôle parfois ingrat dans l’offense des Ravens mais aussi par une utilisation parfois à l’encontre de son profil.

Dans un nouveau cadre, de l’autre côté du pays, Hollywood se dirige vers une offense au design on ne peut plus différent. Si Arizona a dépensé un premier tour de draft pour le déloger de Baltimore, c’est sans doute pour remplir le trou laissé par le départ de Christian Kirk en Free Agency. L’ancien Cardinals a, de son côté, passé pas moins de 80% de ses snaps dans le slot en 2021.

En reprenant cette métrique de Y/RR et en l’isolant sur le slot (minimum de 20 tracés courus pendant la saison), Brown fait un bond de 128 places pour se retrouver 10ème de la ligue avec 2.11 Y/RR. Christian Kirk se place 20ème avec 1.80 Y/RR.

Ironiquement, lui aussi était utilisé majoritairement à l’extérieur jusqu’à 2021 qui fut également sa saison la plus productive. Kingsburry a-t-il retenu la leçon ou essaie-t-il de reproduire les mêmes erreurs ?

Plus de screens

Demandez à n’importe quel fan des Ravens quel élément manque à l’attaque depuis 10 ans. Indépendamment du QB ou coordinateur offensif, la réponse sera unanime : la passe écran. Depuis trop longtemps en effet, les Ravens sont incapables d’intégrer ce genre d’action dans leur offense. Un manque qui a particulièrement fait baisser la côte de leurs playmakers dont Brown faisait partie. La perception autour du jeune receveur n’est donc pas celle d’un joueur capable de créer sur passes courtes.

A Arizona, Hollywood va (re)découvrir les joies de l’Air Raid : un système tout en rythme et en vitesse, valorisant la verticalité et faisant la part belle aux Yards After Catch. Dans ce nouveau rôle où la taille ne pose pas de problème, mais où l’explosivité et le playmaking sont demandés, comment Marquise Brown peut-il se montrer ? Si le receveur de 25 ans n’est pas connu pour ses capacités de créateur après réception, un coup d’oeil sur les stats montrent pourtant un vrai potentiel.

En comparant Kirk et Brown sur les Yards après Réception/Réception (YAC/Rec), surprise ! C’est l’ancien Raven qui domine avec 4.4 YAC/Rec (94ème en NFL) face aux 3.1 YAC/Rec (168ème en NFL) de l’ancien Cardinal. D’aucun pourrait penser instinctivement que l’usage différent des deux joueurs peut biaiser la statistique. Kirk a en effet eu plus de passes courtes lors desquelles il était rapidement cerné là où Brown a souvent été trouvé en profondeur ou dans des zones intermédiaires, libre de dévorer les espaces balle en main. Oui mais. Rappelez-vous ce qui était écrit plus haut : aligné quasi exclusivement à l’extérieur, Christian Kirk jouait en 2020 un rôle similaire à celui de Brown pendant sa carrière à Baltimore. Pour une utilisation similaire donc, Kirk émarge à 3.8 YAC/Rec. Mieux qu’en 2021, mais toujours un cran en dessous d’Hollywood.

Arizona Cardinals

Poussons l’analyse plus loin et regardons le nombre de Plaquage évités par les deux joueurs pendant la saison 2021. Avec 91 réceptions pour Brown et 83 pour Kirk, l’échantillon est presque similaire. Kirk, par son profil (souvent comparé à Golden Tate) et son utilisation, devrait même avoir l’avantage pour briser des plaquages adverses. Au total, Brown comptabilise 8 plaquages évités contre 3 pour Kirk, plus du double donc.

Si la faculté de Brown à se développer dans le jeu court reste à prouver, les indicateurs montrent donc clairement un potentiel. A usage similaire le cousin d’Antonio s’est montré supérieur à Christian Kirk et si la transition dans un rôle qui lui semble mieux taillé se passe aussi bien que prévu, le jeune floridien peut faire de gros dégâts.

Le fit avec Kyler est-il toujours là ?

Il n’a pas fallu longtemps après l’annonce de son échange pour que les rapprochements entre Hollywood Brown et son ancien QB d’Oklahoma, Kyler Murray, soient fait. La paire a crevé l’écran en NCAA pendant la saison 2018, faisant de Murray le Heisman de cette année et de Brown un premier tour de draft. Les deux ont faits leur armes sous la houlette du golden boy de l’Air Raid Offense (Lincoln Riley) et se retrouvent à jouer sous les ordres d’un autre brillant adepte de ce système en la personne de Kliff Kingsburry. Si le système de Kingsburry a évolué pour intégrer plus de notions « pro-style », la philosophie générale d’étirement de la défense et de distribution de la gonfle est bien là.

Kyler et Hollywood

La transition entre l’Air Raid et le système de jeu des Ravens, beaucoup plus accès sur la course et la play action, a été réussie avec brio par Hollywood. Il doit désormais faire le chemin inverse, et également reprendre ses bonnes habitudes avec un lanceur diamétralement opposé à son ancien compagnon Lamar Jackson. Pour mettre cela en évidence, regardons les heatmaps des deux passeurs.

Une explication rapide : il s’agit de la fréquence à laquelle chacun des deux QB vise un joueur présent à cet endroit. Le rouge indique que le QB privilégie cette zone et y lance le ballon plus fréquemment que le reste de la NFL, le bleu indique qu’au contraire il a tendance à éviter ce type de lancer par rapport à ses collègues. Cet outil est extrêmement pratique pour définir le style de passeur et trouver les contours de ses forces et faiblesses. Lorsqu’on se place du point de vue du receveur, on peut également l’utiliser pour prédire les ajustements d’une attaque à l’autre.

Le constat est sans appel et vient surtout confirmer ce qu’on savait déjà: Lamar aime le milieu du terrain alors que Kyler aime distribuer sur les extérieurs. Là où Brown devait donc souvent revenir entre les LB et les S à Baltimore, il pourra éviter ces zones plus « physiques » avec son nouveau compère. Brown reste en effet un joueur petit et maigre et on préfèrera le voir plaqué par des cornerbacks que par des LB prêts à l’aplatir dès qu’il aura reçu une passe. Et le fait d’évoluer plus dans le slot ne va pas à l’encontre de cette idée : on imagine aisément de nombreux concepts « Smash » qui pourront isoler Hollywood sur un pauvre slot corner. Un concept sur lequel Kirk a pu déjà brillé :

Si ce concept ne fait pas partie de la faible palette de tracés utilisée à Baltimore, il n’est pas dur de voir Brown s’y illustrer :

Ce n’est pas un concept « Smash », mais le tracé du receveur reste sensiblement le même

En comparant les deux QB sur l’outil PFF, on peut aussi voir quelles sont les trois tracés qu’ils visent le plus. Cela donne ce résultat :

  • 3 routes les plus visées par Murray : Hitch (15%), Go (14%), Screen (12%)
  • 3 routes les plus visées par Lamar: Hitch (21%), Crossing(17%), Out (13%)

En tant que menace verticale, le tracé Hitch va très bien à Brown et, comme cela a pu fonctionné avec Jackson, cela devrait fonctionner avec Murray. Les CB ont l’habitude de respecter sa vitesse de pointe et jouent souvent en off coverage face à Hollywood, laissant un matelas de sécurité afin de ne pas se faire rôtir en profondeur. Le hitch apparaît ainsi comme un lay-up pour son Quarterback. Pas étonnant que Jackson y soit revenu plus d’une fois en 2021 donc. Et non moins difficile d’imaginer Kyler faire de même.

Là où Marquise Brown verra un changement, ce sera sur les autres tracés. On passe à un Quarterback très porté vers la Go route, LE tracé des menaces profondes et le parfait complément au tracé Hitch. Parce que, oui, Hollywood Brown est une menace profonde.

Tout ne sera pas donné à Brown non plus. On connaît notamment le refus de Murray à viser le milieu du terrain, zone dans laquelle Brown a pu amasser les yards à Baltimore. En parfaite synchronisation avec son frère floridien Lamar Jackson, Hollywood a pu devenir un excellent zone buster, une cible préférentielle pour trouver les failles d’une défense en zone. Une qualité que Kyler aura du mal à exploiter, lui qui risque de préférer viser sa pléthore de TE dans cette zone du terrain.

D’Oklahoma à Baltimore, la transition ne pouvait pas être plus abrupte pour Marquise Brown. D’un système aérien et varié, il est passé à une attaque lourde au sol qui utilisait la passe avec parcimonie. La nouvelle étape de sa carrière à Arizona sonne donc comme un retour au source pour un receveur sous-apprécié et potentiellement mal utilisé jusqu’ici. Tout reste à faire sur le terrain mais le chemin vers une saison productive dans le désert semble tout tracé pour le jetpack miniature.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :