Basket NBA

Irving, un athlète et un homme juste différent

Lorsqu’on parle de Kyrie Irving, il n’existe pas d’avis mesuré. Le meneur des Brooklyn Nets fait partie de ces gars tellement particuliers, que nous sommes obligés d’adorer ou de détester. Sur et en dehors du parquet, Irving fait parler de lui et c’est ce qui le rend si spécial.

La reprise NBA approche à grands pas. Le 19 octobre prochain, quatre des trente franchises engagées auront l’honneur de lancer cette année 2021-22, qui doit être celle du retour à la normale pour la grande ligue, après deux saisons marquées par la crise Covid. Et alors que beaucoup d’équipes affinent leur effectif, et que les matchs de pre-season nous mettent l’eau à la bouche, quelque chose coince du côté de Brooklyn. Cette saison encore, les Nets font partie des favoris pour le titre suprême, notamment grâce à leur effectif de superstars guidé par un Big 3 phénoménal : Kevin Durant, James Harden et Kyrie Irving. Mais ce dernier est la grande interrogation du côté de la franchise new-yorkaise. Pour des raisons personnelles, le meneur a décidé de ne pas de faire vacciner contre le Covid-19, comme l’ont fait la quasi-intégralité des joueurs NBA.

Une décision dont il n’est pas de notre ressort de commenter mais qui fait du bruit de l’autre côté de l’Atlantique. C’est ainsi que des doutes quant à sa participation à la nouvelle saison ont commencé à survenir. Pour lui comme pour Andrew Wiggins (non-vacciné à ce moment-là), il était question de ne pas pouvoir disputer certains matchs, notamment ceux à domicile. L’ailier de Golden State s’est alors plié à la demande de la Ligue tandis qu’Irving décidait de rester sur sa position. Le 12 octobre, via un communiqué, les Nets ont alors confirmé que leur joueur star était écarté de l’équipe tant qu’il n’était pas totalement vacciné.

« Compte tenu de l’évolution de la situation et après une réflexion poussée, nous avons décidé que Kyrie Irving ne s’entraînerait pas et ne jouera pas avec l’équipe tant qu’il ne sera pas entièrement éligible à participer. Kyrie a fait un choix personnel et nous respectons son droit individuel de choisir. Actuellement, ce choix réduit ses capacités à être entièrement un membre de l’équipe, et nous ne permettons à aucun membre de notre équipe d’évoluer seulement partiellement. Il est indispensable que nous continuions à bâtir une alchimie en tant qu’équipe et que nous restions fidèles à nos valeurs de solidarité et de sacrifices préétablies depuis longtemps. Notre ambition de gagner le championnat n’a pas changé, et pour cela chaque membre de l’organisation doit regarder dans la même direction. »

Sean Marks, GM des Brooklyn Nets

Un coup dur sportif

Forcément, privés d’Irving, les Nets se retrouvent largement affaiblis alors qu’ils peinent déjà depuis l’arrivée d’Harden à profiter pleinement du Big 3 sur toute une période. Joueur spécial, Kyrie est un manieur de ballon hors pair, peut-être le meilleur handle de la ligue. Ses appuis courts associés à son contrôle de balle rapide et précis lui permettent de battre n’importe quel défenseur en un contre un. L’isolation est d’ailleurs une force connue chez l’ancien meneur des Cavaliers. Avec la franchise de l’Ohio justement, qui ne se souvient pas de son fameux duel avec Steph Curry, lors du Game 7 décisif des Finals 2016 ? Un mouvement de classe, conclut par un tir à trois points pour assommer les Warriors et donner aux Cavs le premier titre de leur histoire. Il s’agit d’ailleurs ici de la seule bague glanée par Irving depuis son arrivée en NBA.

Le tir de Kyrie Irving (Cleveland) sur Stephen Curry (Golden State) donne le titre aux Cavaliers en 2016.

Autre force identifiée sur cette action, le caractère clutch du tir du meneur, qui le représente pleinement. Kyrie est un joueur effronté. Il n’hésite jamais à prendre un shoot si l’opportunité lui est donnée, même en toute fin de match, alors que la tension est à son paroxysme. Enfin, celui qui est aussi passé par Boston tient aussi une qualité bien singulière : celle de pouvoir finir les actions acrobatiquement dans la peinture, malgré la présence de défenseurs plus grands que lui. Son panel de move de finisseur est sans limite et d’une manière ou d’une autre, vous pouvez être sûrs que l’agilité et le toucher d’Irving fera en sorte que la gonfle orange tutoie le filet des arceaux.

Alors évidemment, n’importe quelle personne qui découvrirait le joueur se dirait immédiatement qu’avec tant de qualités, Irving est un des meilleurs joueurs de la ligue. Il l’est assurément, mais une impression de grand gâchis vient troubler la perception que tout le monde a de cet athlète si singulier.  

Déjà habitués

Si son titre glané en 2016, et plus globalement son passage aux Cavs, de sa draft en 2011 à son départ vers Boston en 2017, est de très bonne facture, le reste de sa carrière peut être quelque peu décevante. À Boston justement, celui qui arrivait dans le rôle de star dans l’équipe, en fuyant de l’ombre de LeBron James, n’a jamais réussi à imposer son style. Il se blesse au genou et manque ses premiers playoffs avec les hommes en vert et lors de sa deuxième année, ne peut faire mieux qu’une demi-finale de conférence. Cette élimination représente les manquements des Celtics dans les grands matchs et marque la fin de l’histoire d’Irving avec le logo au bonhomme à canne. Logo… qu’il a d’ailleurs piétiné le 31 mai dernier lors d’un match de Brooklyn au TD Garden.

Un geste qui lui a valu de nombreux commentaires négatifs, comme celui de Kévin Garnett, légende des Celtics dans une story Instagram.

Extraverti, Kyrie multiplie les petites sorties de routes comme celle-ci, qui lui valent moqueries et critiques. Plutôt rangé du côté des complotistes, il a notamment déclaré qu’il pense que la Terre est plate dans une frasque qui restera célèbre. Irving, c’est un de ces gars décalés, dont on parle dans les médias people aux États-Unis. Sa venue à Brooklyn aux côtés de Kevin Durant en 2019 était alors censée redonner au terrain son importance principale. Mais il se blesse à l’épaule lors de sa première saison, marquée par de superbes performances, et se fait une nouvelle fois remarquer en 2020-21.

Alors qu’il est déclaré absent depuis plusieurs matchs et que personne ne semble vraiment savoir pourquoi, le meneur est aperçu en soirée, sans masque, à l’occasion de l’anniversaire de sa sœur. En pleine crise sanitaire, le scoop ne passe pas et Irving est sanctionné d’une amende de 50 000 dollars, ainsi que plusieurs retenues de salaire. Il manquera près de deux semaines avant de pouvoir réintégrer l’équipe, à cause du protocole sanitaire. Ces nombreuses frasques font d’Irving un homme à part. Comme sur le terrain, assume et montre sa différence au risque de se faire juger. Si toutes ses décisions ont guidé sa carrière petit à petit, sa dernière, celle de ne pas se vacciner contre le Covid-19, pourrait marquer un tournant radical.

Vers une fin de carrière ?

Personne ne sait encore quelle forme va prendre la crise sanitaire mondiale dans les prochaines années. Mais en étant le seul à s’opposer aux indications de la Ligue, laquelle veut une sécurité maximale, Kyrie a mis sa carrière en danger. Hors de l’équipe, sa situation ne profite ni à lui, ni à sa franchise de Brooklyn. C’est pourquoi, comme révélé par l’insider Shams Charania, les Nets ne proposeront aucune prolongation de contrat à leur meneur.

Pire, qui dans la ligue pourrait offrir une opportunité à un joueur ne pouvant jouer qu’une petite partie de la saison NBA ? Malgré son talent, il semble bien qu’Irving soit bel et bien bloqué en attendant que les choses évoluent. Nous parlons bien ici d’une possible retraite forcée des parquets, à 29 ans. Si tel tremblement de terre se produit, comment ne pas se tenir la tête à deux mains, en se disant comment un tel joueur peut susciter autant un sentiment de gâchis. Mais il ne faut pas l’oublier, Kyrie est différent. Il est aussi libre de faire ses choix et c’est donc, comme à son habitude, en toute singularité que son histoire prend forme et peut-être fin.

 « Ce n’est pas être anti-vax. C’est à propos de ce que je pense qui est bien pour moi. Je ne me sens pas en confiance… Et c’est ok. Je connais les conséquences des décisions que je fais dans ma vie. Nous sommes dans des temps fous. Je n’ai fait de mal à personne. Je n’ai pas commis de crime ».

Kyrie Irving, meneur des Brooklyn Nets

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :