Cyclisme Omnisport

Vuelta 2021 – La course au maillot rouge : Bernal vs Roglic, duel au sommet

Le Tour d’Espagne 2021 commence ce samedi du côté de Burgos. Une nouvelle occasion pour les fans de cyclisme de retrouver les meilleurs coureurs de la planète dans un grand tour au plateau encore une fois alléchant. Après un Tour de France assez triste au niveau de la lutte pour le classement général, cette Vuelta s’annonce croustillante avec un duel annoncé qui sera arbitré par de nombreux coureurs, parfois revanchards, mais toujours ambitieux, qui donneront tout pour finir leur saison en beauté.

Les favoris

Primoz Roglic

Double vainqueur en titre, le Slovène arrive frais sur les routes ibériques. Après une blessure qui l’a contraint à l’abandon sur le Tour de France, Roglic a rechargé les batteries et s’est offert une magnifique médaille d’or sur le contre-la-montre individuel des Jeux Olympiques de Tokyo.

Primoz Roglic vise une troisième victoire d’affilée, comme Rominger et Heras avant lui. (Photo : Bianchi)

Les signaux sont donc au vert pour Rogla qui a pris l’habitude de bien terminer ses saisons sur l’épreuve espagnole. Le Slovène bénéficie une nouvelle fois d’une garde rapprochée de qualité (Gesink, Kruiswijk, Kuss, Oomen) pour l’accompagner en montagne. Clin d’œil de l’histoire, sa seule course à étapes remportée cette année se situe en Espagne avec le Tour du Pays Basque. Vamos Primoz !

Egan Bernal

Après une année 2020 difficile, Egan Bernal est revenu sur le devant de la scène en remportant le Tour d’Italie, deux ans après le Tour de France. Après avoir contracté la covid-19 et une grande coupure, le grimpeur colombien a repris le chemin de la compétition sur la Clasica Sans Sebastian et le Tour de Burgos. Il bénéficie également d’une équipe solide autour de lui (Carapaz, A.Yates, Sivakov, Narvaez) et se place comme le concurrent numéro 1 de Roglic. Une victoire sur la Vuelta le ferait rentrer dans le club très fermé des vainqueurs des trois grands tours.

Depuis Alberto Contador en 2008, personne n’a réalisé le doublé Giro – Vuelta sur une seule saison. (Photo : eurosport.fr)

Les outsiders

Mikel Landa

Une nouvelle fois dans sa carrière, le Basque a joué de malchance en chutant et abandonnant lors du dernier Giro. Après ce malheureux épisode, Landa est reparti de l’avant et vient de gagner le Tour de Burgos, se plaçant comme un sérieux outsider à la victoire finale. Très souvent placé, il n’a plus connu le podium d’un grand tout depuis le Giro 2014. Une éternité !

Sa régularité et cette Vuelta bien montagneuse le place naturellement comme le troisième homme de cette édition. Il bénéficie également d’une équipe très alléchante composée entre autres de Damiano Caruso, Jack Haig, Gino Mader, Mark Padun, Wout Poels et Jan Tratnik. Sa dernière participation au Tour d’Espagne remonte à 2015 où il s’était imposé à Encamp.

Hugh Carthy

L’an dernier, le Britannique s’est révélé sur les routes espagnoles en terminant troisième de la Vuelta. Depuis cette performance, le statut du coureur de EF Education- Nippo a changé. Un statut qu’il a confirmé de manière correcte sans étincelles en terminant au huitième rang du Giro. Récemment, il a gagné une étape du Tour de Burgos. Ce coureur au mental d’attaquant a tout pour animer cette course.

L’an dernier, il avait majestueusement dompté l’Angliru. Cette année, que nous réserve Hugh Carthy ? (Photo : AFP)

Aleksandr Vlasov

Le Russe a été très régulier lors du dernier Giro, terminant au pied du podium. L’homme qui vient d’être annoncé du côté de la Bora-Hansgrohe pour la saison 2022 compte finir en beauté son aventure kazakh. Il va chercher à remporter son premier succès d’étape sur un grand tour et espère terminer sur la boîte.

Miguel Angel Lopez

C’est ici que Superman Lopez s’est révélé aux yeux du grand public en remportant deux belles étapes lors de l’édition 2017. Depuis, les années ont passé et les belles performances se sont accumulées pour le Colombien avec notamment des podiums de grands tours (3e du Giro et de la Vuelta en 2018) ainsi qu’une victoire sur l’étape reine du Tour de France 2020 au sommet du terrifiant Col de la Loze.

Après une Grande Boucle 2021 cauchemardesque marquée par sa chute, il espère retrouver sa forme montagnarde d’il y a quelques semaines qui lui avait permis de surdominer le Mont Ventoux Dénivelé Challenge. Un outsider de poids.

Depuis la Vuelta 2017, le petit Superman Lopez est devenu grand. (Photo : AFP)

Romain Bardet

Avec sa nouvelle équipe, le Français a placé son début de saison 2020 sous le signe de la constance avec plusieurs top 10 sur le classement général des courses à étapes :Tirreno Adriatico, Tour des Alpes, Giro, Tour de Burgos. Sur cette dernière, il a remporté sa première victoire depuis 3 ans, portant le maillot de leader durant deux jours avant de le céder lors de la dernière étape. On espère pour lui qu’il a bien récupéré de sa chute. C’est seulement la deuxième fois de sa carrière qu’il court deux grandes tours la même année après avoir doublé Tour et Vuelta en 2017.

Enric Mas

Second en 2018, cinquième en 2020, la Vuelta est une course qui va bien aux qualités d’Enric Mas. L’Espagnol sort d’un Tour de France plutôt correct où on l’a vu bien finir lors de l’étape de Luz Ardiden. Avec Miguel Angel Lopez, les deux coureurs devront savoir cohabiter pour permettre à la Movistar de briller. L’équipe d’Eusebio Unzué n’a plus remporté son tour national depuis 2016 par le biais de Nairo Quintana.

Enric Mas sur la Vuelta 2018, en compagnie de Miguel Angel Lopez. Les deux hommes sont désormais co-équipiers chez Movistar. L’Espagnol peut-il renouer avec le podium d’un grand tour ? (Photo : Getty Images)

Richard Carapaz

En plus d’Egan Bernal, Ineos Grenadiers a choisi d’aligner un autre coureur de classe mondiale en la personne de Richard Carapaz. L’Equatorien sort d’un Tour réussi où il a terminé troisième et d’une victoire sur la course en ligne des JO de Tokyo. L’an dernier, il avait failli renverser Roglic lors de la dernière étape de montagne. Sur cette édition, on l’imagine plutôt venir en équipier de luxe au côté de Bernal. Néanmoins, la route pourrait le propulser comme option numéro 1 de sa formation britannique. Un facteur X non négligeable.

A ne pas sous-estimer

Comme sur chaque grand tour, une ribambelle de coureurs pourrait avoir leur mot à dire sur cette 76e Vuelta. Sortant d’une surprenante deuxième place sur le Tour d’Italie, Damiano Caruso vient en Espagne pour jouer l’équipier de luxe.

C’est également le cas de Mark Padun qui avait affolé le monde du cyclisme en juin dernier, remportant coup sur coup deux étapes de montagne lors du Critérium du Dauphiné. Ces deux coureurs seront des membres essentiels de l’équipe Bahrain – Victorious et son leader Landa lors des épisodes montagneux.

En parlant de montagne, le meilleur grimpeur de la Vuelta 2020 Guillaume Martin sera chef de fil de l’équipe Cofidis. Il a déclaré viser le top 10, lui qui a atteint pour la première fois ce cap sur une course de trois semaines lors du dernier Tour de France (8e).

Sepp Kuss qui a brillé sur la Grande Boucle avec la première victoire d’étape de sa carrière sur le Tour de France. Ce fidèle équipier de Rogla arrive avec le moral au beau fixe. C’est sur la Vuelta qu’il avait remporté sa première étape de grand tour en 2019.

Sepp Kuss saluant la foule lors de sa victoire d’étape sur le Tour d’Espagne 2019. Un coureur à la bouille rafraîchissante. (Photo : Getty Images)

En plus d’Egan Bernal et Richard Carapaz, d’autres très bons grimpeurs sont présents chez les Grenadiers avec Adam Yates et Pavel Sivakov. Le Britannique a fait un très bon début de saison notamment en remportant le Tour de Catalogne. Il a fait une grande pause de 3 mois pour reprendre la compétition du côté de Tokyo (course en ligne).

Le vétéran Alejandro Valverde va courir son quinzième et possible dernier Tour d’Espagne. A 41 ans, il vient avec un rôle de tonton d’une équipe qui va devoir bien entourer ses deux jeunes leaders. Il sera bien évidemment à surveiller pour des arrivées d’étapes destinées aux puncheurs.

Giulio Ciccone a réalisé un bon début de Giro 2020 qu’il a fini par abandonner. On ne sait pas trop le niveau et les ambitions du jeune italien qui participe pour la première fois à la Vuelta. Troisième en 2015, le Polonais Rafal Majka vient jouer sa carte personnelle sur un grand tour après avoir formidablement servi Pogacar sur le Tour de France.

Roglic réussira-t-il le triplé ? Bernal va-t-il sortir du Tour d’Espagne avec les trois grands tours en poche ? Un coureur va t’il se révéler au plus haut niveau à l’image de Jonas Vingegaard sur le dernier Tour de France ? Beaucoup d’interrogations qui seront très prochainement élucidées. La Vuelta, ça commence ce samedi et c’est à suivre sur les antennes d’Eurosport. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :