Draft NBA Scouting

Profil NBA Draft 2023 : Terquavion Smith, le scoring sous toutes ses coutures

Événements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. Après une March Madness qui a, comme à son habitude, réservée son lot de surprise, la draft NBA 2023 est la nouvelle date importante pour les prospects de NCAA, G-League, OTE et FIBA. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

TERQUAVION SMITH

source : The Athletic

Date de naissance : 31 décembre 2002 – Classe : Sophomore

Université : North Carolina State Wolfpack (ACC) – Bilan 2022/2023 : 23v/11d

Poste : Combo guard

Mensurations
Taille : 192 cm – Poids : 75 kg – Envergure : 199 cm

Statistiques saison
34 matchs joués // 17,9 pts // 3,6 rebs // 4,1 asts // 1,4 stls // 0,4 blk
33,6 minutes jouées/match // 38% FG // 33,6% 3pts // 70,1% FT // 2,2 Tov // 2,4 PF

PROFIL

CONTEXTE PERSONNEL & COLLECTIF
Originaire de la Caroline du Nord, Terquavion Smith l’a joué “Homer” pour ses choix de carrière basketballistiques. En effet, il va au lycée Farmville Central High School, en Caroline du Nord, dans lequel il tournera en 25,6pts/6,0rbds/5,8asts/3,2stls par match lors de sa saison sénior. Il emmènera son lycée à un bilan de 76-2 sur ses trois dernières saisons et récolta de nombreux trophées individuels plus ou moins pompeux (joueurs de l’année de l’Etat de Caroline du Nord, joueur de l’année Gatorade Boys North Carolina, sélection dans la North Carolina Basketball Coaches Association Boy’s All-District 3 Team etc…). En bref, Terquavion a performé au basket au niveau lycéen. Quid de son niveau universitaire? Classé 77e meilleure recrue du pays par le média spécialiste 247Sports et dans le Top 100 d’ESPN, Terquavion Smith décide de s’engager avec l’université de l’Etat de Caroline du Nord, les Wolfpacks d’NC State.

Il ne lui faudra que sept petits matchs pour gagner une place de titulaire lors de son année freshman. Son équipe fera une saison assez moribonde, terminant à un bilan de 11 victoires pour 21 défaites et une triste 15e (et dernière) place dans la conférence ACC. Terquavion quant à lui aura effectué une très bonne saison. Il finira en 16,3pts/4,1rbds/2,1asts/1,3stls de moyenne sur cette première saison, une candidature à la draft avant de finalement retirer son nom pour rempiler une saison à la fac. Orphelin de Dereon Seabron, Terquavion Smith se retrouve seul maître à bord du bateau Wolfpack. Pour le meilleur et pour le pire… La saison 2022-23 est un meilleur cru que la précédente, tant sur le plan collectif (6e d’ACC et qualification pour la March Madness) que sur le plan individuel (progrès statistiques de Terquavion). Toutefois, l’aventure NCAA s’arrêtera au premier tour de la March Madness avec une défaite face à Creighton 72-63 et un Smith montrant exactement ce qu’on savait de lui : un joueur capable de scorer de 1001 façons, mais avec une efficacité et des choix offensifs plus que douteux. Alors, un an après avoir décidé de retourner à la fac alors qu’une place en fin de premier tour ou début de second tour à la draft NBA 2022 semblait lui tendre les bras, Terquavion Smith en ressort-il gagnant ?

DESCRIPTION DU JOUEUR
“He can hoop!” C’est ce que dirait n’importe quel américain en regardant Terquavion Smith. Le basketball est un sport où il faut mettre un ballon dans un panier. Et à ce jeu, l’arrière des Wolfpacks est un des meilleurs. Quand il s’agit de scorer, rien ne l’effraie ni le ralenti. Il est capable de driver pour finir près du cercle (128 tentatives soit 23% de ses tirs), de finir à mi-distance de manière plus ou moins lointaine du cercle (148 tentatives soit 27% de ses tirs) ou bien d’artiller derrière la ligne des 3pts (271 tentatives doit 50% de la totalité de ses tirs). Une répartition du type de tir plutôt bien réparti. Et si Smith parvient à tirer à peu près sur toutes les zones du terrain, c’est notamment grâce à sa capacité à se créer de l’espace. Il possède un handle de très haut niveau, capable de gérer les accélération/décélération balle en main, possède un fort premier pas, très explosif. Ainsi, il peut se positionner où il veut sur le terrain et faire l’écart aisément avec son défenseur. Ensuite, soit il parvient à provoquer la faute, chose qu’il fait plutôt bien comme le montre les 26,9% de Free Throw Rate. Soit il met en place son pull up. Et Avec son envergure et sa capacité à s’élever rapidement, il est très souvent au-dessus de son adversaire pour tirer.

Toutefois, si dans le volume, Terquavion Smith semble être un scoreur trois niveaux, dans l’efficacité, on n’y est pas tout à fait. Effectivement, tout d’abord aux lancers francs. Bien qu’il en provoque de manière assez régulière (4,3 LFs tentés par match), il ne tourne qu’à 70% sur la ligne de réparation. Une marque assez faible pour un arrière. Puis, dans la finition près du cercle. Le joueur manque de touché et surtout ne dispose pas d’un bon contrôle du corps. Encore un peu frêle, il a tendance à exploser au contact et ne parvient pas à finir ses layups ou ses tirs après contact, en atteste son très moyen 49% au tir sous le cercle. Ce n’est pas beaucoup mieux quand il s’éloigne du panier puisque sur les tirs à mi-distance, il ne tourne qu’à 36,5% de réussite. Ces tirs étant quasi exclusivement des tirs en sortie de dribble (seulement 14% de ses tirs proviennent d’une passe), on voit également que Terquavion a de réels problèmes dans sa sélection de tir. Il prend beaucoup de tirs à mi-distance (type de tir assez prohibé en NBA) et surtout, il n’est pas rare de le voir tenter des tirs bien trop compliqués avec un défenseur devant lui ou des tirs à 1,5-2 mètres derrière la ligne des 3pts.

Enfin, sur les tirs primés, l’arrière de NC State tourne à 33,6% de réussite. Toutefois, ce pourcentage est à nuancer avec le fait que le volume est très grand (8 tentatives par match !) et qu’il était à 37% la saison dernière sur un volume similaire. Ceci étant dit, ses tirs à 3pts sont là encore des tirs essentiellement pris en sortie de dribble (seulement 58% de ses tirs à 3pts proviennent d’une passe). On a donc là un joueur relativement individuel dans sa manière de scorer et cela risque d’être difficile à transposer en NBA, dans une ligue où peu de franchise laisse autant de liberté offensive au scoring à un probable toute fin de premier tour de draft.

Mais le joueur n’est pas unidimensionnel pour autant. Du moins pas dans le potentiel. En effet, même si on est à l’état de “développement”, son playmaking progresse et Smith montre de très bonne chose. Passé de 2,1 asts/match en saison freshman, à 4,1 asts/match cette année, le joueur a bien mieux distribué le ballon sur son année sophomore. Un ratio Ast/To d’à peine 1,9 atteste qu’il y a encore beaucoup de travail à faire, mais on est sur la bonne voie. La gestion du P&R est bonne (malgré la qualité assez moindre de ses roll men) et cette saison, on l’a vu de plus en plus exploiter les décalages qu’il crée sur ses drives afin de ressortir le ballon sur les shooteurs. Son decision making devra cependant s’améliorer car il a tendance à cherche le highlight et donc des passes parfois très risqués, ce qui mène à quelques fâcheuses pertes de balles.

Défensivement, Terquavion Smith a de bons outils physiques. Il est explosif, grand pour son poste (1m92) et dispose d’une bonne envergure (1m99 d’envergure). Il a une mobilité latérale somme toute très convenable et les mains sont généralement assez actives. Toutefois, et comme souvent chez les jeunes prospects tournés vers le scoring, ce qui fait essentiellement défaut à l’arrière des Wolfpacks en défense, c’est l’envie et le manque d’effort. Sur la défense onball, il semble parfois désintéressé ce qui permet à son vis-à-vis de le dépasser aisément. La défense loin du ballon est un peu meilleure. Il se laisse parfois endormir au point d’engranger quelques retards sur des navigations à travers les écrans mais il est assez actifs quand il s’agit de faire le gros jeu pour intercepter notamment (1,4 stls/matchs). Toutefois, il est important qu’il progresse un peu dans sa compréhension défensive car s’il arrive bien à lire et couper les lignes de passes, il est parfois trop dans le gamble, ce qui peut l’amener à se manquer sur une interception et laisser son adversaire complètement ouvert derrière.

✔️ FORCES

  • Scoring
  • Shoot extérieur
  • Handle / Premier pas
  • Flashs au playmaking

FAIBLESSES

  • Défense globale
  • Finition / lancers francs
  • Poids / force
  • Efficacité au tir
  • Decision making

📈 SWING SKILL

  • Selection de tir et jeu sans ballon

PRÉDICTION DRAFT 2023

Fin de premier tour – début de second tour (place 25-35)

Equipes potentiellement intéressées : Utah Jazz, Charlotte Hornets, San Antonio Spurs

L’été 2023 nous donnera une bonne indication de la direction prise par le Jazz sportivement parlant. Il n’est pas impossible de voir des joueurs comme Jordan Clarkson être incluent dans des deals afin de récupérer des assets. Avec un projet articulé autour de Markkanen et du jeune pivot Walker Kessler, il pourrait être intéressant de rajouter du scoring en sortie de banc avec Terquavion Smith. De plus, le profil est assez similaire à celui de Jordan Clarkson ce qui pourrait faciliter l’intégration de l’arrière de NC State puisqu’il n’y aurait peut-être pas besoin de changer drastiquement les schémas offensifs. Enfin, dans une équipe sans réelle initiateur primaire à la mène, Will Hardy pourrait être tenté de tester Terquavion Smith dans un rôle de ball handler. Il faudrait cependant être patient et passer par de nombreuses erreurs pour le jeune futur drafté.

Les Charlottes Hornets, sont quant à eux dans une situation assez floue. Le franchise player semble trouvé en la personne de LaMelo Ball. Autour, beaucoup de jeune mais rien de bien incroyable à se mettre sous la dent. Avec des joueurs comme Terry Rozier ou Gordon Hayward constamment dans les rumeurs de trade, le nombre de ball handlers pourraient drastiquement diminuer chez les Frelons. Une destination potentielle qui pourrait donc permettre à Terquavion Smith de se développer en tant que porteur de balle en sortie de banc tout en apportant le scoring nécessaire sur les séquences où LaMelo se repose. En plus, Terquavion resterait dans sa Caroline du Nord natale, que demande le peuple?

Pour les Spurs, le choix de Terquavion Smith est un peu plus questionnable. Dans une académie de jeu où le collectif est souvent mis en avant, le joueur devra apprendre à jouer plus souvent loin du ballon. Ses errances défensives ne seront également que très peu appréciés par Coach Pop. Toutefois, si il y a bien une franchise et un environnement dans lequel un joueur peut transformer son jeu et performer au-delà des attentes, c’est bien celle des San Antonio Spurs.

TIER DU CCS :  Tier « Rotation importante »

N’importe quelle personne ayant déjà joué à un NBA 2K ou ayant déjà suivi la NBA connait le terme de “microwave scorer”. Ce genre de joueur qui peut prendre feu au scoring en un rien de temps. Qui peut passer de 2 points à 17 points en deux minutes. C’est ce genre de joueur qu’est Terquavion Smith. Toute la problématique du joueur pour sa projection en NBA réside dans sa capacité à vivre sans ballon, à faire autre chose, à trouver son rôle. En effet, ses tirs en première intention et ses pull up midrange à foison sont des choses sur lesquelles il ne pourra pas trop compter à son arrivée en NBA. Il devra peaufiner sa sélection de tir, améliorer ses choix offensifs malgré de très belles promesses au playmaking. Il lui faudra prendre également un peu de masse et redoubler d’efforts défensivement. En somme, beaucoup de points à corriger pour percer en NBA. Mais La Grande Ligue est un milieu hostile et exigeant, il faut faire partie de la crème de la crème pour l’intégrer sur le long terme. Terquavion Smith peut-il en faire partie? Il y a les outils, les flashs et le mental mais aussi beaucoup de travail.

*Tiers du CCS, explications. Il est très difficile d’estimer le devenir d’un prospect. Pour embrasser au mieux le potentiel de ces jeunes joueurs, le CCS vous propose une hiérarchisation par « tiers », ou « groupes à potentiel ».
Groupe 1 : Tier « Franchise Player », joueur qui peut devenir le leader d’une équipe compétitive.
Groupe 2 : Tier « Calibre All-Star », facile à deviner, le prospect à le potentiel pour devenir un All Star.
Groupe 3 : Tier « Starter/6ème homme », rôle player important ou leader de la second unit.
Groupe 4 : Tier « Rotation importante », 8ème ou 9ème, toujours précieux avec un rôle défini.
Groupe 5 : Tier « Fin de rotation », 10ème ou 12ème homme avec peu de minutes, un plafond limité mais pouvant rendre de précieux services.
Groupe 6 : Tier « G-League/2Way », pour eux, il faudra se battre pour espérer avoir un avenir en NBAmais tout reste possible pour les éclosions tardives. 

Retrouvez tous nos profils de la Draft NBA 2023 ici !

Tier « Franchise Player »

Tier « Calibre All-Star »

Amen ThompsonKeyonte GeorgeBrandon Miller

Tier « Starter/6ème homme »

Jett HowardEmoni BatesAusar ThompsonCason WallaceGradey Dick

Tier « Rotation importante »

Kyle FilipowskiBrice SensabaughRayan RupertGG JacksonDerek Lively IIDaron Holmes II

Tier « Fin de rotation »

Colby Jones

Tier « G-League/2Way »

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :