A l'affiche Draft NFL Scouting

Draft NFL 2022 : Kayvon Thibodeaux (DE), le vilain petit canard ?

La draft NFL 2022 se rapproche. Comme chaque année, les différentes franchises NFL vont pouvoir à tour de rôle piocher parmi les différents talents universitaires qui se présenteront. Entre le 28 et le 30 Avril prochain, dans la cité de tous les vices à Las Vegas, 250 joueurs et 32 franchises auront le bonheur de voir leur histoire basculer, pour le meilleur ou pour le pire. Car oui, la draft contient toujours son lot de surprises. Et pour appréhender au mieux tous les choix plus ou moins douteux qui seront fait ce soir-là, le CCS revient avec ses fiches personnelles sur les futures stars, les bons coups et les joueurs à suivre pour les années à venir en NFL.

Kayvon Thibodeaux

  • 1,94 m
  • 115 kg
  • 15/12/2000 (21 ans)
  • Junior
  • Oregon
  • 5 étoiles 247 Sports – 2ème National – 2ème Defensive End – Numéro 1 en Californie

Forces

Speed Rush

La première question qu’il faut se poser en évaluent un pass rusher est « Comment gagne-t-il ? ». Pour Thibodeaux, le temps de réponse est à l’image du joueur : très rapide. Car c’est bien ainsi qu’on peut qualifier le jeu de Thibodeaux : tout en explosivité et agilité. L’ancienne recrue star d’Oregon a confirmé sur ses trois années à Eugene ses capacités athlétiques hors du commun. Et s’il essaie de diversifier son jeu, son succès passe avant tout par son dévastateur rush extérieur :

L’intérêt d’un speed rush extérieur, c’est qu’il peut amener à des pressions/sacks très rapides. Ici, l’action est pliée en moins de 2 secondes. En se concentrant sur le QB, on voit qu’il n’a pas le temps de passer à sa seconde lecture qu’il est déjà au sol. Ce genre d’action a donc une valeur inestimable pour une défense. Au delà des grosses capacités athlétiques engagées, on appréciera le « head fake » et le léger changement de tempo qui paralysent l’Offensive Tackle adverse.

Pas de sack ici (le ballon part extrêmement vite) mais encore une fois une pression instantanée. Cette fois, le contact est plus engagé avec le Lineman Offensif, et c’est plus l’agilité pour descendre très bas, le « bend » qui offre la victoire à KT.

Défense contre la course

Que le profil explosif de Thibodeaux ne cause pas de confusion : c’est un joueur physique. Le Defensive End d’Oregon n’est pas en reste lorsque l’attaque veut tester le rapport de force. Il n’est jamais en manque dans l’effort, sait garder les yeux sur le ballon et ses longs bras en font un excellent plaqueur.

Ci-dessus, un modèle du genre. L’action commence par un premier contact bien placé plein centre sur le buste du bloqueur. Thibodeaux utilise bien son avantage d’envergure pour frapper le premier. Il place ses mains à l’intérieur afin de générer un maximum de poussée et se retrouve dans le backfield grâce à ce très bon mouvement. Il finit en se libérant bien du bloqueur pour plaquer le RB au niveau de la ligne d’engagement. Tout est parfait dans l’exécution.

Faiblesses

Bullrush

Si le Defensive End accueille avec plaisir les défis de puissance, on ne peut pas dire que cela bénéficie son pass rush. Thibodeaux essaie de gagner par le bullrush, parfois même trop. Quitte à délaisser son rush extérieur, son arme létale, à tel point que c’en est frustrant. D’un côté, on ne peut en vouloir à un pass rusher de développer son arsenal. Et le bullrush est un must-have en NFL. De l’autre, celui de KT n’est qu’à l’état d’embryon et demande des progrès. Il manque de constance dans le placement des mains, dans la capacité à jouer bas et à lever son adversaire, ainsi qu’un peu de puissance dans le bas du corps.

Bref, on l’a vu sur l’action au-dessus : le potentiel est là, et quand c’est bien exécuté, ça marche. Le problème, c’est que ce n’est pas exécuté correctement de manière régulière. La plupart du temps, ça ressemble plus à ça :

Counter moves

Encore un point pour illustrer la prise de maturité nécessaire chez le jeune pass rusher. Thibodeaux a en effet tendance à gagner tôt ou ne pas gagner du tout. C’est notamment ce qui permet à Hutchinson de se démarquer, cette capacité à enchaîner rapidement sur le plan B. C’est là tout l’art du pass rush, savoir répondre à ce que fait l’adversaire. Sur ses matches, Thibodeaux finit trop souvent stoppé par le punch adverse. On regrette qu’il n’utilise pas plus ses mains pour retourner la situation à son avantage. Pour passer le prochain cap, c’est clairement LE point à travailler pour lui.

Prédiction draft : Top 5

Une équipe qui serait intéressée : Detroit Lions

Si Aidan Hutchinson est bien le premier joueur annoncé par Roger Goodell, les Lions seraient sage de se rabattre sur l’autre pass rusher star de cette cuvée (et non, ce n’est pas Travon Walker). Thibodeaux pourrait former un duo jeune et dynamique avec le revenant Charles Harris, avec les frères Okwara en renfort. Les Lions ont besoin d’un front seven plus intimidant, ce choix irait dans ce sens.

La note du CCS : Tier S

Longtemps annoncé comme le numéro 1 de cette draft, il serait cruel de voir un talent aussi impressionnant que Kayvon Thibodeaux sortir du top 5. Dans une draft sans Quarterback de haut niveau, ce serait là un vrai désaveu de la part des Front Offices NFL qui semblent perplexes quant à la personnalité du pass rusher. La vérité du terrain devrait, en tout cas, laisser le pass rusher tout en haut de cette classe.

Au même poste :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :