A l'affiche Tennis

Le Roi Nadal encore et toujours

Une édition de Roland-Garros est forcément marquée par la présence de Rafael Nadal dans le tableau. Mais cette année, nous étions loin d’être persuadés qu’il allait gagner le tournoi comme d’habitude en dominant tous ses adversaires. À 36 ans, son état de santé inquiète de plus en plus. Sa blessure au pied gauche s’est fait sentir à Rome, dix jours avant Roland. Une fois de plus, le Majorquin a prouvé à tout le monde qu’il sait comment gagner à Paris, son jardin. Retour sur sa quinzaine incroyable.

Dimanche dernier, Rafael Nadal remportait Roland-Garros pour la 14ème fois de sa carrière, portant à 22 le nombre de ses victoires finales en Grand Chelem. Un exploit d’autant plus retentissant quand on connaît les conséquences de sa maladie au pied.

Rafael Nadal pas favori

Même s’il a prouvé à de nombreuses reprises qu’il savait être au rendez-vous à Roland-Garros, beaucoup imaginaient Nadal perdre cette année dans son tournoi favori. Pourtant auteur d’un début de saison époustouflant, après son 21ème titre en Grand Chelem en Australie, les choses ont commencé à se gâter. C’est d’abord une blessure aux côtes qui le contraint à perdre un match pour la première fois de l’année en finale à Indian Wells, et à manquer le début de saison sur terre.

Pire encore : en perdant à Rome face à Shapovalov et diminué par son pied, Rafa arrive sans titre majeur sur terre. Depuis 2005, date de sa première victoire à Paris, c’est seulement la deuxième fois après 2015 que cela arrive. Et en 2015, il avait perdu en quarts de finale à Roland-Garros contre… Novak Djokovic qu’il peut retrouver au même stade cette année.


Car oui, le 19 mai, 3 jours avant le tournoi, le tirage au sort a attribué un vrai parcours du combattant pour Rafael Nadal. Le voilà dans la partie de tableau de deux autres favoris, Djokovic et Alcaraz. Avec ça, sa position de favori déjà bien égratignée est remise en question. À 36 ans et avec des inquiétudes sur son état physique, difficile de le voir aller au bout cette année. Encore plus lorsqu’il s’agit de la compétition la plus dure sur le papier.

Rafael Nadal et Novak Djokovic lors de leur incroyable quart de finale remporté par l’Espagnol. Crédit : L’Equipe

Un parcours énorme jusqu’au titre

Avant de s’imposer en finale face à Casper Ruud, Nadal a d’abord connu un parcours très compliqué. Le plus compliqué de sa carrière à Roland-Garros, certainement. Après trois premiers matches plutôt tranquilles, Rafa est monté en régime avant d’affronter une jeune promesse, Félix Auger-Aliassime. Au terme d’un match où il a alterné le chaud et le froid, l’Espagnol s’est sorti d’une belle bataille face au Québécois, conclue au 5ème set. 5 sets, rarissime pour lui sur terre battue, d’autant plus à Roland. C’est seulement la troisième fois de sa carrière qu’il a été obligé de jouer un cinquième set à Paris, sans pour autant perdre le match.

Mais ce long match ne le met pas forcément dans les meilleures conditions pour affronter son plus grand rival, Novak Djokovic. Le choc attendu des quarts de finale a bien lieu en night session. Et comme à chaque fois qu’il en a besoin, Rafa fait monter son niveau de jeu vers des sommets. Après avoir sauvé des balles de cinquième set, il s’impose finalement après 4h11 de jeu. Il est en demi-finale après deux matches de plus de 4 heures et doit affronter un autre joueur qui impressionne, Alexander Zverev.

En difficulté dans l’échange, le toit fermé empêche ses balles de rebondir haut et il peine à gêner l’Allemand. Mais Rafa connaît ce court comme personne et avec l’aide de Zverev, il est tout de même devant au score lorsque le match bascule définitivement. À 7/6 6/6 pour Nadal, le chrono dépasse les 3 heures de jeu et sur un dernier coup droit en bout de course, l’Allemand se tord la cheville gravement et doit abandonner. Une image horrible, tout comme ses cris de douleur. En larmes, il reviendra quelques minutes plus tard sur le court avec des béquilles pour saluer la foule.

Rafa est en finale donc, face au novice Casper Ruud. Mais il n’y a pas match ce jour-là et pour la première fois de sa carrière, il bat 4 membres du top 10 dans le même tournoi (hors Masters) et s’adjuge un 14ème titre. Il n’y a qu’en 2011 que Nadal a passé plus de temps sur le court pour gagner le titre. Juste incroyable pour un joueur qui a du mal à marcher sans traitement…

Alexander Zverev venu saluer la foule quelques minutes après sa grosse blessure à la cheville. Crédit : AFP

La suite de sa carrière en danger

Si sa nouvelle victoire parisienne a évidemment engendré de nombreuses réactions de félicitations et d’admiration, les conditions dans lesquelles il a disputé le tournoi ont provoqué des débats sur les réseaux sociaux. Rafael Nadal a rendu publique la situation dans laquelle il se trouvait : il a expliqué que son pied était « endormi » pour pouvoir jouer. Totalement transparent, cela n’a pas empêché les nombreuses réactions dans le milieu sportif, notamment des cyclistes, à propos des injections d’anesthésiants reçues. Un traitement qu’il n’utilisera plus désormais, car dangereux sur le long terme.

Une situation qui fait croire que le Roi disputait son dernier Roland-Garros, tant ses récentes déclarations sont allées dans ce sens. Sans compter les rumeurs le jour de la finale où l’on a cru qu’il pouvait annoncer sa retraite après le match. Finalement, le Majorquin a expliqué que c’était la dernière fois qu’il subissait le traitement qu’il a reçu pendant la quinzaine et a décidé d’en entamer un nouveau, par radiofréquence.

Deux jours après la finale, il est rentré à Majorque et a été aperçu avec des béquilles. La bonne nouvelle : malgré toutes les galères, Nadal a exprimé son envie d’être présent à Wimbledon dans deux semaines si le traitement fonctionne. La mauvaise, en revanche, si le traitement ne fonctionne pas, l’Espagnol pourrait se trouver face au choix de se faire opérer. Sans pour autant être sûr de pouvoir continuer le haut niveau… Si sa santé est évidemment plus importante que tout, les prochaines semaines seront déterminantes pour le choix qu’il va faire.

Le résumé de la finale entre Rafael Nadal et Casper Ruud. Crédit : France Télévisions

Pour finir, en remportant son 14ème Roland-Garros et son 22ème titre du Grand Chelem, Rafael Nadal prend une belle avance sur ses deux rivaux. Si Federer semble éloigné de la course depuis longtemps, Djokovic poursuit son année difficile et perdra sa place de numéro un mondial demain. En termes de combat, ce Roland-Garros était peut-être le plus beau que Rafa ait disputé. Le plus dur certainement physiquement et émotionnellement.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :