Site icon Café Crème Sport

Zabit Magomedsharipov, retour sur une carrière courte mais spectaculaire

Le 16 juin 2022, l’un des grands prospects russes Zabit Magomedsharipov annonçait sa retraite, afin de se concentrer sur sa future carrière de docteur mais aussi à cause de ses différents soucis de santé qui l’ont éloigné des rings durant près de 2 ans et demi. Revenons sur son parcours spectaculaire.

Succès national à ses débuts

Zabit Magomedsharipov est un pur produit du Daghestan, né à Khassaviourt et s’est rapidement formé aux arts martiaux, débutant par la lutte libre à 10 ans et enchaînant avec le Sanda. Il intégrera dans la foulée la prestigieuse école « Pyat Storon Sveta » (les Cinq Directions du Monde) qui a la particularité d’enseigner les matières scolaires classiques tout en apportant un entraînement rigoureux et de haut niveau à ses élèves dans plusieurs sports de combat. Cette école a formé un grand nombre de futurs champions, se faisant surnommer « le Temple Shaolin du Daghestan ». Zabit y a passé 10 à 12 ans, s’entraînant 3 fois par jour aux arts martiaux. C’est naturellement qu’il débute sa carrière en MMA en 2012 à l’occasion de l’Odessa Golden Cup, en Ukraine. Il vainc Zhumageldy Zhetpisbayev par TKO durant cette soirée, puis se produit principalement en Russie dans différentes organisations, avant de taper dans l’oeil de l’Absolute Championship Berkut (désormais Absolute Championship Akhmat) qui reste à ce jour l’une des plus influentes d’Europe, voire du monde.

Il les rejoint officiellement avec un palmarès de 6-1, et combat pour le Featherweight Grand Prix. Et sur cette compétition qui s’est éternisée sur près de deux ans, il remporte la ceinture des poids-plumes sans avoir eu le moindre accroc, finissant tous ses adversaires avant la limite, par KO ou soumission. Il défend son titre pour la dernière fois face à Valdines Silva, qu’il éclate (désolé du terme) en moins de deux minutes, avant de signer un premier contrat de 4 combats à l’UFC. Il quitte la fédération russe avec un bilan parfait de 6-0.

Trop fort pour l’UFC?

Il entre dans l’octogone pour la première fois à Rotterdam, aux Pays-Bas, face à Mike Santiago, qui avait obtenu son contrat grâce aux Contender Series. Zabit s’impose dès le deuxième round par soumission et obtient par la même occasion le bonus de « Performance de la soirée », puis réitère l’exploit lors de son deuxième combat qu’il remporte également par soumission face à Sheymon Moraes. Au total, il combattra à six reprises et obtiendra un main-event et 2 bonus supplémentaires de « Combat de la soirée », avant de s’éloigner du MMA, à cause de son problème de système immunitaire.

Lui qui était pressenti pour affronter Yair Rodriguez dans ce combat qui aurait facilement pu être un « Fight of the Year », n’a finalement pas souhaité reprendre sa carrière dans les arts martiaux et continue à se soigner, tout en faisant de prestigieuses études afin de devenir docteur. Même si son choix est à respecter et compréhensible, le monde du MMA doit déjà regretter son départ, se demandant jusqu’où aurait-il pu aller. Avec un bilan toutes organisations confondues de 18-1 et un run parfait à l’UFC, beaucoup le voyaient parmi les prétendants à la ceintures, et à juste titre. Combattant très calme et très grand pour sa catégorie (1,85m), il possédait un bagage technique très varié, autant dans son striking que dans son grappling et ses soumissions. Couplez ça à son allonge et à sa puissance et vous comprenez ce qui en faisant un combattant quasiment intraitable.

Zabit n’a connu la décision que 5 fois sur ses 18 victoires, en a remporté 6 par KO et 7 par soumission. Voyez ici une certaine polyvalence et surtout un vrai talent inné pour le combat, comme la plupart de ses illustres compatriotes. Désormais à la retraite, on souhaite à Zabit Magomedsharipov toutes les meilleures choses du monde, et salue sa grande carrière qui nous permettra de faire les plus grandes hypothèses sur ce qu’il aurait pu devenir. Quoiqu’il en soit, on a aimé le voir se battre, toujours spectaculaire et offensif.

Quitter la version mobile