CDM 2022 Sélections nationales

Canada : le ballon rond au pays du hockey

Si le Canada est surtout connu pour le hockey sur glace, une « bande d’irréductibles » essaye, depuis des décennies, d’y faire vaciller le sport roi au Canada. De plus en plus populaire, le soccer gagne chaque année le cœur des Canadiens. Sport le plus pratiqué (devant le hockey sur glace et le football canadien), le soccer fait pourtant l’objet d’une exposition médiatique mineure. Malgré ça, après des années de déceptions, le Canada semble enfin entrouvrir les portes d’un bel avenir. De bon augure pour « leur » Coupe du monde en 2026 ?

Le football au Canada, une histoire pas si récente

Crédit photo : canadiansoccerhistory.com

L’histoire du soccer au Canada remonte à la moitié du XIX siècle, avec un premier match joué à Toronto, en 1859, entre la St. George Society et une équipe d’immigrés irlandais. En 1876, le Canada intègre les règles officiels de la Football Association. D’abord joué surtout dans les universités du sud de l’Ontario, une fédération va vite voir le jour : la Dominion Football Association fondée en 1877 et qui est la première fédération de football créée hors des iles britanniques, elle s’occupe d’organiser les compétitions locales. Petit à petit le ballon rond va gagner de nouveaux territoires, tout d’abord en Ontario. En 1885, la première équipe nationale de l’histoire du Canada affronte ses voisins du sud, les USA et s’impose sur le score de 1-0, avant de s’incliner un an plus tard 3-2.

En 1896, une ligue est fondée à Terre-Neuve, puis dans le Manitoba. L’expansion continue en 1905 dans le Saskatchewan puis en 1911, c’est au tour de l’Alberta et du Québec de se prendre au jeu, bien aidé par Frank Calder, alors président de la toute jeune Ligue Nationale de Hockey (LNH). En juillet 1912, les associations de l’Ontario, du Québec, du Saskatchewan, de l’Alberta fondent la Dominion of Canada Football Association qui désormais va diriger toutes les compétitions à l’échelle nationale ainsi que s’occuper de l’équipe nationale. Par ailleurs, la première réalisation de la DCFA est d’intégrer la FIFA.

Toutefois en 1926, la DCFA ainsi que les associations britanniques vont quitter la FIFA car ils ne sont pas d’accord sur le fait de payer des compensations aux joueurs amateurs car, pour eux, « ça s’apparente à du professionnalisme ». La règle établie étant que le sport se devait de rester une pratique amateure, et le fait de compenser les jours de travail perdus par les joueurs pouvait ouvrir la porte a une dérives vers la professionnalisation.

Malgré tout, la Grande Dépression des années 30 a bien failli sonner la fin de la DCFA, en grande difficulté financière, l’association est même obligée d’emprunter une somme considérable pour éviter la banqueroute. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la DCFA demande à réintégrer la FIFA (1948) puis va changer deux fois de nom. D’abord rebaptisée la Football Association of Canada en 1952, elle devient finalement la Canadian Soccer Association en 1958.

Un rêve inatteignable

Du fait de sa réintégration à la FIFA, le Canada participe aux éliminatoires pour la Coupe du monde 1958. L’aventure tourne court car le Mexique remporte le premier tour et s’envole pour la Suède. Les campagnes suivantes ne sont pas meilleures car à chaque fois, le Mexique remporte la qualification. Pour la Coupe du monde 1970, malgré les deux places qualificatives pour la zone CONCACAF (Amérique du nord, Amérique centrale et Caraïbes) le Canada passe une nouvelle fois à la trappe s’inclinant devant les USA mais terminant devant les Bermudes. Lors des éliminatoires en 1974, l’équipe à la feuille d’érable va de nouveau tomber face au Mexique au premier tour. Puis ils vont enfin accéder au tour final de qualification en 1978, pour finalement se classer 4è derrière l’ogre mexicain, Haïti et le Salvador, surclassant uniquement le Suriname et le Guatemala. De même en 1982, malgré un retour au tour final, le Canada va s’incliner devant le Honduras, le Salvador et les inévitables Mexicains. Mais le vent semble enfin tourner dans le bon sens.

Mexique 1986 : Enfin la consécration

Source image : http://www.sportsnet.ca

En 1985, la CONCACAF décide de jumeler les éliminatoires pour la coupe du monde avec la Gold Cup (le championnat de la CONCACAF). Le Canada y réalise un tournoi de toute beauté. Battant tour-à-tour Haïti, le Guatemala, le Costa Rica et le Honduras. Les Canadiens remportent leur premier tournoi majeur et plus important, leur billet pour la Coupe du monde qui se tiendra au Mexique en Juin 1986.

Pour son entrée dans le panthéon du football, le tirage au sort n’a pas été clément avec les Canucks, en effet, ils se voient versés dans le Groupe C en compagnie de la France, l’Union soviétique et la Hongrie. Même les observateurs les plus optimistes voient le Canada se faire balayer dans chaque rencontre, mais les hommes de Tony Waiters vont tout faire pour continuer ce beau rêve. À la surprise générale, les Canadiens tiennent tête à leurs adversaires. La France s’impose péniblement 1-0 grâce à un but de Jean-Pierre Papin. Après la rencontre, Le sélectionneur français Henri Michel déclare :

« Il faut admirer la résistance canadienne. J’ai été surpris par la force des Canadiens dans les airs et par le fait qu’ils n’ont pas seulement défendu, mais qu’ils ont aussi créé de bonnes occasions de marquer. »

La Hongrie s’impose que 2-0 grâce à Marton Esterhazy et Lajos Detari et une dernière défaite 2-0 face à l’URSS (bien aidée par ses stars Ukrainiennes Oleh Blokhine et Oleksandr Zavarov). Du côté canadien, malgré avoir su résister, la frustration vient du fait de ne pas avoir pu faire trembler les filets adverses et d’avoir pris 5 buts. Toutefois l’expérience est bénéfique et l’avenir semble enfin radieux. Pourtant c’est une longue période de frustration qui s’ouvre pour le Canada.

Une (très) longue traversée du désert

Après avoir connu le sommet lors du mondial mexicain, le retour sur terre est violent pour les Canadiens. L’équipe à la feuille d’érable se fait éliminer à chaque tournoi de qualification. Devenant rapidement la risée du football nord-américain. Seule petite consolation, les Canucks remportent la Gold Cup en 2000, mais cet apogée est vite balayé par plusieurs campagnes de qualification désastreuses et autant de défaites douloureuses. Il faut changer les choses et l’Association canadienne va entreprendre un vaste chantier pour développer le soccer.

Source image : mlssoccer.com

Premièrement, la CSA pousse pour l’intégration dans la Major League Soccer d’équipes canadiennes. En 2005 est créée l’équipe du Toronto FC qui va servir de tête de pont pour le développement des joueurs canadiens. La MLS ayant une politique de promotion du talent local lors des repêchages, il est clairement intéressant pour les clubs canadiens d’aller chercher et développer les talents locaux. En 2011 et en 2012, les clubs des Whitecaps de Vancouver et de l’Impact de Montréal intègrent la MLS. Avec des succès divers. Vancouver a atteint les quarts de finale des séries éliminatoires du championnat, et l’Impact Montréal (rebaptisé depuis CF Montréal) a atteint les demi-finales en 2016.

En 2008 est lancé le championnat canadien qui est en réalité une coupe nationale ouverte aux équipes canadiennes de la Major League Soccer, de la United Soccer League et de la North American Soccer League et qui donne droit à une place en Ligue des champions de la CONCACAF. La première édition est remportée par l’Impact de Montréal (alors club de USL) face au Toronto FC. Montréal qui par ailleurs brillera en Ligue des champions, éliminé en quarts de finale par le club mexicain de Santos Laguna (5-4 sur l’ensemble des 2 matchs)

Malgré les déconvenues à répétitions et les nombreux chantiers entrepris, les observateurs estiment que le Canada dispose de l’une des meilleures générations pour se qualifier à la Coupe du monde 2014. Néanmoins lors du dernier match du 3e tour de qualification, les Canadiens sont étrillés par leur bête noire, le Honduras, (1-8) alors qu’un match nul suffisait pour se qualifier pour le 4è tour.

Les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 commencent sous de bons auspices pour les Canucks qui battent le Honduras 1-0 à Vancouver lors de la 1re journée du 4è tour préliminaire, suivi d’un bon match nul acquis au Stade Cuscatlán du Salvador (0-0). Cependant l’équipe se délite lors des journées suivantes en concédant trois défaites d’affilées contre les inévitables Mexicains (0-3 à domicile et 2-0 à l’extérieur) puis contre le Honduras lors du match retour (2-1), après avoir pourtant ouvert la marque. La victoire acquise sur le Salvador (3-1) à l’occasion de la 6è et dernière journée ne change rien à l’affaire puisque les Canadiens sont encore une fois éliminés en terminant à la troisième place du groupe à un point du Honduras. D’ailleurs cet échec précipite le départ du sélectionneur Benito Floro dont le contrat n’est pas renouvelé par la CSA.

27 ans après la disparition du Championnat du Canada de soccer, est lancée en 2019, la Première Ligue Canadienne voit le jour, ce championnat national permet de développer d’avantage le soccer au Canada et surtout faire grossir le nombre de prospects pour la sélection. Cette relance du championnat est également motivée par la décision par la FIFA de donner l’organisation du mondial 2026 aux USA, au Mexique et au Canada.

Une génération dorée pour atteindre la gloire

Source image : Twitter @brfootball

L’équipe nationale du Canada a été marquée par l’arrivée d’une génération de jeunes joueurs, menés, entre autres, par le premier vainqueur canadien de l’UEFA Champions League, Alphonso Davies du Bayern Munich, et le footballeur canadien le plus cher de l’histoire, Jonathan David qui a rejoint Lille pour 27 millions d’euros en 2020. Au premier tour des qualifications pour la Coupe du monde, le Canada termine avec une fiche de 4 victoires en 4 matchs pour remporter le groupe B et passe au deuxième tour.

Le deuxième tour est un match aller-retour contre Haïti que les Canadiens remportent 4-0 au total 1-0 à l’extérieur puis 3-0 à domicile, cette dernière se jouant au SeatGeek Stadium à Chicago en raison des restrictions liées à la COVID-19 au Canada. Ce succès sur Haïti permet aux hommes de John Herdman de se qualifier pour le troisième et dernier tour de qualification de la Coupe du monde pour la première fois depuis 1997.

Le Canada entame le troisième tour de qualification pour la Coupe du monde invaincu lors de ses onze premiers matches, terminant 2021 avec sa première victoire contre le Mexique depuis plus de 20 ans pour rester en tête du classement. De plus, Canada remonte à la 40è place au classement mondial de la FIFA , sa position la plus élevée à ce jour, après avoir commencé l’année au 72è rang.

Source photo: Canada Soccer/Martin Bazyl

Le 27 mars 2022, le Canada bat la Jamaïque 4-0 lors de la 13e journée pour se qualifier pour la Coupe du monde au Qatar, mettant fin à 36 ans de désillusions. La vitesse de progression de l’équipe était telle que ni la fédération, ni le fournisseur de kits, Nike, n’avaient anticipé leur qualification, et par conséquent, ils seraient la seule équipe au Qatar à ne pas recevoir de kit spécial pour l’occasion. Le défenseur Sam Adekugbe a cette remarque dans The Athletic :

« Je pense que cela montre simplement que personne ne croyait vraiment en nous. Je ne pense pas que le Canada y croyait. »

Un match de préparation contre l’Iran a été annulé après les protestations des familles de Canadiens tués sur le vol 752 d’Ukraine International Airlines. Remplacé par un match contre le Panama, mais qui à son tour a été annulé lorsque les joueurs ont refusé de jouer pour protester contre la gestion par la fédération de la répartition de l’argent de la Coupe du monde.

Source image : IMAGO/PA Images/Mike Egerton

Lors de ces deux premiers matchs de la Coupe du monde 2022, le Canada n’a pas démérité malgré les deux défaites. Dominants contre la Belgique, ils sont punis par le but de Michy Batshuayi et concèdent la défaite 1-0 face aux Diables Rouges. Dans leur deuxième rencontre face aux vice-champions du monde en titre croates, un moment d’histoire de la sélection intervient quand à la deuxième minute Alphonso Davies marque le premier but de l’histoire des Rouges en Coupe du monde, mettant fin à 361 minutes de disette. Malheureusement le miracle canadien s’éteint quand la Croatie marque 4 buts. Une défaite synonyme d’élimination pour les Canadiens, qui désormais ont un dernier match face au Maroc pour le plaisir. Mais au vu de cette nouvelle génération, ils ont désormais appris le niveau attendu pour une Coupe du monde et sans nul doute, ils vont préparer 2026 avec plus d’appétit.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :