Basket Draft NBA

Profil NBA Draft 2020 : Kira Lewis Jr., une pépite à polir

Évènements indissociables des sports aux États-Unis, les drafts sont le moteur du renouvellement perpétuel des grandes ligues sportives nord-américaines. Coup de théâtre, coup du destin, déceptions, interrogations… Les drafts sont des éléments essentiels de la culture sportive américaine. La reprise NBA ne fait désormais plus aucun doute. Les officiels ciblent la date du 15 octobre 2020 pour organiser la draft. L’occasion pour le CCS de se mobiliser pour vous proposer un profil détaillé des meilleurs prospects du pays. Sans hiérarchie particulière, vous trouverez ici toutes les informations nécessaires pour connaître les futurs rookies, voire même les futures stars de la NBA.

KIRA LEWIS JR.

Date de naissance : 6 avril 2001 – Classe : Sophomore

Université : Alabama Crimson Tide (SEC) – Bilan 2019/2020 : 16v/15d

Poste : Meneur (#2)

Mensurations*
Taille : 190 cm – Poids : 74 kg – Envergure : 195,5 cm
(source : scouting report janvier 2020 – thestepein.com)

Statistiques saison
34 matchs joués // 18,5 pts // 4,8 reb // 5,2 ast // 1,8 stl // 0,6 blk
37,6 minutes joués/match // 45,9% FG // 36,6% 3Pts // 80,2% FT // 3,5 Tov // 2,6 PF

PROFIL

CONTEXTE D’ÉQUIPE

Dans l’Alabama, le football est roi. Le programme détient tout simplement le record de Championnats Universitaires depuis 1936 avec 12 trophées remportés, le dernier en 2017. Vous l’aurez compris, difficile pour le basketball d’exister à Tuscaloosa. Le meilleur résultat de Crimson Tide (traduction : « Marée Rouge ») est une participation à l’Elite Eight du tournoi NCAA lors de la saison 2003-2004 sous les ordres de l’emblématique Mark Gottfried. Depuis sa démission en 2009, Alabama n’est apparu que deux fois à la March Madness, pour deux éliminations au second tour. Dernière qualification en date, en 2017-2018, avec un certain Colin Sexton en vedette de l’équipe. Décevant année après année, le basket reste un simple divertissement dans l’Alabama en attendant que la saison de football reprenne… Pourtant, les fans n’ont jamais semblé aussi enthousiastes qu’après cette saison 2019-2020. La raison ? Nate Oats, nommé nouvel entraîneur de Crimson Tide durant l’intersaison. À 45 ans, l’ancien coach des Bulls de Buffalo est bien décidé à changer la perception du basket dans l’Alabama. Rapidement, Oats a modifié la philosophie de jeu du programme auparavant axée uniquement sur la défense. Cette année, Crimson Tide a scoré 82 points de moyenne par match soit le plus haut total du programme depuis les années 1970. Nate Oats a surtout réussi à optimiser les forces défensives de son équipe pour alimenter l’attaque. Ainsi à la mi-saison, Alabama affiche un bilan séduisant de 12 victoires pour 7 défaites et une fiche de 4-2 au sein de la SEC. Malheureusement, la fin de saison fut bien plus compliquée pour Crimson Tide qui enregistre une série terrible de 8 défaites en 12 matchs. Alabama termine à la 9ème position de la SEC avec un bilan global de 16-15. Il faut l’admettre, les blessures n’ont pas épargné le programme. Nate Oats a néanmoins réussi à tirer le meilleur des forces disponibles comme avec les juniors Herb Jones et John Petty ou le freshman, Jaden Schakelford. Les deux premiers se sont inscrits à la draft mais il y a de grandes chances qui reviennent une année supplémentaire du côté de Bama. Quant à Schakelford et ses 15,1 points de moyenne, il représente l’avenir offensif du programme. Ces jeunes talents ont été mis en lumière par la vedette de l’équipe, notre sujet du jour, le meneur d’Alabama : Kira Lewis Jr.

PARCOURS

Kira Lewis Jr. sort du lycée de Harzel Green situé dans le nord de l’Alabama. Au cours de sa saison junior, il est nommé Player of The Year d’Alabama en Classe 6A avec des moyennes affolantes de 29,5 points, 5,9 rebonds et 4,5 passes par match. À l’origine Kira fait partie de la classe 2019, mais grâce à d’excellents résultats scolaires, il décroche son diplôme en avance et est reclassé en 2018. Kira Lewis Jr. reçoit pas moins de 17 offres en NCAA, dont certaines de la part d’universités prestigieuses comme Kansas, Auburn ou Baylor. Le meneur décide néanmoins de rester dans son état natal et s’engage avec Crimson Tide à l’été 2018. Lors de sa première année, Kira Lewis Jr., 17 ans, est le plus jeune joueur à disputer un match universitaire. En moyenne, il dispute 31,6 minutes par match et affiche des moyennes de 13,5 points, 2,6 rebonds et 2,9 passes. Des performances qui lui vaudront d’être nommé dans l’équipe des joueurs de première année de la SEC, mais n’empêchera pas son équipe une élimination en tournoi de conférence. Durant l’intersaison 2019, le meneur de Bama envisage un transfert avant d’être convaincu par le nouvel entraîneur, Nate Oast, de rester sous les couleurs de Crimson Tide. En juillet 2019, il remporte la Coupe du Monde de Basket U19 en Grèce avec la sélection américaine. Lors du premier match de la saison universitaire 2019-2020, Kira Lewis Jr. inscrit 30 points, record en carrière, dans la défaite des siens face aux Quakers de Penn. Leader offensif incontestable de son programme, il est nommé dans la première équipe de la SEC. Sa réputation n’a cessé de croître au cours de l’année jusqu’à faire de lui un choix certains du premier tour de la draft 2020. À seulement 19 ans, bien plus jeune qu’une majorité des joueurs de sa classe, Kira Lewis Jr. sera peut-être la prochaine surprise de NBA.

DESCRIPTION DU JOUEUR

Physiquement, Kira Lewis Jr. est un meneur de jeu long et assez athlétique. Avec une taille d’1 mètre 90 et une envergure d’environ 2 mètres, il possède les atouts naturels pour évoluer au niveau suivant. Pour beaucoup de prospects, il est nécessaire de renforcer le cadre et la force physique : c’est encore plus vrai pour Kira Lewis Jr. Avec seulement 74 kilos sur la balance, il manque cruellement de robustesse. En NBA, seulement 10 joueurs sont en dessous des 75 kilos comme Mike Conley, Chris Paul ou encore Lou Williams. Cette lacune physique devra être comblée très rapidement, sans quoi les franchises NBA pourraient douter de sa capacité à garder sa position en défense et à terminer au contact. Au niveau universitaire, le meneur de Bama parvient à combler ce manque avec l’une de ses grandes qualités : la vitesse. Très léger sur ses pieds, Kira Lewis Jr. possède un formidable pouvoir d’accélération qui lui permet de s’échapper en transition et créer de l’espace avec le dribble. Il combine astucieusement son premier pas explosif avec une palette de dribbles en développement mais déjà avancée, pour pénétrer vers la raquette. De cette position, il aime ressortir le ballon intelligemment vers ses extérieurs. Son jeu de passe n’est pas encore du niveau élite, mais il semble très prometteur. Kira Lewis Jr. a montré de très belles séquences dans ce secteur avec une libération juste, puissante et souvent dans le bon timing. Le meneur d’Alabama a surtout montré un réel potentiel en tant que scoreur sur les trois niveaux. Grâce à ses longues foulés, ses hésitations et ses changements de rythme, Kira Lewis Jr. se procure de nombreuses occasions près du cercle où il peut finir avec un joli touché des deux mains ou en utilisant un floater déjà développé. Il possède également une très belle mécanique de tir, optimale sur catch and shoot. Bon rythme, pas de désordre, bon jump : tout pour devenir une menace extérieure fiable sur le long terme. Avec ses 36,6% à 3pts sur 4,9 tentatives par match et ses 80,2% aux lancers, sa capacité à être prolifique en NBA ne fait aucun doute. Entre sa première et sa deuxième année, Kira Lewis Jr. a montré une réelle progression au scoring et dans la distribution du ballon. Il a également montré quelque progrès en défense, notamment dans la lecture des trajectoires et reste toujours un bon rebondeur pour son poste et sa taille.  

Mais il y a encore de nombreuses failles dans le jeu de Kira Lewis Jr. En attaque, avec une telle qualité de dribbles, il doit être en mesure de créer davantage pour lui-même et de sanctionner ses adversaires en situation d’isolation. Dans l’organisation, le meneur d’Alabama doit être plus patient, mieux gérer le tempo pour faciliter le jeu offensif de son équipe. C’est un défaut récurrent chez les meneurs universitaires. Son jugement et sa sélection des actions, que ce soit au tir ou à la passe, doivent être encore améliorés. Bien que nous puissions placer cette lacune sur le coup de la jeunesse, Lewis Jr. doit prendre davantage soin du ballon et limiter ses pertes de balle. Bien que son ratio assits/turnover est honnête cette saison (1,48), il est nécessaire pour lui d’être plus réfléchis pour devenir un véritable gestionnaire et facilitateur du jeu. Bien souvent, il s’incruste dans la raquette sans avoir un plan de jeu en tête… En défense, tout dépendra de son évolution physique. Au niveau universitaire, il a tenu l’illusion grâce à sa vitesse et sa taille. En NBA, il devra être beaucoup plus attentif, notamment avec son jeu de jambes, pour ne pas être un poids pour son équipe.

Beaucoup de vitesse et beaucoup de potentiel. Kira Lewis Jr. a montré de belles choses dans de nombreux domaines cette saison mais aucun ne semble être développé à son maximum. Potentiel gestionnaire, potentiel scoreur à trois niveaux, potentiel physique NBA… Des interrogations, mais surtout un plafond qui semble très élevé en raison de son jeune âge. Il y a des risques, mais aussi de belles perspectives.

✔️ FORCES

  • Vitesse, premier pas explosif.  
  • Potentiel scoreur 3 niveaux.
  • Très bon passeur, notamment sur les close-out.
  • Belle lecture du jeu depuis la raquette.
  • Belle mécanique de tir, efficace à 3pts, notamment sur catch and shoot.  
  • Excellent en transition.
  • Belle palette de dribbles.
  • Bonne taille et bonne envergure.
  • Bonne lecture des trajectoires défensives.
  • Bon rebondeur.
  • Bonne finition des deux mains.
  • Floater à développer mais déjà utilisé et efficace.
  • Bonne éthique de travail.
  • Très jeune.
  • Plafond élevé.

FAIBLESSES

  • Poids : seulement 74 kilos.
  • Finition au contact.
  • Défense sur les porteurs de balle.
  • Doit développer la création de son propre tir.
  • Plus de patience dans l’organisation.
  • Anticipation.
  • Palette offensive dans la raquette à étoffer.
  • Attention à la concentration en match.
  • Précipitation.
  • Détente verticale mal utilisée.
  • Trop jeune ?

PRÉDICTION DRAFT 2020

Premier tour (places 10-20)

Hypothèse : #18 – Milwaukee Bucks

Vous le savez cette classe 2019 fait honneur aux guards ! Les franchises auront l’embarra du choix pour sélectionner un meneur talentueux. A ce jeu, beaucoup passeront en priorité devant Kira Lewis Jr. Les Bucks de Milwaukee peuvent profiter de la situation pour ajouter un meneur très prometteur à leur effectif. Avec Lewis Jr. en sortie de banc, ils auront une solution supplémentaire pour tourner avec Bledsoe et un George Hill vieillissant. Si jamais Kira Lewis Jr. est encore disponible aux alentours de 20ème place, une franchise comme Phila pourrait bien saisir l’occasion avec un grand sourire !

NOTE DU CCS

Le jeune Kira Lewis Jr. a montré cette saison qu’il avait un véritable potentiel de meneur NBA. Beaucoup de domaines sont encore à améliorer mais son âge jouera probablement en sa faveur lors de la draft 2020. Gestionnaire, scoreur, rapide comme l’éclair… S’il parvient à renforcer son cadre, il peut devenir un meneur très performant au niveau suivant. Attention à la pépite.

Retrouvez ici les derniers profils de la Draft NBA 2020 :

Precious Achiuwa

Tyrese Maxey

Tyrese Haliburton

Vernon Carey Jr.

Nico Mannion

Jaden McDaniels

James Wiseman

RJ Hampton

Onyeku Okongwu

Cole Anthony

Saddiq Bey

Obi Toppin

Isaac Okoro

Devin Vassell

Deni Avdija

%d blogueurs aiment cette page :