CDM 2022 Sélections nationales

Qui est Armel Bella-Kotchap, la surprise de la liste d’Hansi Flick ?

Malgré le début de campagne compliqué vécu par Southampton, un élément a réussi à tirer son épingle du jeu : Armel Bella-Kotchap. Le défenseur central reste sur des performances si prometteuses qu'il a convaincu Hans-Dieter Flick de le sélectionner, à la surprise générale, pour la Coupe du monde.

Malgré le début de campagne compliquée vécu par Southampton, un élément a réussi à tirer son épingle du jeu : Armel Bella-Kotchap. Le défenseur central reste sur des performances si prometteuses qu’il a convaincu Hans-Dieter Flick de le sélectionner, à la surprise générale, pour la Coupe du monde.

Une poignée de secondes. Avant l’officialisation du groupe convoqué pour prendre part à l’événement qatari, Armel Bella-Kotchap n’avait connu qu’une courte et unique entrée en jeu avec la Nationalmannschaft. C’était le 26 septembre dernier. Le joueur, de seulement 20 ans, avait eu la chance de fouler la mythique pelouse de Wembley à la 91e minute et de participer au match nul 3-3 entre l’Angleterre et l’Allemagne. Cette expérience réduite n’a pas empêché Hansi Flick de cocher le nom du défenseur, au dépend d’un certain Mats Hummels, pourtant revenu en forme cette saison du côté du Borussia Dortmund.

Bien entendu, l’ancien coach du Bayern Munich ne s’est pas seulement basé sur cette cape pour faire son choix. En effet, l’ascension d’Armel Bella-Kotchap est constante depuis de nombreux mois. Le natif de Paris a souvent été surclassé, évoluant avec des partenaires et contre des adversaires plus âgés. Pour preuve, à l’été 2018, la pépite de Bochum est appelé pendant la préparation pour s’entraîner avec l’équipe première. Il n’a alors que 16 ans.

À 17, l’arrière axial débute en professionnel avec le VfL lors de la 31e journée de 2.Bundesliga. Il dispute d’ailleurs les trois matchs suivants, terminant la saison en tant que titulaire. Pour le Café Crème Sport, Moritz, supporter du club depuis 2006, et créateur du podcast Immer wieder VfL se souvient : « J’ai vu un jeune avec un grand physique et beaucoup de potentiel. Cependant, je dois dire que j’ai été surpris de voir Armel commencer ce jour-là, et il n’a pas déçu. » L’exercice 2019/2020 est l’occasion d’accroître son temps de jeu avec les pro (12 apparitions en deuxième division). Mais aussi de réaliser ses premières grandes performances.

Un rôle majeur dans la promotion et le maintien de Bochum

« La plupart des fans se rappellent encore du match contre le Bayern Munich en coupe. C’était le premier match au cours duquel il devait défendre contre des joueurs de classe mondiale et, malgré la défaite (1-2, ndlr) et son carton rouge, il a montré quel potentiel il avait », raconte Moritz. Les supporters de Bochum ne sont pas les seuls à mettre en avant cette prestation. The Athletic en parle également dans un article publié le 23 juin 2022 : « La démonstration de Bella-Kotchap a suscité de nombreux éloges pour sa gestion de Robert Lewandowski. C’était une performance agressive et courageuse, parfois teintée d’une légère naïveté que l’on attendrait d’un jeune de 17 ans. À deux minutes de la fin, cependant, suite à une mauvaise passe en retrait vers son gardien de but, il a été expulsé pour une main alors qu’il essayait d’empêcher Thomas Muller de foncer vers le but. »

Au-delà de ce coup d’éclat, le défenseur s’impose progressivement comme un élément essentiel du club de la région de la Ruhr. Et dès la saison 2020/2021, il devient un titulaire indiscutable (30 matches toutes compétitions confondues). A l’issue de cet exercice, le VfL termine d’ailleurs champion de deuxième division. Les Bleu et Blanc retrouvent la Bundesliga, pour la première fois depuis 2010. Bochum parvient à se hisser à une honorable 13ème place. La formation assure son maintien avec neuf unités d’avance sur le barragiste. Et Armel Bella-Kotchap n’est pas étranger à ces deux (très) bonnes campagnes.

« Lui et Maxim Leitsch ont joué un grand rôle dans la promotion et dans le maintien de l’équipe. Grâce à eux, nous avions du rythme dans notre défense, ce qui permettait un pressing élevé. Cela nous a permis de gagner des matchs à domicile, comme contre le Bayern », décrit le fan de Bochum. Parmi les nombreuses qualités que comptent le défenseur, Moritz retient sa rapidité, son calme, sa force et sa capacité d’anticipation. Ce dernier point est également relevé par The Athletic.

Un défenseur costaud et moderne

La publication britannique évoque plusieurs statistiques, tirées de la saison 2021/2022. Ainsi, Armel Bella-Kotchap tournait, en moyenne, à 3.26 interceptions par rencontre. Le joueur appartenait tout simplement au cercle restreint des 3% des meilleurs arrières axiaux, pour cet indicateur, dans les cinq grands championnats. De même, sa taille (1.90m) et sa puissance lui permettent d’être bien placé en ce qui concerne les duels aériens remportés. Enfin, l’ancien du MSV Duisbourg témoigne aussi de son adaptation aux principes du football moderne puisqu’il exerçait un peu moins de 13 pressions par match. Un chiffre qui, selon The Athletic, le classait dans « le top 10% des défenseurs de la Bundesliga“.

Ces prestations ne laissent pas insensibles certains observateurs. Lothar Matthaus, véritable légende du ballon rond germanique, avait par exemple suggéré le nom d’Armel Bella-Kotchap, pour compenser le départ de Niklas Süle, du Bayern Munich vers le Borussia Dortmund. Sur la route qui pourrait le mener jusqu’aux plus grands clubs européens, le défenseur a passé une première étape cet été. Le jeune central a rejoint Southampton en échange de 10 millions d’euros. Pour Bochum, il s’agit tout simplement d’un record pour une vente. Les supporters gardent un souvenir positif de leur ancienne pépite : « Nous sommes plus que fiers qu’il ait porté notre maillot et nous sommes reconnaissants pour les deux dernières années », assure Moritz.

Le fan-podcasteur croyait sincèrement en la faculté d’adaptation de l’Allemand à son nouvel environnement : « La Premier League est connue pour son jeu physique. Par conséquent, j’espérais qu’il devienne un titulaire régulier tout au long de la saison en raison de ses principales qualités. » Et ça n’a pas traîné. À peine débarqué chez les Saints, Armel Bella-Kotchap se rend vite incontournable et démarre dix des onze premières rencontres de championnat dans le onze de départ.

Une adaptation à l’Angleterre réussie

Un début d’exercice salué, par exemple, par Jermaine Jenas, milieu de terrain aux 280 apparitions en Premier League, passé par Newcastle et Tottenham : « Il a de l’autorité dans sa façon de jouer, son agressivité, les tacles et son sens du placement. Vous voulez toujours un leader et il semble vouloir prendre ce rôle à 20 ans. » Armel Bella-Kotchap avait notamment impressionné face à Chelsea, grâce à un retour salvateur sur Raheem Sterling. À l’issue de cette rencontre, Francis Benali, défenseur ayant porté le maillot des Saints à 336 reprises, paraissait également satisfait de la recrue au micro de BT Sports : « Il fait partie des cinq ou six joueurs qui ont eu un impact immédiat. Ce que nous avons vu, c’est une maturité au-delà de son âge. Il prend de grandes positions et reconnaît le danger. »

À l’instar des observateurs, les supporters sont séduits. C’est le cas de Gabin, fondateur du compte Twitter, Southampton France : « Mes premières impressions sont très positives, j’ai trouvé son adaptation très rapide comme s’il avait déjà évolué en PL auparavant. La transition a été éclair. » À la trêve, le ressenti n’a pas changé : « Malgré une défense en souffrance de notre côté, c’est celui qui s’illustre le plus. C’est pour moi le patron de notre défense », ajoute pour le CCS le fan des Saints.

Malheureusement, les résultats inquiétants concédés par la formation anglaise ont été fatals à Ralph Hasenhüttl, en poste depuis 2018. En dépit de son éviction, l’entraîneur autrichien a loué les qualités d’Armel Bella-Kotchap, dans les colonnes du Daily Echo : « C’est un monstre. Il est très fort dans les situations de un contre un et il est très rapide. Vous pouvez bien défendre avec lui. Il fait de bonnes passes dans le dernier tiers, même sur de longues distances. Son jeu de tête peut être amélioré. Mais la façon dont il s’est affirmé dans le meilleur championnat du monde est très impressionnante. »

L’avenir de la défense allemande

Là encore, les statistiques prouvent ces propos. D’après FBref (voir photos ci-dessous), Armel Bella-Kotchap intercepte 2,61 ballons par match. Le Parisien de naissance fait mieux que 97 % des défenseurs centraux. Il est aussi bien placé en termes de tacles, de balles contrées ou encore de récupérations. Cependant, tout n’est pas parfait. Les  données recueillies montrent également les marges de progression existantes. Comme le souligne Ralph Hasenhüttl, l’Allemand semble peiner dans les duels aériens depuis son arrivée en PL. Par ailleurs, le jeune espoir pourrait mieux faire dans sa participation au jeu (pourcentage de passe réussie, passe vers l’avant, etc.), même si évidemment, le début de saison poussif de Southampton ne facilite pas la tâche. « Il a tendance à manquer de concentration de temps en temps. Par conséquent, il peut perdre le ballon dans des zones dangereuses », pointe du doigt Moritz, le fan de Bochum. Enfin, le défenseur est passé à côté de certaines rencontres, par exemple, contre Liverpool, où il a éprouvé de grandes difficultés face à Darwin Nunez, dans un système en 5-4-1.

Tableaux qui résument les points forts et les axes d’améliorations d’Armel Bella-Kotchap depuis le début de saison avec Southampton. Source : FBref.com

Reste que le potentiel est bien présent. Ce sont d’ailleurs ces nombreuses promesses qui ont convaincu Hans-Dieter Flick de faire d’Armel Bella-Kotchap, l’invité inattendu de sa liste pour la Coupe du monde. Le fan-podcasteur du VfL confie son étonnement : « Nous espérions tous qu’il jouerait pour l’Allemagne à un moment donné, mais qu’il soit appelé était une surprise. Surtout si l’on prend en compte Mats Hummels et sa saison à Dortmund en ce moment. »

Lors de la convocation du joueur en septembre, l’ancien coach du Bayern expliquait son choix : « Je voulais avoir une première impression. Il est également important pour nous de savoir ce qui vient après. » Au vu de sa nouvelle sollicitation pour l’événement qatari, la première impression semble avoir été la bonne. Hansi Flick prépare l’avenir, avec l’Euro 2024, organisé en Allemagne, en ligne de mire. Armel Bella-Kotchap a aujourd’hui toutes les cartes en main pour également faire partie de cette aventure à domicile. Et surtout d’en être l’un des principaux protagonistes.

Crédit image principale : Teknomers Nouvelles

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :